Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 13:51

 

Evolution des opinions positives concernant Nicolas Sarkozy.  La moyenne est établie à partir de la publication régulière de  plusieurs  enquêtes. 

 

 

 

  2010                           AVRIL    MAI   JUIN   JU/AO   SEPT   OCT   NOV      DEC 

Sofres Figaro                         30        28        26      30          26         26         24       24

Opinion Way Metro               31        36        32      30          34        30        32         33

Ipsos Le Point                        32        36        35      34          34        31        30         35    

BVA Orange Express             40        36        36      33         32        30        34         33    

IFOP JDD                              31        33        34      36          32        29        32         31    

LH2 Nouvel Obs                   38        36        37       33         34         34        35          35

IFOP, Paris Match                 33        34        35       35         38       35        36          36

Via voice Libération              35        38        34       34         34        34        32           35  

CSA Le Parisien                    34        37        34       34          32      31         32           34              

 

 

Moyenne                               33,8     34,9     33,7     33,2       32,9  31,1      31,9        32,9

 

                                              

  2011                                   JANV  FEV  MARS  AVRIL  MAI  JUIN  JUIL-AOU  SEPT               

 

Sofres Figaro                         27        24        22        23        20        22         

Opinion Way Metro               30        34        28       27        32        34

Ipsos Le Point                        33        34        31        29        31        30       

BVA Orange Express            34        30        32        32        35        37       

IFOP JDD                             30        31        29        28        29        30                                          

LH2 Nouvel Obs                   36        38        32        30        34        36                   

IFOP, Paris Match                 34        34        31        30        32        34                  

Via Voice Libération              34       30        30        29        32        30

Harris  Le Parisien                  34        31        31        30        31                 

CSA Les Echos                                             30        31        32        35

 

Moyenne                                32,4     31,8     29,6     28,9     30,8     32

 

 

La progression se confirme. Plus de 3 points gagnés par rapport au mois d’avril. Nicolas Sarkozy se retrouve pratiquement au niveau où il était en Janvier…et assez proche de son score de septembre 2010. Tout laisse à penser que cette progression devrait se poursuivre, même si on ne peut espérer, à court terme, aller beaucoup plus haut.

 

Marc d’Héré

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 20:25

 

par Soazig Quéméner, le JDD.fr du 31 mai...

 

Un homme seul, recueilli sous une pluie fine. Pour la quatrième fois depuis qu’il est président de la République, Nicolas Sarkozy s’est rendu mardi sur le plateau des Glières, en Haute-Savoie. "Je suis venu par tous les temps. C’est toujours la même émotion", a-t-il confié au petit groupe mené par Bernard Accoyer, élu du département, qui l’attendait à la sortie de la crypte du mémorial situé à 1.440 mètres d’altitude, haut-lieu de la résistance française.

 

Quelques-uns des quelques rares mots prononcés par le président de la République lors de ce très sobre déplacement, effectué la première fois au mois de mai 2007, trois jours avant le second tour de la Présidentielle. Dans la symbolique sarkozyste, Les Glières allaient devenir l’équivalent de la Roche de Solutré mitterrandienne : un lieu de pèlerinage, rendez-vous annuel, point fixe dans l’agenda du président. A la différence près que le vieux leader socialiste effectuait toujours l’ascension de Solutré en bande, alors que Nicolas Sarkozy a toujours tenu à se présenter seul devant les tombes des maquisards.

 

Mardi, il a observé scrupuleusement les étapes désormais obligées de ce déplacement : station à la nécropole de Morette à Thônes, où il s’est incliné devant la tombe du héros local, le résistant Tom Morel, tombé à 28 ans. Derrière les feuillages et sur une estrade, ils sont environ deux-cent à être venus l’observer. Dans ce lieu très solennel, certains risquent quelques applaudissements, auxquels Nicolas Sarkozy répond dans un sourire.

 

Les critiques des associations de résistants, qui protestent contre le "je-m'en-foutisme" supposé du président qui vient toujours à la date et l’heure qui lui conviennent alors que les célébrations se situent normalement en mars, se sont tues. 3.000 personnes avaient encore organisé le 16 mai dernier une contre-manifestation au plateau des Glières pour dénoncer une "instrumentalisation de l’histoire et une récupération de la résistance".

 

Mais aujourd’hui, l’heure est à la concorde. Serrées sous un parapluie, Maria, retraitée, et Christine, vendeuse-démarcheuse à domicile, disent leur enthousiasme : "C’est un homme qui travaille et qui a fait des choses. On lui a mis bien des bâtons dans les roues, mais il a tenu. Regardez pour les retraites!" Un rêve de communicant de l’Elysée.

 

Nicolas Sarkozy serre quelques mains, visiblement appliqué. "Bonjour à Carla", lui lance un homme, "j’espère que ce sera une fille", poursuit une femme. Plus tard, devant la mairie du Petit-Bornand, le chef de l’Etat s’offre un mini-bain de foule. Trois minutes, pas une de plus pour serrer quelques mains et signer des autographes.

 

Enfin, dernière étape, une marche en direction du restaurant "Chez Suzanne", là aussi un classique du déplacement. Au passage, il signe une des nouvelles affiches de l’UMP, créées pour vendre son bilan et salue quelques jeunes militants. "On est avec vous pour 2012", lancent-ils. Il sourit largement. Il quittera moins d’une heure plus tard cette adresse populaire, lesté de charcuterie et de fondue. A la sortie, un journaliste lui demande : "Reviendrez vous quoi qu’il arrive l’année prochaine?" Le président se retourne et répond simplement "Oui" sans préciser si ce sera, dans son esprit, avant ou après la présidentielle.

 

Soazig Quéméner, JDD.fr

 

  Lire aussi sur le blog "Discours du Président de la République du 10 mai"   http://marcdhere.over-blog.com/article-discours-du-president-de-la-republique-le-10-mai-2011-73551689.html

 

 

 

Repost 0
Published by Soazig Quéméner - dans Vie Politique
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 12:22

 

Evolution des opinions positives concernant Nicolas Sarkozy.  La moyenne est établie à partir de la publication régulière de  plusieurs  enquêtes. 

 

 

 

                                             

 

 

 

                                              

            2011                        JANV  FEV  MARS  AVRIL  MAI  JUIN  JUIL-AOU  SEPT               

 

Sofres Figaro                         27        24        22        23        20                                                                 

Opinion Way Metro               30        34        28       27        32

Ipsos Le Point                        33        34        31        29        31

BVA Orange Express             34        30        32        32        31       

IFOP JDD                              30        31        29        28        29                              

LH2 Nouvel Obs                    36        38        32        30        34                   

IFOP, Paris Match                  34        34        31        30        32                  

Via Voice Libération               34        30        30        29        32

Harris  Le Parisien                   34        31        31        30        31                 

CSA Les Echos                                              30        31        32

 

Moyenne                                32,4     31,8     29,6     28,9     30,4

 

 

A peine au-dessus de 30, ce qui n’est pas très élevé mais montre une progression par rapport aux mois d’avril et de mars. Cette fois-ci, la remontée semble bien installée. Les résultats économiques, son action internationale efficace et sa« représidentialisation », portent leurs fruits. Il était temps ! Les mois à venir devraient confirmer la tendance.

 

Marc d’Héré

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 10:05

 

Rodolphe Geisler, Le Figaro du 18 05...

 

 

Le chef du MoDem pourrait récupérer une partie des électeurs de DSK.

François Bayrou n'est pas un homme de coup. Inlassablement, ou plutôt invariablement depuis une quinzaine d'années maintenant, le président du MoDem appelle à «redonner du sens» à la politique. Et appelle, quitte à apparaître parfois bien seul, à «une profonde renaissance civique» pour - écrivait-il déjà en 1996 dans son livre Le Droit au sens (Flammarion) - «retrouver la confiance dans la République».

De retour mardi matin de l'île de la Réunion, où il a effectué un déplacement de quarante-huit heures à la rencontre de ses sympathisants de l'océan Indien, le chef centriste ne cachait pas son trouble face à l'affaire DSK. «L'onde de choc de ces images va faire grandir dans l'esprit des Français une exigence de changement plus profonde qu'une alternance ordinaire», confie-t-il au Figaro.

«Fragment social-démocrate»

Traduction: au-delà de la simple élimination de la course à la présidentielle de Dominique Strauss-Kahn, qui semblait mordre sur l'électorat du centre, c'est l'idée même que les Français se font des responsables politiques qui devrait être changée. Le président du MoDem en est en tout cas convaincu: «La question que se poseront les Français en 2012, c'est: en qui peut-on avoir confiance?»

Pour l'auteur d'Abus de pouvoir (Plon), une charge écrite contre Nicolas Sarkozy en 2009, l'affaire DSK rebat les cartes pour 2012. «La démocratie, c'est un contrat de confiance et c'est ça qui est aujourd'hui profondément atteint!», veut croire l'ancien troisième homme de 2007. Il y voit encore «une adéquation absolue entre la situation chaotique dans laquelle nous sommes aujourd'hui et les thèmes que nous défendons depuis des années».

Tout en jugeant «déplacé et en même temps prématuré de tirer de l'affaire Strauss-Kahn une interprétation électorale» pour la campagne présidentielle, l'entourage du chef centriste se remet à espérer. Pour Christophe Madrolle, secrétaire national adjoint du MoDem, «avec l'élimination de DSK, François Bayrou reste le seul candidat sérieux sur le fragment social-démocrate».

«Cette majorité existe»

Frédéric Dabi, directeur politique à l'Ifop, reconnaît ainsi une porosité entre leurs électorats supposés. «Sociologiquement, une bonne part de l'électorat de François Bayrou en 2007 correspond à celui qui s'apprêtait à voter massivement pour soutenir Dominique Strauss-Kahn», observait-il dans Le Monde daté de mardi . Le même ajoutait encore que «dans les sondages, l'espace centriste dépend directement du candidat socialiste et peut varier de cinq points». Un espace qu'il estime compris entre 15 et 20%.

Bayrou lui-même en est persuadé: «Cette majorité existe potentiellement.» La question est de la mobiliser… Samedi dernier, lors d'un conseil national, il a lancé un appel au «rassemblement», qui irait des déçus du sarkozysme au centre gauche. C'était avant l'affaire DSK. Le propos s'adressait alors surtout aux électeurs tentés par Jean-Louis Borloo. «Ne vous laissez pas dévoyer», avait-il lancé. Depuis, la donne a changé. Au PS, François Hollande captera-t-il les strauss-kahniens? Pour Marielle de Sarnez, première vice-présidente, les portes du MoDem restent ouvertes «à tous ceux qui veulent le changement et souhaitent une alternance nouvelle». C'est-à-dire à tous ceux qui ne se contentent pas de simplement redonner les clefs de la maison France au PS. Pour Bayrou, «cette majorité existe».

 

Rodolphe Geisler, Le Figaro

 

 

Repost 0
Published by Marc d'Héré - dans Vie Politique
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 20:45

 

Six mois après son départ du gouvernement, l'ex-ministre, Eric Woerth publie demain Dans la tourmente (éditions Plon) un livre sur les polémiques dont il a été la cible.

 

Interview par Anne Rovan, dans le Figaro du 11 mai... 

LE FIGARO. - Pourquoi ce livre ?

Éric WOERTH. - Beaucoup de gens ont oublié. Moi, je vis toujours avec les polémiques. Si je suis sorti du gouvernement après la réforme des retraites, c'est à cause des attaques que j'ai subies pendant six mois. Mon objectif n'est pas de relancer les polémiques, de régler des comptes, de me plaindre ou d'interférer avec la justice. Ce livre me donne simplement le temps de m'expliquer clairement et précisément sur les faits. Je n'ai jamais pu le faire. Mes réponses n'intéressaient personne.

 

Six mois après votre départ du gouvernement, comment vous sentez-vous ?

Parfaitement bien. Mon caractère, c'est la résistance. Ce n'est pas l'abandon. Mais on voit très bien où peut mener ce genre de campagne. Roger Salengro et Pierre Bérégovoy ont été poussés au suicide. Cette idée ne m'a jamais traversé l'esprit. Cela dit, bafouer la présomption d'innocence peut avoir des conséquences humaines dramatiques. C'est à celui qui accuse de donner les preuves. Pas à celui qui est accusé.

 

Après le suicide de Bérégovoy, Mitterrand avait parlé de l'honneur d'un homme livré «aux chiens». Reprendriez-vous cette expression ?

Sans aucune hésitation. Moi aussi, j'ai été livré aux chiens. Nous évoluons dans un monde où l'on hurle avec les loups. Avec Internet, la dérive médiatique s'est accentuée.

 

Qu'en a-t-il été des soutiens ?

À droite, ils ont été nombreux. Il n'y a pas eu de défection, il y a eu des gradations. À gauche, certaines personnalités m'ont également témoigné leur amitié.

 

Vous critiquez en creux François Baroin, votre successeur au Budget…

Non, je ne le critique pas. J'ai la faiblesse de croire que François est un ami. Un ami qui, comme moi, a connu des hauts et des bas. Je dis simplement qu'il ne fallait pas supprimer la cellule fiscale, sous la pression de l'opinion publique. Tout ne peut pas reposer sur l'administration.

 

Avez-vous du ressentiment vis-à-vis de Nicolas Sarkozy ?

Et pourquoi en aurais-je ? J'ai un infini respect pour ce qu'il est et pour ce qu'il fait. Je pense être extrêmement légitime à dire cela, compte tenu des réformes que j'ai été amené à conduire sous son autorité et au travers de mon histoire personnelle. La force de caractère du président est une formidable chance pour la France. Par ailleurs, je n'ai jamais vu un homme politique aussi attentif aux autres. Nous nous voyons régulièrement.

 

Les Français ont-ils un problème avec l'argent ?

Malgré les efforts de Nicolas Sarkozy, la réussite reste suspecte. La crise a compliqué les choses.

 

Que pensez-vous des critiques à propos de Dominique Strauss-Kahn et la Porsche ?

Pendant six mois, certains socialistes ont orchestré une campagne d'insinuation contre moi. De quel droit peuvent-ils aujourd'hui s'offusquer des commentaires qui ont suivi la publication des photographies de Strauss-Kahn montant dans une Porsche ? Ils ont abaissé le débat politique. Ils ont un juste retour de bâton.

 

«Efforts de transparence»

Quel est le rôle du Premier Cercle des donateurs de l'UMP que vous animiez ?

Ces cercles existaient déjà au temps du RPR. Les donateurs des partis sont des militants et il est normal de les écouter, de recueillir leurs idées, de les associer au débat politique. C'est pour cela que nous avons régulièrement organisé des rencontres avec Nicolas Sarkozy, François Fillon, beaucoup de ministres et de responsables de l'UMP. Je l'assume pleinement.

 

Vous proposez d'externaliser la fonction de trésorier.

Les liens entre la politique et l'argent sont, par nature, suspects. Comme trésorier, j'ai fait beaucoup d'efforts de transparence. En vain. Alors pourquoi ne pas externaliser cette fonction ? On pourrait imaginer un système calqué sur celui des collectivités locales. Le parti engagerait les dépenses qui seraient ensuite réglées par un tiers, un commissaire aux comptes par exemple.

 

«Conditions épouvantables»

Vous avez été entendu par la cour de justice de la République sur l'hippodrome de Compiègne. Quel est votre état d'esprit ?

Je suis serein. France Domaine a très bien fait son métier. Le ministère de l'Agriculture n'était pas d'accord sur le principe d'une vente. Une réunion a été organisée à Matignon et Matignon a tranché en faveur de Bercy. L'État n'a pas à être propriétaire de biens non-stratégiques. Il doit se désendetter. Je suis probablement le ministre du Budget qui a le plus maximisé les recettes. Alors que l'on m'a accusé d'être l'ami des riches, la lutte contre l'évasion fiscale et la cellule de dégrisement que j'ai mises en place ont rapporté un milliard d'euros à l'État.

 

Votre épouse réclame un million d'euros pour licenciement abusif. Au risque de remettre de l'huile sur le feu dans l'affaire Bettencourt ?

Dans le droit français, quand un salarié a quelque chose à reprocher à son employeur, il va devant les prud'hommes. Florence a quitté son travail dans des conditions épouvantables. Elle va devant la justice pour faire valoir ses droits.

 

Quel rôle jouerez-vous en 2012 ?

Je suis momentanément en réserve. Si je ne sais pas encore quel sera mon rôle, j'ai une certitude : je serai derrière Nicolas Sarkozy.

 

 

 

Repost 0
Published by Eric Woerth intreviewé par Anne Rovan, dans le Figaro... - dans Vie Politique
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 14:21

 

Le Figaro prétend que Jean-Marie Bockel aurait, vendredi dernier, été très critique vis à vis du célèbre discours de Grenoble...Cela me parait douteux...Je reproduis d'ailleurs, une interview de Jean-Marie Bockel, donnée à La Croix juste après ce discours auquel il assistait...

 

...Le Figaro aura certainement mal compris.

 

 

 

Publié dans "La Croix" du 06 août 2010...

 

Jean-Marie Bockel approuve la fermeté affichée par Nicolas Sarkozy sur les questions de sécurité

La Croix : Le président de la République vous a confié, mercredi 4 août, une mission sur la prévention de la délinquance juvénile. Comment avez-vous accueilli cette initiative ?

Jean-Marie Bockel : Comme un geste fort. À charge pour moi, et j’y mettrai un point d’honneur, à ce qu’il y ait une suite sous forme de décisions concrètes. Le président de la République m’avait convié à l’accompagner en fin de semaine dernière à Grenoble, où il a fait ses dernières annonces en matière de sécurité. Puis je l’ai rencontré lundi pour un entretien politique, qui était prévu de longue date.

Lors de cette rencontre, nous avons abordé la question de la délinquance et je lui ai dit mon accord sur une politique de fermeté autant que sur les actions de prévention, comme elles ont déjà pu être engagées par une loi de 2007. Pour être efficace en la matière, la réponse doit être équilibrée.

Cette double approche répression-prévention m’a beaucoup mobilisé durant vingt ans comme maire de Mulhouse. La réponse doit être équilibrée, surtout en direction de la délinquance juvénile, qui a considérablement augmenté ces dernières années. Un jeune se construit par l’amour et par la loi.

Comme secrétaire d’État à la justice, je me suis saisi de cette réalité en confiant en 2009 au spécialiste Jean-Yves Ruetsch un rapport, dont les premières conclusions m’ont été remises en février dernier, et en projetant pour le 14 octobre prochain la tenue d’assises, dont le principe vient d’être aussi validé par le chef de l’État. Je rendrai mon rapport après ces assises.

Cela signifie-t-il, alors que vos anciens amis socialistes protestent, que vous êtes d’accord avec les dernières propositions de Nicolas Sarkozy, notamment avec la déchéance de la nationalité française pour les personnes d’origine étrangère ayant porté atteinte à la vie d’un policier ou gendarme ?
Je n’ai pas de problème avec ces propos de fermeté du président. Sur la déchéance de la nationalité, il se réfère à une législation qui existe déjà, et les critiques de la gauche sur ce point sont dérisoires par leur caractère excessif. J’ai d’autant moins de problème que, avec cette nouvelle mission sur la prévention de la délinquance juvénile, nous allons pouvoir apporter une réponse complète. La classe politique doit, sur la sécurité, dépasser le clivage gauche-droite et se rassembler.

Que faire pour prévenir la délinquance juvénile ?
Il ne s’agit pas de réinventer l’eau chaude, mais de partir des initiatives locales existantes, tant en France qu’à l’étranger. Dans les communes et les départements, des expériences très intéressantes sont menées et apportent des réponses en matière d’aide à l’exercice des responsabilités parentales, l’éducation à la citoyenneté, la réinsertion des jeunes exclus ou la professionnalisation des intervenants.

Sur le terrain, des élus de droite et de gauche font du bon travail. La première piste est de mieux connaître ces bonnes pratiques et de voir comment on peut les développer, voire les généraliser. Une seconde piste est de favoriser la coordination, d’une part, entre les différents niveaux territoriaux et, d’autre part, entre les divers acteurs, magistrats, policiers, enseignants, éducateurs….

Quelles bonnes pratiques ?
Concernant l’incitation à la responsabilité parentale, il existe par exemple des « écoles de parents ». Mais, là encore, pour que l’innovation marche, elle doit concilier l’aide et la fermeté, à savoir l’application d’une sanction si les stages parentaux ne sont pas effectués après avoir été décidés par l’autorité judiciaire.

Comment concevez-vous le rôle des éducateurs ?
Les éducateurs spécialisés ont fait un travail remarquable et difficile avec beaucoup d’engagement et de compétence. Dans certains quartiers, il n’y a plus d’éducateurs de rue depuis plusieurs années. Il faut qu’ils puissent retourner sur le terrain avec le soutien des autorités et avec des missions redéfinies.


Recueilli par Antoine FOUCHET

 

 

Voir aussi, sur ce blog un article très intéressant, de Jean-Mari Bockel: durs avec les délinquants, durs avec les causes de la délinquance: http://marcdhere.over-blog.com/article-durs-avec-les-delinquants-durs-avec-les-causes-de-la-delinquance-56948903.html

 

 

Repost 0
Published by La Croix - dans Vie Politique
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 06:51

 

Eric Seydoux clot sa série de portraits de candidats, par cet interview imaginaire du Président de la République

 

 

 

L’INTERVEW imaginaire de NICOLAS SARKOZY

 

Par Eric Seydoux

 

 

 

E.S. Monsieur le Président, à un an de l’élection présidentielle, comment vous portez vous ?

 

N.S. Je ne me suis jamais senti aussi bien. Pourtant la pression est déjà très forte. Président sortant, je suis le candidat naturel de la droite, et selon ce que je lis et ce que j’entends, les augures ne me sont pas favorables. Mais  plus l’on me dira que ce sera difficile, et plus j’aurais tendance à vouloir y aller.

 

E.S. Pourquoi attendre pour faire connaître votre décision ?

 

N.S. Dès que le président se déclare, la campagne est lancée. Il ne faut pas que cette période soit trop longue, pour ne pas perturber trop longtemps la vie publique.  

 

E.S. Une  candidature de Jean-Louis BORLOO,  changerait-t- elle la donne ? 

 

N.S.  Oui, du tout au tout ! Si Jean-Louis BORLOO ou d’autres à droite, sont candidats, les électeurs de la majorité présidentielle, qui auraient voulu au premier tour voter pour eux ou « marquer le coup » en votant Marine LE PEN, n’en feront rien pour la plupart. C’est l’effet 21 avril. Cet évènement a profondément chamboulé le scrutin de l’élection présidentielle, en le réduisant désormais, de fait, à un seul tour. Il en sera ainsi tant que le Front National demeurera à un niveau élevé d’intentions de vote. Ce comportement s’est d’ailleurs vérifié lors de mon élection en 2007, la presse l’avait traduit en disant que j’avais « siphonné » les voix du Front National. 

 

Ma deuxième observation est que, si tout le monde aime bien le style « copain sympa » de Jean-Louis BORLOO ou cette façon qu’il a, comme l’on dit au tennis, de « jouer facile »,  chacun sait bien que s’il venait à s’engager véritablement dans la course à la présidentielle -ce que je ne crois pas- il devra alors clarifier son positionnement. Il ne pourra pas se contenter de reprendre à son compte, l’indigent slogan de la « droitisation » de la politique gouvernementale. On ne peut pas à la fois se dire dans la majorité et faire siennes les invectives de l’opposition. L’identité nationale, la laïcité, sont des débats qui aujourd’hui sont au  cœur de notre vie en société et qui vont le demeurer longtemps, quelle que soit la majorité au pouvoir. Le nier c’est prendre le risque de remettre en cause l’harmonie sociale constituée autour de nos valeurs républicaines.

 

Je rappelle que Jean-Louis BORLOO a quitté le gouvernement car ses ambitions ont été déçues et non à la suite d’un désaccord politique. Il n’avait jusqu’alors jamais manifesté une quelconque divergence, bien au contraire. J’ajoute que lorsque l’on n’est plus en responsabilité, il est beaucoup plus facile d’avoir un positionnement adapté au public que l’on a face à soi. Dire le lundi que l’on est dans la majorité, et recevoir le mardi avec enthousiasme un leader de l’opposition pour parler de la laïcité, sujet tabou de la veille, pose un problème de crédibilité

 

E.S. Pensez vous que cela préfigure un renversement d’alliance ?

 

Certains le disent, et  même qu’il s’agit de gesticulations, dans l’attente  de pouvoir rejoindre,  « quand le temps sera venu », le camp du vainqueur. Je ne pense pas que l’on en soit là.

 

E.S Comment trouvez- vous les candidats potentiels de l’opposition ?

 

N.S. Hésitants dans leur détermination ! Ce n’est jamais bon signe lorsque l’on commence à peser, à soupeser, à calculer…L’élection présidentielle ce n’est pas une denrée  que l’on négocie au mieux de ses intérêts personnels, c’est un combat pour un destin. Si l’on se sent investi il faut y aller ou au moins montrer que l’on est prêt à y aller !  Le reste suivra ou ne suivra pas, peu importe, on fera les comptes ensuite. Craindre pour des avantages acquis c’est déjà avoir perdu.

 

E.S. A qui pensez- vous ?

 

N.S. Celle qui montre le plus son manque de motivation, c’est Martine AUBRY. Regardez comme elle fuit la presse, alors qu’elle devrait lui courir après, regardez la encore lors de ses interventions, on a l’impression qu’elle vit cet exercice comme une punition, alors que la prise de parole est un moment majeur de la vie politique.

 

E.S. Et  Dominique STRAUSS KAHN

 

N.S. Dominique STRAUSS KAHN, aurait préféré couler des jours tranquilles au FMI. Mais des sondages et  un entourage familial survolté, l’ont mis, par presse interposée,  dans le jeu de la précampagne. Les primaires pourraient lui fournir le prétexte de son renoncement. « Soit je suis votre candidat, soit vous vous débrouillez sans moi » leur a-t-il dit. A ce jour il n’a convaincu que Martine AUBRY qui s’effacerait volontiers derrière lui.   

 

Pourra-t-il, après avoir été au firmament des plus grands de ce monde, abandonner New York et le prestigieux FMI, pour revenir à SOLFERINO, en robe de bure, sous les quolibets de ses petits copains, trop amusés de revoir ce Dieu vivant, quémandant,  repentant, distribuant  courbettes, sourires et amabilités, jusqu’alors réservées à sa personne…    

 

Il sait bien qu’au Parti Socialiste, ses opposants sont nombreux. Qu’à l’extrême gauche il y trouvera des adversaires déterminés, qui n’en veulent à aucun prix, et chez les écologistes une Eva JOLY goguenarde, qui répète  ne pas avoir gardé de lui un trop mauvais souvenir…

 

Son retour fera remonter à la surface,  tout ce qu’il a voulu fuir, tout ce qu’il a voulu oublier.  

 

La nomination de DSK au FMI que l’on m’a beaucoup reprochée dans mon camp, et que j’ai voulu en signe d’ouverture, a complètement déstabilisé les socialistes. Je pense que c’est François HOLLANDE, l’outsider, qui va  tirer les marrons du feu.      

 

François HOLLANDE est un bon, il en veut. D’ailleurs non seulement il n’hésite, pas mais il fonce. C’est le genre de personnage qui sait se faire oublier et qui surgit là où on l’attend le moins. C’est un fils de  MITTERRAND, capable de n’importe quel coup fourré. Regardez  le parler ! Il reprend ses gestes, ses intonations. Mais pour lui c’est pareil, FABIUS et SEGOLENE ROYAL sont en embuscade, le contentieux est trop lourd entre eux.

 

E.S. Pensez vous qu’un jour  l’UMP pourra s’inspirer du Parti Socialiste pour désigner son candidat selon la procédure des primaires ?

 

N.S. Le Président de la République qui sollicite le renouvellement de son mandat et le chef du parti principal d’opposition, sont les candidats naturels, de leur parti respectif, à la présidence de la République. Toute autre solution n’est envisageable que s’il existe un consensus sincère.

 

Les primaires élargies, sont contraires à cette règle et affaiblissent considérablement celui qui en sortira vainqueur, par les attaques et le discrédit qui viennent  de son propre parti. Une circonstance vient aggraver la situation des socialistes : dire tous les jours que l’Elysée est à prendre, que les jeux sont faits, que ce sera le candidat socialiste, quel qui soit, qui sera élu Président de la République, aiguise de nombreux appétits. Il y a bien au Parti Socialiste une demi-douzaine de stratèges qui pensent que leur heure est venue.

 

La situation sera vite explosive, les primaires ne feront que jeter de l’huile sur le feu et je ne pense pas que la Secrétaire Générale ait l’autorité suffisante pour y faire face, si elle n’est pas elle-même désignée pour représenter son parti.

 

E.S. Dans quel camp classez-vous Dominique de VILLEPIN ?

 

N.S. Dans celui d’un opposant de premier tour. Sous réserve de la jurisprudence du 21 avril, il peut arriver à convaincre, pour un vote de témoignage, une marge d’électeurs séduits par son éloquence, son physique de peintre romantique, sa pensée incontestablement brillante même si elle manque de réalisme. Mais ses électeurs reviendront au second tour, avec sa bénédiction, soutenir le candidat de droite le mieux placé. Toute autre attitude de sa part serait suicidaire pour lui-même, mais aussi pour les titulaires de mandats électifs, dont je pense sincèrement, qu’ils ne se hasarderont pas dans une telle aventure.

 

E.S.BAYROU, constitue-t-il toujours un danger de premier tour ?  

 

N.S. Il risque d’être victime du phénomène d’usure qui touche les candidats sans troupe et sans élu, passée leur heure de gloire. Trop isolé il aura beaucoup de mal à relancer une campagne après 5 ans d’inaction.

 

E.S.  Estimez vous qu’il y a plus qu’un prénom entre le Front National de Jean-Marie LE PEN et le Front National de Marine LE PEN.

 

N.S. Je pense que le Front National constitue un danger, en ce qu’il rompt avec l’équilibre social patiemment édifié depuis la seconde guerre mondiale. Quant à Marine LE PEN, c’est une femme qui a un incontestable talent, elle a réussi à déculpabiliser les français qui hésitent de moins en moins à se revendiquer d’elle. C’est pour cela qu’il ne faut pas hésiter à aborder les thèmes de société qui sont le fondement de sa politique, car ils sont aussi ceux qui préoccupent   une grande partie du peuple français.   

 

E.S Et les écologistes dans tout ça ?

 

N.S.Les jeux d’influence, les rapports de force, les chausses trappes, qui existent au Parti Socialiste, sont chez les écologistes à multiplier par cent. Avec un leader charismatique comme Daniel COHN BENDIT, les écologistes peuvent prendre des voix à droite comme à gauche et peser sur l’élection. N’étant pas candidat, Daniel COHN BENDIT leur avait suggéré de capitaliser, pour les législatives, le succès des européennes. Mais les écolos  veulent leur candidat aux présidentielles. Et c’est là que les choses vont se compliquer. L’appareil entre en jeux. On veut un candidat, mais à condition qu’il ne soit pas trop performant. En gros, tout le monde est d’accord pour trouver un candidat qui ne fera d’ombre à personne et à condition que les  leaders du mouvement, conservent la haute main sur l’appareil. Ainsi tout le monde s’est mis d’accord sur le P.P.C.M, Eva JOLY. Nicolas HULOT paraît moins compatible à raison de sa forte personnalité et de son indépendance d’esprit. C’est pour cette raison qu’il souhaite des primaires élargies.

 

E.S. Votre cote de popularité par rapport à Dominique Strauss Kahn est presque de moitié, vous êtes derrière vos concurrents principaux quant aux intentions de vote, aucune enquête ne vous donne gagnant, cela ne vous inquiète pas ?

 

N.S. Chez les hommes politiques, c’est Jacques CHIRAC qui a actuellement la cote de popularité la plus importante. Or s’il se  présentait à l’élection présidentielle, il ne ferait pas 1%.

 

Celui qui est en situation est toujours moins populaire que ceux qui critiquent. Il y en a un qui a le mauvais rôle et les autres le bon. C’est comme en sport, c’est beaucoup plus facile d’être dans les tribunes que sur le terrain.

 

Tous les observateurs reconnaissent que l’on ne peut accorder  aucune fiabilité, à des sondages réalisés un an avant le scrutin. Ils peuvent seulement donner les grandes tendances, et souvent avec une marge d’erreur importante.

 

Jusqu’à l’ouverture de la campagne, les enquêtes se font sur des bases de données théoriques, sans pouvoir connaître  les rapports de force en présence, l’état d’esprit qui animera les candidats, leur capacité à faire campagne, ce que sera leur réaction dans les moments difficiles, et il manquera surtout une donnée essentielle, l’état comparatif entre les candidats, qui s’établira au fur et à mesure du déroulement de la campagne, et qui est le critère essentiel de choix des électeurs.

 

La présidentielle se joue dans les trois semaines qui précédent le scrutin. A plusieurs reprises, la décision s’est faite entre les deux tours, lors du fameux duel télévisé. Je pense avoir battu Ségolène ROYAL parce que ma prestation télévisée dans le face à face avait été meilleure. Rien n’était acquis d’avance rappelez vous. Et pourtant les choses m’avaient été facilitées, par le fait que le Parti Socialiste ne s’était pas vraiment investi pour sa candidate, pas plus que ses leaders qu’elle avait battus lors des primaires ou écartés avant, et qui ne souhaitaient qu’une chose, qu’elle le soit à son tour. Actuellement, elle s’est laissée « caramélisée » par le Parti. Elle s’est alanguie en son sein. Elle va avoir le plus grand mal à repartir, je ne pense pas qu’elle y parvienne.       

 

E.S. Evènementiel, Comportement inadéquat, vie privée exposée… vous avez par la suite rectifié. Pensez- vous avoir commis ces erreurs ?  

 

N.S. Le monde est un immense théâtre. Nous sommes dans la société du spectacle. Chacun doit jouer le rôle qui lui est assigné, c'est-à-dire celui que les gens ont envie de lui voir jouer.

 

Ceux qui informent et qui parfois forment l’opinion publique, selon la formule consacrée, ceux qui disent s’exprimer en leur nom,  et qui commencent toujours leurs phrases  par « les gens veulent…» ou bien par : « tout le monde vous dira… » ou par « chacun sait bien … », exigent que  le président soit une chose et son contraire, distant et proche du peuple, distingué et simple, précieux et commun, mystérieux et  transparent, froid et chaleureux, réservé et ouvert, qu’il s’exprime avec un langage direct mais  châtié … Je n’ai pas voulu jouer ce personnage compliqué. J’ai voulu rester moi-même.

 

Lorsque j’ai quelque chose à dire à quelqu’un je le lui dis. Le « casse-toi pauvre con » ou « descends si tu es un homme » est une forme de respect envers des personnes qui manifestaient leur hostilité à mon endroit,  de façon certes outrancière, mais qui ne m’autorisait pas pour autant à les traiter avec dédain.  Je leur ai parlé d’homme à homme avec leurs mots, dans leur langage, et non avec toute la hauteur de l’excellence présidentielle.

 

Ce sont d’ailleurs ceux qui fustigent le plus, le mépris avec lequel les hommes de pouvoir se distancient des gens, qui ont été le plus choqués. Rappelez-vous le scandale lorsque je me suis rendu à Disneyland avec Carla et les enfants ! Populaire, populisme, popularité, sont pour eux des termes qui ont un contenu péjoratif.     

 

Ce qui ne veut pas dire pour autant que je vais me sentir obligé de me rendre à Barbès, manger un « kebab frites » dans une gargote, après avoir convoqué la presse. Le peuple  n’aime pas ce genre de  mascarade, il aurait l’impression que je me moque de lui en le singeant. Il n’est pas choqué que j’aille au FOUQUET’S ou sur le bateau d’un ami, si cela fait partie de ma vie de toujours. Il y a là encore beaucoup de fantasme.

 

E.S. Regrettez- vous l’affaire de l’EPAD

 

N.S.N’imaginez pas que les choses soient aussi simples qu’il paraît. La vie politique est à tous les niveaux, et même à celui d’un conseil général, traversée par des rapports de force aussi bien dans la majorité que dans l’opposition, et ils ont souvent des origines anciennes. Ces rapports sont multiples et complexes. Il est sûr que le fils du Président est l’objet d’enjeux qui parfois peuvent le dépasser lui-même, mais cela a le mérite de résoudre des situations conflictuelles. C’est comme cela et nous n’y pouvons rien. Le statut de président de l’EPAD qui ne donne droit à aucune rémunération et qui ne résulte pas d’une nomination mais d’une élection, faisait partie de cet ordre de choses. Cela à pris des proportions démesurées, et c’est pour cela que j’ai demandé à Jean de retirer sa candidature.

 

Pour le reste, rares sont les hommes ou les femmes politiques dont certains de leurs enfants ne suivent pas les traces. Vous noterez que cela existe dans toutes les professions ou corporations. Je ne peux pas interdire à Jean de faire de la politique, je ne peux pas interdire aux électeurs de voter pour lui, y compris parce qu’il est mon fils.  

 

E.S. Comment expliquez-vous les attaques parfois haineuses d’une certaine presse à votre endroit ?

 

N.S. Je n’ai pas été nourri dans le sérail, même si en connaissant les détours, j’ai fini par m’y imposer avec mon style et avec mes manières Cela n’a pas plu à ces grands contempteurs de notre temps, petits bourgeois donneurs de leçons, sans envergure, qui se disent de gauche, mais qui ne connaissent rien au peuple, qui ont comme seul mérite d’avoir un jour été embauchés dans un grand média, ce qui leur donne le pouvoir et la légitimité  de dire à peu près ce qu’ils veulent sur autrui, de décider seuls et à la  place de son auteur de ce qu’il a voulu dire ou ne pas dire, d’interpréter un lapsus, de décider des intentions des uns ou des autres, de déclarer « l’état de dérapage », de juger en dernier ressort, de condamner, tout ceci au nom de la démocratie et de la liberté.

 

Or si pendant mon quinquennat vous trouverez de grands professionnels de cet ordre mystérieux aux pouvoirs si étendus, s’investir dans de « nobles » actions comme le calcul de la superficie de l’appartement de fonction d’un ministre, la surveillance de sa fréquentation par les membres de sa famille, le nombre de litres d’essence consommés par sa voiture de fonction, ses lieux de vacances, les moyens de transport utilisés à cette occasion,  vous ne trouverez ni affaire de corruption, ni visiteurs du soir à l’Elysée, ni écoutes téléphoniques, ni irlandais de Vincennes ou d’ailleurs, ni emplois fictifs, ni cadeaux... ni rien de tout ce qui avait fait leurs délices, du temps de mes prédécesseurs. 

 

Au contraire la Cour des Comptes contrôle désormais les comptes de l’Elysée et j’ai nommé comme  1er Président, un socialiste, j’ai voulu que la commission des finances de l’Assemblée Nationale soit échue à un membre de l’opposition, un autre socialiste, j’ai nommé au Conseil Constitutionnel un des plus proches collaborateur de François MITTERAND, sauf problème de dernière minute, l’un des ministres les plus emblématiques de la gauche est sur le point d’accéder à la fonction éminente de Défenseur des droits, les responsables des chaines publiques de radio et de télévision sont nommés par le président, mais après une procédure la plus transparente qui soit et à l’assemblée Nationale comme au Sénat, désormais,  les temps de parole de la majorité et de l’opposition sont répartis à égalité et je pourrais continuer ainsi pendant longtemps.

 

Si je réfléchis bien, en définitive le gros reproche que l’on me fait est d’avoir joué cartes sur table, sans faux semblants ni chausses trappes.

 

E.S. La politique de la France en matière d’immigration est très critiquée, y compris au niveau de l’Union Européenne. On dit que votre souci est de capter le vote Lepéniste.

 

N.S. C’est François MITTERAND qui a permis au Front National de devenir un grand parti, alors qu’il n’était qu’un groupuscule, tout simplement pour pouvoir poser à la droite le même problème qu’il avait eu lui-même avec les communistes. La gauche a toujours pour cette raison ménagé le Front National, alors que nous, nous le combattons non seulement pour ses idées, mais parce qu’électoralement il constitue pour nous un vrai problème.

 

Nul ne peut nier que l’immigration doit être contrôlée, que l’on ne peut laisser entrer sur le sol français des gens démunis qui vont aller s’entasser dans des ghettos, dans des conditions les plus précaires, alourdissant encore la charge de ceux qui y vivent, que l’on ne peut laisser dans le propre intérêt des musulmans, l’Islam déborder sur la sphère publique, sauf à créer tôt ou tard des situations conflictuelles toujours très difficiles ensuite à maîtriser. .

 

La gauche nie aujourd’hui cette situation comme elle a nié en 2002 avec JOSPIN qu’il y avait un problème d’insécurité. On sait ce qu’il advint. Si en 2002 et en 2007, l’élection s’est faite  en grande partie sur l’insécurité, en 2012 et en 2017 elle se fera sur l’immigration. 

 

Vous voyez, les jeux sont loin d’être faits.

 

E .S. Si je vous comprends bien vous êtes plutôt optimiste ?

 

N.S. Très.

 

 

 Voir sur le même blog: Quatre ans d'action Mai 2007- Mai 2011:  http://marcdhere.over-blog.com/article-quatre-ans-d-action-mai-2007--mai-2011-72304956.html

 

 

 

Repost 0
Published by Eric Seydoux - dans Vie Politique
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 19:35

 

Propos recueillis par Caroline  DERRIEN, STEPHANE DUPONT ET LUCIE ROBEQUAIN,
pour Les Echos, du 11 03

Le secrétaire général de l'UMP se dit, dans un entretien aux Echos, 'profondément convaincu' qu'avec Nicolas Sarkozy son camp va l'emporter en 2012. Il estime qu'il « est nécessaire de maintenir un plafonnement de l'ISF en fonction des revenus ».

  

Avec le départ de Jean-Louis Borloo, l'UMP est-t-elle en train se fragmenter ?

Jean-Louis Borloo a fait un choix personnel. Ne comptez pas sur moi pour jeter quelque anathème sur qui que ce soit. Jamais je ne dirai de mal de Jean-Louis Borloo. J'ai dit combien je regrettais ce choix car j'ai avec lui des relations anciennes et amicales. Je vais proposer à mes amis du Parti radical de continuer à travailler au sein de l'UMP dont les fonctions stratégiques sont déjà co-animées par les représentants de toutes les sensibilités.

Ne faut-il pas voir dans cette défection une conséquence de la « droitisation » de l'UMP?

Je n'ai pas compris les arguments de fond même si je peux comprendre le choix personnel de Jean-Louis Borloo. Comment peut-on nous accuser de droitisation parce qu'on parle de laïcité ? Nous avons fait l'objet sur ce débat de procès d'intention immondes. Il y a aujourd'hui une unanimité pour saluer les propositions que j'ai formulées ! Je n'ai pas lu une seule critique sur le fond de la convention. Le 31 mai prochain nous discuterons à l'Assemblée nationale de la proposition de résolution sur la laïcité que je vais déposer, avec mes amis députés, dans les jours à venir. Chacun devra se déterminer y compris à gauche.

Nicolas Sarkozy est-il encore le bon candidat de la majorité pour 2012 ?

Nicolas Sarkozy est notre meilleur candidat. Je suis profondément convaincu qu'avec lui nous allons l'emporter. Maintenant, la route est longue. Les sondages un an avant, cela ne veut rien dire : nous l'avons bien vu avec Jacques Chirac. J'appelle au calme, au sang-froid et à la solidité. L' UMP a gagné deux présidentielles et deux législatives de suite. Elle a de ce point de vue réalisé un exploit que jamais l'ex-UDF et l'ex-RPR n'ont réussi lorsqu'ils étaient divisés. En vertu d'un principe simple : l'union fait la force. Jusqu'au bout, je plaiderai pour l'union la plus large au sein de l'Ump. Avec en contrepartie l'expression de toutes les sensibilités.

Comment enrayer l'ascension du Front national ?

D'un côté, vous avez un Parti socialiste, dans le déni de réalité, qui avance un projet hors du temps. De l'autre, vous avez la démagogie du FN qui ne fait aucune proposition crédible, qui surfe sur les inquiétudes d'une partie de la population et dont le programme économique entraîne la ruine immédiate des petits épargnants, des retraités et des salariés avec la sortie de l'euro. Entre les deux, nous incarnons la responsabilité et la crédibilité.

Etes-vous favorable à une réduction de l'immigration légale comme le propose le ministre de l'intérieur ?

J'ai toujours dit qu'il fallait que nous ayons une position claire en matière d'immigration. Elle passe d'abord par un " non " à l'immigration illégale. Ensuite, il faut dire " non " à une immigration légale incontrôlée qui aurait des conséquences budgétaires et sociales que nous ne pourrions pas assumer. Tous les grands pays européens sont actuellement en train de réfléchir à des mesures restrictives. Enfin, il faut dire " oui " à une immigration choisie sur des critères économiques pour que des offres d'emplois aujourd'hui insatisfaites puissent être pourvues. Mais les besoins doivent, selon moi, être appréciés secteur par secteur.

La convention du 3 mai sur l'emploi traduit-elle un recentrage de l'UMP sur les questions économiques?

Le rapport entre les Français et le travail est souvent présenté très négativement. C'est une priorité de l'UMP que de proposer des solutions pour l'améliorer. Nous voulons mettre en oeuvre un partenariat entre les entreprises et leurs salariés, qui valorise une véritable gestion humaine des ressources. Nous voulons que l'entreprise redevienne l'un des moteurs de l'ascenseur social. A titre d'exemple, nous voulons faire en sorte que les primes perçues par les managers tiennent compte de leurs qualités en ressources humaines (évaluation des salariés, niveau de turnover, etc). Cette convention sera, surtout, l'occasion de réfléchir aux moyens de renforcer la compétitivité de nos PME. Le prochain quinquennat doit être celui des PME conquérantes. C'est un enjeu majeur de convergence avec l'Allemagne, qui dispose d'un tissu industriel beaucoup plus dense que le nôtre.

Que préconisez-vous concrètement ?

Notre première priorité est d'améliorer l'accès au crédit des PME encore très insuffisant. Nous devons continuer de développer le financement non-bancaire et oeuvrer pour la création de fonds stratégiques d'investissement régionaux. Nous devons soutenir les secteurs dans lesquelles les PME portent l'excellence française : le développement durable, les technologies de l'information, les nanotechnologies... Il faut également reposer la question des effets de seuils (NDLR : déclenchement de nombreuses obligations à partir de 50 salariés) qui freinent la croissance de certaines entreprises. La deuxième priorité, c'est de développer les compétences des salariés travaillant dans les PME et de lever les freins culturels qui font que les diplômés privilégient encore les grandes entreprises. Je soutiens la proposition de Christian Jacob, permettant la possibilité d'entrer dans l'apprentissage dès 14 ans. Derrière l'enjeu des PME, c'est aussi toute la question de la formation qui doit être revue. Je propose la création d'un compte formation individuel, dont le capital de départ serait inversement proportionnel au niveau de formation initiale.

L'ISF PME pourrait être remis en cause. Qu'en pensez-vous ?

Ce ne serait pas la bonne direction. Il faut au contraire renforcer ce dispositif qui a fait ses preuves (1 milliard de capitaux vers les PME).

François Baroin précisera demain les contours de la réforme de l'ISF. Quelle est la meilleure option ?

L'ISF reste un impôt totalement décalé par rapport à la réalité économique de l'Europe d'aujourd'hui et de demain. Mais nous n'avons malheureusement pas les marges de manoeuvre budgétaires suffisantes pour le supprimer totalement aujourd'hui. A ce stade, je reste donc favorable à un allégement du barème de l'impôt, tout en relevant l'abattement de 30% proposé sur la résidence principale. Je pense qu'il est nécessaire de maintenir un plafonnement en fonction des revenus comme l'avait fait Michel Rocard afin de compenser la suppression du bouclier fiscal. Je reste totalement hostile à la taxation des plus-values latentes.

La plupart des mesures Tepa sont remises en cause. La stratégie fiscale de Nicolas Sarkozy était-elle opportune ?

Entre-temps, nous avons subi cinq crises : financière, sociale, économique, environnementale et géopolitique. Les priorités demeurent l'emploi, la compétitivité, mais les moyens pour atteindre l'objectif ne sont plus les mêmes.

 
Propos recueillis par caroline derrien, STEPHANE DUPONT ET LUCIE ROBEQUAIN

 

Repost 0
Published by Jean-François Copé dans Les Echos - dans Vie Politique
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 13:34

 

De Claude Imbert, Le Point du 31 03 2011...

 

 

De ces cantonales poussives seule Marine Le Pen, avenante et carnassière, sort à son avantage.

 

Sous sa tutelle, le Front national devient le premier haut-parleur du mécontentement populaire. Il reste le premier de ces partis tribuniciens qui, à droite et à gauche, asticotent les deux grands partis de gouvernement sans jamais être parvenus à les chasser du pouvoir. Dans le duel final d'une présidentielle, l'adversaire, quel qu'il soit, du FN aurait partie gagnée.

Nous en sommes encore là.

Mais le Front national s'étoffe. Il sème à droite dans les sillons de l'antisarkozysme, à gauche dans les plates-bandes de la classe moyenne. Le Front national change de visage et aussi de génération, avec la fille succédant au père. Il change également en profondeur. Il laisse ses bottes au vestiaire. Cependant, son néonationalisme, moins sulfureux mais plus démagogue, veut sortir la France de l'Europe. Le FN moins dangereux ? Non, plus !

 

Le Front national se familiarise. S'efface dans l'opinion l'aura d'un parti contaminé par une extrême droite française qui sombra dans l'Occupation et l'antisémitisme. Pendant un demi-siècle, la dénonciation, chez le Front national, d'un "fascisme" rampant s'alimentait chez Jean-Marie Le Pen de l'à-peu-près révisionniste et de boutades de mauvais aloi. Mais 80 % de Français sont nés dans l'après-guerre...

Et surtout, Marine Le Pen ne cesse de gratter les "tags" du père."La Shoah, dit-elle,est un sommet de la barbarie", et non "un détail de la Seconde Guerre mondiale". Quant à l'opinion, elle ne voit pas qu'en cinquante ans le Front ait songé, dans la rue, à renverser la République. Il agit en parti dit républicain, acceptant les élections et leurs verdicts. En fait, l'opinion se lasse du microsillon rayé ressassant le péril "fasciste". Elle ne voit plus très bien pourquoi l'hygiène républicaine permet de fréquenter Besancenot et pas Marine Le Pen.

 

Cela dit, le Front national sent encore le fagot dans sa dénonciation des ravages de l'immigration. Il flatte ce courant d'opinion qui épouse les anxiétés ou fantasmes anti-islamiques de plusieurs populismes européens. Sur l'immigration, Marine Le Pen pose, disait Fabius à propos du père, de "bonnes questions". Mais ses réponses ne sont pas crédibles.

Car, si la direction du FN défend à bon droit les résistances laïques contre les prétentions minoritaires d'un islamisme militant, son refus obstiné d'une immigration nécessaire tourne à l'obsession xénophobe. Le FN refuse toujours cette évidence que "l'identité française" n'est pas un bloc défini et intangible, mais qu'elle n'a cessé et ne cessera d'évoluer au fil de l'Histoire. Il se monte le bourrichon en suggérant que 10 % de Français musulmans menacent la cohésion nationale des 90 % restants.

 

Il faut dire que la guérilla forcenée des sentinelles de la bien-pensance fortifie le Front national, tant sont insupportables les censures acides infligées aux esprits libres qui, sur l'islam ou l'immigration, ne pensent pas "dans les rails". Elles donnent des ailes à la "droite Zemmour". Et si les thèses simplistes du Front national reçoivent, hélas, de plus en plus d'adhésion, on mesure que l'anathème ne suffit pas pour les combattre.

Enfin, et surtout, le peuple français, recordman avéré du pessimisme, remâche une séquelle d'adversités : la crise économique, le chômage de masse, le risque nucléaire, le remue-ménage mondialisé, la couche d'ozone, le djihadisme, et j'en passe... Contre ces fatalités, le FN crie "Aux abris !". Il ouvre le sien.

 

C'est le néonationalisme ! Loin du libéralisme anti-étatique de son père, Marine Le Pen veut "un retour à l'Etat, composante essentielle de l'âme de la France". Elle se réclame d'une République patriote, qui prêcherait le social-étatisme d'un Mélenchon ou d'un Chevènement. Son slogan, c'est "Mort à l'euro, mort à l'Europe !".

Ce credo-là n'est pas, hélas, sans écho dans la gauche. Et au-delà, chez notre peuple devenu craintif, casanier et qui a peur du grand large. Déjà, d'autres nations européennes surendettées, qui, comme nous, vécurent au-dessus de leurs moyens, bronchent devant la diète. L'Europe, qui les sauva, devient le bouc émissaire de leurs misères.

 

Marine Le Pen, parlant, ces jours-ci, de son projet d'une France délivrée de l'Europe, m'évoquait étrangement la tentation de François Mitterrand. Lui aussi, à l'autre extrême, fut durant deux ans tenté d'installer sa "rupture d'avec le capitalisme" sur une navigation nationale et solitaire. Dans une France aux abois, il y renonça en 1983 afin de ne rompre "ni avec l'Europe ni avec l'Alliance atlantique"...

 

Marine Le Pen ne croit pas, elle, à la ruine - pour moi certaine - d'une France Maginot. Elle veut rallier les flageolants du sarkozysme. A moins, bien sûr, qu'elle ne mette, pour finir, du compromis dans son europhobie. Comme l'huile dans le vinaigre de papa.

 

Claude Imbert

Le Point

 

Voir aussi, "les cantonales...et après?" de Laurent Py: http://marcdhere.over-blog.com/article-les-cantonales-et-apres-70368726.html 

 

 

Repost 0
Published by Claude Imbert, Le Point - dans Vie Politique
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:00

 

Evolution des opinions positives concernant Nicolas Sarkozy.  La moyenne est établie à partir de la publication régulière de  9  enquêtes. 

 

 

 

                                       AVRIL    MAI   JUIN   JU/AO   SEPT   OCT   NOV         DEC  Sofres Figaro                                    30        28        26      30          26         26         24            24

Opinion Way Metro               31        36        32      30          34        30         32             33

Ipsos Le Point                       32        36        35      34          34        31           30            35    

BVA Orange Express            40        36        36      33         32        30           34             33    

IFOP JDD                             31        33        34      36          32        29          32             31    

LH2 Nouvel Obs                    38        36        37       33         34       34           35             35

IFOP, Paris Match                 33        34        35       35         38       35           36             36

Via voice Libération                35        38        34       34         34        34           32             35  

CSA Le Parisien                    34        37        34       34          32        31           32              34              

 

 

Moyenne                               33,8     34,9     33,7     33,2       32,9    31,1      31,9         32,9

 

                                              

                                           JANV   FEV  MARS   AVRIL  MAI  JUIN  JUIL-AOU  SEPT             

 

Sofres Figaro                          27        24       22          23                                                                 

Opinion Way Metro               30        34        34     

Ipsos Le Point                        33        34        31

BVA Orange Express            34        30         32

IFOP JDD                             30        31        29                              

LH2 Nouvel Obs                   36        38         32                   

IFOP, Paris Match                 34        34        31                  

Via Voice Libération              34       30          30

CSA Le Parisien                    34        31         31                  

 

Moyenne                                32,4     31,8     30,2

 

 

A peine au-dessus de 30 (et ce n’est pas certain, il me manque deux sondages, pour lesquels j’ai reporté le chiffre du mois précédent). Je pense que cette fois-ci on a atteint le fond. Pas d’autre commentaire.  Espérons qu’avril sera meilleur, la logique le voudrait…

 

Marc d’Héré

 

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article