Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 16:24

 

Par Elie Arié, Marianne 2, le 20 septembre...

 

Un premier point rend d’emblée perplexe : la multiplicité des « Centres », en France : Bayrou, Morin, Borloo, Arthuis, de Charette, Bockel, chacun à la tête de son petit parti centriste, j’en oublie sûrement...Pourtant, à l’école, j’avais appris qu’une circonférence n’avait qu’un seul centre... Essayons de déchiffrer ces nouvelles mathématiques modernes.

 

Sous les IIIème et IVème Républiques, c’était clair : face à la multiplicité des partis politiques, le « Centre » se confondait avec la notion de parti-charnière : celui qui, par son positionnement politique,  était indispensable pour constituer une majorité parlementaire, qu’elle soit de droite ou de gauche, et qui vendait sa participation au prix de nombreux postes ministériels, aussi peu nombreux que fût son groupe ; stratégie astucieuse, résultant de l’impossibilité de constituer une majorité nette de droite ou de gauche après les législatives ; l’illustration en fut le parti radical-socialiste, pas plus radical que socialiste, comptant de moins en moins d’élus à mesure que les années passaient, mais dont rares furent les députés qui ne devinrent pas Ministres un jour ou l’autre.

Mais le système électoral de la Vè République, fait pour constituer une majorité après chaque législative, a mieux mis en évidence l’inanité idéologique de la notion de « Centre », l’objectif étant resté le même.

Les « Centres » attendent, pour exister, une législative dans laquelle ni la gauche, ni la droite, n’obtiendraient la majorité à l’Assemblée, et auraient besoin de leur appoint ; le cas ne s’est produit qu’une seule fois, en 1988, mais de justesse, et Rocard a pu le résoudre avec quelques débauchages individuels, sans avoir à passer un accord avec l’ensemble d’un parti centriste. 

 

Disposés à venir au secours aussi bien de la droite que de la gauche, ils ne peuvent donc avoir de vraie doctrine politique ; ils se disent « humanistes », mais quel est l’homme ou la femme politique qui se prétendent « non-humanistes » ? Ils se disent « européens », ce qui ne mange pas de pain lorsqu’on se positionne entre un PS et une UMP qui ne le sont pas moins ; ils se disent « modérés », mais quel est le parti qui se prétend « immodéré » ? Du point de vue de leur définition « positive », c’est à peu près tout... c’est-à-dire, en somme, rien.

Ne restent donc que le discours et la pratique politiques, et qui sont, eux, franchement originaux.

Les « centristes » présentent cette particularité d’être tout à fait fidèles à la droite lorsqu’ils font partie du gouvernement, dont ils vantent sans réserves l’action, en bonne solidarité ministérielle ; mais, à l’approche des élections, de s’en séparer pour en dire tout le mal qu’ils en pensaient, dans un étonnant exercice de masochisme et d’auto-dénigrement rétrospectif ; ils pourront ainsi monnayer plus cher leur participation au futur gouvernement que le député ou le Ministre UMP lambda, nullement assurés, eux, de retrouver leurs postes après les législatives.

Reste une difficulté : avec les promesses très à la mode (mais jamais longtemps tenues) d’un « gouvernement resserré », les places deviennent moins nombreuses, surtout si on y ajoute la nécessité d’en réserver quelques unes aux femmes et aux « minorités visibles » (difficulté qu’on peut contourner en partie en cherchant des gens qui appartiennent aux deux catégories : Rama Yade, Rachida Dati...) ; il convient donc d’être non seulement membre d’un groupe centriste, mais aussi son chef, souvent le seul qui décrochera un maroquin : d’où la multiplication des Centres et de leurs candidats aux présidentielles (« le chef du MoDem est Ministre, mais moi aussi, je suis chef de mon parti ! Alors, si vous voulez qu’il vote les projets de loi que vous présenterez, il faut que je sois au moins Secrétaire d’ Etat»).

 

Au fond, la logique du « Centre », poussée à l’extrême, serait que chacun de ses membres soit chef d’un parti dont il serait l’unique adhérent : et on n’en est plus très loin...


Elie Arié

Marianne 2

Lire aussi: Le Cercle des Libertés Egales face à l'alliance des centres: http://libertesegales.canalblog.com/archives/2011/09/04/21934363.html

 

et, un article qui n'a rien à voir mais qui répond à l'actualité: communiqué du Cercle des Libertés Egales sur le discours de Nicolas Sarkozy à l'ONU: http://libertesegales.canalblog.com/archives/2011/09/21/22114073.html

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Elie Arié, Marianne 2 - dans Vie Politique
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 20/10/2011 08:26


Les Humanistes, qui regroupent une centaine de parlementaires centristes de l'UMP proposent de "limiter" le cumul des mandats: les parlementaires ne pourront plus être à la tête d'un exécutif local
"important" ("très grande ville", "grande intercommunalité", conseil général ou régional) et les mandats intercommunaux seront intégrés dans le calcul.

Les Humanistes veulent aussi instaurer "un ticket homme/femme" obligatoire pour les candidatures aux élections nationales, augmenter le montant des amendes si la parité des candidatures n’est pas
respectée, "en finir avec les triangulaires" à tous les scrutins uninominaux majoritaires à deux tours (les deux premiers qualifiés), prononcer "l'inéligibilité systématique à vie" pour tout élu
condamné pour corruption et prendre en compte le vote blanc.

Enfin, ce mouvement veut, comme le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, aller plus loin dans la réforme territoriale en fusionnant les conseils régionaux et généraux "dans un délai de
cinq ans".


plus que 222 jours 27/09/2011 22:01


Vous savez très bien que je n'ai pas d'idole. Je sens de l'amertume chez vous alors vous racontez un peu n'importe quoi. Détendez-vous car rien n'est encore fait. Nous devons être vigilant jusqu'à
l'échéance et j'espère jusqu'à la défaite cuisante de Sarko. Vous verrez, ce sera bénéfique pour la France, même si le redressement sera difficile.


Marc d'Here 27/09/2011 23:28



Je suis encore d'accord avec vous...Cela arrive de plus en plus souvent: rien n'est encore fait! Ce qui me  permet de m'engager dans la période qui vient avec détermination (j'interviens
autant que je le peux sur différents plans)  confiance (il est vrai que je suis un incorrigible optimiste!), et certainement pas d'amertume...  



plus que 222 jours 27/09/2011 21:12


Mon Dieu, que vous êtes pathétique ! La division apparaît au grand jour dans les rangs de la droite aujourd'hui, avec la création du groupe de la droite populaire, avec Bertrand, Copé et Fillon qui
se déchirent...etc N'anticipez pas les hypothétiques divisions de la gauche. Il n'y aura aucune division entre les candidats aux primaires, les perdants se rangeront derrière celui qui gagnera les
primaires. Mélenchon et les verts joueront leur partition au 1er tour et ensuite se rangeront derrière le candidat socialiste qui sera selon toute logique qualifié pour le 2nd tour, sauf scénario
21 avril. Mais, le scénario 21 avril a plus de probabilité de se faire à l'envers cette fois-ci. D'après certains commentaires sur ce forum, vous écrivez des bons bouquins de politique fiction,
mais permettez-moi de vous dire que pour la politique, la vraie, vous êtes un amateur.


Marc d'Here 27/09/2011 21:46



Je vous souhaite (encore quelques semaines) de beaux rêves parmi  vos idoles de gauche, toutes plus loyales et désinteressées les unes que les autres..



plus que 223 jours 27/09/2011 17:22


"L'arrivée de la gauche au pouvoir serait en effet catastrophique..."

Ne faîtes pas semblant de ne pas comprendre mes messages. La catastrophe, ce sont les 5 ans de Sarko.


Marc d'Here 27/09/2011 20:51



Ce serait en effet catastrophique. Au delà du programme (!!), la division ne tarderait pas entre Hollande Aubry, Hamon et les sociaistes radicaux, le parti de gauche de Mélenchon et les écolos
(ils demandent 30 circonscriptions gagnables). Sans compter les radicaux de gauche qui s'empresseront de lâcher à la première difficulté...Espérons que nous ne verrons pas tout cela...



plus que 223 jours 27/09/2011 13:21


"Au nom de quoi votre certitude serait-elle supérieure à la mienne?"

Parce que je sais que les élus, en particulier divers droite, sont exaspérés de la politique du gouvernement et de ses conséquences sur la vie des communes et des collectivités locales. Les élus
parlent de la suppression de la taxe professionnelle, de la fermeture des services publics, de la fermeture des gendarmeries, de l'arrêt de la décentralisation etc... Les élus de terrain n'en ont
que faire des affaires, par contre, pour les présidentielles, les affaires seront un facteur négatif supplémentaire pour Sarkozy. De toute façon, ils sont déjà nombreux à l'UMP à viser 2017 et
faire une croix sur 2012, car ils préfèrent laisser le sale boulot à la gauche après avoir accumulé les déficits pendant ces 5 ans de sarkozysme.


Marc d'Here 27/09/2011 15:49



L'arrivée de la gauche au pouvoir serait en effet catastrophique...Son programme l'annonce clairement...C'est bien pourquoi elle fait campagne sur les "Affaires" qui n'en sont pas d'ailleurs.
C'est sur cette base, en esquivant les vraies questions pour préférer les fausses affaires, qu'elle espère l'emporter...Rien n'est encore joué!



plus que 223 jours 26/09/2011 21:13


Vous avez trop de certitudes, enfermé dans votre microcosme parisien. Ecoutez les élus ruraux et vous comprendrez que le résultat n'a rien à voir avec les affaires.


Marc d'Here 26/09/2011 22:15



Au nom de quoi votre certitude serait-elle supérieure à la mienne? Evidemment personne ne reconnaîtra facilement  qu'il est assez stupide pour se décider en fonction des "affaires"! Et
pourtant...



plus que 224 jours 26/09/2011 17:18


Les affaires n'y sont pour rien dans cette défaite. Même Karouchi le dit.


Marc d'Here 26/09/2011 21:05



Je crois au contraire que les "affaires" ont beaucoup joué...Elle sevaient d'ailleurs à ça!



plus que 224 jours 25/09/2011 22:08


Voilà la 1ère étape de la fin du Sarkozysme. Mais, ne crions pas victoire trop tôt. Faisons en sorte que le processus des primaires socialistes soit un succès. Même si personnellement, je ne suis
pas un fan de ces primaires, si elles sont réussies, ce sera très mauvais pour Sarko et rien que pour cela, j'espère qu'il n'y aura aucun couac et que le ou la meilleure sera qualifié pour qu'on
tourne la page de ces 5 ans de sarkozysme qui ont été néfastes à la France.


Marc d'Here 26/09/2011 00:10



C'est un mauvais jour en effet pour la majorité et les "affaires" opportunément sorties quelques jours avant l'élection y sont sans doute pour quelque chose. Mais, reconnaissons-le, c'est
difficile. Raison de plus pour se battre!



Marc d'Here 25/09/2011 20:54


Le Sénat passe à gauche, selon toute vraisemblance. C'est dans la continuité logique des choses...Depuis longtemps Larcher, Raffarin et les centristes du Sénat étaient passé dans une opposition
sournoise au Président de la République. Cela rendra les choses plus claires.


Elie Arié 23/09/2011 16:21


Injure gratuite, mais, bon, on a l'habitude.


Marc d'Here 23/09/2011 17:48



Injure? Sois sérieux, ou redeviens séieux...STP!