Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 17:13

Par Thierry Masure, Le Point.fr du 15 02
...



Le président Nicolas Sarkozy a laissé un peu de répit aux syndicats, inquiets à la perspective d'une réforme des retraites à la hussarde, en déclarant lundi à la clôture du sommet social qu'un projet de loi sur ce sujet serait déposé au parlement "début septembre".

En revanche, le président de la République n'a pas donné satisfaction aux syndicats qui réclament d'urgence une solution pour les chômeurs en fin de droits et privés de toute ressource, renvoyant à "une concertation" avec le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez.


Les dirigeants syndicaux étaient arrivés à l'Elysée avec la volonté de discuter d'abord de l'emploi, alors qu'une nouvelle progression du chômage, certes ralentie, est attendue en 2010.

Mais c'est sur le calendrier des retraites que le chef de l'Etat était le plus attendu.

Sur ce point, Nicolas Sarkozy a affirmé à l'issue du sommet que, "compte-tenu du temps que les mesures que nous prendrons mettront à produire leur plein effet, si nous voulons sauver le système de retraite, nous ne pouvons plus différer les décisions".

"Ces décisions seront donc prises au début de l'automne sous la forme d'un texte que le gouvernement déposera sur le bureau des deux assemblées", a précisé le président. Ouvrant le sommet un peu plus tôt, il avait assuré qu'il n'était "pas question de passer en force".


Le président a ensuite détaillé le calendrier. La concertation, a-t-il dit, commencera "début avril" quand le Conseil d'orientation des retraites (COR) fera connaître ses projections financières sur l'équilibre des régimes. "Sur la base de ce rapport (...), Xavier Darcos et Eric Woerth, pour la partie publique, entameront des négociations avec les partenaires sociaux. Ces négociations se dérouleront aux mois d'avril, mai, juin, éventuellement août si nécessaire et, au début du mois de septembre, le gouvernement prendra ses responsabilités et déposera un texte", a déclaré M. Sarkozy.

"Ce qui fait que la question de la pérénité de nos systèmes de retraites sera réglé à l'automne prochain"., a-t-il ajouté.


La tension avait monté ces derniers jours après des "fuites" dans la presse sur la volonté prêtée au chef de l'Etat de boucler la réforme par une loi au parlement dès le mois de juillet.

Ce calendrier ne donne qu'à moitié satisfaction aux syndicats. Bernard Thibault (CGT) et François Chérèque (CFDT) avaient insisté pour que le débat se déroule "sur l'ensemble de l'année 2010".

Selon M. Thibault, "les choses vont tout de même aller relativement rapidement", donc "il ne faut pas perdre de temps" pour mobiliser les salariés. "C'est quand même un calendrier assez restreint", a estimé M. Chérèque.


Six organisations syndicales (CGT, CFDT, CFE-CGC, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires) doivent se retrouver dans la soirée pour décider d'une éventuelle journée d'action.


Le chef de l'Etat n'a jusque-là pas dévoilé ses intentions en la matière mais plusieurs ministres ont laissé entendre ces dernières semaines que le gouvernement privilégiait deux pistes, le recul de l'âge légal de départ en retraite ou/et l'allongement de la durée d'activité.

Fort de l'opposition d'une majorité de Français, la plupart des syndicats se sont d'ores et déjà déclarés hostiles à ces deux pistes.

Optimiste, la présidente du Medef Laurence Parisot a jugé qu'"un consensus" était "possible".


Nicolas Sarkozy a enfin indiqué que le dossier de la dépendance, dont il a fait un de ses chantiers sociaux pour 2010, ne sera abordé "qu'une fois la réforme des retraites achevée".

S'agissant des chômeurs en fin de droits, il a indiqué que la concertation confiée à Laurent Wauquiez servirait d'abord à "établir un diagnostic précis de la situation", et s'est prononcé pour "un financement commun" du soutien à leur apporter.


Alors qu'un "malaise grandissant" affecte la fonction publique, selon François Chérèque (CFDT), le chef de l'Etat a annoncé une réunion d'agenda social spécifique avec les syndicats de la fonction publique,"dans les prochaines semaines".

Enfin, François Chérèque a demandé "des mesures pour aider les personnes qui sont victimes" de la crise. Sur ce point, Nicolas Sarkozy a envisagé une réunion "en avril" pour faire le point des mesures déjà engagées en faveur de l'emploi.


Partager cet article

Repost 0
Published by Thierry Masure, Le Point - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires