Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 11:15

 

Ce début du mois de novembre marque à l’évidence la fin d’une étape et le début d’une nouvelle phase, peut-être plus souriante, du quinquennat.

 

C’est d’abord la fin du long épisode de la réforme des retraites. Malgré une contestation syndicalo-politique qui, incapable d’aller au-delà   du  refus et de présenter un projet alternatif crédible, s’est essoufflée avec le temps, la réforme a été votée à une large majorité,  validée par le Conseil Constitutionnel et immédiatement promulguée.

Même si d’autres réformes très importantes (fiscalité, justice, dépendance) sont encore à venir, cela marque la fin de la période des réformes de « rupture » conflictuelles et difficiles. Cela marque sans doute aussi la fin des grandes contestations de rue, la détermination du Président et l’échec des syndicats ayant très certainement limité la volonté de ces derniers de « remettre ça ».

 

C’est, après Séoul, le début de la présidence française du G20. Une présidence aux objectifs ambitieux, partagés par  Dominique Strauss-Kahn,  qui devrait permettre à Nicolas Sarkozy de montrer l’étendue de ses capacités et d’asseoir sa  stature internationale.

 

C’est la formation du troisième gouvernement de François Fillon. Un gouvernement resserré,  plus uni que le précédent, plus compétent et plus déterminé. Un gouvernement de combat, constitué pour gagner.

Un regret : que la place des centristes ait été un peu minorée avec le refus de  Jean-Louis Borloo d’y participer, et que le Président de La Gauche Moderne, Jean-Marie Bockel, représentant loyal et talentueux du pilier gauche de la majorité, n’en fasse pas partie.  Même si les liens entre eux et le Président ne sont pas rompus et s’ils restent, évidemment, dans la majorité,  Nicolas Sarkozy aurait intérêt à garder un contact étroit avec ces deux responsables politiques dont le soutien actif lui sera nécessaire pour 2012.

 

C’est la nomination de Jean-François Copé à la tête de l’UMP, à laquelle il apportera imagination et  dynamisme qui, il faut bien l’admettre, avaient tendance à lui manquer quelque peu.

 

C’est la dernière intervention télévisée de Nicolas Sarkozy qui lui a permis de fixer les orientations des 18 mois à venir et de montrer sa détermination.

Elle a manifesté aussi, de manière claire pour tous, cette modification de comportement que l’on avait déjà commencé à percevoir depuis quelques mois. Calme, réfléchi, revenant sur certaines erreurs, il a paru aussi  décidé à laisser une place plus importante, dans la politique quotidienne, à ses ministres et d’abord au Premier d’entre eux, pour se consacrer aux grandes orientations, aux incitations nécessaires pour faire avancer les choses, et à la politique extérieure, domaine dans lequel la France est appelée à jouer un rôle essentiel durant l’année qui vient.

 

C’est, en conséquence de tout cela, une amélioration encore timide des sondages d’opinion qui montrent que les Français, continuent à ne faire aucune confiance à l’opposition et sont sensibles, en revanche, aux changements et aux perspectives que cette deuxième phase du quinquennat annonce.

 

Si, élément décisif encore incertain, la sortie de crise était amenée à se  confirmer, avec une accélération de la croissance et une diminution durable du chômage, alors on pourrait vraiment penser que ce mois de novembre restera comme celui d’un nouveau départ, d’un nouvel élan.

 

Marc d’Héré

 

P.S. : Sondage IFOP,  réalisé entre le 16 et le 18 novembre, sur les intentions de vote à la présidentielle:

26% pour Nicolas Sarkozy et 23%  pour Martine Aubry.
En octobre, Nicolas Sarkozy ne devançait Martine Aubry que d'1 point.

Marine Le Pen (Front national) arrive en troisième position avec 13% des voix, Jean-Louis Borloo 7% (3% en avril)  comme François Bayrou et Eva Joly.  Villepin  5%.

Nathalie Arthaud (LO) recueillerait 0,5% des voix, Olivier Besancenot (NPA) 4%, Jean-Luc Mélenchon (PG) 6,5%, et Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 2%.

 

P.S. 2. Dans le dernier sondage IFOP, JDD, Sarkozy gagne 3 points à 32%.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 02/12/2010 08:23


L'INSEE vient de confirmer une stabilité du chômage en France au 3ème trimestre avec 9,3% de la population active. Sur un an le chômage est quasiment stable (+0,1%). Voilà qui montre la pertinence
de la politique suivie et qui répond aux élucubrations de l'opposition qui parle sans arrêt de la hausse continue du chômage.


cellobello 20/11/2010 12:57


Un nouveau départ aussi pour Elie Arié.
En effet, le 17 novembre, il a écrit ceci, Dans Marianne2:

"Quand on se penche un peu attentivement sur les politiques financières menées dans les principaux pays d’Europe occidentale, deux constatations s’imposent :

1- les politiques d’austérité pour réduire les déficits et l’endettement sont la règle ;
2- c’est en France que, pour l’instant, cette austérité est la moins marquée (regretterons-nous Sarkozy après 2012 ?)"