Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 16:14

 

Les limites à la double nationalité

 

Le billet d’Eric SEYDOUX

 

 

Jusqu’à ce que l’on connaisse le résultat du vote des franco-tunisiens aux élections tunisiennes  pour élire une Assemblée Constituante, je ne voyais pas l’inconvénient qu’il pouvait y avoir à posséder une double nationalité et le débat qui avait été ouvert sur ce sujet, en particulier par la droite républicaine, n’avait mis en évidence aucun argument de nature à rendre pertinent une remise en cause de cette situation.

 

D’autant que ce débat était fondé sur un procès d’intention, fait aux binationaux issus des pays arabo-musulmans, consistant à dire, selon l’expression de Jean-Marie LE PEN, qu’ils étaient « des français de papier ».

 

Il y avait certes des indices, mais très insuffisants, pour laisser penser que ces franco-tunisiens étaient plus tunisiens que français. On rappelle à cet égard les incidents survenus à l’occasion d’un match de football, lorsque des milliers de tunisiens, ne se contentant pas d’encourager le pays de leur origine, ce qui n’est nullement choquant, sifflèrent l’hymne national au stade de France, qui pour le temps d’un match devint terre étrangère. Folklore communautaire avait-on dit...  

 

Avec le vote démocratiquement exprimé par les tunisiens de France, qui pour la plupart ont la nationalité française, qui vivent en France depuis de nombreuses années et qui pour beaucoup y sont nés, les choses se sont clarifiées. En votant majoritairement en faveur d’ENNHADHA, choix tout à fait respectable, ils ont par la même fait valoir que nombre d’entre eux avaient opté majoritairement pour un parti dont l’histoire et les références, peuvent faire penser que sa vocation est de s’éloigner de certains des grands principes républicains, contenu dans le bloc de constitutionnalité, fondement intangible de la nation française au sein de l’Europe.

 

Il y a des marqueurs de la nationalité française : laïcité, égalité entre homme et femme, prohibition de la répudiation et de la polygamie, prohibition du voile intégral dans l’espace public, prohibition de l’homophobie, des châtiments corporels…. Il s’agit de règles qu’un citoyen français ne peut transgresser, même en invoquant sa seconde nationalité et même s’il se trouve dans le pays de sa seconde nationalité. Ces principes sont si forts, si inhérents à la qualité de français, qu’ils ne peuvent disparaître aux frontières de la France pour ceux qui ont la nationalité française.

 

On peut donc avoir deux ou plusieurs nationalités, à une condition essentielle, que ces nationalités  soient compatibles entre elles.

 

L’immigration européenne n’a posé aucun problème car il s’agissait de peuples dont les mœurs et les valeurs étaient parfois différentes, mais totalement conciliables avec celles de la société française.

 

Les binationaux issus de l’immigration des pays arabo-musulmans, devenus français souvent par nécessité économique, rejettent cette nationalité plus parce qu’ils ont l’impression d’avoir trahi la nation de leur cœur, que par adhésion à des valeurs d’un autre âge.

 

La nationalité étant constituée de deux éléments de nature différente : un sentiment d’appartenance à une nation, que l’on exprime justement par l’adhésion à ses mœurs et à ses valeurs et l’octroi d’un statut juridique créateur de droits et d’obligations, pourquoi alors ne pas accorder aux immigrés qui le souhaitent, un statut juridique suffisamment protecteur, afin qu’ils ne soient pas obligés de subir une nationalité qui ne correspond pas à leurs aspirations profondes ?

gpancrazi.over-blog.com/

 

Eric Seydoux

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Seydoux - dans Société
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 30/11/2011 12:41

Jean-Pierre Chevènement, candidat MRC à l'Elysée, ne votera pas au Sénat une proposition de loi socialiste, prônant . le vote des étrangers aux élections locales. La naturalisation est préférable
"au saucissonnage de la citoyenneté" a-t-il déclaré. Sur ce point très important, Chevènement est en accord avec Nicolas Sarkozy et en opposition au socialiste Hollande.