Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 20:07

Libération.fr du 11 01
...




Nicolas Sarkozy a réaffirmé lundi à Gif-sur-Yvette sa détermination à imposer plus de diversité à des grandes écoles circonspectes. En présentant ses vœux au monde de l’enseignement et de la recherche dans le cadre de l’école Supelec sur le plateau de Saclay, le chef de l’Etat a jugé «invraisemblables» et «parfaitement déplacées» les
réticences exprimées par les grandes écoles à accueillir 30% d’élèves boursiers, ainsi que le leur a demandé récemment le gouvernement.


Lors d’un discours devant la prestigieuse école polytechnique de Palaiseau fin 2008, Nicolas Sarkozy avait fixé un objectif de 30% d’élèves boursiers dans les classes préparatoires aux grandes écoles.

Selon le ministère, si le taux de boursiers est en moyenne de 22,9% dans les écoles d'ingénieurs, il est seulement de 11,03% à Polytechnique. Et s'il est de 20,7% en moyenne pour les écoles de commerce, il n'est que de 12,3% dans les très sélectives comme HEC ou l'Essec.


Réagissant la semaine dernière à ces objectifs réitérés par la ministre Valérie Pécresse, la Conférence des grandes écoles (CGE) avait refusé ce qu'elle perçoit comme des «quotas», par la voix de son délégué général Pierre Aliphat. Tout en se disant «tout à fait favorable» à ce que les grandes écoles accueillent 30% d’étudiants boursiers.

«J’attends des résultats concrets»

«Les grandes écoles, ce n’est pas réservé à quelques initiés, ni à quelques enfants de la grande bourgeoisie. Les grandes écoles, c’est pour tout le monde, pourvu que l’on travaille, pourvu que l’on ait du talent», a insisté Nicolas Sarkozy. Le chef de l’Etat a donc demandé à ses ministres de l’Enseignement supérieur et de l’Education, Valérie Pécresse et Luc Chatel, et au commissaire à la diversité Yazid Sabeg «de conduire dans les semaines qui viennent un dialogue fructueux avec l’ensemble des parties concernées».


«J’attends des résultats concrets et rapides. Si on les a, le dialogue suffira. Si on ne les a pas, il faudra utiliser un autre moyen. Mais l’objectif de la diversité sociale de nos élites, cet objectif-là, je ne peux pas y renoncer»,
a-t-il menacé.


Le Président s’est toutefois refusé à «l’instauration autoritaire de quotas de boursiers à l’entrée de chaque institution». «Je n’accepterai jamais un système où certains candidats seraient reçus à un concours pour la seule raison qu’ils sont boursiers», a-t-il assuré.


A la place, il a proposé «que l’on diversifie les modes d’accès aux grandes écoles», préconisant notamment «d’augmenter les places pour les bacheliers technologiques dans les écoles d’ingénieurs» ou de «développer de façon significative les admissions parallèles» pour les étudiants qui ne suivent pas de classes préparatoires.

«L’étape suivante est de parvenir à ce même taux de 30% dans chaque grande école, je dis bien dans chaque grande école», a-t-il insisté.

Libération.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Libération.fr - dans Education - recherche
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 26/10/2010 15:56


Le Président de la République se rendra mercredi 27 octobre 2010 à 17h00 à la Cité de l'Architecture afin d'inaugurer l'exposition « 12 campus du 21ème siècle » consacrée à la présentation des
schémas d'aménagement et des principes architecturaux retenus pour les 12 sites universitaires sélectionnés dans le cadre de l'opération Campus.

Cette opération correspond à un plan exceptionnel en faveur de l'immobilier universitaire lancé à l'initiative du chef de l'Etat en novembre 2007. Elle vise à renforcer l'attractivité de nos
universités en améliorant la cohérence et la qualité architecturales des campus et en créant sur chaque site les conditions d'une véritable vie de campus. Cette opération est ainsi l'un des
éléments essentiels de la réforme de l'Université et contribuera à l'émergence de pôles d'excellence visibles au niveau mondial.

Le Président de la République sera accompagné par Mme Valérie PECRESSE, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.


Marc d'Here 24/09/2010 17:39


Accompagné de Valérie Pécresse, et de Nathalie Kosciusko-Morizet, Sarkozy a annoncé, à Saclay, l'établissement dans les prochaines années de cinq grandes écoles sur ce site qui accueille déjà
plusieurs institutions universitaires de grande réputation.

Il s'agit notamment de l'Ecole Centrale de Paris, de l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique, de l'ensemble Ecole des Mines de Paris-Institut des télécoms...

Aux 850 millions d'euros déjà attribués s'ajoutera une subvention de l'Etat d'un milliard d'euros, prélevé sur le grand emprunt.

Nicolas Sarkozy a également plaidé pour le projet de double boucle de métro automatique autour de Paris qui permettrait de "diviser par deux" le temps de parcours entre l'aéroport de Roissy et
Saclay, et mettre Paris à "moins d'une demi-heure".


Marc d'Here 04/05/2010 10:07


La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a assuré qu'un dixième mois de bourse serait versé à la rentrée prochaine aux étudiants boursiers ayant plus de neuf mois de cours.

"Tous les étudiants (boursiers, ndlr) qui ont aujourd'hui plus de neuf mois d'études pourront se voir verser à la rentrée prochaine un dixième mois de bourse", a déclaré Valérie Pécresse sur France
Info.

Récemment, les organisations étudiantes, dont l'Unef, avaient manifesté leurs inquiétudes quant à l'effectivité de cette mesure annoncée par Nicolas Sarkozy en septembre 2009.

"Je ferai tout pour que dès la rentrée prochaine le dixième mois de bourse puisse être mis en oeuvre, dans [une] logique de droits et devoirs : dix mois de bourse, pour dix mois d'études", a ajouté
Mme Pécresse.
AFP


Elie Arié 12/01/2010 15:32


Et pourquoi pas le système du Texas pour les Universités, mais appliqué chez nous aux grandes écoles, ce qui donnerait: suppression des concours d'entrée et du bachotage des prépas, et admission
d'office des 5 % meilleurs de chaque terminale dans les grandes écoles? (ce qui donnerait, entre autres, du brassage de la qualité: les élèves "moyens" iraient s'inscrire dans les établissements
moins réputés où ils auraient plus de chance d'être parmi les meilleurs, ce serait la fin du monopole de la qualité par Henri IV, Louis-le-Grand, etc.)