Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 16:12

 

La cote de popularité de Nicolas Sarkozy progresse de 2 points et atteint 38% d'opinions positives, selon un sondage de LH2 pour Nouvelobs.com, publié ce lundi 7 février. Celle de François Fillon, elle, est en baisse de 2 points, à 49%.

 
Le chef de l'Etat semble bénéficier d'une actualité tournée vers l'international, après les soulèvements populaires en Tunisie et en Egypte. Toutefois, signe d’un malaise persistant, on constate une baisse des opinions positives auprès de ses soutiens traditionnels, que constituent les personnes âgées de 65 ans et plus, les retraités et les sympathisants UMP.

 

C’est auprès des 18-24 ans que les opinions positives progressent le plus significativement. Si elles restent inférieures à la moyenne de la population, elles augmentent de 12 points à 37%. Le président voit également les opinions positives le concernant s’améliorer chez les 35-49 ans et les 50-64 ans. Si les jeunes actifs sont les plus réticents sur le chef de l’Etat, les 65 ans et plus restent la seule classe d’âge qui exprime une opinion majoritairement positive malgré une légère baisse.

 

Par ailleurs, la popularité de Nicolas Sarkozy connaît une embellie notable chez les ouvriers (+15 points, 34%), tout en restant assez faible auprès de cette population

L’image de François Fillon reste quant à elle positive pour près de la moitié des Français, même si elle se déprécie de 2 points à 49%.

 

(Nouvelobs.com)

Sondage réalisé les 4 et 5 février 2011, par téléphone auprès d'un échantillon de 955 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

 

 

Nouvel Obs

 

 

Repost 0
Published by Nouvel Obs - dans Vie Politique
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 16:50

 

Evolution des opinions positives concernant Nicolas Sarkozy.  La moyenne est établie à partir de la publication régulière de  9  enquêtes. 

 

 

 

                                       AVRIL    MAI   JUIN   JU/AO   SEPT   OCT   NOV    DEC 

Sofres Figaro                        30        28        26      30          26         26         24         24

Opinion Way Metro               31        36        32      30          34        30        32         33

Ipsos Le Point                        32        36        35      34          34        31        30         35    

BVA Orange Express             40        36        36      33         32         30        34         33    

IFOP JDD                              31        33        34      36          32        29        32         31    

LH2 Nouvel Obs                    38        36        37       33         34        34        35         35

IFOP, Paris Match                  33        34        35       35         38       35        36          36

Via voice Libération                 35        38        34       34         34       34       32          35  

CSA Le Parisien                      34        37        34       34          32      31         32           34              

 

 

Moyenne                               33,8     34,9     33,7     33,2       32,9  31,1      31,9        32,9

 

                                              

                                           JANV   FEV  MARS   AVRIL  MAI  JUIN  JUIL-AOU  SEPT             

 

Sofres Figaro                         27                                                                 

Opinion Way Metro               30             

Ipsos Le Point                        33

BVA Orange Express             34

IFOP JDD                              30                              

LH2 Nouvel Obs                    36                   

IFOP, Paris Match                  34                  

Via Voice Libération               34

CSA Le Parisien                     34                  

 

Moyenne                               32,4

 

Après une progression en novembre et décembre, on constate un léger recul, en janvier. Le changement d’image prend du temps, mais si le Président conserve la ligne qui est la sienne depuis novembre :  poursuite de la politique de réforme, tout en étant moins interventionniste en politique intérieure et actif sur le plan international,  un comportement plus « présidentiel » et plus « protecteur » , et si la situation économique et notamment l’emploi s’améliorent enfin, des progrès sensibles devraient se constater dans les mois qui viennent.

 

Marc d'Héré

 

 

 

 

 

 

 

 

      

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 13:22

 

Nous sommes à 16 mois de l’élection  présidentielle et faire, si loin de l’échéance,  des prédictions, alors même que nous ne connaissons encore ni les candidats ni leurs programmes, peut paraître irréaliste et vain.

 

Pourtant, on peut s’y essayer et  avancer aujourd’hui que la victoire de  Nicolas Sarkozy semble d’autant plus envisageable que se profile la répétition d’un 21 avril, c'est-à-dire l’absence du candidat (ou de la candidate)  de gauche au deuxième tour de l’élection, qui verrait s’affronter le Président actuel et la candidate du Front National.

 

Si, comme on peut le penser aujourd’hui, Dominique Strauss-Kahn n’est pas candidat et que la division des socialistes perdure, si le chômage confirme sa décrue au long de l’année qui vient, si Nicolas Sarkozy poursuit avec succès sa re-présidentialisation, et Marine Le Pen son opération de dé-diabolisation, alors oui, cette situation, catastrophique pour la gauche institutionnelle -  et  sans doute mortelle pour le Parti socialiste-   peut se reproduire.

 

Regardons les scores possibles à cette élection.

 

Nicolas Sarkozy, qui dans les pires sondages de novembre, avec la concurrence (très improbables dans la réalité) de Villepin et Borloo, n’a jamais été crédité de moins de 25% au premier tour, devrait faire autour de 30%... Pour ne pas être taxé d’irréalisme, ou, diraient certains, d’optimisme excessif,  retenons 28%.

 

L’extrême gauche pourrait atteindre les 14% : 8% pour Mélenchon (Parti de Gauche et PC), Besancenot 3%, Lutte Ouvrière, le parti des travailleurs et quelques autres  pourront, à eux tous, faire aussi 3%.

 

Les écologistes, s’ils se décident pour un bon candidat, feront au moins 7%.

 

Bayrou, certes affaibli, isolé, mais toujours présent et populaire fera autour de 14%.

 

Le ou les candidats du centre de la majorité  ne feront pas moins de 4%.

 

Restent 33% à se partager entre le Front National et le PS…17% pour Martine Le Pen ne paraît pas exagéré…Ne resterait alors que 16% pour le candidat (ou la candidate) du PS !

 

Politique fiction ? Bien sûr…Rien n’est joué, loin de là.  La vie politique n’a rien à voir avec les mathématiques   et beaucoup de choses peuvent se passer d’ici mai 2012, dont certaines peuvent favoriser le PS et affaiblir le Font National…Mais cette possibilité existe, même  si elle n’est pas (pas encore ?) la plus probable.

 

Marc d’Héré

 

P.S. Sur le blog Social libéral http://marcdhere.over-blog.com, « Les vœux de Nicolas Sarkozy à la Nation » : http://marcdhere.over-blog.com/article-les-voeux-du-president-de-la-republique-pour-l-annee-2011-64067681.html

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 09:08

 

Un article de Bruno Jeudy dans le JDD du 2 janvier...Autre titre...

 

 Bruno Jeudy, le JDD 2 janvier...
 

Nicolas et Carla Sarkozy à pied dans les rues de Paris. 13h45, samedi: le Président et la première dame s’offrent un moment de détente et décident de déjeuner dans un restaurant du 8e arrondissement.

Au lendemain de ses voeux aux Français, le chef de l’Etat se rassure en constatant la "gentillesse" des passants qu’il croise. Il semble surtout satisfait de son intervention télévisée. Onze millions de téléspectateurs l’ont regardée. "C’est 900.000 de plus que l’année dernière. Qu’est-ce que ce serait si j’étais populaire!" se félicite-t-il alors que sa cote de confiance est au plus bas.

 

Des voeux de combat. Sarkozy s’est plutôt bien sorti de cet exercice toujours artificiel. Debout dans la salle des fêtes de l’Elysée, il a ciselé un message habile, même s’il a versé par moments dans l’autosatisfaction. Tout en promettant de nouvelles réformes, il a dessiné le portrait du futur candidat à sa réélection: celui d’un Président protecteur, avocat de l’euro et défenseur de la laïcité.

2012? Il y pense et il en parle. Aucun de ses prédécesseurs n’avait osé évoquer, lors des sacro-saints voeux aux Français, même à mi-mot, la future élection présidentielle un an et demi avant l’échéance. Nicolas Sarkozy, lui, l’a fait. Sans hypocrisie. Sans excès non plus.

Le Président a, certes, expliqué qu’avant 2012 il y avait 2011. Et qu’il entendait faire des douze prochains mois une "année utile". Une expression directement empruntée… à Jacques Chirac. Son prédécesseur l’avait utilisée en 2001. Mais le seul fait de parler du "rendezvous électoral" de 2012 prouve que Nicolas Sarkozy ne pense plus qu’à ça. Sa réélection.

 

S’appuyer sur Fillon. Dans les neuf minutes de son allocution, tout y est déjà. Cela ressemble à des voeux de combat. Ses thèmes de campagne (sécurité, immigration, délocalisations, défense de l’euro), sa méthode électorale et des messages à ses adversaires de gauche et de droite.

Mais en 2011, c’est la droite qu’il veut d’abord rassurer, voire reconquérir. Une partie des électeurs de 2007 est déçue. Préfère François Fillon. Rêve de Jean-Louis Borloo. Regarde du côté de Marine Le Pen. "Tous les mois, la presse m’invente un nouveau champion ou une nouvelle championne", confie-t-il en privé sans plus d’inquiétude en dressant la liste: De Villepin à Aubry, de Fillon à Borloo et Marine Le Pen.

En cette année préprésidentielle, Sarkozy s’amuse déjà de voir les "autres" annoncer leurs candidatures à la file indienne. Lui attendra la fin de l’année pour se lancer. En attendant, il se réjouit de sa relation de travail avec Fillon qu’il a préféré garder à Matignon plutôt que d’en faire un rival. "Jamais, dit-on à l’Elysée, un président et son Premier ministre n’ont eu, au bout de trois ans et demi, aussi peu d’animosité."

 

Retourner au peuple. Conscient qu’il doit remanier son style qui a tant heurté les Français, Nicolas Sarkozy s’efforce, depuis la débâcle des régionales de 2010, d’offrir un profil plus zen, plus présidentiel. En 2011, il prévoit une "centaine de visites en province". "C’est comme ça depuis 2007", soupire-t-il. Mais le format a changé. Le Président n’y fait plus d’annonce et refuse de commenter l’actualité préférant expliquer ses réformes et discuter avec des Français dans des tables rondes sur des thèmes sensibles à droite (agriculture, santé, sécurité).

Testée l’année dernière, cette stratégie du "retour au peuple" sera poursuivie en 2011. Début des opérations mardi à Saint-Dizier puis, le week-end prochain, aux Antilles. L’exercice avait plutôt réussi à Jacques Chirac en 2002. "Cela permet au Président d’avoir le contact en direct sans le filtre des médias", décrypte un conseiller. A part la conférence de presse du 24 janvier consacrée à la présidence française du G20, le chef de l’Etat devrait se faire rare dans les médias et limiter ses contacts avec les journalistes.

 

Neutraliser l’antisarkozisme. Après une année "rude" selon son mot, marquée par la réforme capitale des retraites, Sarkozy sait qu’il va devoir "cajoler" des centristes amers, des radicaux déçus, mais aussi renouer avec un électorat populaire tenté par un retour au vote FN. "Pour l’instant, ils se marchent sur les pieds dans l’antisarkozisme", minimise-t-on à l’Elysée tout en multipliant les signaux. Témoin: ce plaidoyer proeuropéen vendredi soir qui ne va sûrement pas déplaire aux électeurs centristes. Mais aussi cette ode à la laïcité, référence majeure des radicaux. Pour l’heure, Sarkozy ne semble pas croire à la montée en puissance de Marine Le Pen.

 

L'aide de Carla. L'année politique de la première dame commencera dès vendredi en Martinique. Elle accompagnera son mari aux Antilles puis déjeunera lundi avec Michelle Obama à Washington. Plus présente  qu'en 2010, elle devrait effectuer plusieurs déplacements en province. "Elle fait un parcours fantastique, elle veut m'aider" confie en privé le Président. Pour autant Carla entend rester à sa place. Elle, qui n'aime pas la politique reste méfiante et entend surtout poursuivre sa carrière d'artiste. Un fil et un disque sortiront cette année. En revanche, l'Elysée dément de projet d'adoption relayé par certains magazines populaires.

 

Bruno Jeudy

le JDD du 2 janvier 2011.

Repost 0
Published by Bruno jeudy, le JDD - dans Vie Politique
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 08:48

 

Vendredi 31 décembre 2010


Mes chers compatriotes,

 

L'année 2010 s'achève. Je sais qu'elle fut rude pour beaucoup d'entre vous. La crise économique et financière, commencée il y a 3 ans, a continué à faire sentir ses effets et nombreux furent ceux qui ont perdu leur emploi ce qui n'a fait qu'exacerber le sentiment d'injustice ressenti par des salariés qui n'étaient en rien responsables de la crise.

Pourtant grâce au travail des Français, à leur courage, à leur capacité d'adaptation, à la force de notre économie, aux avantages de notre modèle social, la récession fut moins sévère et d'une durée plus courte que ce que connurent nombre de nos partenaires.

 

Et l'année 2011 s'annonce comme porteuse d'espérance. La croissance revient. Les grandes réformes engagées commencent à porter leurs fruits. Nos universités enfin autonomes s'ouvrent et se modernisent comme jamais elles ne l'ont fait dans le passé. Nos chercheurs se sont vus dotés de moyens financiers considérables grâce au grand emprunt.

Nos entreprises utilisent à plein le crédit d'impôt recherche pour innover. Plus de 5 millions de salariés ont effectué des heures supplémentaires entièrement défiscalisées, tant pour eux-mêmes que pour les entreprises qui les ont employés, ce qui a permis de soutenir le pouvoir d'achat malgré la crise.

Notre système de retraite a été mis à l'abri de la faillite inéluctable qui le guettait si nous n'avions rien fait. Ce sont les pensions de nos aînés qui ont été sauvées et pour la première fois, la France a pu affronter une réforme capitale sans violence et sans blocage grâce au service minimum qui a bien fonctionné et à l'esprit de responsabilité des Français qui savaient bien que ce rendez-vous pour douloureux qu'il fut était inéluctable. Je veux rendre hommage à leur maturité et à leur intelligence collective.

 

L'Europe dans la tempête a su faire face certes pas assez complètement et souvent pas assez rapidement mais l'Europe a tenu et l'Europe nous a protégés.

Ne croyez pas, mes chers compatriotes ceux qui proposent que nous sortions de l'euro. L'isolement de la France serait une folie. La fin de l'euro serait la fin de l'Europe. Je m'opposerai de toutes mes forces à ce retour en arrière qui ferait fi de 60 ans de construction européenne qui ont apporté la paix et la fraternité sur notre continent. Je le dis avec d'autant plus de fermeté que j'ai toujours milité pour la préférence communautaire, et que je me suis toujours battu pour la protection de notre industrie, la réciprocité et la fin de la naïveté dans les discussions commerciales avec nos principaux partenaires.

L'Europe est essentielle à notre avenir, à notre identité et à nos valeurs.

 

Ma conviction la plus intime pour 2011 est qu'il nous faut continuer inlassablement à renforcer nos atouts et à effacer nos points faibles en étant plus compétitifs, en formant mieux nos jeunes, en travaillant mieux, en réduisant nos dépenses publiques et nos déficits sous peine de voir notre indépendance gravement menacée.

Regardons ce qui s'est passé en Europe. Les pays qui ont voulu vivre au-dessus de leurs moyens sans penser aux lendemains ont été lourdement sanctionnés. Mon premier devoir est de protéger la France de cette perspective. La France tiendra donc ses engagements en équilibrant ses comptes. Je ne transigerai pas sur cet objectif.

 

Je sais que 2012 sera un rendez-vous électoral de grande importance. Mais nous sommes en 2011, nous ne pouvons nous payer le luxe d'une année d'immobilisme pré-électoral alors que le monde avance à une vitesse stupéfiante. 2011 doit donc être une année utile pour les Français. La difficulté ne compte pas lorsque sont en jeu l'intérêt de la nation et le bien commun des Français.

 

Mon devoir est de privilégier en toutes circonstances l'intérêt général. Jusqu'à la dernière minute de mon mandat je n'aurai d'autre règle que celle-là. Nous allons donc continuer à réformer parce que c'est la seule façon de préserver notre modèle et notre identité, c'est la seule façon de protéger la France et les Français.

Les protéger de la dépendance car chacun a le droit à sa dignité face aux souffrances du grand âge.

Les protéger des délocalisations en harmonisant notre fiscalité avec nos voisins Allemands. Les protéger de la violence chaque jour plus brutale de la part de délinquants multi-réitérant en ouvrant nos tribunaux correctionnels aux jurés populaires.

Ainsi c'est le peuple qui pourra donner son avis sur la sévérité de la réponse à apporter à des comportements qui provoquent l'exaspération du pays.

 

Avec le Premier Ministre François FILLON qui a toute ma confiance, avec le gouvernement, nous devons travailler sans relâche toute cette année au service d'une prospérité française retrouvée qui nous permettra de créer les emplois dont nous avons besoin. Je ferai mon devoir en écoutant, en dialoguant, mais lorsque le moment sera venu, en prenant les décisions qui s'imposent dans un esprit de vérité et de justice.

 

Je le ferai en respectant scrupuleusement nos principes républicains les plus chers.

La laïcité et le refus du communautarisme. La loi portant interdiction de la burqa sera appliquée dans l'esprit comme dans la lettre.

Le rappel à chacun qu'il ne peut exister de droit sans la contrepartie de devoirs. Ainsi l'école est obligatoire. L'absentéisme est inacceptable car il condamne à l'échec ceux qui s'y abandonnent. Le respect de la loi est intangible et on ne la bafoue pas.

De même que le respect dû à la France par ceux que nous accueillons est une exigence. L'égalité des chances et la justice qui ne sont ni l'égalitarisme ni l'assistanat et qui doivent nous conduire à considérer la revalorisation du travail comme une priorité absolument intangible.

La liberté enfin qui doit aller de pair avec le respect que chacun doit aux autres.

 

Tout au long de l'année, mes chers compatriotes, la France portera la lourde responsabilité de la double présidence du G 20 et du G 8. Elle défendra l'idée d'un monde plus régulé, moins brutal où l'interdépendance oblige chacun à davantage écouter l'autre. Elle défendra la France vigoureusement ses intérêts sans jamais renoncer à ses valeurs, quant au multilatéralisme, au respect des droits de l'Homme, au combat pour le développement et à l'impératif de la protection de notre planète.

 

Mes chers compatriotes, je veux vous adresser mes vœux, mes vœux de bonheur les plus sincères et les plus chaleureux pour cette année 2011.

 

J'ai une pensée particulière pour ceux qui sont dans la peine et le désarroi, spécialement nos otages pour qui nous continuerons à mobiliser toutes nos forces jusqu'au jour de leur libération, et pour nos soldats qui passent cette fin d'année loin de leur famille en risquant leur vie pour défendre nos valeurs et notre liberté.

 

Mes chers concitoyens,

Vive la République !

Et Vive la France !

 

Nicolas Sarkozy

 

 

 

Repost 0
Published by Nicolas Sarkozy - dans Vie Politique
commenter cet article
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 10:40

 

Evolution des opinions positives concernant Nicolas Sarkozy.  La moyenne est établie à partir de la publication régulière de  9  enquêtes. 

 

 

 

                                       AVRIL    MAI   JUIN   JU/AO   SEPT   OCT   NOV   DEC 

Sofres Figaro                        30        28        26      30          26         26        24       24

Opinion Way Metro              31        36        32      30          34        30        32        33

Ipsos Le Point                       32        36        35      34          34        31        30        35    

BVA Orange Express            40        36        36      33         32         30        34        33    

IFOP JDD                             31        33        34      36          32        29        32        31    

LH2 Nouvel Obs                   38        36        37       33         34         34        35       35

IFOP, Paris Match                 33        34        35       35         38       35        36         36

Via voice Libération               35        38        34       34         34        34        32         35  

CSA Le Parisien                    34        37        34       34          32      31         32         34              

 

 

Moyenne                               33,8     34,9     33,7     33,2       32,9  31,1      31,9      32,9

 

                                              

N’ayant pas de chiffre pour le sondage Sofres Figaro de ce mois, je reporte celui du mois dernier (le plus faible jamais enregistré).

 

La progression est nette, plus 1 point (après plus 0,9 le mois dernier). Sarkozy revient au niveau de septembre, mais c’est  encore bien faible. Il faudrait que le début d’année 2011 se traduise par une accélération de la hausse.

 

Bonne année à tous.

 

Marc d’Héré 

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 11:05

 

Avant d'écouter les voeux que Nicolas Sarkozy nous présentera le 31 décembre 2010, retour sur ses voeux de l'an dernier...

 

Françaises, Français, mes chers compatriotes,

L’année qui s’achève a été difficile pour tous. Aucun continent, aucun pays, aucun secteur n’a été épargné. La crise économique a imposé de nouvelles peines, de nouvelles souffrances, en France comme ailleurs. Je pense en particulier à ceux qui ont perdu leur emploi. Cependant notre pays a été moins éprouvé que beaucoup d’autres. Nous le devons à notre modèle social qui a amorti le choc, aux mesures énergiques qui ont été prises pour soutenir l’activité et surtout pour que personne ne reste sur le bord du chemin.

Mais c’est à chacun d’entre vous que revient le plus grand mérite. Je veux rendre hommage ce soir au sang-froid et au courage des Français face à la crise. Je veux rendre un hommage particulier aux partenaires sociaux qui ont fait preuve d’un grand sens des responsabilités, aux associations qui ont secouru ceux qui en avaient le plus besoin, aux chefs d’entreprises, ils sont nombreux, qui se sont efforcés de sauver des emplois.

Ensemble nous avons évité le pire. Mais nous avons aussi préparé l’avenir. Au moment où tout laisse à penser que la croissance va revenir, nous voyons qu’au cours de cette année, au milieu des difficultés de toutes sortes, un monde nouveau a commencé à se construire.

Une nouvelle organisation mondiale se dessine à travers le G20. Des problèmes qui soulevaient depuis bien longtemps une grande émotion et qui paraissaient insolubles, comme les bonus extravagants ou les paradis fiscaux, sont en voie d’être résolus. Il n’est pas jusqu’au sommet de Copenhague qui n’ait ouvert une porte sur l’avenir en parvenant à faire prendre par tous les Etats des engagements chiffrés de lutte contre le réchauffement climatique et en posant le principe d’un financement pour les pays pauvres qui sera assuré par la taxation de la spéculation financière.
L’Europe s’est enfin dotée des institutions qui vont lui permettre d’agir et la France a continué à se transformer. Elle arrive au terme de cette année avec une fiscalité plus favorable au travail et à l’investissement grâce à la réforme de la taxe professionnelle, un lycée qui prépare mieux à l’enseignement supérieur, des universités enfin autonomes, un service minimum dans les transports publics qui fonctionne, le RSA qui encourage la reprise d’activité pour nos compatriotes les plus démunis, une formation professionnelle davantage tournée vers les jeunes et vers ceux qui cherchent un emploi, un système hospitalier, une carte judiciaire, une organisation de notre Défense qui sont mieux adaptés aux besoins de notre époque, un fonds souverain à la française qui se tient désormais aux côtés de nos entreprises pour les aider à se développer et pour les protéger.

Grâce à un plan d’investissement sans précédent nous allons pouvoir accomplir la révolution numérique, donner à tous l’accès au haut débit, numériser nos livres pour que notre langue, notre culture puissent continuer à rayonner, mais aussi créer 20 000 places d’internats d’excellence pour rétablir une réelle égalité des chances, et doter notre enseignement supérieur et notre recherche de moyens considérables pour réussir le pari de l’intelligence.

Grâce à la loi Hadopi qui sera mise en œuvre en 2010, nos créateurs et nos artistes vont être protégés.
Grâce au Grenelle de l’Environnement nous allons pouvoir relever le défi de la protection de notre environnement. C’est un domaine où il est bien difficile de faire évoluer les mentalités et les comportements. Mais je ne suis pas un homme qui renonce à la première difficulté, et la fiscalité écologique qui permet de taxer la pollution et d’exonérer le travail est un enjeu majeur. Dès le 20 janvier, le gouvernement présentera un nouveau dispositif afin que les consommateurs soient incités à consommer mieux et les producteurs à produire propre.

Beaucoup de réformes ont été accomplies. Je sais qu’elles ont bouleversé des habitudes et qu’avant de produire leurs effets elles ont pu provoquer des inquiétudes. Mais qui peut croire que dans ce monde qui bouge l’immobilisme soit une alternative ? Il nous reste encore bien du travail. Je le conduirai avec le Premier Ministre et le Gouvernement dans le dialogue et avec un esprit de justice.
En 2010, il va nous falloir : faire reculer le chômage et l’exclusion, réduire nos dépenses courantes pour nous permettre d’accroître nos dépenses d’avenir, simplifier notre organisation territoriale trop lourde, trop compliquée, trop onéreuse, consolider notre système de retraites dont j’ai le devoir d’assurer la pérennité financière, relever le défi de la dépendance qui sera dans les décennies à venir l’un des problèmes les plus douloureux auxquels nos familles seront confrontées.
En 2010, nous réformerons notre Justice pour qu’elle protège davantage les libertés et qu’elle soit plus attentive aux victimes.

Mes chers compatriotes, même si les épreuves ne sont pas terminées, 2010 sera une année de renouveau. Les efforts que nous faisons depuis deux ans et demi vont porter leurs fruits.
Dans ce moment si crucial nous devons rester unis comme nous avons su l’être au plus fort de la crise. C’est cette unité qui nous a permis de prendre l’initiative d’entraîner les autres. Les idées que la France défend vont pouvoir s’imposer dans la recherche d’un nouvel ordre mondial : plus d’équilibre, plus de régulation, davantage de justice et de paix. Ces idées nous imposent un devoir d’exemplarité.

Respectons-nous les uns les autres, faisons l’effort de nous comprendre, évitons les mots et les attitudes qui blessent. Soyons capables de débattre sans nous déchirer, sans nous insulter, sans nous désunir.

Une France rassemblée, ayant confiance en elle, regardant l’avenir comme la promesse d’un accomplissement, voilà le vœu que je forme pour notre pays.
A chacun d’entre vous, mes chers compatriotes, j’adresse tous mes vœux de bonheur pour l’année qui vient, avec une pensée particulière pour nos soldats, séparés de leur famille, qui risquent leur vie pour défendre nos valeurs et garantir notre sécurité.

A nos compatriotes d’outre-mer je veux dire ma détermination à ce que la République tienne à leur égard cette promesse d’égalité et de dignité qu’elle n’a pas suffisamment tenue par le passé.
Et aux plus vulnérables d’entre nous, à ceux que l’âge a affaiblis, à ceux que les accidents de la vie ont durement éprouvés, je veux dire ce soir qu’ils ne seront pas abandonnés. Face à l’isolement, face à la solitude, si répandus dans nos sociétés modernes, je souhaite que 2010 soit l’année où nous redonnerons un sens au beau mot de fraternité qui est inscrit dans notre devise républicaine.

Mes chers compatriotes,
Vive la République et vive la France

Nicolas Sarkozy

31 12 2009 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 09:33

 

Sondage CSA/ Le Parisien: la côte de confiance de Nicolas Sarkozy progresse de 2 points à 34% (les opinions négatives baissent de 3 points).

 

Il y a, depuis quelques jours,  comme un changement d'atmosphère. Peut-être parce qu'ils imaginent  le Président affaibli (!), les anti sarkozystes pathologiques s’expriment moins ces temps-ci ou le font avec moins de virulence... Il règne un grand calme (peut-être provisoire) du côté des  pseudos affaires et des fausses polémiques, Bayrou et Villepin s'expriment sans violence sur la politique du Président et renoncent (presque) aux attaques personnelles, Marianne et Canal+ sont moins systématiques, même dans  Le Monde  on peut lire  plusieurs titres qui n’ont pas pour objet d’attaquer Nicolas Sarkozy.  Sur le Net, les injures sont moins nombreuses et plutôt moins grossières...

Tout cela, qui, accompagne et vient justifier le nouveau comportement du Président est de bon augure...L'ambiance qui devient meilleure, rendra plus facile, dans les prochaines semaines, la poursuite de la  remontée dans l’opinion.

           

D’autres indices favorables.  Selon l’INSEE le chômage est resté stable à 9,3% de la population active, au 3ème trimestre. Sur un an, son augmentation est limitée à 0,1%, ce qui, ajouté aux bons chiffres de la croissance (qui dépassera certainement l’objectif initial de 1,4%) confirme que l’on sort progressivement de la crise...  Cela commence à se ressentir dans l’opinion, où la confiance revient progressivement. Une enquête Viavoice, pour HEC, Le Figaro et France inter, fait état d’un net regain d’optimisme chez les cadres : + 8 points.  

 

Les socialistes échangent des amabilités :

-François Hollande a déclaré dimanche, visant DSK : "quand on est loin, on est toujours populaire",  et il a  ajouté que  le problème, quand on  veut être candidat, c'est qu'on vient très près et donc qu’on prend le risque de descendre de son piédestal…

-Delanoë, à propos du même DSK : ce serait une faute si le Parti socialiste adoptait "le culte du sauveur suprême »

-Martine Aubry dans le JDD, qui lui a  offert une très belle tribune « Je ne vois aucune raison, sauf l'impatience de l'un ou l'autre, de changer ce calendrier [celui des primaires] que les militants ont voté ». On croit deviner qui est coupable de l’impatience qu’elle dénonce ! Et pour bien enfoncer le clou elle ajoute « la patience ne pousse pas dans tous les jardins. Quand on a vocation à diriger le pays, on se doit d’être serein et responsable »…L’impatiente visée ne serait-elle pas responsable et  n’aurait-elle pas vocation à diriger le pays ?

-Michel Sapin, a estimé  qu’en désignant DSK comme « le meilleur Premier ministre », Ségolène Royal a prononcé une grossièreté.  "Je pense qu'il faut éviter dans la vie politique de dire des choses qui paraissent gentilles mais qui sont en fait des grossièretés", a-t-il précisé.

Succès pour la France en Inde. En présence de Nicolas Sarkozy et du Premier ministre indien Manmohan Singh,  ont été signés lundi 6 décembre, à New Dehli, deux accords concernant des réacteurs nucléaires de type EPR. Le contrat se monterait à 7 milliards d’Euros. Au total les accords signés avec l’Inde se monteraient à 15 milliards d’Euros.

 

C'est aussi un succès politique, comme le montre le communiqué commun. J'en retiens une des premières phrases:

 

"Au moment où le Partenariat stratégique entre la France et l'Inde entre dans sa douzième année, le Président français et le Premier ministre indien, reconnaissant le rôle croissant que joue l'Inde sur la scène internationale, se sont montrés résolus à donner à ce partenariat une impulsion nouvelle".

 

 

Marc d'Héré

 

 

P.S. Sarkozy gagne 5 points à 35% dans le sondage IPSOS, pour Le Point....Les bonnes novelles continuent

 

  Lire aussi   " l'élan de la réforme est intact, discours de François fillon"  http://marcdhere.over-blog.com/article-l-elan-de-la-reforme-est-intact-discours-de-politique-generale-de-fran-ois-fillon-61686741.html

 

 

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 11:03

 

Evolution des opinions positives concernant Nicolas Sarkozy.  La moyenne est établie à partir de la publication régulière de  9  enquêtes. 

 

 

 

                                       AVRIL    MAI   JUIN   JU/AO   SEPT   OCT   NOV  DEC 

Sofres Figaro                         30        28        26      30          26       26         24

Opinion Way Metro               31        36        32      30          34        30        32

Ipsos Le Point                        32        36        35      34          34        31        30                  

BVA Orange Express             40        36        36      33          32        30        34      

IFOP JDD                              31        33        34      36          32        29        32                  

LH2 Nouvel Obs                    38        36        37       33         34        34        35

IFOP, Paris Match                  33        34        35       35         38       35         36                  

Via Voice Libération                35        38        34       34         34       34         32                  

CSA Le Parisien                      34        37        34       34          32      31         32                 

 

 

Moyenne                               33,8     34,9     33,7     33,2       32,9  31,1        31,9

  

 

L'évolution est positive  + 0,8  point de moyenne, mais on aurait pu espérer davantage. 

 

En fait on est à un moment de grande incertitude, et les Français ne savent plus très exactement où ils en sont, ce qu'ils pensent du Président et de la majorité :  la réforme des retraites n'a pas emporté l'adhésion et les Français s'y sont opposés, mais ils savent bien dans le fond qu'il n'y avait pas de solutions très différentes...Le remaniement du gouvrnement, avec le mainten de Fillon, l'intervention télévisée du Président,  son changement de comportement, le fait qu'il se consacre davantage aux affaires extérieures, tout en maintenant sa ligne réformatrice, et laisse plus d'initiative au gouvernement et au Premier ministre ...sont source d'incertitude et de trouble pour  les Français.

 

J'en veux pour preuve les deux derniers sondages, réalisés quasiment les mêmes jours: celui  de BVA orange qui fait gagner 4 points au Président (à 34%) et perdre 6 points d'opinions négatives, et celui de Sofres-Figaro, qui, en lui faisant perdre 2 points,  l'amène à 24%, son plus bas historique!

 

Nous sommes à un moment décisif...L'opinion des Français est flottante...Si le Président poursuit dans cette voie  d'un comportement plus maîtrisé, plus présidentiel, tout en restant ferme sur les réformes, et si les résultats économiques cotinuent à s'améliorer, l'opinion devrait assez vite basculer, et les premiers mois de 2011, devraient se traduire par une amélioration plus nette de sa popularité.

 

Marc d'Héré

 

P.S.  Il y a comme un changement d'atmosphère. Peut-être parce qu'ils le croient affaibli (!), les anti sarkozystes pathologiques se montrent moins ces temps-ci ou sont moins violents... Grand calme (peut-être provisoire) sur les pseudos affaires et les fausses polémiques, Bayrou et Villepin s'expriment sans violence sur la politique du Président et renoncent (presque) aux attaques personnelles, Marianne et Canal+ sont moins systématiques, même Le Monde (oui, Le Monde!) consacre plusieurs de ses titres à d'autres thèmes que les attaques anti Sarkozystes...Sur le Net même, les injures sont moins nombreuses et moins grossières...

Tout cela, qui, accompagne et vient justifier le nouveau comportement du Président est d'excellent augure...L'ambiance qui devient meilleure, rendra plus facile, dans les prochaines semaines, la remontée dans les sondages.

 

Voir aussi:  Novembre 2010, un nouveau départ: http://marcdhere.over-blog.com/article-novembre-2010-un-nouveau-depart-61354871.html

 

                       Sarkozy, pourquoi tant de haine?: http://marcdhere.over-blog.com/article-sarkozy-pourquoi-tant-de-haine-58518451.html

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 11:15

 

Ce début du mois de novembre marque à l’évidence la fin d’une étape et le début d’une nouvelle phase, peut-être plus souriante, du quinquennat.

 

C’est d’abord la fin du long épisode de la réforme des retraites. Malgré une contestation syndicalo-politique qui, incapable d’aller au-delà   du  refus et de présenter un projet alternatif crédible, s’est essoufflée avec le temps, la réforme a été votée à une large majorité,  validée par le Conseil Constitutionnel et immédiatement promulguée.

Même si d’autres réformes très importantes (fiscalité, justice, dépendance) sont encore à venir, cela marque la fin de la période des réformes de « rupture » conflictuelles et difficiles. Cela marque sans doute aussi la fin des grandes contestations de rue, la détermination du Président et l’échec des syndicats ayant très certainement limité la volonté de ces derniers de « remettre ça ».

 

C’est, après Séoul, le début de la présidence française du G20. Une présidence aux objectifs ambitieux, partagés par  Dominique Strauss-Kahn,  qui devrait permettre à Nicolas Sarkozy de montrer l’étendue de ses capacités et d’asseoir sa  stature internationale.

 

C’est la formation du troisième gouvernement de François Fillon. Un gouvernement resserré,  plus uni que le précédent, plus compétent et plus déterminé. Un gouvernement de combat, constitué pour gagner.

Un regret : que la place des centristes ait été un peu minorée avec le refus de  Jean-Louis Borloo d’y participer, et que le Président de La Gauche Moderne, Jean-Marie Bockel, représentant loyal et talentueux du pilier gauche de la majorité, n’en fasse pas partie.  Même si les liens entre eux et le Président ne sont pas rompus et s’ils restent, évidemment, dans la majorité,  Nicolas Sarkozy aurait intérêt à garder un contact étroit avec ces deux responsables politiques dont le soutien actif lui sera nécessaire pour 2012.

 

C’est la nomination de Jean-François Copé à la tête de l’UMP, à laquelle il apportera imagination et  dynamisme qui, il faut bien l’admettre, avaient tendance à lui manquer quelque peu.

 

C’est la dernière intervention télévisée de Nicolas Sarkozy qui lui a permis de fixer les orientations des 18 mois à venir et de montrer sa détermination.

Elle a manifesté aussi, de manière claire pour tous, cette modification de comportement que l’on avait déjà commencé à percevoir depuis quelques mois. Calme, réfléchi, revenant sur certaines erreurs, il a paru aussi  décidé à laisser une place plus importante, dans la politique quotidienne, à ses ministres et d’abord au Premier d’entre eux, pour se consacrer aux grandes orientations, aux incitations nécessaires pour faire avancer les choses, et à la politique extérieure, domaine dans lequel la France est appelée à jouer un rôle essentiel durant l’année qui vient.

 

C’est, en conséquence de tout cela, une amélioration encore timide des sondages d’opinion qui montrent que les Français, continuent à ne faire aucune confiance à l’opposition et sont sensibles, en revanche, aux changements et aux perspectives que cette deuxième phase du quinquennat annonce.

 

Si, élément décisif encore incertain, la sortie de crise était amenée à se  confirmer, avec une accélération de la croissance et une diminution durable du chômage, alors on pourrait vraiment penser que ce mois de novembre restera comme celui d’un nouveau départ, d’un nouvel élan.

 

Marc d’Héré

 

P.S. : Sondage IFOP,  réalisé entre le 16 et le 18 novembre, sur les intentions de vote à la présidentielle:

26% pour Nicolas Sarkozy et 23%  pour Martine Aubry.
En octobre, Nicolas Sarkozy ne devançait Martine Aubry que d'1 point.

Marine Le Pen (Front national) arrive en troisième position avec 13% des voix, Jean-Louis Borloo 7% (3% en avril)  comme François Bayrou et Eva Joly.  Villepin  5%.

Nathalie Arthaud (LO) recueillerait 0,5% des voix, Olivier Besancenot (NPA) 4%, Jean-Luc Mélenchon (PG) 6,5%, et Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 2%.

 

P.S. 2. Dans le dernier sondage IFOP, JDD, Sarkozy gagne 3 points à 32%.

 

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article