Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 06:56

 

Les chiffres officiels de l'INSEE, sur l'emploi en 2010, viennent d'être publiés.

 

Le chômage a baissé en France sur l'année 2010, passant de 9, 6% de la population active, à 9,2%!

 

Les chiffres sont particulièrement encourageants pour les jeunes de 16 à 24 ans: la baisse est de 1,8%.

 

Ces excellents résultats, qui confirment ce qu'a toujours annoncé le Président de la République, montrent, que contrairement à ce que prétendent l'opposition et les médias qui la soutiennent, la politique du gouvernement porte ses fruits.

 

L'accélération de  la croissance, et les nouvelles mesures ,notamment le plan de développement de la fomation en alternance, devraient permettre  d'améliorer encore ces résultats en 2011.

 

marc d'Héré

 

 

Voir aussi sur le même blog: http://marcdhere.over-blog.com/article-saint-nazaire-sarkozy-et-la-politique-industrielle-65764974.html

Repost 0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 12:40

 

Le Conseil Constitutionnel a validé, aujourd'hui 9 novembre, la loi sur les retraites.

 

Cette loi peut être maintenant promulguée par le Président de la République et sera appliquée.

 

 

Marc d'Héré

 

 

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 14:43

 

 

Aujourd'hui, à 16 heures 40, l'Assemblée Nationale a adopté le projet de réforme des retraites, par 336 voix contre 233. Le Sénat, ayant adopté hier ce projet, il est maintenant définitif.

 

Deux formalités sont encore à accomplir: l'examen par le Conseil Constitutionnel (mais le PS peine à trouver un argument juridique  sérieux justifiant le recours), puis la promulgation par le Président de la République.

 

D'ici là, les syndicats vont organiser quelques grèves et quelques manifestations inutiles.

 

La réforme des retraites est votée, mais il reste encore beaucoup à faire, pour continuer à moderniser et réformer la France.

 

Le Président, le gouvernement, la majorité vont, sans attendre s'y consacrer.

 

 

Marc d'Héré

 

P.S.   Suite au vote définitif de la réforme des retraites par le Parlement, François Fillon a invité mercredi les Français à "accepter la loi de la République". Il  les a appelé à sortir de la crise "avec responsabilité". "La vigueur des débats fut légitime, mais la loi de la République doit être désormais acceptée par tous",  "Chacun doit savoir sortir de cette crise avec responsabilité et dans le respect réciproque".   

 

P.S.2   Très vite, dans le prolongement de ce projet,  devront s'engager entre les partenaires sociaux et le gouvernement des concertations, sur "l'emploi des jeunes et des seniors".

 

 

 

Voir sur ce même blog "Retraites: sortie de crise en vue": http://marcdhere.over-blog.com/article-retraites-sortie-de-crise-en-vue-59422245.html

 

 

 

Repost 0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 14:00

 

Avec le vote positif du Sénat, se termine une phase de la crise de la réforme des retraites, et commence la période de « sortie de crise », qui, comme chacun le sait, est une période délicate. A ce stade, on peut faire une sorte de bilan d’étape, et mettre en évidence le chemin menant à la fin de cet épisode protestataire et teinté d’archaïsme.

 

Un constat évident, les syndicats n’ont pas été capables d’amplifier leur mouvement qui, au contraire, s’est affaibli depuis la rentrée de septembre. Un million cent mille manifestants lors de la dernière manifestation c’est le même nombre que le 7 septembre, mais avec un afflux d’adolescents alors qu’il n’y en avait pas le 7 septembre. Le nombre de salariés diminue donc. Dans le même temps le nombre de grévistes s’effondre,  divisé par deux.

 

Le  recul de la mobilisation des salariés va de pair avec une tentative d’entraîner d’autres populations dans l’action (jeunes et adolescents) avec une radicalisation concrétisée par le développement de blocages (notamment dans le domaine de l’énergie), d’atteintes à la liberté de travailler et d’étudier, et par endroits, par le  recours à la violence et au vandalisme. Ces tentatives sont en train d’échouer, les manifestations d’étudiants et de lycéens, noyautées par des militants extrémistes et  violents,  sont relativement peu mobilisatrices et le gouvernement s’est enfin décidé à agir contre les blocages intolérables dans une démocratie.

 

Dans le même temps, il faut le reconnaître, l’opinion continue, si l’on en croit quelques sondages, à soutenir le mouvement d’opposition à la réforme (même si ce soutien s’effrite).

 

C’est compréhensible. D’abord, il y a une situation générale- sans doute provisoire mais réelle -  d’opposition à Sarkozy qui fait que dans  tout sondage réalisé en ce moment, quel que soit le sujet, les opinions négatives ou critiques sont majoritaires.   Par ailleurs,  travailler deux ans de plus ne fait pas plaisir et même s’ils en reconnaissent la nécessité, les Français expriment leur malaise et leur mécontentement en disant «  oui, on  soutient ceux qui sont contre ». Il s’agit d’une espèce de « soutien virtuel »,  qui  ne donne d’ailleurs lieu à aucune manifestation positive quelconque ! Et soutien d’autant plus facile que les syndicats et les socialistes n’expriment que du négatif, qui permet de rassembler bien mieux et bien plus largement que par la proposition de  solutions qui immanquablement provoquent la division. Ne proposant rien, socialistes et syndicats engrangent des soutiens…éminemment fragiles.

 

Ce fragile soutien de l’opinion est dû aussi au manque de pédagogie du gouvernement. Malgré leurs qualités, Eric Woerth et François Fillon n’ont pas su trouver les arguments permettant de défendre leur réforme. Deux exemples.

 

Socialistes et syndicats ont su faire passer l’idée  selon laquelle, le gouvernement serait resté intransigeant, refusant d’avancer ou de faire évoluer son projet. Les Français en sont persuadés, alors que c’est faux. Il était facile de montrer toutes les avancées réalisées par le gouvernement par rapport à son texte d’origine (sur la pénibilité, les carrières longues, les handicapés, le cas des mères de famille…sur la participation supplémentaire des hauts revenus au financement !). Il aurait été utile de rappeler que ces avancées ont été telles que sur les 700.000 personnes partant en retraite chaque année, 200.000 continueraient à partir à 60 ans ou à 65 ans sans décote.

Autre argument erroné que l’on n’a pas su contrer. Celui, répandu auprès des jeunes,  selon lequel si les « vieux » travaillent 2 ans de plus, ils auront moins de possibilités d’emploi. Il était facile d’expliquer que plus il y a de monde au travail, plus il y a de richesse, de croissance et plus il y a d’emplois. D’ailleurs si l’argument utilisé par les syndicats était vrai, il  aurait dû y avoir des centaines de  milliers d’emplois supplémentaires quand Mitterrand a fait passer l’âge de  la retraite de 65 à 60 ans…Or le chômage a très fortement augmenté !

 

Tout cela le gouvernement n’a pas su le dire ni le faire admettre.

 

Comment va se passer la sortie de crise ? On commence à le deviner. Une porte de sortie s’ouvre pour les syndicats dans laquelle ils vont s’engouffrer, le texte de l’intersyndicale d’hier le laissant augurer.

Les syndicats ne peuvent pas cesser brutalement et sans perspective, leurs manifestations.  Sans abandonner totalement le sujet des  retraites, il leur faut passer en douceur à d’autres thèmes de contestation.  Il déclarent incidemment, dans leur déclaration d’hier, que leur opposition va au-delà des retraites, et porte sur des sujets comme l’emploi, les conditions de travail…

Petit à petit, on admet donc qu’une fois la loi votée et promulguée (vraisemblablement au lendemain de la manifestation du 6 novembre), les futures mobilisations éventuelles porteront donc essentiellement sur ces autres sujets (sans abandonner totalement, ni trop vite l’opposition à la réforme des retraites…).

 

Or, justement pour permettre cette « sortie par l’élargissement », le gouvernement propose que soit rediscuté dans les toutes prochaines années un nouveau système de retraite pas points…Et puis, le nouveau gouvernement, comme Alain Juppé (qui en fera partie) en a déjà lancé l’idée, proposera de larges concertations avec les partenaires sociaux sur l’emploi des jeunes notamment…Tout laisse à penser que les syndicats seront heureux, après encore quelques turbulences pour la galerie,  d’aborder de manière revendicative ces autres sujets, de demander des négociations (que le gouvernement est tout prêt à leur accorder), de saisir cette occasion de sortir pas trop abimés de ce conflit…

 

Encore quelques semaines délicates, au cours desquelles le gouvernement devra se montrer à la fois ferme, pédagogue et  ouvert, et on pourra passer à autre chose.

 

Marc d’Héré 

 

P.S. Le Sénat français a adopté, vendredi, par 177 voix contre 153 le projet de loi de réforme des retraites. 

 

P.S. 2  L'opinion des Français évolue. Selon un sondage Opinionway à paraître samedi dans Le Figaro, 56% des Français considèrent que les syndicats devront "respecter le vote des parlementaires et arrêter le mouvement" si la réforme des retraites est adoptée définitivement. Les sondés sont 43% à penser qu'ils devront poursuivre le mouvement. Face au blocage de raffineries et de dépôts de carburants, 63% des personnes interrogées donnent raison au gouvernement d'intervenir.

 

 

 

Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 09:20

 

Comme je l’ai fait pour de précédentes journées de protestation, je commenterai en direct cette nouvelle journée, en complétant cet article par  des « points » faits à différents moments de la journée…Je vous engage donc à venir à plusieurs reprises le  consulter …

 

Laissez des commentaires, pour nous donner votre opinion, mais aussi pour  nous donner des informations sur ce que vous pouvez constater dans vos régions.

  

 

Point à 11 heures. Le métro parisien circule correctement, faibles perturbations à la SNCF, peu de grévistes ici ou là.

Deux points difficiles. D’abord  l’approvisionnement pétrolier qui risque de commencer à devenir problématique (à ce propos une déclaration  du patron de Total, de Margerie, à partir de l’étranger, se jugeant sans aucune responsabilité dans l’affaire !) surtout si la CFDT poursuit dans sa volonté de blocage avec ses routiers.  Ensuite les manifestations violentes de lycéens et de casseurs. 264 casseurs lycéens ont été interpellés hier au cours de plusieurs manifestations. Il y en aura d’autres sans doute aujourd’hui. Le gouvernement conserve son calme  et pour l’instant a bien les choses en  main.

 

Après toutes les révélations sur  les études faites lors des précédentes manifestations, apportant la preuve que les chiffres de manifestants cités par les syndicats étaient  farfelus et sans rapport avec la réalité, et qu’en revanche ceux de la police étaient tout à fait réalistes et sérieux, j’espère que les médias se baseront enfin sur ces chiffres et non sur les affabulations syndicales pour rendre compte de l’importance des manifestations. Un moyen de juger du sérieux des journalistes !

 

A suivre…A suivre…Nouveau Point à 14 heures

 

 

 

Point à 14 heures. Mobilisation en baisse à Toulouse, 24.000 manifestants seulement, malgré la présence de très jeunes contre 30.000 mardi…Chiffres faibles aussi dans d’autres villes de la région (Albi, Castres, Auch…) cela sent la démobilisation ! 

Confirmation de cette démobilisation, malgré la présence renforcée de « très jeunes », 340.000 manifestants en France à la mi-journée contre 500.000 mardi dernier ! Si l’après-midi confirme la matinée, ce sera un échec incontestable pour la CGT et la CFDT !

 

Le débat démocratique continue, comme de juste, au Sénat.

 

Christine Lagarde, a exhorté aujourd'hui les Français à "ne pas paniquer", vis-à-vis des problèmes d’approvisionnement en carburant. "Il ne faut pas se paniquer sur le sujet, il faut être extrêmement attentifs". "Je suis sûre que le dialogue social intelligent aidant, on arrivera à des situations de déblocage et non pas de blocage", a-t-elle assuré. Dix des douze raffineries françaises sont toujours à l'arrêt samedi matin, indique l'UFIP. Un dépôt a été « libéré » par les forces de l’ordre, dans le calme ce matin à Rouen.

 

J’ai le sentiment que ces journées de grève éloignent un peu Borloo du poste de Premier ministre. Il est d’une discrétion absolue, ne soutenant que de loin en loin le projet de réforme des retraites (alors que Fillon est très présent). Par ailleurs il est aussi ministre de l’énergie et on pourrait attendre du ministre de l’énergie qu’il se manifeste dans cette crise et qu’il contribue à la régler.

 

A suivre…A suivre…Nouveau point vers 17 ou 18 heures

 

 

Point à 17 heures.

Déclarations surréalistes de François Chérèque au moment du départ de la manifestation parisienne. Tendu, en colère, déçu sans doute, il aligne les sottises et les contre vérités : il parle toujours de plusieurs millions de manifestants ( !), il continue à affirmer que le gouvernement ne veut rien entendre, reste bloqué, alors que, grâce aux modifications apportées au projet, sur 700.000 personnes partant en retraite chaque année, 200.000 continueront à pouvoir partir à 60 ans ou à 65 ans sans décote. Quelle tristesse de voir le leader de la CFDT, raconter de telles inepties !

 

Moitié moins de monde que les autres journées au départ de la manifestation parisienne. Et pourtant les lycéens sont très nombreux…C’est côté adultes que ça coince. Ca sent la fin du mouvement, ce qui n’exclut pas quelques jours encore difficiles pour le gouvernement, des violences lycéennes, des reprises de grève ici ou là, la poursuite du « sabotage » de Marseille et des tentatives de blocage…

 

13.500 à Bordeaux contre 35.000  mardi et 30.000 le précédent samedi (il est vrai qu’il y avait du rugby à la télévision !). A Paris 50.000 manifestants seulement, malgré de forts bataillons de « très jeunes », ce sont des chiffres très faibles. On se demande qui les syndicats ont-ils mobilisés en dehors de leurs militants, des militants des partis d’extrême gauche et des lycéens toujours partant pour un chahut !

 

Bon, je pense que le gouvernement aura l’habileté de ne pas humilier les syndicats, mais tout le monde a compris !

 

A suivre…A suivre…Nouveau Point vers 19  heures

 

Point à 19 heures.

825.000 manifestants, France entière, c’est bien peu de chose…Et j’entendais Thibault de la CGT dire « on a un mouvement qui s’élargit ! »…Et les « journalistes porte micro », écoutent ça et ne disent rien !

C’est le chiffre le plus bas des 5 journées revendicatives, et nettement. Alors on va entendre, bien sûr,  ceux qui diront ce n’est pas le nombre qui compte…Mais c’étaient les premiers à clamer il y a quelques jours « 3 millions de manifestants c’est formidable, le gouvernement doit céder » au temps où certains pouvaient croire à ces chiffres gonflés et  totalement bidonnés !

Et puis il y avait des absents, c’est vrai,  Ségolène Royal par exemple, avait choisi, au lieu de manifester avec ses camarades, de passer un week end « en amoureux » à Venise.

 

Maintenant, il reste à régler, sans violence,  les points de blocage résiduels (raffineries, dépôts d’essence, Marseille, quelques ligne SNCF), à passer la manifestation baroud d’honneur de mardi prochain (qui devrait être forte) et les manifestations lycéennes de la semaine,  à poursuivre et achever le débat au Sénat (avec encore ici ou là quelques légères améliorations), puis en venir  au vote définitif des deux chambres.

 

On devrait être alors début novembre et passer à la deuxième période du quinquennat avec le remaniement ministériel et la « remontée » de Nicolas Sarkozy sur la route qui mène à 2012…Il y aura quelques cahots, sans doute, mais globalement, ça devrait aller assez bien.

 

A suivre…A suivre…Sans doute un nouveau point vers 22 heures.

 

Plusieurs actes de violence dans ces manifestations. Notamment à l'Opéra Bastille dont le hall a été saccagé par des jeunes d'extrême gauche.  

 

  

  Marc d'Héré 

 

Repost 0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 15:28

 

Le premier "mensonge" viendrait des syndicats qui annoncent pour les manifestations des chiffres totalement farfelus, et que reprennent les journalistes qui connaissent fort bien leur côté farfelu.

 

Un élément de  preuve. Deux études faites par un organisme spécialisé espagnol pour France Soir et une autre de « Média part » donnent pour la manifestation de mardi dernier à Paris 80.000 participants. Or la police avait donné 89.000 et les syndicats 330.000 ! On a donc la preuve que ce sont les chiffres de la police qui sont exacts.

D’ailleurs, si l’on veut réfléchir une seconde c’est évident. On peut estimer à 300 le nombre moyen de manifestants passant à un certain point en une minute, ce qui est raisonnable quand on sait que dans toute manifestation il y a des rangs compacts mais d’autres très légers, que certains sont serrés et d’autres très, très espacés, enfin qu’il y a de nombreux moments d’arrêt. Pour parvenir aux 330.000 revendiqués par la CGT et la CFDT,  il faudrait défiler 18 heures !

 

Pour parvenir aux 80.000 il faut 4 heures et demie, le temps de la manifestation parisienne.

 

Les syndicats n’ont jamais pu compter 330.000, ce chiffre est manifestement faux,  vraisemblablement inventé de toutes pièces et mensonger !

 

Le second "mensonge" viendrait à la fois des syndicats et des socialistes. Ils affirment, en chœur et sur tous les tons, que le gouvernement, a refusé tout débat et qu’il fait preuve d’autisme,  en refusant  de bouger et  de modifier son projet.

Or cela ne correspond pas à la réalité. La concertation avec les partis et les syndicats s’est déroulée sur plusieurs mois, les débats très longs au Parlement sont encore prolongés au Sénat! Le texte d’origine a été largement modifié, et  des avancées importantes réalisées sur la pénibilité, les carrières longues, les handicapés, la situation particulière des femmes, sur la participation des hauts revenus au financement...

Aujourd’hui sur les 700 .000 personnes partant chaque année en retraite, plus de 200.000, continueront à pouvoir partir à 60 ans ou 65 ans sans décote...Alors prétendre que le gouvernement n’a rien voulu changer est faux et, encore une fois, vraisemblablement mensonger.

 

Le troisième "mensonge" est socialiste et vient notamment de Ségolène Royal (mais pas seulement).  Celle-ci qui a appelé sur TF1, les lycéens à descendre dans la rue, prétend que ce n’est pas vrai, aujourd’hui…Il y a quelques millions de téléspectateurs qui savent qu’elle l’a bien dit. Mais au-delà du « cas » particulier( !) que représente l’ancienne candidate à la Présidentielle, les socialistes affirment partout qu’ils ne font rien pour attirer les lycéens et les  faire manifester. Pas de chance,   on a aujourd’hui des témoignages en provenance du lycée Buffon, cités par le JDD.fr, qui montrent le contraire. Les Jeunes Socialistes sont venus dans ce lycée, la semaine passée, mardi et encore ce jeudi. Ils ont distribué des tracts qui jonchent l'entrée de l'établissement. Dessus, deux nombres écrits en gros 60 et 67 ans, laissant entendre que le report de l'âge l'égal de la retraite dépasse largement deux années ! "Le PS racole devant le lycée à visage découvert, commente une surveillante. C'est presque un blocus organisé clé en main!". Ici, les jeunes socialistes ont aussi fait passer une liste en demandant aux élèves leur numéro de portable pour leur faire parvenir des informations. "On reçoit des textos", explique Luca. "Tout marche par chaîne téléphonique", confirme un autre. Ce qui n'est pas sans irriter quelques rebelles. "J'avais écrit mon numéro sur la liste avant de découvrir 'socialiste' écrit en bas, tout en petit. Je n'ai pas apprécié", raconte Léo, 16 ans…

 

Voilà la conception qu’ont  les syndicats et les socialistes de la vérité !  Il s’agit d’un mépris de la démocratie et une manière insupportable de faire de la politique.. Il est vrai que pour les socialistes, ce n’est pas très surprenant quand on se souvient que c’est grâce à une fraude massive, dans sa propre fédération, celle du Nord, que Martine Aubry a pu être élue première secrétaire !

Marc d’Héré

Voir sur ce blog :

Qui a (encore) peur de Martine Aubry ? http://marcdhere.over-blog.com/article-qui-a-encore-peur-de-martine-aubry-58625286.html

Où va la gauche ? http://marcdhere.over-blog.com/article-ou-va-la-gauche-58112237.html

 

Repost 0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 08:14

 

 

Il faut accepter cette réforme raisonnable, juste et nécessaire

 

 

 

Jean-Marie Bockel et La Gauche Moderne, sont sensibles à l’inquiétude face aux retraites,  qu’ont exprimée pour la 4ème journée, les nombreux manifestants et les grévistes. Comme eux, ils éprouvent regret et nostalgie de voir disparaître cette réforme emblématique de la retraite à 60 ans, mise en œuvre il y a près de trente ans, par François Mitterrand.

 

Mais depuis cette date, le monde a changé, la durée de vie s’est considérablement accrue, le nombre d’actifs par rapport aux retraités a diminué et doit encore diminuer, et prolonger de deux années l’âge légal de départ à la retraite est devenu incontournable, pour sauver le  système de retraite par répartition auquel nous tenons.

 

Par ailleurs, le Président et le gouvernement ont largement entendu les oppositions et les manifestations, en réalisant des avancées importantes sur la pénibilité, les carrières longues, les handicapés, la situation particulière des femmes, sur la participation des hauts revenus au financement...

 

Le texte d’origine,  aussi bien à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat,  a été largement modifié, dans le sens d’une plus grande équité. Aujourd’hui sur les quelques 700 .000 personnes partant chaque année en retraite, plus de 200.000, continueront à pouvoir partir à 60 ans ou à 65 ans sans décote.

 

Malgré sa difficulté, mais parce qu’elle est raisonnable, juste et nécessaire, la réforme des retraites doit être acceptée. 

 

C’est pourquoi, Jean-Marie Bockel et La Gauche Moderne, s’adressent aux  citoyens de gauche, dont ils se sentent proches, pour leur dire qu’il est temps maintenant d’achever dans le calme et la dignité cette période justifiée de manifestations et de grèves, qui a montré son utilité.

 

Jean-Marie Bockel, Président de La Gauche Moderne

Le 12 octobre 2010

 

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 11:14

 

A la SNCF, la CGT appelle à des grèves illimitées, à partir de mardi prochain. Il faut savoir que les agents de conduite verront, en 2017 (et pas avant), l'âge légal de départ à la retraite passer de 50 à 52 ans. Cela justifie-t-il de bloquer la France en octobre 2010?

 

Quelques lycéens se mettent à manifester, ici ou là…désireux  de ne pas laisser passer quelques occasions de chahut.  

 

Le  gouvernement a annoncé aujourd'hui au Sénat des amendements importants :

 

L’un de ces  amendements prévoit que  les parents qui se sont arrêtés au moins un an dans les trois ans suivant la naissance d'un de leurs enfants, (ce qui concernera principalement des femmes) pourront, pendant une période transitoire de 5 ans,  bénéficier d'une retraite sans décote à l'âge de 65 ans.

 
Le gouvernement, par la voix d’Eric Woerth propose que bénéficieront aussi de cette mesure de maintien de la retraite à 65 ans sans décote, et de manière pérenne,  les parents d'enfants handicapés.  

 

Ces avancées représentent un coût de 3,4 milliards d'euros s’étalant jusqu’en 2022.  Il sera financé, en partie, par deux nouvelles mesures  "hors bouclier fiscal » : une  majoration de 0,2 points du prélèvement social sur le capital,  et "l'alignement du taux du prélèvement sur les plus-values de cessions immobilières hors résidence principale (passage de 17% à 19%) sur le taux applicable aux plus-values de cessions mobilières".

 

Comme prévu la gauche sénatoriale estime que c’est du pipeau : 3, 4 milliards d’Euros (!) venant après les précédentes avancées sur la pénibilité notamment. La CGT, dont l’opposition commence à prendre un aspect de plus en plus politique dit à peu près la même chose (en plus subtil). La CFDT et la CFTC sauront-elles enfin, d’adopter une position plus ouverte ? A l’heure où j’écris elles se taisent, courageusement !

 

 Espérons que le débat démocratique qui devrait se poursuivre au Sénat dans de bonnes conditions si le parti socialiste renonce à son obstruction, permette  de parvenir à un projet équilibré, toujours plus équitable, prenant en compte, les exigences financières mais aussi, comme les avancées gouvernementales le montrent,  la nécessaire solidarité.

 

Marc d’Héré

 

 P.S.


Le FMI (Fonds monétaire international) a publié jeudi un rapport qui soutient qu'un recul de l'âge de la retraite est préférable à une baisse des pensions. Eric Woerth s'en félicite et remercie le FMI et DSK de soutenir la réforme française.

 

 

Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 20:39

 

 

Malgré le renfort des étudiants et des lycéens, la mobilisation a encore baissé,  ce samedi 2 octobre par rapport au 23 septembre (où elle avait déjà été plus faible que le 7).  Les chiffres officiels qui étaient de  plus d' 1,1 million le 7 septembre, étaient  descendus à 1 million le 23 et 900.000 aujourd'hui 2 octobre.

 

Même si les syndicats avancent d'autres chiffres, ils reconnaissent des baisses dans plusieurs grandes villes et , évoquent, pas très à l'aise, une   "mobilisation comparable" au 23 septembre...

 

 

Cette baisse, en tous cas,  n'empêchera pas le gouvernement de faire encore évoluer son projet de réforme des retraites vers  encore plus de justice. Après les importantes avancées déjà réalisées à l'Assemblée Nationale et en Commission au Sénat (sur la pénibilité et  pour les handicapés), avancées que les syndicats se refusent à reconnaître, il est certain qu'en séance, le Sénat prendra encore d'autres mesures de justice, notamment en direction des femmes. 

 

Je souhaiterais également que la participation des hauts revenus et des revenus du capital , soit augmentée.

 

Quoiqu'il en soit, les points essentiels de la réforme - les mesures d'âge -  ne bougeront pas et le projet amendé sera définitivement adopté avant la fin de ce mois. Les syndicats le savent, c'est pourquoi la poursuite de leur mouvement ne se justifie plus.

 

Marc d'Héré 

 

P.S.

Voir les lycéens manifester pour une retraite qu'ils prendront en 2050 ou 2060, et qui aura été réformée 3 fois d'ici là est énorme! Et il est scandaleux de voir des sybdicalistes adultes et des "responsables" socialistes les y inciter, pour remplacer les adultes qui ne se mobilisent plus. 

 

 

 

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 18:11

 

 

Cette journée de revendication a été marquée  par une baisse sensible de la mobilisation contre la réforme des retraites, par rapport à la journée du 7 septembre qui, elle-même, n’avait pas été extrêmement forte.

 

Nette baisse du nombre de grévistes, dans tous les secteurs : 37% à la SNCF contre 43% le 7 septembre, moins de 20% dans la fonction publique d’Etat contre 25% 15 jours plus tôt, 25% contre 32% à France Telecom, 16 contre 22% à la RATP…etc…etc…

 

Baisse aussi du nombre de manifestants qui atteignent, si l’on en croit les chiffres officiels, à peine le million, (seulement 65.000 à Paris !)  contre plus d’1,1 million le 7 septembre.

 

Bien entendu les syndicats, qui reconnaissent (comment faire autrement ?) la baisse du nombre de grévistes, citent eux  des chiffres de participation aux manifestations astronomiques. Aucune polémique ne s’engagera sans doute avec eux sur ce point, le gouvernement et le Président ayant intérêt à se garder de tout triomphalisme et à ne pas faire perdre la face aux partenaires sociaux. On en restera donc pour cette journée au commentaire convenu selon lequel la participation importante donne au gouvernement un devoir d’écoute et de prise en compte, autant que faire se peut, de ce qui s’est exprimé.

 

Mais tout le monde sait bien quelle est la réalité.

 

Alors que peut-il se passer maintenant ?

 

Le plus sage pour la CGT (et la CFDT qui la suit gentiment et fidèlement) serait d’arrêter les frais et de se remettre à négocier avec le gouvernement et les sénateurs pour obtenir de nouvelles avancées destinées à rendre plus juste le projet gouvernemental.

Ce serait le plus sage et le plus efficace, on peut donc penser qu’ils  choisiront une autre voie.

 

Poussés notamment par la partie la plus radicale du parti socialiste (Martine Aubry, qui a tant varié sur ce sujet,  n’allait-elle pas, hier, jusqu’à envisager des manifestations de rue, même après que la loi ait été votée !), sans doute vont-ils donner un prolongement à leur action.  Ayant bien pris conscience de la diminution du nombre de grévistes, ils choisiront vraisemblablement de manifester le week end,  donc sans appel à la grève, et en comptant sur l’apport de l’ensemble des militants et  sympathisants de gauche, qui, pour peu qu’il fasse à peu près beau, viendront en famille, crier leur opposition au Président et leur demande de retrait de la réforme des retraites, pour que, surtout,  rien ne change. Cela permettra-t-il de dépasser le million de participants, on peut le penser (ou alors c’est à désespérer du peuple de gauche !) et peut redonner un petit deuxième souffle au mouvement…Mais exigera une quatrième manifestation pour le vérifier…

 

D’autres, très minoritaires, choisiront sans doute de radicaliser le mouvement et il n’est pas impossible que l’on vive jusqu’au vote définitif de la loi, sur fond de grèves reconductibles, et de manifestations plus ou moins violentes. Mais cela devrait rester marginal. 

 

Le gouvernement, soutenu par la majorité,   poursuivra son travail de pédagogie, continuera à négocier en sous-main avec la CGT et la CFDT, et à poursuivre ses  aménagements, dans le sens d’une plus grande justice, en  acceptant  au Sénat quelques amendements significatifs sur les trois points de la pénibilité, des carrières longues et du cas des personnes ayant subi de longues interruptions, qui pour la plupart sont des femmes. Je souhaiterais, pour ma part qu’il décide aussi de faire davantage participer au financement les hauts revenus et les revenus du capital.

 

Quoi qu’il en soit, il est assez clair aujourd’hui que,  sauf catastrophe imprévisible ou maladresse insigne et malgré quelques difficultés qui ne manqueront pas d’apparaître,  le projet de réforme des retraites doit être  voté et appliqué.

 

Peut-être pourra-t-on dater de ce deuxième  jour d’automne, le début de la deuxième partie du quinquennat, celle du rebond.

 

 

Marc d’Héré

 

P.S. Dans ce combat  contre la réforme des retraites, François Chérèque aura parachevé ce à quoi il s’attache - involontairement mais obstinément –  depuis des mois : la quasi disparition de la CFDT. En calquant ses déclarations et son action sur celles de la CGT, il a fait totalement disparaître la particularité, l’intérêt et l’utilité de son organisation. On se demande bien ce qui pourrait pousser un salarié normalement constitué à choisir d’adhérer à la CFDT plutôt qu’à  la CGT, à la copie plutôt qu’à l’original,  et plutôt qu'au meneur au pâle accompagnateur.

 

Repost 0