Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 16:13

Une visite  et un excellent discours de Sarkozy, présentés par Le Monde. L'UMP l'évoque aussi
..

C.'était du Sarkozy de proximité. Un président qui règle les moindres détails, jusqu'à annoncer que La Poste va équiper de distributeurs de billets les bourgs centre qui n'en sont pas dotés d'ici à 2013. "C'est quoi le rôle du président de la République ? Se piquer de choses tellement grandes que personne ne les comprend", a lancé, mardi 9 février, le chef de l'Etat, la main au ciel, lors d'un discours sur l'avenir des territoires ruraux à Morée, dans le Loir-et-Cher. Il régnait une atmosphère de campagne électorale déguisée lors de ce déplacement dans la région Centre, que le secrétaire d'Etat à l'artisanat, Hervé Novelli, espère conquérir lors des élections des 14 et 21 mars.


Avant son discours, M. Sarkozy avait visité un point poste multiservices, une maison de santé 
 
pluridisciplinaire et une usine de sous-traitance automobile et aéronautique. Services publics,

santé emploi, tous les soucis de la ruralité sont embrassés.   Autographes, photographies,

petits mots gentils – "ne prenez pas froid"   merci""ça vous a réussi"

–, M. Sarkozy était en opération séduction.


Sa rencontre avec les ouvriers CGT est une aubaine. Retour aux fondamentaux de la campagne de 2007, au "travailler plus pour gagner plus". Le président de la République vante la suppression de la taxe professionnelle, la fin des 35 heures et les heures supplémentaires défiscalisées. Les ouvriers acquiescent, ils font des heures sup et paient moins d'impôts. "Ecoutez cela", lance-t-il, ravi, au Monde. Le président joue la complicité et parle football. Il est fan de tous les clubs : l'OM, les Verts légendaires de sa jeunesse avec
Dominique Rocheteau, le stade de Gerland à Lyon. Mais il doit être fidèle au Paris Saint Germain en difficultés. "On ne va pas les abandonner. L'autre jour, j'étais au mach avec Lorient. C'était dur", sourit-t-il avant de signer un autographe et de s'éclipser.


Le discours permet ensuite de corriger certains malentendus qui pourraient le brouiller avec la France rurale. A Paris et à Copenhague, on est Vert ; à Morée, plus pragmatique. Le déplacement individuel y est la priorité. "Je ne veux pas qu'on culpabilise la France rurale en disant que vous polluez quand vous vous déplacez. On ne peut pas faire un métro", explique M. Sarkozy, fustigeant "les cars ou les TER diesel qui roulent à vide". A Paris, M. Sarkozy vante les TGV. En province, il précise : "Je ne veux pas que cela se fasse au détriment des trains Corail."


Soucieux de défendre la France qui travaille, il a mis en garde les banques qui ne prêtent plus. "Je vais être obligé de revoir les banques. Je suis inquiet de ce qui se passe en ce moment", a-t-il confié. Puis il a réitéré son engagement de se battre à Bruxelles pour la préférence communautaire en matière agricole et d'instaurer une taxe carbone aux frontières.

Sûr de son effet, le chef de l'Etat a entonné un petit couplet contre la réglementation excessive, notamment celle sur les crèches et les gardes d'enfants, qui, heureusement, n'est pas obligatoire chez soi. "On viendrait nous les retirer, nos enfants", glisse M. Sarkozy. Il veut aussi "réhabiliter les produits locaux" pour qu'ils soient servis dans les cantines scolaires. Mais pour cela, il faut être souple. "On est passé dans l'excès où on ne peut plus rien faire", s'est-il désolé.


Les victimes en sont souvent les élus locaux, qui s'investissent à fond. "Etre élu de la ruralité, ce n'est pas un métier, c'est plus que du bénévolat. C'est un apostolat", salue-t-il, avant d'attaquer sans les nommer les collectivités, souvent socialistes, qui, après la suppression de la taxe professionnelle, veulent à la fois autonomie fiscale et solidarité des plus riches via la péréquation : "L'autonomie, ce n'est pas la folie fiscale qui consiste à augmenter les impôts et créer des emplois de fonctionnaires", accuse M. Sarkozy. Il se charge de défendre la réforme des collectivités locales en cours d'examen au Parlement, en glissant sur celle du mode de scrutin, totalement bloquée. Au début, il voulait supprimer un échelon, entre les communes et l'Etat. Il a changé d'avis. "C'était trop simple, car la France n'est pas une page blanche, elle a une histoire", a concédé celui qui voulait incarner la rupture en 2007.


Arnaud Leparmentier


Compte rendu fait par l'UMP:


Venu clore à Morée (Loir-et-Cher)  les Assises des territoires ruraux lancés en octobre 2009, le Président de la République a rappelé combien « l’avenir de la ruralité était un sujet majeur de cette année 2010 ».

Nicolas Sarkozy a présenté des mesures fortes qui permettront de redynamiser les territoires ruraux et d’assurer la cohérence territoriale pour les 11 millions de Français. Parmi elles :

  • améliorer la vie quotidienne en développant les services à la population dans  les transports avec des initiatives innovantes, dans la rénovation des centres-bourgs, dans l’offre de contact des services postaux…
  • favoriser l’accès au très haut débit fixe et mobile au plus tard en 2025 grâce notamment au grand emprunt.
  • développer la santé de proximité pour maintenir la qualité des soins pour tous sur tout le territoire grâce notamment au financement de 250 maisons de santé pluridisciplinaires en 3 ans.
  • donner à l’économie locale les moyens de se développer grâce aux aides aux PME locales et à l’incitation à la consommation locale

« Les assises des territoires sont le début d’un chantier de renouvellement en profondeur de notre politique pour la ruralité », a conclu Nicolas Sarkozy.

Site du Mouvement Populaire

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Monde et l'UMP - dans Régions
commenter cet article

commentaires

marc d'HERE 23/05/2010 11:19


La loi de modernisation agricole actuellement en discussion au Sénat va renforcer dès cette année le pouvoir des producteurs agricoles dans leurs négociations avec les distributeurs, les
industriels et leurs clients.
Le contrat va en effet permettre de définir le niveau du prix en fonction des charges du producteur plutôt que des marges du distributeur !

Les marges de manoeuvres du producteur pour mieux valoriser ses produits de qualité seront dès lors renforcées.

Sur le modèle de la mention valorisante "produit fermier" pour les produits venant directement de la ferme je propose que soit créée une mention valorisante "produit du terroir" pour les produits
de qualité, transformés, d'origine française.

Les industriels feraient figurer sur les emballages de ces produits, et seulement sur ceux-là, un drapeau français et la mention valorisante, ce qui permettrait au consommateur qui le veut
d'acheter français, c'est à dire de préserver l'agriculture de notre pays tout en consommant des produits de qualité.

Cette démarche permettra d'accompagner la volonté des filières françaises de mentionner l'origine de leurs produits dès lors que 50% de leurs ingrédients sont d'origine française et évitera que les
industriels aient recours à des produits étrangers parfois moins encadrés sur le plan sanitaire notamment.

Je prends l'initiative de lancer le jour de l'opération "nature capitale" (cette oeuvre poétique réalisée par les jeunes agriculteurs sur la plus belle avenue du monde en direction des Français qui
aiment leur agriculture !) sur le site "les créateurs de possibles" et sur Facebook , une pétition en ce sens que les adhérents de l'UMP pourront signer et faire signer ainsi que tous les citoyens
qui soutiennent une telle initiative.

Frédéric LEFEBVRE

___________________________


POUR SIGNER LA PÉTITION : http://7295.lapetition.be/


sergiozz 01/03/2010 09:09


Trop facile Monsieur d'Here de botter en touche comme vous le faîtes. Vous êtes incapable de contredire les propos de mon post N°2 et de donner des arguments convaincants les contredisant.


Marc d'Here 01/03/2010 11:50


Je n'ai pas l'intention de répondre à votre post qui ne le mérite pas! D'autant moins, que je ne trouve aucun intérêt de discuter avec quelqu'un qui avoue être mù par la haine!


sergiozz 28/02/2010 21:05


Au niveau des annonces, Sarkozy est le roi, mais pour des mesures concrètes, on attend toujours. Le démantèlement des services publics de proximité dans les zones rurales, c'est bien le
gouvernement de Sarko qui l'a amplifié. Ensuite, c'est trop facile d'aller pleurer dans des discours sur les difficultés des zones rurales.


Marc d'Here 28/02/2010 22:29


La haine que vous éprouvez pour Sarkozy et que vous revendiquez, rend vos arguments sans valeur! Et comment discuter avec quelqu'un que la haine aveugle? Bonsoir.


marc d'Héré 28/02/2010 15:42


Nicolas Sarkozy "a demandé au gouvernement d’agir sans attendre pour que les mesures de solidarité nationale puissent intervenir dans les meilleurs délais au profit des populations et des
collectivités sinistrées" par la tempête Xynthia. Dans un communiqué publié par l'Elysée, le chef de l'Etat "salue la mobilisation remarquable des services de secours, appuyés par des renforts
nationaux. Il les assure de toute sa reconnaissance et leur adresse ses encouragements les plus chaleureux". "Ses premières pensées vont aux familles des victimes de ces intempéries
exceptionnelles, à qui il exprime ses condoléances et sa plus profonde sympathie", écrit la présidence de la république.
leJDD