Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 14:14

En attendant la communication de ce que se sont dits Jean-Pierre Jouyet et les deux journalistes du Monde, je vous propose le verbatim imaginé d’une réunion virtuelle entre François Fillon et Nicolas Sarkozy

 

Un jour de novembre 2014- 77 rue de Miromesnil- 8 heures du matin.

 

L’ancien Président vint ouvrir lui-même la porte à François Fillon.

 

« Heureux de te voir, entre François » En le conduisant à son bureau il lui dit, souriant : « Quelle élégance…Comment fais-tu ? Je vais chez les meilleurs tailleurs, Carla qui a du goût choisit mes chemises et mes cravates mais je n’arrive pas à être aussi élégant que toi… »

 

Ils étaient entrés dans son bureau… « Tu prends un café ? »

« Volontiers »

« Deux cafés et quelques macarons demanda-t-il à la secrétaire qui les avait suivis.

 

A peine étaient-ils assis que Nicolas Sarkozy entra dans le vif du sujet.

 

« Pour 2017, c’est cuit pour toi… »

 

« Comme tu y vas…Permets-moi d’avoir un autre avis. »

 

« Laisse-moi finir. En 2017 ce sera moi ou, si je me plante, Juppé ! Et tu n’es même pas 3 ème dans l’ordre des possibles, Bruno Le Maire, qui fait, je dois le reconnaître, une bonne campagne, se trouvera devant toi. Donc pour toi 2017 c’est mort, n’y pense plus. »

 

« Bien des choses peuvent changer en deux ans…Souviens-toi de Hollande qui était à 3% en 2011. Et je n’ai pas l’intention de lâcher. »

«Bien sûr, mais ta situation n’a rien à voir avec celle de Hollande. Tu le sais bien même si je comprends que tu ne veuilles pas te l’avouer. Laisse- moi finir. Tu es cuit pour 2017, mais tu peux avoir tes chances pour 2022. Ni Juppé ni moi ne serons candidat à cette date et tu seras encore suffisamment jeune pour tenter ta chance. Tu ne seras pas seul, il y aura aussi Baroin, Le Maire, Nathalie et peut-être un ou deux autres…Pourquoi pas Copé d’ailleurs…Que je sois élu Président ou non, j’aurais un rôle décisif dans le choix du candidat de 2022. Je pourrais, au minimum, contribuer à éliminer ceux que je ne voudrais pas voir participer à la compétition. Tu es d’accord là-dessus ? »

 

« Plus ou moins. »

 

« Je continue. Si tu t’opposes à moi, je ferais en sorte que pendant 7 ans tu ne puisses jouer aucun rôle de premier plan, alors que je mettrais en avant tes rivaux, notamment Baroin et NKM qui seront ministres. Il te sera bien difficile alors de te mesurer à eux avec quelques chances de l’emporter. »

 

« Si tu es élu… »

 

« Oui, et tu peux m’y aider…mais même en tant que Président du « Rassemblement », j’aurais ce pouvoir…Voilà ce que je te propose. Si je suis élu Président, je ne pourrais bien évidemment pas te nommer Premier ministre, tu le comprends et tu ne le souhaites sans doute pas, ni même ministre, ce serait un peu humiliant pour toi. Je te propose d’ores et déjà de prendre la présidence de l’Assemblée. C’est un poste important, en vue, et qui te permettra de rester à égalité de chances avec tes rivaux ministres. Après, à toi de jouer pour leur passer devant. Pour ma part, je ne ferais rien qui puisse te gêner…D’autant moins que tu m’auras toi-même aidé. En effet, tu peux m’aider. Tu peux le faire d’abord en me soutenant pour la présidence de l’UMP, puis pour celle du nouveau parti. Une fois largement élu, ton soutien m’aidera à gagner sans trop de difficulté la primaire que nous organiserons…Et sans doute la Présidence. Que penses-tu de tout cela, François ? »

 

« C’est une belle construction, un peu trop optimiste peut-être…Les choses, tu le sais bien, risquent d’être plus difficiles que tu ne l’envisages ou le rêves…"

 

« En tous cas, c’est possible et jouable. Alors, veux-tu m’aider et bénéficier en retour de mon aide ou poursuivre dans ton obstination et ton opposition ? »

 

« Ça fait un peu magouille politicienne ce que tu me proposes là, avec quelques menaces en complément. »

 

« Pas du tout. C’est jouer franc jeu l’un avec l’autre. D’ailleurs, je ne te demande pas d’aller contre tes convictions. Tu sais bien, au fond de toi, que je ferais un meilleur Président que Juppé qui n’a plus d’idées, qui est trop étatiste pour réduire vraiment les dépenses publiques et trop « chiraquien » sur des sujets comme l’immigration…Et il n’aura plus l’énergie nécessaire, en supposant même qu’il en ait le désir, pour faire bouger les choses contre tous les immobilismes…Il faut te décider vite François.

 

« Te soutenir dans l’élection à la présidence de l’UMP, cela risque d’être considéré comme un retournement de veste bien soudain et suspect ! De plus, en tant que codirigeant de l’UMP je me dois d’être impartial. »

 

« Peut-être, mais l’autre solution c’est d’être contre moi… A toi de voir…Et puis les choses peuvent se faire intelligemment. Tu pourrais prévenir tes amis et leur demander d’agir en ma faveur…Certains, dont Jérôme Chartier, pourraient venir assister à quelques-uns de mes meetings, et lâcher deux ou trois critiques justifiées à l’intention de Le Maire et Mariton. Enfin, toi-même tu pourrais venir à mon dernier meeting… »

 

« Je dois y réfléchir… »

 

« OK mais ne perds pas trop de temps…Tu n’es même pas tenu de me répondre directement…Je verrais bien ce qui se passe, dans les jours qui viennent, parmi tes amis…Je comprendrais. »

 

François Fillon était reparti songeur et la mine encore plus sombre qu’à l’ordinaire…

 

Nicolas Sarkozy, détendu, discutait dans son bureau avec Frédéric Péchenard quand sa secrétaire entrouvrit la porte « Jean-François est d’accord pour demain 8 heures. »

« C’est parfait, merci. »

 

Marc d’Héré

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Héré - dans Vie Politique
commenter cet article

commentaires