Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 12:41

 

La France avance

A l'automne 2008, la crise économique frappait le monde. La France et les Français ont fait face.Ensemble, nous avons lutté pour que notre pays continue à se réformer et à progresser au milieu des difficultés. Aujourd'hui, la croissance française repart et le chômage commence à baisser.

 

Depuis quatre ans et malgré la crise, la France avance. Notre pays change, se modernise et se transforme. Il le fait grâce aux efforts de chacun des Français, grâce au courage de tous. Depuis quatre ans, la France s'est remise en mouvement. Les lignes ont bougé. La France, grâce aux efforts des Français a montré qu'elle pouvait se réformer. Notre pays n'est pas condamné à l'immobilisme, ni au déclin.

 

Le chemin parcouru, ensemble, depuis 2007, n'a pas toujours été facile, mais il est considérable. Au cours de ces quatre dernières années, la liste des réformes engagées et des changements opérés n'a cessé de s'allonger. Avec une seule obsession : protéger les Français dans un monde de plus en plus dur. Avec un seul but : garder la France au premier rang à l'heure où les équilibres d'hier sont remis en cause. Cette période de réforme compte certainement parmi les plus fécondes depuis les trois dernières décennies.

Ces réformes, les Français les ont attendues longtemps. Ils les ont choisies sans ambiguïté lors de la dernière élection présidentielle de 2007 car le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy a été élu par les Français sur une seule promesse : celle du changement.

 

Dès les premiers jours du quinquennat, le chef de l'État, le Premier ministre François Fillon, le gouvernement et l'ensemble de la majorité parlementaire ont concentré leur action sur les sujets fondamentaux de l'emploi, de la sécurité, de l'autorité et du pouvoir d'achat.

À partir de l'été 2008, à la suite d'une crise financière née aux États-Unis, la crise économique la plus grave depuis la Grande Dépression des années 1930 a ébranlé le monde sans épargner notre pays.
Sans renoncer à mettre en œuvre les engagements pris pendant la campagne, Nicolas Sarkozy et le gouvernement ont dû faire face à l'urgence des faillites bancaires, à la chute de l'activité et à la hausse du chômage. Alors qu'il présidait l'Union européenne, c'est au chef de l'État français qu'il est revenu d'organiser la réponse internationale à cette crise sans précédent dans le cadre du G20.

 

Cette crise a rendu le besoin de réforme encore plus pressant, encore plus urgent à l'instar de la réforme des retraites. Trop longtemps retardée, ou partiellement engagée, elle ne pouvait plus attendre. À cela il faut ajouter que les turbulences monétaires qui ont submergé la Grèce, l'Irlande et maintenant le Portugal, ont fait de la maîtrise de nos finances publiques un impératif catégorique. C'est donc à coût quasi constant qu'il a fallu engager et poursuivre les réformes.Dans cette période difficile, les principes d'action fixés par le chef de l'Etat n'ont jamais varié : encourager le travail plutôt que l'assistanat, protéger les victimes d'agression plutôt que les délinquants, réduire la dépense publique plutôt qu'augmenter les impôts des Français, réaffirmer les valeurs de la République contre le communautarisme, miser sur un développement durable plutôt que sur la décroissance.

 

Cette volonté de réforme de la majorité présidentielle reste plus que jamais au cœur du travail du gouver-nement. En effet, après quatre ans d'activité continue, quatre années de volontarisme politique, l'action du président de la République, du Premier ministre et du gouvernement n'est pas encore arrivée à son terme.

En quatre ans tout n'a pas encore pu être entrepris, tout n'a pas été réussi, mais tout sera mis en œuvre pour apporter aux Français les résultats promis et attendus. C'est pour cette raison que le chef de l'État entend demeurer au service des Français jusqu'à la dernière minute de son mandat. C'est alors, et alors seulement, qu'un bilan de son action, complet et juste, pourra être dressé. Comme chaque année, il s'agit ici de présenter un point d'étape, une photographie aussi exacte que possible de l'action du président de la République et du gouvernement, de présenter des faits et uniquement des faits au jugement des Français.

Il s'agit aussi de rendre hommage au courage dont les Français ont fait preuve au cours des quatre dernières années. Changer n'est jamais facile et forcément- toujours risqué. Mais au cours de ces quatre dernières années, marquées par tant d'événements imprévus, les Français ont démontré qu'ils étaient un grand peuple, capable d'affronter les urgences du présent, aussi bien que de relever les défis de l'avenir.
Un peuple à la hauteur de son Histoire.

PROTEGER LES FRANCAIS

Depuis 2007, le gouvernement a eu à faire face à des menaces de tous ordres pour protéger les Français : aux défis anciens de la lutte contre la délinquance, du terrorisme ou de l'immigration clandestine, se sont ajoutées des menaces plus récentes sur l'épargne des Français et sur leur niveau de vie...(LIRE LA SUITE)

 

BATIR UNE FRANCE PLUS JUSTE


La justice est au cœur du projet présidentiel. Mais la justice que nous défendons, ce n'est pas celle des politiques sociales qui versent dans l'assistanat, de l'égalitarisme qui n'aboutit qu'au nivellement par le bas ou à la fraude aux prestations. La justice que nous défendons, c'est celle de la récompense du travail, de l'effort et du mérite, de l'égalité des chances pour tous, et de la juste compensation des difficultés de chacun...(LIRE LA SUITE)

 

CONSTRUIRE UNE FRANCE MODERNE

Dans le projet présidentiel, Nicolas Sarkozy a souscrit à plusieurs engagements destinés à faire de la France «une démocratie irréprochable». D'emblée, le gouvernement a été limité à 15 membres : il y a toujours 15 ministres pleins dont 5 femmes auxquels- s'ajoutent autant de « ministres auprès » et de secrétaires d'État. Par ailleurs, une révision constitutionnelle a été votée le 23 juillet 2008. Elle est l'une des plus importantes qu'ait connue la Ve République...(LIRE LA SUITE)

 

PREPARER L'AVENIR

Dans un domaine aussi essentiel du pacte social que celui des retraites, le président de la République s'est placé d'emblée sous le signe de la justice et de la responsabilité. Sujet considérable pour nos concitoyens, la question des retraites n'a commencé à être traitée qu'en 2003, à l'époque par François Fillon, aujourd'hui Premier ministre. Pour garantir l'avenir et la justice de notre système de retraites, il fallait agir de nouveau...(LIRE LA SUITE)

 

FAIRE RESPECTER LA VOIX DE LA FRANCE


La politique étrangère menée depuis quatre ans a permis de rendre la France plus forte et plus influente sur la scène internationale. La France s'engage pleinement au service de la paix et de la sécurité du monde. Elle est à la tête du combat pour une mondialisation mieux régulée, plus juste et plus protectrice des citoyens. Elle joue un rôle moteur face aux grands défis globaux. Partout, elle défend les intérêts de la France et des Français...(LIRE LA SUITE)

 

 

Site de l'Elysée

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Site de l"Elysée - dans Réflexion politique
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 05/05/2011 07:39


Après l'Élysée et l'UMP, le Premier ministre François Fillon monte au front jeudi pour promouvoir, lors d'un séminaire gouvernemental suivi d'une conférence de presse à Matignon, le bilan de la
majorité depuis 2007 et tracer les "lignes de force" d'ici 2012. À de rares exceptions près, l'ensemble des ministres et des secrétaires d'État participeront à ce séminaire qui se veut un lieu de
discussion et de rassemblement à l'entame de la dernière année de la législature, selon Matignon.


Marc d'Here 27/04/2011 22:56


Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A a reculé de 21.100 en mars, le plus fort reflux enregistré depuis le début de la crise. Sur trois mois, la baisse atteint près de 45.000
personnes.

Et de trois ! Selon les statistiques de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en mars, le nombre de chômeurs en catégorie A (n’ayant pas travaillé le mois en question) a baissé pour le
troisième mois consécutif. Il a même reculé de manière importante : -21.100. Soit un reflux mensuel de 0,8 %, le plus important depuis le début de la crise portant à -42.200 la baisse du nombre de
chômeurs en un trimestre. Autre signe positif : il faut remonter au premier trimestre 2008 pour retrouver le dernier cycle vertueux de trois mois de baisse consécutive.


Gilles 27/04/2011 15:57


Et vous incapable de me fournir d'autres arguments !

A bon entendeur...


Marc d'Here 27/04/2011 22:59



Salut!



Gilles 27/04/2011 14:58


De ce que je lis de la Gauche moderne me suffit pour m'en convaincre que si vous êtes de gauche, Sarkozy aussi !!

C'est assez fou que vous soyez à court d'arguments pour ne servir uniquement que du réchauffé !

La Gauche moderne est vraiment indépendante ? Le Nouveau Centre le disait de son temps !

Pour moi, un parti indépendant, c'est un parti capable de se faire entendre et qui n'a besoin le concours de personne pour faire des listes ou présenter des candidats et participer aux élections !
Le PCF est indépendant, le FN aussi ou bien encore Europe Ecologie - Les Verts ! Pas la Gauche Moderne

Un parti indépendant est un parti qui dit ce qu'il pense !! Ai-je entendu la Gauche Moderne s'émouvoir de la politique des Roms ?

Enfin, si vous avez tant mépriser ceux qui ne partagent pas votre avis !! Libre à vous !! Vous feriez mieux de prendre votre carte à l'UMP !


Marc d'Here 27/04/2011 15:54



Vous vous répetez...Mais répêter une erreur n'en fait pas une vérité.


 Et, merci de vos conseils.



plus que 375 jours 27/04/2011 14:35


"Réponse donnée à un précédent commentateur qui vous ressemble et qui signe Gilles! "

ça fait du bien de ne pas être la seule personne lucide sur ce blog !


Marc d'Here 27/04/2011 15:50



Il y en a plusieurs, heureusement...



plus que 375 jours 27/04/2011 12:50


"La Gauche Moderne est un parti de gauche, qui doit le rester, un parti indépendant qui doit aussi, à mon avis, le rester... "

La gauche moderne, un parti de gauche, je me marre. Un parti indépendant, je me marre aussi. La gauche moderne a été à la solde de Sarkozy depuis 2007 et s'apprête à être à la solde de Borloo. Ce
parti (ou groupuscule) n'est donc pas indépendant contrairement à vos voeux pieux. Etant donné votre attachement très fort à Sarko et à sa clique, vous allez être sérieusement tiraillé dans les
prochains mois.


Marc d'Here 27/04/2011 13:33



Réponse donnée à un précédent commentateur qui vous ressemble et qui signe Gilles!



Gilles 27/04/2011 11:13


Gauche Moderne, un parti "indépendant" ?

Quand vous quémandez des places aux Européennes et pire aux régionales (pour n'avoir que 20 places au niveau national, preuve du poids politique que vous faites, c'est-à-dire pas grand chose),
c'est un signe d'indépendance ?

La Gauche Moderne, un parti de gauche ? Si tel était le cas, j'aurais pris ma carte, vous pouvez me croire !

La majorité ne fait pas du Le Pen ? Qui a dit alors ceci : "Les Français n'ont plus le sentiment de vivre chez eux" : ce n'est ni Bruno Gollnisch encore moins Marine Le Pen mais Claude Guéant,
ministre de l'Intérieur en son état

Sinon, si vous voulez vivre avec vos illusions...


Marc d'Here 27/04/2011 13:32



Oui La Gauche Moderne est un parti de gauche, renseignez-vous sur les positions qu'elle défend...Ou lisez plus souvent son site...


Oui, c'est un parti indépendant, ce qui n'empêche pas de figurer sur des listes communes avec des alliés. C'est tout à fait courant.


La majorité ne fait pas la politique de Le Pen, et je ne vois pas en quoi cette phrase le signifierait...Vraiment pas.


 



plus que 375 jours 27/04/2011 09:33


"Quand au mépris, il m'arrive d'en avoir, c'est très vrai, ..."

Oui, je confirme !

donc, la gauche moderne va rejoindre Borloo et vous êtes sceptique. Qu'attendez-vous pour déchirer votre carte de la gauche moderne et rejoindre le camps des futurs loosers ? (Levebvre, Besson,
Guéant and co)


Marc d'Here 27/04/2011 10:29



Je ne suis pas très enthousiaste à l'idée de voir La Gauche Moderne rejoindre une nébuleuse centriste. La Gauche Moderne est un parti de gauche, qui doit le rester, un parti indépendant qui doit
aussi, à mon avis, le rester...



Gilles 27/04/2011 01:11


Et c'est un régal de constater votre suffisance et votre mépris pour celui qui ne partage pas votre opinion.

Après quelques mois, je dois avouer que je m'amuse toujours autant de vos commentaires creux et qui assument mal le fait que la Gauche moderne est devenue une filiale de l'UMP.

Je ne vous ai entendu sur le discours de Grenoble, ni sur les Roms et encore moins sur l'intervention en Libye et l'afflux d'immigrés tunisiens. A moins que la Gauche moderne approuve sans
sourciller les politiques du gouvernement...

Cela fait quatre ans que j'attends cette question sans réponse : qu'est que la Gauche Moderne a quelque chose de Gauche dans une majorité qui fait du Le Pen à défaut de le combattre, qui dénigre la
gauche alors que celle-ci ose enfin l'audace et que l'UMP se moque prétendument de ses concitoyens ?

Chiche que vous me donniez une réponse ?


Marc d'Here 27/04/2011 08:04



La Gauche Moderne n'est en rien une filiale de l'UMP...Elle se prépare à rejoindre l'alliance républicaine de Borloo...Ce qui me rend d'ailleurs très sceptique et inquiet. Je préfèrerais qu'elle
conserve son indépendance.


Personnellement, j'approuve l'intervention en Libye et les mesures destinées à éviter un afflux trop important d'immigrés.


La majorité ne fait pas du Le Pen, vous auriez, je pense, bien du mal à le prouver, et la gauche n'ose en rien l'audace, comme vous l'écrivez curieusement.


Quand au mépris, il m'arrive d'en avoir, c'est très vrai,  mais  nombreux sont ceux qui ne partagent pas mon opinion et que j'estime et respecte.



sarkostique 25/04/2011 21:23


Sarkozy est devenu le nom du plus grand loser de la 5ème république. Naguère encensé pour son sens politique, ses déclarations de cafetier de comice agricole et ses promesses pour enfants pas
couchés, il est aujourd'hui en slip. Et encore ce n'est pas sûr qu'il puisse longtemps le garder.
Pour celui qui a recruté un slipomate aguerri et invité Kadhafi à planter la tente en face de l'Elysée (avant de lui balancer des missiles made in France sur le cigare) c'est cocasse.
Aujourd'hui Sarkozy en est réduit à utiliser la stratégie Cacahouète. Le concept en est simple. Il a passé 5 ans à promettre monts et merveilles à la France sur le pouvoir d'achat, la sécurité,
l'environnement, la république irréprochable etc .. et gna gna gna même. Et il n'a en réalité été capable de rien faire.

Il est l'illustration concrète de l'impuissance gesticulante et satisfaite d'elle même. Dans un cycle qui confine au mouvement perpétuel.

En parlant de pouvoir d'achat, donc, Sarkozy sort les cacahouètes et pour faire oublier le "président du pouvoir d'achat" il propose de balancer à quelques milliers de salariés une prime. Il est
question de 1000 euros.

Car les politiques aiment les chiffres ronds. Et que c'est vendeur 1000 euros. Pour beaucoup de salariés en difficulté c'est même une fortune.
Sakozy en est réduit à aller voir les ouvriers avec des cacahouètes plein les poches qu'il promet de balancer à celui qui fera la plus belle grimace et brûlera sa carte de la CGT.
Cela en dit long sur le programme qu'il sera capable de nous proposer si il est candidat au désastre électoral en 2012 et s'il trouve (encore) des demeurés pour le soutenir.

Tout cela en est pathétique et montre que finalement Sarkozy ne sait rien faire d'autre que ce qu'il fait toujours : le beau devant les caméras, avec les nains recrutés sur casting (pardon les
salariés de petite taille), les poings serrés et les CRS en pagaille. Plus nombreux que les spectateurs ils sont ... souvent.

Il reste qu'on peut tous maintenant prévoir des tomates pour le jour ou on pourra lui lancer les fruits mûrs et lui rendre la monnaie de son arachide.


Marc d'Here 25/04/2011 22:10



Voilà un texte empli d'arguments" qui doivent plaire à notre ami "plus que ETC..."


C'est un régal de constater le niveau intellectuel des anti sarkozystes...On en redemande!