Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 17:30

 

Dans 20 minutes.fr du 13 10

INTERVIEW - Le secrétaire d'Etat à la Justice évoque le rapport sur la prévention de la délinquance qu'il doit remettre au Président...

Il est «très à l'aise» avec la politique sécuritaire du gouvernement. Et pour cause, Jean-Marie Bockel, secrétaire d'Etat à la Justice, a été chargé, au lendemain du discours de Grenoble, par Nicolas Sarkozy, de rédiger un rapport sur la prévention de la délinquance des mineurs.

Avant de le remettre la semaine prochaine au chef de l'Etat, il organise demain des Assises à ce sujet. Entretien exclusif.

Avec ce rapport sur la prévention de la délinquance des mineurs, n'avez-vous pas peur d'apparaître comme une simple caution au regard de la politique sécuritaire du gouvernement?

Jean-Marie Bockel. Je n'imagine même pas que ma démarche puisse être gadget ou caution tellement elle est au coeur de la cohésion sociale. Mon but est de surmonter un certain nombre de contradictions permanentes.

Pourtant, la prévention est plutôt un sujet qui rassemble...

C'est un sujet important aux yeux de tous mais disparate sur les réponses. Il y a le point de vue du maire, celui de l'éducateur, celui du policier, du juge, de la victime... Nous devons y voir clair.

Il y a aussi le point de vue du député (UMP) Eric Ciotti, qui propose de couper les allocations familiales à certains parents. Vous qui êtes de gauche, ça vous choque?

Non, nous sommes d'accord avec Eric Ciotti. C'est la possibilité de la contrainte qui permet de faire bouger les parents plutôt que de les abandonner. A la fin, je peux vous assurer que les parents vous remercient. Ils vous disent «Merci de m'avoir tendu la main».

Et l'encadrement militaire des jeunes délinquants prôné par Ségolène Royal?

Ca mérite d'être regardé. C'est un des points que j'évoquerai lors des Assises. Il faut analyser les expériences dans d'autres pays. S'exprime ici une certaine nostalgie de ce qu'a apporté le service militaire. Dans l'absolu, je reconnais que l'armée, par rapport à des jeunes en difficulté, joue un rôle positif considérable.

Annoncées lors du discours de Grenoble, plusieurs propositions du chef de l'Etat ont déjà été votées avec les lois sur la sécurité ou l'immigration. Qu'en sera-t-il de votre travail?

Je ne proposerai pas un grand soir législatif. Tout ce que l'on peut faire à législation constante est à privilégier. Mais je sais que le Président prend l'affaire très au sérieux. Ce qui est important, c'est qu'il dira et fera de mon rapport.

Avez-vous envie de rester au gouvernement après le remaniement?

D'abord, j'ai beaucoup de chance d'avoir une mission qui m'occupe. Tous les matins, je ne me dis pas «Mais qu'est ce qui va m'arriver?». A titre personnel, je me sens motivé pour continuer dans le cadre d'un raisonnement politique. La Gauche moderne peut jouer un rôle dans la perspective du deuxième tour présidentiel. Je suis loyal et fidèle. Et quoi qu'il arrive, je le resterai jusqu'en 2012. Tout ça dépend du Président. Moi, j'ai la positive attitude.

Recueilli par Vincent Vantighem

 

 

 Dans Lepoint.fr du 13 10 (Extraits)

 

 L'augmentation de la délinquance des jeunes n'est pas une "fatalité", déclare le secrétaire d'Etat à la Justice Jean-Marie Bockel, qui organise jeudi, à Paris, des "assises" pour "mieux agir ensemble". "Il n'y a pas un jeune à la maison, un autre à l'école, un troisième dans l'espace public, tout ça, c'est la même personne", constate Jean-Marie Bockel. Investi par Nicolas Sarkozy d'une mission sur la prévention de la délinquance juvénile début août, en plein débat sur la politique sécuritaire, Jean-Marie Bockel affirme sa conviction qu'une politique de sécurité "ne peut réussir qu'articulée avec une politique de prévention".

En une vingtaine d'années, le nombre de mineurs mis en cause dans des faits de délinquance a augmenté de 118 %, selon Jean-Marie Bockel. Pourtant, "là où on met en oeuvre, sur le terrain, un certain nombre de réponses concrètes, on constate des baisses souvent importantes de cette délinquance". Preuve qu'il n'y a pas de "fatalité". À la veille d'un remaniement annoncé, Jean-Marie Bockel, ministre "d'ouverture" et président du petit parti social libéral La Gauche moderne (LGM), considère qu'il n'a pas "forcément vocation à assurer lui-même le suivi de cette affaire, qui concernera de nombreux ministères, intervenants, métiers, collectivités". Mais il souligne que la prévention de la délinquance n'est pas une préoccupation nouvelle pour lui qui fut maire de Mulhouse durant vingt ans et a initié fin 2009 une étude sur ce sujet. Ces dernières semaines, il a consulté, effectué des visites de terrain.

Jeudi, il réunit à la cour d'appel de Paris des "assises de la prévention de la délinquance juvénile" autour de trois thèmes : autorité parentale, "citoyenneté républicaine" et "prévention de proximité". Élus locaux, magistrats, avocats, policiers, éducateurs, enseignants... évoqueront leurs expériences. "Le but est de partager le diagnostic pour pouvoir mieux agir ensemble", explique Jean-Marie Bockel, qui rendra ensuite son rapport de mission.

La "citoyenneté républicaine, c'est une manière de dire que le jeune (...) doit être aidé, soutenu, par un cadre de valeurs et de règles de vie : droits, devoirs, estime de soi, etc.", selon lui. "Même si elle joue un rôle important, penser que l'école peut tout régler, c'est une erreur, tout comme compter sur les seuls parents serait également une erreur", estime-t-il. "Il faut unir tous les acteurs pour donner toutes leurs chances à ces gamins." "On peut faire mieux avec les moyens existants", maintient-il. Bien sûr, "il faut ici ou là des moyens complémentaires", mais qui doivent être "bien identifiés".

 

 

Voir sur le même blog:

  Assises Nationales de la prévention de la délinquance: propositions de La Gauche Moderne http://marcdhere.over-blog.com/article-assises-nationales-de-la-prevention-de-la-delinquance-propositions-de-la-gauche-moderne-58693070.html

Réforme des retraites, communiqué de La Gauche Moderne: http://marcdhere.over-blog.com/article-reforme-des-retraites-communique-de-la-gauche-moderne-58815210.html

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Bockel dans la presse - dans Justice - sécurité
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 04/11/2010 12:46


Jean-Marie Bockel a remis hier, 3 novembre, au Président de la République son rapport sur "la prévention de la délinquance juvénile.

Le Parti socialiste, qui n'a vraiment pas évolué, a qualifié jeudi d'"aberrant" ce rapport. Il critique notamment notamment l'idée d'un repérage des troubles du comportement des jeunes enfants.

"Selon cette logique, puisque les enfants en difficulté deviennent des enfants délinquants, il faut chercher à repérer leurs troubles dès la crèche, dès la naissance, voire avant même la
naissance", s'indigne le secrétaire national à la Famille Jean-Patrick Gille dans un communiqué. On voit à quelles stupidités en sont réduits les socialistes!


Marc d'Here 27/10/2010 07:36


Le secrétaire d'Etat à la Justice Jean-Marie Bockel remettra le 3 novembre à Nicolas Sarkozy son rapport de mission sur la prévention de la délinquance juvénile, qui prône une action "transversale,
menée le plus en amont possible", a-t-il déclaré à l'AFP. "Les réponses apportées jusqu'à présent ne sont pas à la hauteur du problème", affirme M. Bockel, rappelant que "la délinquance des jeunes
a plus que doublé" en vingt ans, avec des actes "de plus en plus violents", des délinquants "de plus en plus jeunes", une implication croissante des filles...