Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 14:39

 

La primaire socialiste remet à l’ordre du jour le programme adopté à l’unanimité par les   socialistes…

Nous sommes au milieu des années 80, le  mur de Berlin est toujours debout, la mondialisation pointe à peine son nez, les  pays émergents ne nous concurrencent pas encore vraiment  et  on rêve à 36...  D’autres évoqueront plutôt la fin du siècle dernier …Le parti socialiste, dans son coin, bâtit  son petit projet…

Alors, on revient à la retraite à 60 ans (ou  on le fait croire !), on retrouve les 35 heures dans toute leur splendeur (en supprimant la législation sur les heures supplémentaires, par laquelle  Nicolas Sarkozy avait atténué leur nocivité)  on revient aux  formes de lutte contre la délinquance qui avaient  provoqué une explosion de l’insécurité,  et, renonçant à la politique de limitation des dépense publiques,  on embauche massivement dans le secteur public  ce qui viendra  peser sur le budget et sur l’efficacité d’une administration déjà trop lourde ! Comble  du comble, on choisit comme politique de la jeunesse  l’assistanat,  sous la forme d’emplois jeunes, dont Manuel Valls lui-même reconnaît l’irréalisme et  d’une confuse « allocation d’autonomie » !

Alors que la France a le plus grand besoin d’être dynamisée, relancée, on lui offre un projet sans ambition, sans souffle et tourné vers un morne  passé !

La France ne peut continuer à financer sa politique sociale par les déficits.  Elle a d’abord besoin de compétitivité, d’innovation, d’investissements, de ré-industrialisation, ce qu’avait entrepris de lui donner Nicolas Sarkozy.  Le projet socialiste, lui, n’évoque pas cela, ou si peu, et, en tous cas,  ne s’en donne pas les moyens, ceux  qu’il choisit sont même  contre productifs.

Quelle valeur accorder  à ces 2,5% de croissance annuelle prévue par ce projet – qui n’en est pas un, et semble plus proche d’un simple programme législatif – alors que la moyenne des 10 dernières années est de 1,5%  et qu’aucune mesure ne paraît en mesure de  relancer cette croissance.

Pense-t-on que ce sont les embauches de fonctionnaires ou assimilés,  l’augmentation des moyens et des dépenses dans la plupart des services publics,  et – on peut fortement le supposer- l’augmentation des salaires  du secteur public, qui vont  donner plus de compétitivité à notre pays ?

Pense-t-on  que c’est l’augmentation des prélèvements-  on parle de plus de 50 milliards d’Euros !, qui va redonner du dynamisme. Si la philosophie de la réforme fiscale n’est pas forcément  mauvaise en soi,  tout dépendra des modalités et des  taux retenus. D’ores et déjà le risque existe de voir la classe moyenne, ou la partie de cette classe la plus active et la plus  dynamique, fortement pénalisée.

Pense-t-on que c’est cette économie dirigiste qui va le permettre, en enserrant toujours plus les entreprises dans des contraintes, des obligations,  des contrôles et en refusant de diminuer leurs charges, voire en les alourdissant ? Qu’en est-il de ce « rattrapage du SMIC », suivi, on s’en doute par de réguliers « coups de pouce » ? Croit-on que cela va améliorer la situation et la compétitivité de nos entreprises ? Et améliorer l’emploi ?  Et qu’en retireront les salariés, lorsque l’inflation, conséquence mécanique de ce projet, viendra ronger les pseudo-gains de pouvoir d’achat ?

Et que peut-on  attendre de positif pour l’entreprise et la croissance du retour effectif (avant son élargissement) aux 35 heures et de la nouvelle limitation des licenciements ! 

Pense-t-on que c’est le maintien de l’ISF,  l’encadrement des loyers,  la diminution des revenus  distribués,   et l’augmentation des taxes sur ces revenus, qui vont développer la construction de logements, ou, plus largement  inciter les particuliers à investir en France ? Il est vrai que le Parti socialiste compte sur un renforcement de l’investissement par le biais de structures étatiques ! Le fantasme planificateur demeure vivace.

Et il n’y a pas que l’économie…Le projet n’est pas tellement plus encourageant sur le reste.

  Rien ou presque sur ce qui doit être la priorité des priorités : l’éducation. Avec cependant une assez bonne initiative (mais on en ignore l’utilité et le coût réels), le service public de la « petite enfance », une  quasi impasse sur la lutte contre l’échec scolaire et  le  collège, où se concentrent une multitude de difficultés,  et deux vagues inquiétudes, relatives à l’autonomie des universités, et à l’avenir des grandes écoles.

Sur l’immigration, la régularisation élargie des sans-papiers, n’est certainement pas une chose souhaitable et comment sera assurée leur assimilation ?

Une grande prudence  sur l’écologie. Vouloir diminuer la part du nucléaire et augmenter celle des énergies renouvelables part d’un bon sentiment, mais sur quel rythme et comment ?  On prétend que Martine Aubry, elle, voudrait « sortir du nucléaire », ce qui serait plus ennuyeux !

Nul doute que la majorité et son candidat n’auront aucun mal à apparaître plus modernes et plus réalistes… 

 

 Marc d’Héré

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 17/07/2011 22:58


François Hollande, candidat à la primaire socialiste, a mis en garde dimanche contre "la surenchère" à propos de la proposition de sa rivale Martine Aubry d'augmenter de "30 à 50%" le budget de la
culture. "Ce n'est pas une surenchère qu'on doit demander, c'est une politique. Après, cette politique a des conséquences financières qui ne sont pas toutes au ministère de la Culture", a déclaré à
Avignon François Hollande.

Les contradictions et les tacles commencent à apparaître...


plus que 300 jours 11/07/2011 16:50


oui, c'est bien ça. Il suffit de berner l'électorat. ça marche une fois et le pire c'est que ça peut marcher 2 fois. Pas étonnant, car comme disait le grand Charles : les français sont des veaux.


Marc d'Here 11/07/2011 17:38



Il ne s'agit pas de berner...Il faut persuader. Ensuite, on  berne l'électorat si on ne fait pas ce qui a été annoncé.



plus que 300 jours 11/07/2011 13:19


"Pas un programme complet, mais la ou les quelques mesures auxquelles les électeurs adhèrent, auxquelles ils peuvent croire. Il faut donc à la fois proposer la ou les 2 mesures justes et inspirer
confiance c'est à dire pouvoir persuader les électeurs qu'on pourra les appliquer. "

Comme par exemple le "travailler plus pour gagner plus" Ouarff ouarff lol


Marc d'Here 11/07/2011 14:30



C'est sur cette mesure, sur l'idée de rupture et sur la sécurité que Sarkozy a gagné en 2007...Chirac a gagné en 1995 sur la "fracture sociale", Mitterrand en 81 sur la "fin" du chômage (!)
et les nationalisations...Il suffit de deux idées fortes, et être crédible pour leur mise en oeuvre...Je ne vois pas sur quoi Hollande ou Aubry pourraient s'appuyer! 



Elie Arié 11/07/2011 11:37


"Quelques mesures majeures auxquelles la majorité de l'électorat adhérera"...comme ça? :

http://tinyurl.com/6a9wy2d


Elie Arié 10/07/2011 22:24


Il n'y a que les militants des partis pour croire que les électeurs de la présidentielle se déterminent en fonction du programme des candidats.


Marc d'Here 11/07/2011 00:06



Je crois au contraire que c'est assez déterminant...Pas un programme complet, mais la ou les quelques mesures auxquelles les électeurs adhèrent, auxquelles ils peuvent croire. Il faut donc à
la fois proposer la ou les 2 mesures justes et inspirer confiance c'est à dire pouvoir persuader les électeurs qu'on pourra les appliquer.  



Elie Arié 10/07/2011 18:48


Et pourtant...

"François Hollande et Martine Aubry battraient Nicolas Sarkozy en 2012"


http://tinyurl.com/3eywh77


Marc d'Here 10/07/2011 20:39



Oui, BATTRAIENT...



GP 09/07/2011 16:49


Le PS a établi un programme « dépensier », alors que les déficits actuels ne laissent plus aucune marge de manœuvre. Ce programme est irréaliste, personne n’y croit, pas même les candidats à la
primaire eux-mêmes, mais peuvent-ils faire autrement ? Tenir un langage de vérité, serait suicidaire pour son auteur. Le tout est de savoir si après les primaires, le candidat socialiste à la
présidence édulcorera ou non le projet, en le « personnalisant » avec tous les risques que cela comporte. Martine AUBRY, si c’est elle, fidèle à son habitude, demeurera intransigeante, c’est pour
cela (notamment) qu’elle reste la meilleure candidate pour la droite.