Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 15:57


COMMUNIQUÉ

 

 


La Gauche Moderne
se félicite du fait que les principes que vient d’exposer Nicolas Sarkozy en ce qui concerne la réforme du lycée, aillent tout à fait dans le sens des propositions qu’elle appelait de ses vœux lors de sa Convention nationale sur l’Éducation :

 

·       Que ce soit du point de vue des valeurs: exigence et responsabilité.

·       Du point de vue des modalités : orientation progressive et réversible, aide personnalisée, rééquilibrage des filières et passerelles entre elles, valorisation des sections technologiques.

·       Du point de vue de la méthode : concertation suivie d' une prise de décision responsable, constance des moyens.

 

La Gauche Moderne avait lors de sa récente Convention nationale sur l’Éducation, adopté un texte programme qui sera publié, avec les actes des débats, très prochainement.

 

La Gauche Moderne,

Mardi 13 octobre 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by La Gauche Moderne - dans Education - recherche
commenter cet article

commentaires

marc d'HERE 27/10/2009 18:50


Un communiqué de La Gauche Moderne sur le Service Civique: à voir sur le blog:

http://lgm.paysdelaloire.over-blog.com


Elie Arie 14/10/2009 20:04


On ne gouverne pas avec des sondages, surtout en demandant à des jeunes s'ils sont d'accord pour qu'on leur file des sous.

Voir l'excellent article de Sandrine Blanchard dans "Le Monde": "Carotte de secours"

"L'idée d'une "cagnotte" pour récompenser l'assiduité des lycéens n'en finit pas de susciter des réactions d'indignation. Financer des projets collectifs de classe pour limiter l'absentéisme
scolaire serait au mieux "inquiétant", au pire "immoral". Mais il y a une question qui n'est jamais posée : pourquoi en est-on arrivé là ? Pourquoi faut-il envisager de récompenser les élèves - non
par de l'argent de poche, mais par une promesse de voyage scolaire - pour les inciter à venir en cours ?

Ce n'est pas aux élèves des lycées d'enseignement général que Martin Hirsch, haut-commissaire à la jeunesse et aux solidarités actives, a proposé cette incitation, mais uniquement à ceux des lycées
professionnels. Et ce n'est pas un hasard. Combien sont-ils, dans ces établissements, à être inscrits dans une filière qu'ils n'ont pas choisie ?

Depuis combien d'années les politiques éducatives de droite comme de gauche promettent-elles de "revaloriser les lycées professionnels", d'en finir avec l'orientation subie et de faire en sorte que
plus personne ne parle de "structures de relégation" ? Au coeur de l'absentéisme, se trouvent les questions de l'orientation et de l'échec scolaire. Les responsables éducatifs le savent bien : le
taux d'absence est d'autant plus élevé que l'orientation n'a pas été désirée par le lycéen.

En 1998, Claude Allègre, alors ministre de l'éducation nationale, lançait une vaste consultation en vue de réformer le lycée. Tous les lycéens étaient appelés à remplir un questionnaire sur leurs
visions et leurs attentes. Ils avaient joué le jeu. Plus de 1,8 million d'entre eux avaient répondu. A l'issue du dépouillement des questionnaires, des académies avaient pris soin d'indiquer que
"certaines réponses des lycéens section BEP sont de véritables appels au secours".

A l'époque, je suivais la rubrique éducation. Je me souviens que, dans une classe de deuxième année de BEP-secrétariat d'un lycée professionnel de province, à la question "Quelle profession
envisagez-vous ?", les jeunes filles avaient répondu : "photographe", "aide sociale", "guide touristique", "monitrice d'auto-école", etc. De secrétaire, point...

Il faut relire le rapport remis au ministère à l'issue de cette consultation. Dès les premières pages, il était indiqué : "La valorisation des lycées professionnels et la reconnaissance de leur
égale dignité avec les lycées d'enseignement général et technologique sont une priorité absolue de la politique éducative." Les choses ont-elles vraiment changé ? Non. Des jeunes filles s'ennuient
en comptabilité alors qu'elles auraient voulu suivre le cursus "carrières sanitaires et sociales", des garçons sont envoyés en électrotechnique "parce qu'il reste des places".

A défaut de n'être parvenu ni à améliorer l'orientation ni à revaloriser les filières professionnelles, on trouve l'idée d'une "carotte" collective. Pas sûr qu'elle redonne de la dignité à ces
établissements et de l'espoir à ces jeunes."


Marc d'Here 14/10/2009 20:22


Je suis d'accord avec toi, on ne gouverne pas avec des sondages...Ce n'est qu'un élément d'information, à ne pas négliger sous prétexte qu'il exprime l'avis de "jeunes".

On ne gouverne pas non plus avec les "experts" qui écrivent dans Le Monde (même si on y trouve d'excellents aticles, voir celui de Jean-Marie Bockel, repris sur ce blog).
 
La Gauche Moderne était d'ailleurs partagée sur cette mesure, comme le montrait un communiqué publié à cette occasion.


marc d' HERE 14/10/2009 19:17


Les Français sont partagés au sujet de la "cagnotte" collective contre l'absentéisme expérimentée dans trois lycées professionnels, 48% y étant favorables et 48% opposés, mais les jeunes sont
fortement pour, selon un sondage LH2 pour France Soir à paraître demain. Ces cagnottes, testées dans trois lycées professionnels de l'académie de Créteil, consistent à récompenser l'assiduité et le
bon comportement des élèves par des projets collectifs (permis de conduire, voyage) financés en partie grâce à l'argent public.
AFP


Elie Arie 14/10/2009 01:53


Rien à redire, effectivement, sur les principes; reste à savoir comment certaines mesures annoncées, notamment les heures de soutien pour aider au changement de filière ou pour éviter les
redoublements, seront compatibles avec la baisse programmée des effectifs d'enseignants.

Comme toi, je déplore le côté prévisible des communiqués des uns et des autres (qui auraient aussi bien pu être rédigés avant d'avoir pris connaissance du contenu du discours,c'est une impression
qu'on a souvent en France...), et je pense que l'antisarkozysme systématique (comme tout ce qui est systématique) témoigne du vide de la pensée...Etait-ce pour autant nécessaire de reproduire ici
deux fois de suite ces communiqués?



Marc d'Here 14/10/2009 08:55


Tu es injuste. Le Communiqué de La Gauche Moderne est "original" tant sur le fond que sur la forme ( tu aurais pu le reconnaitre)  et il n'aurait certainement pas pu être publié avant le
discours de Nicolas Sarkozy. Pour les autres communiqués je suis assez d'accord, idem pour ta critique.


marc d'HERE 13/10/2009 23:46



PARIS, 13 octobre 2009 (AFP) - Voici de nouvelles réactions à l'annonce de la réforme des lycées présentée mardi par Nicolas Sarkozy :


 


- Jean-Marie Le Pen (FN) : "Toutes ces billevesées sont un rideau de fumée pour ne pas parler du naufrage de l'enseignement". "Et quand par hasard M. Sarkozy évoque l'enseignement, c'est pour
annoncer un développement +systématique+ de +l'enseignement en langues étrangères de certaines disciplines fondamentales+, dont les sciences et l'histoire". "Au lieu de restaurer l'enseignement,
il programme un nouvel attentat contre la langue française". (communiqué)


 


- NPA : "Ayant endossé le costume de ministre de l'Education, M. Sarkozy s'est évertué à faire croire qu'il allait moderniser le lycée. Son but était surtout de faire semblant afin de ne pas
entraîner de nouvelles manifestations de lycéens à quelques mois des élections régionales". "Sa réforme essentielle : les suppressions de postes". "Personnels, lycéens, parents doivent unir leurs
efforts pour retrouver le chemin des mobilisations contre la casse du service public d'éducation". (communiqué)


 


- Mouvement des jeunes communistes (MJCF) : "Le président reprend nos mots, nos ambitions, nous parle de révolution, de droit à l’erreur, exige la justice et ose, plein de cynisme, remettre en
cause les privilèges de naissance". Il "est celui qui agite la cagnotte de la main gauche pour faire passer la matraque par la main droite". "Il fait la +révolution+, mais une +révolution+
d’apparence". (communiqué)


 


- Le PRG "s'étonne que ce soit le président de la République qui se soit exprimé pour des annonces aussi modestes". "Rien n'a été annoncé sur les moyens qui vont être mobilisés pour atteindre les
objectifs fixés. Les politiques d'austérité et les suppressions de postes systématiques dans l'Education nationale sont en contradiction avec les annonces d'aujourd'hui". (communiqué)


 


- Parti radical : "Le projet va permettre de renforcer l’égalité des chances au lycée grâce notamment aux cours de soutien individuels, à la refonte du système d’orientation ou le renforcement de
l’enseignement des disciplines artistiques et culturelles". "Le temps est venu d’ouvrir plus largement le lycée au monde du travail et de l’entreprise". (communiqué)


 


- Les Jeunes de l'UMP Lycées "se félicitent des mesures dévoilées ce matin", "conférant aux lycéens un droit à l'erreur indispensable à cet âge et à notre époque". "Le gouvernement marque
clairement et sans équivoque sa volonté de dialogue, pour que la réforme du lycée soit une réforme faite avec les lycéens et non contre eux". "Espérons que les syndicats lycéens choisiront d'agir
avec responsabilité et pragmatisme". (communiqué)


 


- La Gauche moderne "se félicite du fait que les principes que vient d'exposer Nicolas Sarkozy" sur la réforme du lycée, "aillent tout à fait dans le sens des propositions
qu'elle appelait de ses voeux lors de sa Convention nationale sur l'Education", "du point de vue des valeurs" (exigence, responsabilité), "des modalités" (orientation progressive, aide
personnalisée) et "de la méthode" (concertation). (communiqué)



marc d'HERE 13/10/2009 23:33



PARIS, 13 octobre 2009 (AFP) - Voici de nouvelles réactions à l'annonce de la réforme des lycées présentée mardi par Nicolas Sarkozy :


 


- Jean-Marie Le Pen (FN) : "Toutes ces billevesées sont un rideau de fumée pour ne pas parler du naufrage de l'enseignement". "Et quand par hasard M. Sarkozy évoque l'enseignement, c'est pour
annoncer un développement +systématique+ de +l'enseignement en langues étrangères de certaines disciplines fondamentales+, dont les sciences et l'histoire". "Au lieu de restaurer l'enseignement,
il programme un nouvel attentat contre la langue française". (communiqué)


 


- NPA : "Ayant endossé le costume de ministre de l'Education, M. Sarkozy s'est évertué à faire croire qu'il allait moderniser le lycée. Son but était surtout de faire semblant afin de ne pas
entraîner de nouvelles manifestations de lycéens à quelques mois des élections régionales". "Sa réforme essentielle : les suppressions de postes". "Personnels, lycéens, parents doivent unir leurs
efforts pour retrouver le chemin des mobilisations contre la casse du service public d'éducation". (communiqué)


 


- Mouvement des jeunes communistes (MJCF) : "Le président reprend nos mots, nos ambitions, nous parle de révolution, de droit à l’erreur, exige la justice et ose, plein de cynisme, remettre en
cause les privilèges de naissance". Il "est celui qui agite la cagnotte de la main gauche pour faire passer la matraque par la main droite". "Il fait la +révolution+, mais une +révolution+
d’apparence". (communiqué)


 


- Le PRG "s'étonne que ce soit le président de la République qui se soit exprimé pour des annonces aussi modestes". "Rien n'a été annoncé sur les moyens qui vont être mobilisés pour atteindre les
objectifs fixés. Les politiques d'austérité et les suppressions de postes systématiques dans l'Education nationale sont en contradiction avec les annonces d'aujourd'hui". (communiqué)


 


- Parti radical : "Le projet va permettre de renforcer l’égalité des chances au lycée grâce notamment aux cours de soutien individuels, à la refonte du système d’orientation ou le renforcement de
l’enseignement des disciplines artistiques et culturelles". "Le temps est venu d’ouvrir plus largement le lycée au monde du travail et de l’entreprise". (communiqué)


 


- Les Jeunes de l'UMP Lycées "se félicitent des mesures dévoilées ce matin", "conférant aux lycéens un droit à l'erreur indispensable à cet âge et à notre époque". "Le gouvernement marque
clairement et sans équivoque sa volonté de dialogue, pour que la réforme du lycée soit une réforme faite avec les lycéens et non contre eux". "Espérons que les syndicats lycéens choisiront d'agir
avec responsabilité et pragmatisme". (communiqué)


 


- La Gauche moderne "se félicite du fait que les principes que vient d'exposer Nicolas Sarkozy" sur la réforme du lycée, "aillent tout à fait dans le sens des propositions
qu'elle appelait de ses voeux lors de sa Convention nationale sur l'Education", "du point de vue des valeurs" (exigence, responsabilité), "des modalités" (orientation progressive, aide
personnalisée) et "de la méthode" (concertation). (communiqué)



marc d'HERE 13/10/2009 18:35


Surprise: l'opposition est très mesurée vis à vis des propositions de Nicolas Sarkozy sur le lycée...Elle feint de les trouver peu importantes. Tant mieux, elle ne s'y opposera donc pas, et
cette réforme essentielle pourra passer sans encombre. Les lycéens en seront gagnants.