Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 18:11


Si la majorité parvient dimanche à conserver l'Alsace, à emporter la Réunion et  la Guyane voire une autre région métropolitaine et si  elle obtient plus de conseillers régionaux  qu'elle n'en avait obtenus en 2004, elle aura évité la déroute qu'un PS triomphaliste lui prédit et même la défaite. Mais rien n'est assuré.

Quoiqu'il en soit, ces élections seront  globalement défavorables à la majorité, mais l'important sera "l'après élection",  c'est à dire la manière dont Nicolas Sarkozy y répondra.

 

La situation  doit être analysée, non seulement en termes politiques, mais aussi en termes sociologiques.  

 

 Nicolas Sarkozy avait réussi pendant la campagne de 2007, à rassembler, autour d'un projet ambitieux de réformes,  à la fois la droite traditionnelle et une grande partie des couches populaires jusque là  plutôt favorables à la gauche et au front national. C'est ce rassemblement  qui a permis sa victoire.

 Conformément à ses promesses de campagne (pas toujours bien entendues),  la politique qu'il a mise en oeuvre depuis deux ans, comme nous l'avons  montré, (voir notamment un article sur ce blog, "Sarkozy ne mène pas une politique de droite" )  est une politique de centre gauche, qui provoque la déception ou l'incompréhension d'une partie de la droite traditionnelle, notamment la droite "chiraquienne"  archaïque...
L'ouverture, des mesures sociales comme le RSA,  la politique en faveur de l'environnement, le plan banlieues  ou la réforme des collectivités locales sont mal comprises par cette droite qui n'a pas vu changer le monde et la société. Le style du Président, jugé insuffisamment "présidentiel" surprend ou  choque.

Quand aux forces populaires elles sont  durement frappées par  la crise et adoptent donc, on peut le comprendre, une attitude de retrait ou d'opposition.

C'est  à cette  situation délicate que nous sommes confrontés et elle se traduit, tout naturellement, par des difficultés électorales. Mais cette situation est provisoire ou peut l'être si la réaction de Nicolas Sarkozy est juste.  


En dehors de quelques ajustements politiques mineurs, d'une modification (déjà entreprise) de son comportement,  de concessions marginales à faire à la droite chiraquienne (notamment en terme de postes ministériels, par exemple pour Baroin !),  Nicolas Sarkozy doit poursuivre sa politique de réformes et de sortie de crise, sa politique de centre gauche: les droites traditionnelles se retrouveront de toutes façons derrière lui lors de l' élection présidentielle, où elles ne voudront pas faire élire le candidat d'une gauche sans projet et qui se radicalise.

Les classes populaires, qui devraient constater dès le second semestre de cette année que le chômage  et l'insécurité diminuent, que les effets de la crise s'éloignent et que l'avenir devient moins inquiétant, pourront alors progressivement retrouver confiance dans l'action de Nicolas Sarkozy, et s'intéresser à nouveau, en 2012, à son projet présidentiel.   

 

 Il y a quatre conditions que doit remplir Nicolas Sarkozy, et son gouvernement,  pour obtenir le succès:

Réussir dans la lutte contre le chômage et l'insécurité: le succès évident, constaté et  reconnu dans ces deux domaines est la condition sine qua non. Aujourd'hui on peut penser que c'est réalisable.

Poursuivre la politique d'ouverture, et donner cohérence à son action réformatrice

Poursuivre et amplifier sa politique en faveur de la jeunesse et de l'environnement: les jeunes et les écologistes ne sont pas destinés à rester forcément dans le camp d'une gauche qui, dans la réalité, ne les comprend pas et n'agit pas dans le sens de  leur intérêt  et de leurs attentes à moyen et long terme.

Revenir, d'une manière ou d'une autre, mais de manière compréhensible par tous, sur sa seule faute politique: le bouclier fiscal . S'il ne revient pas sur cette mesure, sa politique sociale (pourtant réelle) restera entachée du soupçon d'être inégalitaire et de vouloir favoriser "les riches". C'est absurde pour une mesure qui ne coûte que 500 millions d'euros, mais l'opposition a su imposer cette idée. Sarkozy doit revenir sur cette mesure qui permettra à sa politique sociale d'avoir alors une chance d'être  comprise et approuvée.

 

Si ces quatre conditions sont remplies, les chances seront grandes de voir la situation politique actuelle se modifier, et l'élection présidentielle pourra  se présenter sous les meilleurs auspices, permettant de poursuivre pendant cinq années encore la politique de modernisation de la France et de "réforme juste" au bénéfice des Français,  qui est celle de Nicolas Sarkozy.


Cette politique qu'avec La Gauche Moderne nous approuvons et nous soutenons.
 

Marc d'Héré

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Réflexion politique
commenter cet article

commentaires

Elie Arié 22/03/2010 00:44


Beaucoup d' UMP rendent la politique d'"ouverture" et le brouillage idéologique qu'elle entraîne responsables de cet échec et veulent en revenir à une distinction claire entre gauche et droite.

Il me semble que la "Gauche Moderne" joue son existence, ces jours-ci...ou, du moins, celle de son appellation.


Marc d'Here 22/03/2010 07:25


Mais non, mais non, rassure-toi...Les volontés de la frange droitière de l'UMP ne sont pas en phase avec celles du Président...ni avec  les notres.

Tout va bien pour La Gauche Moderne!


Elie Arié 21/03/2010 14:21


Il est inutile, je crois, de publier ceux de mes commentaires qui n'avaient de sens qu'avant la soirée électorale, pour tenter de prévoir ce que seraient les analyses des (malheureux) représentants
de la majorité qui viendraient expliquer sur les plateaux de télévision que la victoire dans une ou deux régions métropolitaines est un excellent résultat.


Marc d'Here 21/03/2010 20:34


OK. J'annule les deux précedents commentaires...Mais comme tu peux le constater, la Majorité ne dit pas que c'est un excellent résultat.


marc d'HERE 20/03/2010 18:22


Merci à ceux qui m'adressent des commentaires, mais, pour respecter la loi électorale, je ne publie plus, sur ce blog, de commentaires politiques nouveaux, ni d'articles.

Les commentaires qui me sont adressés seront publiés à partir de dimanche 20 heures.


Elie Arié 20/03/2010 15:53


"Réussir dans la lutte contre le chômage et l'insécurité"

Il y a huit ans que Sarkozy est responsable de la lutte contre l'insécurité.


Marc d'Here 21/03/2010 20:32


....Il faut réussir contre le chômage et la sécurité...Et tout permet de penser que la direction prise est la bonne et que nous y parviendrons.