Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 08:14

 

 

Il faut accepter cette réforme raisonnable, juste et nécessaire

 

 

 

Jean-Marie Bockel et La Gauche Moderne, sont sensibles à l’inquiétude face aux retraites,  qu’ont exprimée pour la 4ème journée, les nombreux manifestants et les grévistes. Comme eux, ils éprouvent regret et nostalgie de voir disparaître cette réforme emblématique de la retraite à 60 ans, mise en œuvre il y a près de trente ans, par François Mitterrand.

 

Mais depuis cette date, le monde a changé, la durée de vie s’est considérablement accrue, le nombre d’actifs par rapport aux retraités a diminué et doit encore diminuer, et prolonger de deux années l’âge légal de départ à la retraite est devenu incontournable, pour sauver le  système de retraite par répartition auquel nous tenons.

 

Par ailleurs, le Président et le gouvernement ont largement entendu les oppositions et les manifestations, en réalisant des avancées importantes sur la pénibilité, les carrières longues, les handicapés, la situation particulière des femmes, sur la participation des hauts revenus au financement...

 

Le texte d’origine,  aussi bien à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat,  a été largement modifié, dans le sens d’une plus grande équité. Aujourd’hui sur les quelques 700 .000 personnes partant chaque année en retraite, plus de 200.000, continueront à pouvoir partir à 60 ans ou à 65 ans sans décote.

 

Malgré sa difficulté, mais parce qu’elle est raisonnable, juste et nécessaire, la réforme des retraites doit être acceptée. 

 

C’est pourquoi, Jean-Marie Bockel et La Gauche Moderne, s’adressent aux  citoyens de gauche, dont ils se sentent proches, pour leur dire qu’il est temps maintenant d’achever dans le calme et la dignité cette période justifiée de manifestations et de grèves, qui a montré son utilité.

 

Jean-Marie Bockel, Président de La Gauche Moderne

Le 12 octobre 2010

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

valentini 21/10/2010 19:03


Si ceux qui soutiennent l'escroquerie aux retraites, dont vous êtes, n'étaient pas littéralement obsédés par Aubry et Royal et le décompte des grévistes et manifestants, qui, si j'ai bien compris,
ne font pas le poids face à la Bourse qui serait, elle, au contraire, l'essence de la vie, la réalité même, le monde tel qu'il compte, c'est-à-dire tout bêtement l'ensemble de ceux à qui profitent
le crime, pouvaient, un court instant, prendre la mesure non pas d'un mot, l'injustice, mais du malheur humain, dont ils se réjouissent, à tort, s'imaginant en être quittes, les mots gauche et
moderne, qui plus est, associés, leur apparaîtraient pour ce qu'ils sont quelque idée creuse et sonore, ce qu'en politique, on nomme de l'opportunisme!
La gauche moderne est la quintessence de l'opportunisme de gauche. Elle nie de la manière la plus odieuse, à coups d'adjectifs et raisonnements triviaux et spécieux qu'on peut définir comme le
calcul de l'âge du capitaine, non pas les deux potiches citées plus haut qui rêvent du poste d'imitateur-en-chef, celui qui se dit l'égal de 65 millions de Français, mais le monde du travail en son
entier, parce qu'au fond, more geometrico; ils ont tout simplement tiré leur épingle du jeu. Pour le reste, Jean-Marie Bockel peut se rêver autant qu'il veut en "Européen le plus moderne", pour y
avoir accolé le mot gauche, ça ne fera jamais qu'un antipoète de plus! De ceux qui, au même titre que le japonais niais de Versailles, pour apercevoir un monde nouveau peignent la tour Eiffel.


Marc d'Here 21/10/2010 19:25



Je pense que vous vous êtes fait bien plaisir en écrivant ce petit billet...C'est toujours ça!



valentini 20/10/2010 18:33


Poussé par un puissant élan d'enthousiasme patriotique, j'admets qu'on puisse prendre la guillotine pour une planche de salut. Mais les rois sont-ils philosophes?


Marc d'Here 21/10/2010 01:26



Difficile de bien saisir ce que vous voulez dire.



valentini 20/10/2010 15:16


Vous avez oublié Bockel!
Calpestare l'oblio


Marc d'Here 20/10/2010 16:30



Bockel c'est la gauche moderne, qui n'a rien à voir avec Aubry ou Royal...Un peu avec DSK



valentini 20/10/2010 12:27


Leur démocratie n'est pas pour nous

En claironnant, par-dessus les manifestants, son intention de maintenir la retraite à 60 ans, pour la France qui a travaillé tôt et la France des métiers pénibles, (à l'exception de la profession
parlementaire, un métier pénible, néanmoins gratifiant), la gauche capitaliste a remis ses habits présidentiels, en vue du carnaval de 2012. Et l'ange médiatique aussitôt de sonner la retraite.
Tous aux pompes! Gare aux violences! Vive le Front Populaire de Libération du Pétrole! Ce retour du sérieux français, un mélange de volupté adolescente attardée et de volonté élyséenne bornée par
la nécessité mondiale, n'annonce pas qu'un retour au sérail du publicitaire et flamboyant Charente-poitou! Charente-Poitou! Il y a longtemps que la gauche réformée a donné son accord à un
allongement de la durée du travail, dont l'actuelle escroquerie d'état à la retraite est la clé de voûte. En réalité, tout déjà a été décidé, hors de France, loin des manifestations, à Barcelone
lors du sommet des chefs d'état ou de gouvernement de l'Union européenne (UE), en 2002. L'annus horribilis de la gauche française! Et cette chose-là, l'épine dans la rose, n'a rien à voir avec un
quelconque esprit de Munich, invoqué par un imbécile des services, vert de rage. Tout au contraire, si un ancien de l'Algérie française a pu, l'espace d'un moment, se pavaner sur la scène
présidentielle de 2002, la faute en revient exclusivement à la gauche et notamment aux socialistes qui ont joué la carte du populisme, contre la droite, avec le secret espoir de faire avaliser son
social-capitalisme. Il ne restait plus, après le non logique au référendum de 2005, qu'à un ancien de la place Beauvau, toujours identique à elle-même, à faire jouer sa différence, en jouant au
souverain captif, caïphe haï, le pauvre, on l'envie, on veut sa mort, et à décréter la révolution à refaire. Sous les feux du bordel médiatique, les vessies deviennent des lanternes.

Mais loin, très loin, en arrière de cette existence phénoménale, propre aux peuples-miniatures, où s'affrontent simili-tribuns de la plèbe et apôtres-nains de la liberté, il existe un programme
économique, commun à la droite et à la gauche. La France, en effet, n'est en réalité rien d'autre qu'un protectorat européen. C'est-à-dire, comme le dit l'imbécile des services, à lunette rose, une
économie sociale de marché capitaliste dont la gouvernance est décrétée trop technique pour être confiée à une masse qui ignorerait tout de la complexité du monde. C'est bien la preuve que Poutine
est en avance sur son temps et qu'ici, en « Occident », comme dit l'imbécile, dans sa tête, c'est le roi des cons qui gouverne. Mais l'Europe qui trotte! L'Europe qui galope! L'Europe et
hop, plus haut qu'une crotte! Eh bien, voici:

« Le Conseil européen invite le Conseil à continuer d'examiner la viabilité à long terme des finances publiques dans le cadre de son exercice annuel de surveillance, en particulier à la
lumière des défis que pose le vieillissement de la population en termes de budget... Les points prioritaires porteront sur la qualité et la viabilité des finances publiques, la poursuite des
réformes nécessaires pour les marchés des produits, des capitaux et du travail et la nécessité de veiller à la cohérence avec les politiques adoptées dans chaque domaine. Soucieux de relever le
défi que constitue le vieillissement de la population, le Conseil européen demande que la réforme des régimes de retraite soit accélérée en vue de garantir tant leur viabilité financière que la
réalisation de leurs objectifs au niveau social... Il convient de réduire les incitations individuelles à la retraite anticipée et la mise en place par les entreprises de systèmes de préretraite,
et d'intensifier les efforts destinés à offrir aux travailleurs âgés davantage de possibilités de rester sur le marché du travail, par exemple par des formules souples de retraite progressive et en
garantissant un véritable accès à l'éducation et à la formation tout au long de la vie. Il faudrait chercher d'ici 2010 à augmenter progressivement d'environ cinq ans l'âge moyen effectif auquel
cesse, dans l'Union européenne, l'activité professionnelle. Les progrès à cet égard seront examinés chaque année avant le Conseil européen de printemps ». Citations extraites des conclusions
du conseil européen de Barcelone des 15 et 16 mars 2002

La France vieillit, faisons la travailler plus longtemps pour qu'elle retrouve une seconde jeunesse, tel est le mot d'ordre de la saloperie capitaliste. Que cette dernière se porte à droite ou à
gauche, la différence est devenue si mince qu'elle n'est plus qu'affaire de conviction intime. L'ennui, pour la gauche des bancs et des couloirs, est que cette communauté de destin, de partage du
fromage, la droite réformée s'en bat ostensiblement les couilles. Pour la droite l'umpéniste, la gauche à proprement parler n'existe plus. Le syndicalisme négociateur et la gauche gouvernementale
n'ont donc plus d'espace politique propre pour se faire entendre. Mis à la rue, ces messieurs-dames de la justice sociale, qui visent à réconcilier travail et capital, à cause que ben, oui, le
monde a changé de base, faut être réaliste, espèrent se refaire, en surfant sur l'indignation massive suscitée par l'escroquerie aux retraites! Par ce déplacement « tactique » de droite à
gauche, de la gauche capitaliste, le non au référendum se trouve ainsi amplifié et confirmé. Mais cette fois, l'ancien ministre-photomaton ne peut plus jouer, à l'identique, de l'Europe contre la
France. Sauf à imaginer ce scénario à la fois étrange et familier: la dénonciation par l'état français d'une Europe trop allemande! Mais non! Qu'est-ce qu'on se figure! C'est qu'ils s'aiment, ces
deux-là! L'occupé aux retraites et l'économie occupante. Une éclatante victoire médiatique, reproduite sur un calendrier belge, brillamment coloré. Le fascisme européen a bel et bien gagné la paix.
D'ailleurs le populisme exprime des désirs d'avenir: faire ami-ami avec la droite d'affaires.

Expulsons de nos rangs, la gauche capitaliste, complice du capital!


Marc d'Here 20/10/2010 13:42



OUF! c'est bien long!...Mais votre critique de la "gauche capitaliste" (DSK, Royal, Aubry?...) n'est pas antipathique



Marc d'Here 15/10/2010 08:07


On sait maintenant que les chiffres de manifestants donnés par les syndicats étaient farfelus et que leur mobilisation était loin d'être exceptionnelle! Le nombre de grévistes fond de jour en jour
et s'approche de zero! CGT et (hélas!) CFDT n'espèrent plus que dans les désordres de collégiens chahuteurs, et le blocage des raffineries par quelques centaines d'irresponsables.


Marc d'Here 13/10/2010 21:13


Nous sommes au 3ème jour de la quinzaine de tous les dangers, paraît-il...Or ce 3ème jour a été plutôt bon: les grèves s'effilochent, à la SNCF, à la RATP et dans les transports urbains...Les
socialistes ont commis une belle erreur en appelant les lycéens à descendre dans la rue...Quelques violences et blocages hier qui ne sont pas très bien ressenties.

Un point noir le blocage des raffineries et du port de Marseille...Je doute que cela rende très populaire le mouvement et ceux qui le soutiennent.

La bourse pour la première fois depuis 5 mois a passé les 3.800 points...

La situation est finalement moins défavorable au gouvernement qu'on aurait pu le penser.


JPG 13/10/2010 15:59


Enfin quelqu'un qui dit que cette réforme est juste. Ce n'est pas commun. Les adversaires de cette réforme ne cesse de la qualifier d'injuste sans dire en quoi elle le serait, d'ailleurs... Ce en
quoi ils auraient peut-être du mal... Je constate aussi que pas un seul journaliste ne pose la question de cette injustice...


cellobello 13/10/2010 11:50


"Mardi, la première secrétaire du PS a évoqué "un affrontement entre le pays et le gouvernement" pouvant devenir "encore plus important", tandis que l'ex-candidate à la présidentielle a demandé aux
jeunes de continuer à "descendre dans la rue, mais de façon très pacifique" pour défendre les retraites."

Les 2 concurrentes font de la surenchère: Aubry en appelant à la guerre civile, Royal en manipulant les jeunes (ils seront électeurs, pour certains d'entre eux, en 2012).
Avec çà comme Président(la fonction), nous pouvons être rassurés sur notre avenir, si l'une d'elles était élue.