Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 09:02

Par Gilles Norroy

 

Comme le Boeing de la Malaysian Air Lines, le Président a disparu des écrans radars depuis bientôt deux mois.
On n’entend plus parler de lui que lors de ses voyages officiels.

Pour le reste il ne parle plus des sujets qui concernent les Français: chômage, insécurité par exemple.

 

Le voyage de ce vendredi à Clermont-Ferrand devait être l’occasion de renouer le contact avec les Français en visitant le centre de recherche de Michelin, l’actualité n’a retenu que les mésaventures de son conseiller Aquilino Morelle qui s’est fait prendre les doigts dans le bocal de confiture pour avoir, il y a quelques années, monnayé ses conseils auprès d'un laboratoire pharmaceutique.

 

Mais le Président à t-il encore envie de parler aux Français, lui qui vient de déclarer que si le chômage ne baisse pas il n’y a aucune raison qu’il se représente à l’élection présidentielle.
Une façon de se déclarer forfait par avance, de jeter l’éponge avant la fin du match.

 

Depuis la nomination de Manuel Valls, , le Président donne l’impression de ne plus avoir envie de gouverner.
En cela il n’est pas différent de François Mitterrand dont on peut faire remonter le renoncement à gouverner à la mise en œuvre du plan de rigueur par Jacques Delors en 1982.

Le Président est rattrapé par la patrouille comme son prédécesseur moins de deux ans après son accession au pouvoir.

Pour partie cela est la conséquence de notre système constitutionnel : le président doit à la fois régner et gouverner. L'héritage monarchique a laissé des traces dans notre système républicain. Le président doit incarner une fonction de continuité de l’Etat qui dans la plupart des autres pays européens est incarnée par le monarque ou un président chargé d’inaugurer les chrysanthèmes comme en Allemagne.
Quand la situation lui échappe, la tentation est grande de se replier sur son rôle de souverain et de laisser la gouvernance à la charge du Premier Ministre.

 

Disons le tranquillement depuis la présidence de Giscard d’Estaing, seul Nicolas Sarkozy a exercé la totalité de ses obligations, cela explique sans doute l’acharnement que le Parti de l’immobilisme a mis à l’accabler.

 

Jacques Chirac n’a pas résisté non plus au « mur des deux ans », la cohabitation lui a permis de jouer un rôle de souverain plutôt que de chef de l’exécutif.

François Hollande revit en grande partie la vie de François Mitterrand. Il s’inspire ainsi de la pensée de Léon Blum qui avait théorisé la distinction entre occupation du pouvoir et exercice du pouvoir à l’époque où la SFIO était sous l’emprise d’une rhétorique marxiste.
C’est au nom de cette théorie subtile que les socialistes de l’époque participèrent aux gouvernements les plus divers de la quatrième république.

 

Au delà de la personne de François Hollande et de son insuffisance à exercer sa mission, il faut s’interroger sur notre constitution qui est taillée sur mesure pour la personnalité hors du commun du Général de Gaulle.
Le raccourcissement du mandat à cinq ans n’a pas changé fondamentalement le pouvoir à deux têtes qui est une spécificité française.

 

Mais au dela des règles institutionnelles, il y a une sorte d’imposture à se faire élire pour cinq ans pour ne gouverner que deux ans.

 

Cette erreur de casting les français vont la payer personnellement, il faut espérer qu’il s’en souviendrons en 2017

 

Gilles NORROY 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles Norroy
commenter cet article

commentaires

Marc Lucien H. 12/05/2014 08:03

Hollande pourra-t-il rester le candidat "naturel" des socialistes...Valls et peut-être Aubry risquent de lui être préférés pour 2017. Ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour nous.