Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 20:53

Regard n° 1: semaine du 22 au 28 mars
...


Régionales, réaction présidentielle.

 La réponse de Nicolas Sarkozy à l’échec des régionales et au message donné par les  Français  en s’abstenant massivement et en votant pour les oppositions, a été la bonne.  Appel à entrer dans le gouvernement, à des personnalités venant de la partie la plus contestataire de la droite (un chiraquien et un villepiniste) tout en suspendant,  provisoirement, une ouverture nécessaire mais mal comprise.  Réaffirmation des fondamentaux, renforcement de la politique en faveur  de la relance économique et donc de  l’emploi, poursuite des réformes urgentes notamment celle sur les retraites.  Sa déclaration a eu peu d’effet, car pour l’instant  le Président est « inaudible » mais elle constitue un premier pas fondateur sur le chemin vers le retour de la croissance et la reconquête de l’opinion.                                                       

 

 

Taxe carbone.

Une erreur dans la réponse de l’exécutif : le report de la taxe carbone  dont l’application en France est conditionnée  à son instauration aux frontières de l’Europe. Erreur aggravée par une mauvaise communication du Premier ministre à ce sujet. Le projet de taxe carbone a été, il est vrai, très mal rédigé et très mal défendu par Jean-Louis Borloo.  On aurait dû mieux l’expliquer.

La  taxe carbone était une incitation à nous faire produire moins de CO2, à nous faire moins polluer. Puisqu'elle était globalement  compensée, ceux qui  grosso modo  continuaient à utiliser le même niveau  de CO2, n’avaient, financièrement ni perte ni gain...Ceux qui produisaient plus de CO2 payaient et ceux qui polluaient moins étaient financièrement gagnants.  Seules certaines entreprises étaient amenées à payer (avec des garanties pour ne pas payer deux fois!). Mais cette loi était un peu "usine à gaz", elle a été violemment attaquée par les écologistes qui auraient dû la défendre, et enfin retoquée (par idéologie ou pour gêner le Président ?) par le Conseil constitutionnel. Il était donc difficile  dans ces conditions de poursuivre...
On peut toutefois comprendre la déception de Chantal Jouanno. Espérons seulement que Sarkozy arrivera à convaincre les Européens d'aller dans le même sens et  que l’on pourra  donc  remettre sur le tapis, avant la fin du quinquennat,  cette taxe importante ou une taxe mieux construite!.
 

 

Chômage. 
La progression du  chômage est de moins en moins forte, ce qui montre bien que la situation s’améliore. Mais la  sortie de crise est longue et ne sera véritablement reconnue que lorsque la France recommencera à créer des emplois.  On peut penser que ce sera le cas au second semestre 

 

Sébastien/ Villepin.
Le même jour ont été annoncés deux nouveaux mouvements politiques. L’un, le D.A.R.D lancé par Patrick Sébastien, est clair dans son objectif (faire remonter directement des demandes et des propositions d’amélioration de la vie quotidienne) et la méthode choisie (faire pression comme Nicolas Hulot pour faire prendre en compte ces demandes par les candidats à la présidentielle), l’autre, celui de Villepin est bien flou et bien conventionnel…Le nouveau parti qu’il annonce (sur quel projet ?. avec quel objectif?..) est destiné à récupérer l’anti sarkozysme de droite ou du centre, que Bayrou ne peut plus représenter…Cela n’ira pas très loin mais peut être finalement assez  favorable à la  majorité  et au Président. En effet, lors des élections, récupérant des voix de droite et du centre qui ne voudraient pas se porter sur Nicolas Sarkozy au premier tour, et se réfugieraient dans l’abstention ou le vote d’opposition, il ne pourra faire autrement que les apporter au second tour à son rival. Ce petit parti  sera un « sas » pour voter Sarkozy au second tour. Villepin est cadenassé, et ne pourra faire autrement !

 

Proposition de La Gauche Moderne.

La Gauche Moderne soutient sans ambiguïté le Président de la République, le gouvernement et leur politique et fera tout pour qu’elle soit mieux comprise et mieux acceptée par les Français. Pourtant cette politique, notamment  dans son aspect social,  est plombée par l’existence du  bouclier fiscal. Non pas que cette mesure soit scandaleuse, mais tant qu’elle  demeurera, les électeurs seront persuadés que la politique de Sarkozy est gravement inégalitaire, et favorise "les riches". La  gauche a imposé cette lecture et la majorité a été incapable d'en imposer une autre. C'est un fait. 


Or, dans cette période de crise, le sentiment que le pouvoir ne fait rien pour les "petits" et agit en faveur des "gros" est mortel. C'est faux, mais c'est ressenti comme évident, indiscutable. 

Tant que le bouclier fiscal demeurera inchangé, toute avancée sociale sera vaine,  considérée comme inexistante, ou pire, hypocrite.  Voilà pourquoi,  nous proposons  non pas de supprimer le bouclier fiscal, mais de le suspendre pour une durée précise de 3 ans. Il ne s’agirait pas de revenir sur une promesse électorale, mais du fait de la crise, de la mettre provisoirement entre parenthèses.  
En politique, et en économie, il faut souvent choisir entre deux mauvaises solutions, celle que nous proposons nous semble être la moins mauvaise. D’autant que pourrait s’y ajouter la suspension, également pour 3 ans, de plusieurs niches fiscales. Les milliards ainsi « récupérés » par l’Etat seraient pour partie reversés au  Fonds de Réserve des Retraites et pour partie utilisés  pour la réduction de la dette.

 

La participation des plus aisés aux efforts demandés pour sortir de la crise, serait ainsi évidente et le reste de la politique sociale du Président, serait alors comprise et approuvée. La suite du quinquennat en serait modifiée.

 

Marc d’Héré


Mon baromètre de la semaine:
 
En hausse: Aubry et Fillon
En baisse:  Bayrou et Sarkozy

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Héré - dans Vie Politique
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 30/03/2010 18:08


Yves Urieta, ancien maire de Pau et membre du Comité Permanent de La Gauche Moderne, propose aussi de suspendre le Bouclier fiscal:

Les réformes entreprises par le gouvernement sont mal comprises, car à mon avis illisibles par les français qui souffrent de la crise. Lorsque nous discutons avec eux ils nous disent leur
incompréhension, leur révolte contre le bouclier fiscal et les niches fiscales. Ils ont l’impression que le gouvernement ne fait rien pour eux et de ce fait sont attentifs aux sirènes de la
démagogie de l’opposition.

Les français ont besoin aujourd’hui d’un geste fort du pouvoir. Je pense que cela pourrait être la suspension pendant 3 ans du bouclier fiscal et de certaines niches fiscales. Certains estiment que
cela permettrait à l’Etat de récupérer environ 100 milliards par an. Ceux-ci pourraient d’une part être reversés au Fonds de réserve des Retraites et d’autre part utilisés pour la réduction de
notre dette.

Compte tenu de la période exceptionnelle que nous traversons cette mesure ne serait en aucun cas un retour en arrière, une dérobade, mais un signe d’une écoute profonde de nos concitoyens et d’un
geste de solidarité des plus aisés d’entre nous, pour aider à la sortie de crise le plus rapidement possible.

C’est comme cela que nous serons capables de nous écouter, de nous entendre, de nous comprendre. Poursuivons ensemble la réforme juste prônée par la Gauche Moderne.


Yves Urieta, ancien Maire de Pau, membre du comité permanent de La Gauche Moderne


marc d'Héré 29/03/2010 10:26


Le report de la taxe carbone ne signifie pas son abandon, et "si on met toute notre énergie, on peut bouger très vite", a affirmé aujourd'hui la secrétaire d'Etat à l'Economie numérique Nathalie
Kosciusko-Morizet, précédemment en charge de l'Ecologie.

"Je crois à la fiscalité environnementale", a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet sur RTL. "Un jour et dans un cadre européen, il faudra remettre la chose sur le métier parce que derrière il y a une
idée intelligente", a-t-elle déclaré. "C'est quelque chose qu'objectivement on n'a pas réussi à partager avec les Français [...] On n'a pas réussi à faire comprendre que cette taxe carbone en fait
c'était un bonus-malus sur le carbone", a-t-elle insisté.

"C'était un projet qui s'inscrivait dans une dynamique européenne et mondiale. On espérait trouver un accord à Copenhague". L'échec de ce sommet "remet en cause une partie de notre dynamique, ça ne
remet pas en cause notre ambition", a-t-elle argumenté.

AFP