Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 09:59

Un article de février 2008...qui reste, je crois assez actuel

Sur le site de « Gauche Moderne », http://www.lagauchemoderne.org,  Jean-Marie Bockel s’exprime sur le social libéralisme et son caractère soudainement « actuel ». Je me permets de reprendre ici son texte, tout en vous invitant à consulter son site.
. 

 

Enfin ! Il était temps !


En fait il est bien tard… Combien de temps, combien d’erreurs, combien d’échecs a t il fallu aux dirigeants de la gauche pour comprendre que loin d’être l’ennemi, le libéralisme était indissociable de l’histoire de la gauche et surtout de son avenir.


Le libéralisme politique c’est la rencontre de la liberté avec l’histoire, et le libéralisme économique, la condition d’exercice de ces libertés, parce que la condition de la réussite économique, dans une société moderne. Mais depuis des années, à gauche, ces vérités étaient taboues. Quiconque les proférait était excommunié. Sans même avoir droit à un procès. Ce temps est révolu et je m’en félicite.


Le débat de fond peut maintenant pleinement s’engager dans le pays, avec tous les acteurs ou presque de sa vie politique et intellectuelle. Pour ma part je n’ai pas attendu l’inspiration tardive de dirigeants à l’autorité affaiblie, et je me suis clairement engagé dans la voie du social-libéralisme, qui, aujourd’hui, implique la réforme. Il implique à mes yeux, l’engagement, dans la majorité présidentielle, aux côtés du Président de la République, avec son gouvernement, qui a choisi de faire entrer la France dans ce cycle de réformes dont elle a besoin.


Qui ne voit que seules les réformes justes et équilibrées dans les efforts demandés, pour lesquelles le gouvernement travaille aujourd’hui, peuvent permettre à notre pays de continuer à respirer cet air de liberté, de droits sociaux et de droits de l’homme qui sont constitutifs de son identité, que nous avons le devoir de léguer à nos enfants.

C’est à cette aune que doit être jugé le libéralisme, qui s’oppose avant tout aux totalitarismes, aux  économies dirigées, au systèmes politiques fermés dans lesquels les peuples sont exploités, payés à vil prix et privés des droits fondamentaux de la personne humaine. Ces régimes, sous diverses formes pèsent encore sur la majorité de la population de notre planète,  ne l’oublions jamais.


Alors, oui, il fallait choisir, je l’ai fait, et je dois dire à quel point je me félicite d’avoir pris toute ma part au sein de la majorité présidentielle pour y développer mes convictions politiques et les transformer en actes, visibles par nos concitoyens.


Aujourd’hui je suis heureux qu’une nouvelle aire de débat se développe dans le pays, et j’y prendrai part, pour montrer quel parti la France peut tirer de la grande perspective social libérale qu’il faut continuer d’ouvrir devant elle.



Jean-Marie Bockel

http://www.lagauchemoderne.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Bockel - dans La Gauche Moderne
commenter cet article

commentaires

marc d'HERE 05/01/2010 21:51


D'après l'AFP, dans son livre, Jospin parle des méthodes de voyou de Chirac et Villepin...Je crois que sur ce point on peut lui donner raison!

AFP: "Le pouvoir en place, Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont, avec leurs amis, systématiquement organisé une série d'offensives contre moi", "ont cherché à me mettre en cause, à
m'affaiblir, parfois à me salir", mais ils "n'ont pas pu me mettre en cause dans aucune procédure judiciaire".

Il stigmatise ces "méthodes de voyou", ce "côté crasseux de la politique que j'ai constamment réprouvé".


Elie Arié 03/01/2010 14:45


Depuis, la crise économique est passée par là, et on est très loin de sa sortie: de nouvelles bulles sont en train de se constituer, Sakozy n'a pas réussi à "moraliser" le capitalisme et n'a pu que
prendre conscience des limites de son activisme au seul niveau où il soit possible d'agir (le niveau mondial), et on a tous compris à Copenhague (sauf la Gauche Moderne?) que ce sont les États-Unis
et la Chine qui fixent les règles de l'économie mondiale.


Marc d'Here 03/01/2010 22:09



!!!!



Jerome 03/01/2010 13:51


Tout cela est lumineux.
Mais pourquoi dans ce cas rester avec cette majorité jacobine et conservatrice ?


Marc d'Here 03/01/2010 17:27


S'il y a  dans cette majorité des jacobins conservateurs, ils ne sont pas représentatifs de la politique suivie, qui est finalement assez "sociale libérale". Autant du moins que le permet la
crise.