Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 22:06


Après le défoulement des électeurs, c’étaient quelques milliers de syndicalistes, accompagnés de  quelques  militants épars qui avaient choisi de ne pas se rendre à leur travail ce mardi pour crier dans les rues  qu’ils voulaient moins travailler, moins longtemps,  tout en gagnant plus…Bon,  on s’en doutait et je ne suis pas persuadé que cette journée fasse beaucoup avancer les choses. Il y en aura sans doute encore, dans les mois qui viennent,  tout aussi inutiles !

 

Et puis les députés UMP et les sénateurs du même parti voulaient aussi se défouler, ce qu’ils ont fait semble-t-il, en critiquant le Président sans lequel ils ne seraient pas élus, et en s’élevant contre les réformes qu’ils ont eux-mêmes  votées !

La « droite la plus bête du monde », comme disait déjà Guy Mollet (et il ne connaissait pas encore celle-là !) veut que le Président abandonne sa politique de modernisation pour se concentrer sur les « valeurs » et les « projets » de droite…incapables de voir que si Sarkozy les écoutait, la droite étant sociologiquement et politiquement minoritaire, seule la moitié d’entre eux reviendraient en 2012…Heureusement Nicolas Sarkozy et François Fillon  feront ce qu’ils estiment bon. Et ils auront raison.

 

Fillon a semble-t-il,  lâché moins qu’on le dit mais trop tout de même, sur la taxe carbonne. Les députés ont compris qu’elle était abandonnée, lui dit qu’il a seulement lié son instauration à sa généralisation en Europe…Cela signifie-t-il la même chose ? Christine Lagarde pense que non et qu’on peut espérer la faire adopter en Europe… Chantal Jouanno qui n’y croit pas est « désespérée »…Le mot est fort, mais on la comprend, tout en espérant que Sarkozy va éclairer les choses demain. 

 

A l’Assemblée Nationale, lors de la séance de questions au gouvernement, Fillon a été excellent.

Il  a réaffirmé  les trois "priorités" du gouvernement : la croissance et l'emploi, la réduction des déficits publics, et le pacte républicain. Interrogé par le président du groupe UMP Jean-François Copé,  Fillon a reconnu la "défaite électorale" de la majorité lors des régionales. "Nous devons examiner la situation avec beaucoup d'humilité et nous devons ajuster ce qui doit l'être", a-t-il dit.

 

Le Premier ministre a prévenu que le président Nicolas Sarkozy et lui-même "ne transigeraient pas sur la nécessité de moderniser notre pays". Il a indiqué que "l'action du gouvernement pour les prochaines semaines porte sur trois priorités": "la croissance et l'emploi", "la réduction des déficits", et l'action "sur les deux piliers de notre pacte républicain que sont la sécurité, la laïcité et l'égalité entre les hommes et les femmes".

François Fillon a ainsi évoqué "la nécessité d'ajuster nos dispositifs de lutte contre le chômage d'autant que celui-ci s'inversera dans la deuxième partie de 2010". "Nous devons voter dans les meilleures conditions la loi de modernisation de l'agriculture", qui vit une "crise très grave » a-t-il ajouté.

 

Le chef du gouvernement a prévenu aussi qu'il serait "intransigeant sur l'affectation des 35 milliards d'euros" du plan de relance pour "les investissements d'avenir". Il a affirmé qu'il fallait "amplifier les mesures en faveur du renforcement de la compétitivité de notre économie". "Je voudrais indiquer que les décisions que nous allons prendre en matière de développement durable doivent être mieux coordonnées avec l'ensemble des pays européens pour ne pas creuser le déficit de compétitivité avec notre voisin allemand".

En matière de réduction des déficits, "priorité absolue", il a évoqué la prochaine réforme des retraites, le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et la réforme de l'organisation territoriale.

 

Evoquant "les piliers du pacte républicain", Fillon a indiqué vouloir "inventer de nouvelles formes de lutte contre la délinquance et contre la violence". Enfin sur la laïcité, il s'est engagé à "trancher cette question qui est un symbole, celle du voile intégral".

 

Nicolas Sarkozy a nommé la conseillère d'Etat Jeannette Bougrab, ancienne militante de SOS Racisme,  candidate UMP aux législatives de 2007, à la présidence de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) en remplacement du socialiste Louis Schweitzer, a annoncé mardi l'Elysée.

C’est bien.

 

Marc d’Héré avec  AFP

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article

commentaires

marc d'HERE 17/04/2010 14:05


Les écologistes doivent comprendre qu'ils ont davantage de proximité, en ce qui concerne l'environnement, avec la majorité présidentielle qu'avec les socialistes.

Daniel Cohn-Bendit qui le sait bien, se tourne pourtant vers les socialistes...c'est assez difficilement compréhensible.


marc d'HERE 16/04/2010 23:13


Cécile Duflot (Verts) "donne acte" au ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo de "faire preuve de courage politique" à propos des zones noires définies après la tempête Xynthia et juge la position
de Ségolène Royal "irresponsable".

"Il faut mettre en application des décisions qui auraient dû l'être, pour certaines, avant la construction des maisons. Si ces habitations font toujours courir un risque mortel, il faut avoir le
courage de les détruire, de manière convaincante et transparente, en expliquant les critères retenus pour définir les zones noires", explique Mme Duflot dans une interview au JDD à paraître
samedi.

"Si les décisions prises sont justes, légitimes, il ne faut pas craindre de les confronter avec les habitants", explique la secrétaire nationale des Verts.

Mme Duflot "ne comprend pas" la position de Ségolène Royal, présidente PS de Poitou-Charentes, "qui consiste à risquer de maintenir des populations dans une situation de danger".

"C'est irresponsable. Je ne comprends pas Ségolène Royal, je réfute le discours de simplicité. Il faut, au contraire, un discours de courage", ajoute-t-elle.

Elle donne en revanche "acte" à M. Borloo "de faire preuve de courage politique". "Mais je ne dis pas que le tracé des zones noires est parfait, je n'ai pas d'avis techniques ni géographiques sur
la question".

Lepoint.fr


marc d'HERE 02/04/2010 08:30


Manuel Valls, député-maire PS d'Evry (Essonne), et deux autres élus PS, Odile Saugues, députée du Puy-de-Dôme, et Philippe Esnol, maire de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), se sont prononcés
jeudi pour "une loi visant à proscrire le port du voile intégral dans l'ensemble de l'espace public".

Dans une déclaration solennelle communiquée jeudi à l'AFP, les trois élus socialistes écrivent: "Il nous appartient de tout tenter afin de dégager un consensus large autour d'une loi visant à
proscrire le port du voile intégral dans l'ensemble de l'espace public".

"La position de la direction du Parti Socialiste n'est pas un modèle de clarté", selon les trois signataires pour qui "la burqa est un symbole idéologique visant à s'opposer ostensiblement à la
société laïque".

Le point.fr


marc d'Héré 30/03/2010 13:52


Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a annoncé aujourd'hui que son parti se retirait de la commission sur les primaires de la gauche pour 2012, du fait de
"maltraitances" dont le MRC a fait l'objet aux régionales et de "différences de fond".

Le Conseil national (CN) du MRC, réuni avant-hier, a décidé de mettre le parti "en retrait de la commission pour préparer les primaires", a déclaré à l'AFP Jean-Pierre Chevènement. "Les
maltraitances dont nous avons fait l'objet aux régionales" et "des différences de fond" font que "nous ne pouvons pas nous engager dans un processus qui nous étoufferait", a-t-il ajouté.

Dans une lettre à Martine Aubry, le sénateur de Belfort déplore que l'accord conclu le 10 février dans 14 régions avec la patronne du PS, "n'a pas été respecté dans la moitié des régions". "Quinze
de nos candidats ont été retirés. Nous avons été privés de neuf élus" alors que l'accord "spécifiait que les 26 candidats du MRC figureraient 'en position éligible et inamovible pour les premier et
second tours'", poursuit-il, estimant que "ce non-respect de la parole donnée ne crée pas les conditions d'une confiance élémentaire entre partenaires d'un même combat".

AFP


marc d'Héré 26/03/2010 15:17


Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi à Bruxelles qu'à la demande de la France, la Commission européenne proposera en juin un mécanisme carbone aux frontières de l'Union.

"Je pense que chacun considère aujourd'hui que la question d'un mécanisme d'adaptation aux frontières de l'Europe est un sujet incontournable", a souligné le président français lors d'une
conférence de presse de fin de conseil européen.

"Au mois de juin, il y aura une proposition de la Commission sur le sujet", a-t-il ajouté, précisant qu'après "un débat très franc", "aucun pays ne s'est opposé".^

Peut-être pas si enterrée que ça la taxe carbonne...


sergiozz 26/03/2010 12:06


"Pourtant ce que vous rapportez là est exactement ce que j'ai écrit..."

Pas du tout, il y a taxe carbone et taxe carbone, cela dépend de ce que vous y mettez et qui réellement y contribue. A l'évidence, la taxe carbone qui était ds le projet de loi n'était pas la bonne
solution puisqu'elle a été annulée par le conseil constitutionnel.


marc d'Héré 26/03/2010 09:23


Le directeur général des opérations de Newsweb, filiale de Lagardère Active, prestataire du jdd.fr, a démissionné après la publication sur un blog hébergé par le Journal du dimanche de rumeurs sur
le couple présidentiel, a annoncé la direction du JDD. L’auteur
du blog, également salarié de Newsweb, a, lui aussi, démissionné.
Le blog évoquait de supposées infidélités au sommet de l’État et avait fait les gros titres de la presse européenne, notamment en Grande-Bretagne. « Nous exprimons nos regrets au couple
présidentiel et présentons nos excuses à nos internautes », a déclaré
la direction du journal.

Le Figaro.fr


marc d'Héré 25/03/2010 23:05


Dans une interview au Figaro Magazine, Carla-Bruni Sarkozy fait un voeu pour 2012: pas de second mandat pour son mari. Parce que, travailler plus, c'est parfois vivre moins bien.

Carla Bruni-Sarkozy s'inquiète pour le président de la République. La première dame a fait part de ses craintes quant aux conséquences d'un éventuel second mandat sur, notamment, la santé de son
mari Nicolas Sarkozy...

2012, ce n'est vraiment pas l'objectif rêvé de Cala Bruni-Sarkozy, selon l'interview qu'elle vient d'accorder à nos confrères du Figaro Magazine. Car les présidentielles pourraient semer le trouble
dans sa vie privée. "En tant qu'épouse, explique Carla, je ne le souhaite pas vraiment. Peut-être ai-je peur qu'il y laisse sa santé, peut-être ai-je envie de vivre ce qui nous reste à vivre dans
une certaine paix?"

La question étant de savoir qui, à l'Elysée, porte la culotte. Eh bien c'est le président, qu'on se le dise. Car, ajoute Carla Bruni Sarkozy, "quelles que soient la situation et les décisions que
prendra mon mari, je ferai tranquillement avec." Une crainte bienveillante, donc, mais aussi une confiance et un soutien en béton.

De quoi ébranler les auteurs de la "rumeur partie du web concernant son couple" et ceux qui s'en sont gargarisés. Et, avec une élégance de style choisie, Carla Bruni-Sarkozy note que "la rumeur
fait partie de la nature humaine même si elle est un avilissement".

Et Carlita d'ajouter que cette peste du on-dit "a toujours existé. Mais je méprise celle qui vient d'un blog internet et qui est signée Mickey ou Superman. Je méprise les soi-disant journalistes
qui se servent des blogs comme d'une source crédible", martèle la première dame, visiblement très blessée par les problèmes conjugaux imaginés à propos de son couple.

Et fort remontées contre ceux qui "reprennent et propagent une rumeur sans fondement, répandue par une source anonyme." Ce qui lui "semble être une dérive pour la démocratie et une mise en péril
des lettres de noblesse d'un métier dont le sens même est l'intégrité de l'information".

Même "colère" (c'est son mot) enfouie sous un self-control tout en douceur de Carla Bruni-Sarkozy, à propos des médias qui malmènent son mari et lui inspirent cette simple phrase qui en dit long
sur son courroux: "Je suis souvent indignée".

Mais le monde médiatique n'est pas son seul souci. L'univers politique aussi. Les deux se liguant donnant un mélange "absolument violent. Ce n'est pas un monde que j'apprécie, je le trouve injuste
et assez incompétent. J'aime bien le monde politique en revanche, majorité et opposition: il est constitué de grands travailleurs, il est pavé de sacrifices et de vocations".

Richard Canac sur Facebook


marc d'Héré 25/03/2010 17:24


François Fillon a assuré aujourd'hui n'avoir aucune "rivalité" avec Nicolas Sarkozy, assurant devant les sénateurs que "tout ce (qu'ils) avaient pu lire depuis dimanche soir" sur ses relations avec
le président était "faux" et relevait de "manipulations".

Dans ce qu'il a qualifié de "mise au point solennelle", lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat, le Premier ministre a assuré qu'il n'y avait "pas de divergences et encore moins de
rivalités" entre lui et le président, ajoutant: "il n'y en a pas et il ne peut y en avoir".

"Tout ce que vous avez pu lire depuis dimanche soir sur ma relation avec le président de la République est faux et relève de la manipulation", a-t-il dit. "Toutes ces rumeurs n'ont d'ailleurs qu'un
seul objectif qui est celui de déstabiliser l'exécutif et je le dis, je ne le laisserai pas faire", a poursuivi le Premier ministre.

Hier, le chef du gouvernement avait été contraint d'annuler une interview prévue au 20h00 de TF1 à la demande du chef de l'Etat, selon plusieurs sources gouvernementales. Cela avait relancé les
spéculations sur une détérioration des relations entre les deux hommes au lendemain de la sévère défaite de la majorité présidentielle aux régionales.

AFP

Un énorme démenti pour Le Monde, dont les pages politiques, il est vrai, ressemblent de plus en plus à des "tracts socialistes"...en moins bien écrits!


sergiozz 25/03/2010 16:52


Duflot aout 2009 =>
En marge de l’Université du PS, à la Rochelle, se tient un débat sur la taxe carbone. « La secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot s'en est vivement prise samedi à Ségolène Royal, sans la
nommer, pour avoir critiqué la taxe carbone et demandé vendredi au gouvernement de renoncer" à cette taxe "absurde" et "injuste". »

Duflot septembre 2009 =>
Elle estimait avoir laissé sa chance à la majorité. En se gardant de critiquer d’entrée de jeu la taxe carbone version Sarkozy. En se rendant à l’Elysée pour pousser les propositions des Verts. A
la veille des arbitrages du président de la République, Cécile Duflot peut, du coup, se permettre d’être directe. «Déjà déçue», la secrétaire nationale des Verts dénonce une «trahison totale», une
«fumisterie».

«C’est un énorme rendez-vous manqué», a déploré la nouvelle espoir des écolos sur France Inter. Selon elle, «la fiscalité écologique a trois nécessités:couvrir l’ensemble des secteurs, être à un
niveau suffisamment élevé pour être dissuasive» et offrir «une double justice», «sociale et écologique». «Ces idées sont trahies toutes les trois, accuse-t-elle, ça va s’appeler peut-être taxe
carbone mais ça n’aura rien à voir.»

vous avez tort Monsieur d'Here, comme très souvent !


Marc d'Here 25/03/2010 17:21



Pourtant ce que vous rapportez là est exactement ce que j'ai écrit...