Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 19:26

 

Portraits de candidats, par Eric SEYDOUX 

 

Martine AUBRY, « fille de Haut fonctionnaire ».

                                        

Fille de Haut Fonctionnaire ! C’est ainsi qu’elle s’est présentée  devant sa promotion de l’ENA ; chaque élève devant indiquer à haute et intelligible voix, en présence d’une caméra de télévision qui a immortalisé ce moment, la profession de ses parents. 

 

De toutes les façons, tout le monde savait ou aurait su qu’elle était la fille de Jacques DELORS, dont la sensibilité catholique de gauche et le talent, lui permirent de devenir l’un des grands du parti socialiste des années 80.

 

La fille voulut suivre l’exemple du père, elle adhéra au parti socialiste.

 

Très vite, elle y prit toute sa place, et chacun sait qu’en politique, les fils ou filles « d’évêque » progressent bien plus rapidement que les militants de base.

 

Lorsque l’on s’avise en effet de vouloir « faire de la politique », le plus difficile est d’avoir l’investiture du parti. Si c’est un grand parti, il dispose de ce que l’on appelle des fiefs. Y être investi, c’est l’assurance d’être élu.

 

Jusqu’aux législatives, les choses sont assez simples. La plupart du temps, les électeurs votent pour une étiquette plus que pour une personne. Beaucoup ne connaissent pas le nom du candidat qui représente le parti qui a leur préférence, ils vont l’apprendre en lisant son nom sur les affiches qui se trouvent à l’entrée du bureau de vote, et souvent ils l’oublieront aussitôt. Le talent du candidat, ou de la candidate, ou son peu d’aptitude pour la fonction,  n’a en réalité qu’une importance relative dans le choix des électeurs.

 

Ce n’est cependant pas toujours vrai, Martine AUBRY en 2002 l’a appris à ses dépens, dans une circonscription « gagnée d’avance ».

 

Pour les présidentielles les choses sont différentes. L’hypermédiatisation, la multitude des reportages qui sont effectués sur les candidats, font que la sélection est implacable, que la médiocrité n’a aucune chance de l’emporter ni même de parvenir au second tour.

 

La campagne électorale a une importance capitale. Alain POHER, Michel DEBRE, Raymond BARRE, Edouard BALLADUR, Lionel JOSPIN(2), parmi les plus célèbres, qui ont cru pouvoir s’en dispenser, ou qui n’ont été que de médiocres candidats, ont été écartés de la course sans ménagement.  Ils auraient certainement tous fait, par leur envergure incontestable, de très bons présidents, mais pour être élu, il fallait d’abord être le meilleur des candidats.

 

Martine AUBRY, qui est le résultat de combinaisons entre des courants qui l’ont élu secrétaire générale du Parti socialiste, devra, le cas échéant, s’en souvenir. Prisonnière de la gauche extrême, elle vient de présenter,  au nom du Parti socialiste, un programme de mesures à l’évidence inadaptées à notre monde et à notre époque, qui rendent ce programme démagogique et irresponsable, et on ne peut qu’en être désolé.

 

Emplois « d’avenir », allocations « d’autonomie », contrats de travail par requalification des stages, CV anonymes, sortie du « tout nucléaire » et du « tout pétrole », limitation du salaire des patrons dans les entreprises dont l’Etat est présent au capital, égalité de salaire homme-femme, salariés dans les conseils d’administration, encadrement des loyers, incitations pour l’installation des médecins en zone rurale, créations d’une banque publique d’investissement, de fonds régionaux pour financer les PME, d’un emprunt européen pour l’innovation, taxation des bénéfices distribués aux actionnaires, fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG…

 

Un programme qui donne le tournis. On se demande comment un parti comme le Parti socialiste en est arrivé à ce niveau de politique, en présentant en ce début de 21e siècle un tel bric à brac de mesures hétéroclites, sans ligne directrice, sans cohérence, sans lisibilité, sans intérêt, où l’on trouve sur le même plan la (fausse) sortie du nucléaire et le CV anonyme, où le marquage à gauche se caractérise par des dispositions comme la limitation du salaire des patrons dans les  entreprises nationales et la présence des salariés dans les conseils d’administration, où les mesures leurres, comme l’allocation « d’autonomie » ou les emplois « d’avenir », ruineuses pour la France, y trouvent toute leur place...   

 

Où sont dans ce programme l’emploi, les retraites, le pouvoir d’achat, le logement, la sécurité, l’immigration ? Rien ! Sinon des vœux pieux ou des pétitions de principe.  

 

Le programme du Parti socialiste est à l’image de sa première Secrétaire. 

 

Femme politique de création artificielle, elle n’a pas l’envergure d’un leader conduisant son peuple à la victoire. Absence évidente de charisme, manque de hauteur de vue, personnalité quelconque désavantagée par un physique sans grand attrait, animé par un éternel discours d’indignation que ponctue de perpétuelles jérémiades. Elle finit vite par lasser un auditoire, venu pourtant souvent avec de bonnes dispositions.

 

Les chutes d’audience relevées  par les chaînes de télévision lorsqu’elles reçoivent Martine AUBRY, les salles qui n’arrivent pas à se remplir lors de réunions publiques, ont fait dire qu’elle était peu audible. Il est vrai  que l’on n’a jamais entendu quelqu’un dire dans le métro : « tiens ce soir il y a Martine AUBRY qui passe à la télé, il ne faut pas que je la loupe. »

 

Tout le monde s’accorde à reconnaître qu’elle n’est pas l’animal politique rêvé pour une présidentielle.

 

On murmure d’ailleurs, un peu comme son père le fît en son temps malgré de bons sondages, qu’elle ne serait pas très disposée à se jeter dans le grand bain, qu’elle ménage le suspense pour des raisons internes tenant à la partie la plus à gauche du mouvement, mais qu’elle ne souhaiterait qu’une chose : que Dominique STRAUSS KAHN se présente, avec pour elle la seule perspective de devenir sa Première ministre, ce qui suffirait à son bonheur, ayant toujours préféré les nominations aux élections. En contre partie, Dominique STRAUSS KAHN  serait « dispensé » de primaires. C’est ce que l’on a appelé le pacte de Marrakech, auquel le couple Ségolène ROYAL-François HOLLANDE, reconstitué pour la circonstance, s’oppose fermement.

 

Cette réticence « à y aller » des deux principaux candidats du Parti socialiste expliquerait, en partie, la montée en puissance de l’outsider, François HOLLANDE.

  

Sur le fond, les choses sont encore plus préoccupantes. Elle prend des mesures ou des positions qui portent atteinte aux grands principes qui fondent la République, laïcité, égalité entre tous les citoyens, principe de personnalité  des délits et des peines qui dispose que c’est l’auteur d’un manquement qui doit être sanctionné et non un tiers.

 

La décision d’interdiction dans sa ville, d’une exposition d’estampes mexicaines, œuvre d’un artiste mexicain qui n’est plus de ce monde, montre l’étroitesse de vue de cette peut-être future candidate. Florence CASSEZ, du fond de sa cellule, ses parents et le Président de la République, premier avocat de l’intéressée, ont trouvé cette mesure inopportune.

 

Il y a chez cette femme un aspect irresponsable qu’elle semble assumer, au nom de situations ponctuelles qui se présentent à elle, et qu’elle règle pour satisfaire une émotion compassionnelle déplacée, pour ne pas dire ridicule.

 

En face de son trouble affectif, la laïcité, l’égalité homme-femme, la mixité, ne sont que billevesées, qui ne pèsent rien. 

 

Des femmes musulmanes viennent la voir dans sa mairie de LILLE et lui disent qu’elles veulent des piscines non mixtes. Y a-t-il eu une explication ? Les hommes seraient-ils comme on le dit dans certains cercles, de gros vicieux qui ne pensent qu’à la chose ? Serait-ce pour des motivations religieuses ? S’est-on interrogé sur les raisons pour lesquelles la République tient à ce que les hommes et les femmes soient « dans le même bain » ? Il s’agit certainement d’un détail ! Ne chipotons pas ! En toute hypothèse si on ne leur accorde pas ce privilège, elles seront privées de piscine et ce serait alors de la discrimination. Alors plus d’hésitation, la République n’aura qu’à attendre. Le bain d’abord. Voilà ! C’est fait. « A partir de dorénavant » il y aura à LILLE des piscines sans homme, comme dans les pays les plus intégristes du monde musulman…

 

Martine AUBRY reviendra bien évidemment sur sa décision...

 

La dignité et le respect dus aux femmes ne semblent pas être, chez elle, une priorité.

 

Elle se dit à titre personnel contre le voile intégral, qui est attentatoire aux droits de la femme et à leur dignité. Tant mieux ! Mais elle ajoute aussitôt qu’il ne faut pas l’interdire, car l’interdiction serait trop difficile à mettre en œuvre.

 

Que peut-il y avoir de plus irresponsable que ce type de position ? Pourquoi alors ne pas supprimer toutes les lois difficiles à appliquer ?  

 

Le parti socialiste avait même donné des consignes à ses parlementaires pour ne pas voter la loi, et seuls des trublions comme Manuel VALLS ou Robert BADINTER sont passés outre.

 

La pétition qu’elle a cosignée avec Tarik RAMADAN, est encore un exemple étonnant d’irresponsabilité : Martine AUBRY a dit qu’elle ne savait pas que ce dernier la signerait.

 

Mais quand on représente un grand parti politique, on doit réserver sa signature, en fixer les conditions, surtout dans un domaine aussi sensible, où la précipitation est toujours mauvaise conseillère.  

 

Et c’est en réalité cela qui est par-dessus tout le plus gênant, c’est ce zèle constant chez la  représentante d’un parti qui est indiscutablement laïc, de se positionner en faveur de tout ce qui touche à la religion musulmane, sans en mesurer les conséquences, alors que dans l’intérêt même de ses pratiquants, il conviendrait de les inviter à exercer leur culte dans la discrétion. A ne pas l’avoir compris, elle participe, peut-être même sans l’avoir voulu, ce qui est encore plus irresponsable, à l’instrumentalisation d’une religion et à la stigmatisation de ses adeptes, recherchées par certains.   

 

Il est rare d’observer chez une candidate potentielle de ce niveau, si peu de dispositions pour la fonction suprême. Il semble bien, toutefois, qu’elle en soit tout à fait consciente, ce qui est le seul aspect positif que l’on est bien obligé de reconnaître, à cette fille de Haut fonctionnaire.  

 

Eric SEYDOUX 

 

  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric Seydoux - dans Présidentielle
commenter cet article

commentaires

cellobello 27/04/2011 08:19


Martine Aubry était bien fille de haut fonctionnaire quand elle est entrée à l’ENA , en 73.
Delors faisait alors partie du cabinet de Jacques Chaban-Delmas.
Son père avait le talent de ratisser large : faire croire à sa proximité des ouvriers (un électorat important dans les années 70) grâce à son adhésion à la CFTC devenue CFDT quand il travaillait à
la Banque de France. Alors même que ces fonctionnaires élitistes considéraient toute proximité avec les masses ouvrières comme un affront.
Faire croire à son adhésion au marxisme alors qu’il faisait carrière dans des univers marqués à droite (la très réactionnaire Banque de France puis le progressiste Chaban, 1er ministre de
Pompidou), à une époque où les clivages gauche droite étaient fortement marqués.

La fille a plus de mal à être crédible, dans son tiraillement entre son éducation au Lycée des Oiseaux et son affichage d’une supposée solidarité avec les faibles.
Mais la contradiction la plus irréductible est celle entre son autoritarisme qui exclue tout dialogue social, légitimé par ses bonnes intentions, et la prétention à être la seule représentante d’un
fonctionnement démocratique.
Hypocrisie à tous les étages.


plus que 376 jours 26/04/2011 22:30


"Où sont dans ce programme l’emploi, les retraites, le pouvoir d’achat, le logement, la sécurité, l’immigration ? Rien ! Sinon des vœux pieux ou des pétitions de principe.
Le programme du Parti socialiste est à l’image de sa première Secrétaire. "

Depuis 4 ans, quelle est l'efficacité de Sarko dans ces domaines ? C'est le zéro pointé, c'est pour cela que c'est la bérézina à droite et que l'UMP explose. Il reste encore la garde rapprochée
avec Levebvre, Guéant et Hortefeux ... et Marc d'Here !


Marc d'Here 26/04/2011 22:42



Si vous aviez lu le bilan des 4 ans de Sarkozy, vous auriez vu tout ce qui a été fait dans tous ces domaines....Mais vous préférez critiquer dans le vide...



Larnaudie Patricia 26/04/2011 22:25


Fille de "haut fonctionnaire",je ne savais pas qu'elle s'était présentée ainsi....Manque d'originalité,manque de personnalité. Ce qui est grave pour un responsable politique,qui plus est d'un parti
qui se dit "de gouvernement"!
Que dire de son autisme sur ce qui se passe dans la Fédération PS des Bouches du Rhône?Ce département où je vis voit et subit en permanence-à Marseille-grèves des poubelles,grèves des
dockers...grèves des transports en commun....Services publics de la collecte des Ordures Ménagères et RTM(équivalent RATP)gérés par un socialiste,jadis ami de Mr Guérini,président du CG des Bouches
du Rhône...
Les contribuables de Marseille,surtout les plus modestes paient "cash" ces dysfonctionnements récurrents,ils paient aussi l'image désastreuse de leur ville.
M Aubry sait bien tout cela,elle ne bouge pas car la fédération des Bouches du Rhône est la troisième de France...cela peut toujours servir!
Du côté du Conseil Régional-encore PS!-ce n'est pas mieux, carlà aussi, une enquête est en cours pour comprendre comment 700 000 euros ont été votés,sous forme de subventions,à des associations
fictives des quartiers Nord de Marseille....
Grèves à répétition,marchés publics étranges,associations fictives....il faudrait enfin que M Aubry écoute,pour une fois,les questions des militants....
Car son attitude "absente" conforte le "tous pourris" si cher au FN!!!!
Elle a voulu ce poste de responsable du PS,alors qu'elle prenne ses responsabilités,déjà au sein de son parti!!!
Dame des 35h,dame des piscines "réservées" à Lille,Arlésienne à Marseille....décidément,elle manque de courage!
Ce qui me fait penser-comme beaucoup autour de moi-qu'elle n'ira pas.
Non,Mme Aubry,les Français ne voudront pas de quelqu'un qui ne se positionne pas sur les grands sujets de société qui ne se résument pas en une allocation d'autonomie...non pas pour les personnes
âgées....mais pour les jeunes!!!!Un comble!
Il ne doit y avoir au monde que le PS français pour proposer cela aux jeunes!!!!Démagogie,faiblesse,hésitation....archaïsmes,tels sont les traits du programme PS. Complétement décalé par rapport à
notre société.
Un conseil,Mme Aubry,faites comme votre père:N'y allez pas!Consacrez vous donc à vos piscines lilloises!!!