Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 13:58

 

Je propose,  sous ce titre, une série de trois articles consacrés à la nécessaire affirmation de La Gauche Moderne, dans la période qui vient.  

 

Aujourd’hui, le 2ème article :  pour la réforme juste

 

 

 

  II- Pour la réforme juste

 

Où en est la gauche aujourd’hui en France ?  Plus précisément, où en sont les gauches ?

 

L’extrême gauche, morcelée, éclatée en multiples factions est dominées par deux  partis rivaux, le NPA de Besancenot et le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon qui aspire dans son orbite un Parti communiste moribond. Quelles que soient les différences et les oppositions entre ces différentes organisations, toutes se caractérisent par la violence et l’outrance de leur discours, par une obsession anti capitaliste et anti libérale, par la  radicalité et l’irréalisme absolu de leurs propositions.

 

Coupé de ses homologues européens, le Parti socialiste, est un parti divisé et  sur le déclin,  fort encore de ses bastions locaux mais qui  perd progressivement de son importance  au niveau national.  Désorienté par  une évolution du monde et de nos sociétés qu’il n’a pas voulu ou su  analyser, campé dans une opposition dogmatique à tout ce qui peut de près ou de loin s’apparenter au libéralisme, refusant toute réforme, arque bouté  sur les dogmes que  sont l’assistance, la préservation des  droits acquis, l’augmentation continue des dépenses de fonctionnement  de l’Etat et donc des impôts, la méfiance confinant à l’hostilité vis-à-vis de entrepreneurs, il se montre incapable de bâtir un projet réaliste novateur et répondant aux besoins comme  aux attentes de nos compatriotes.  

 

Quelques satellites morts comme le PRG et le MDC, tournent encore par effet d' hystérésis,  autour de cet astre mourant.

 

Doit-on se résigner  à cette situation ? Pense-t-on que  la gauche doive se limiter à n’offrir que le visage de la radicalité utopiste, ou celui de l’immobilisme archaïque ?  Ailleurs en Europe, on voit bien  qu’une autre gauche peut exister et parfois remporter des succès.

 

Et, en effet, la   gauche c’est aussi autre chose. C’est l’équité, la responsabilité, l’initiative,  c’est la complémentarité reconnue entre les droits et les devoirs. C’est la recherche de la justice sociale,  rendue possible par l’efficacité économique et les réformes de structure. C’est la lutte contre le chômage  basée, non sur la préservation   à toute force des emplois dépassés mais sur l’innovation, sur la souplesse donnée aux entreprises  et  sur  la formation et la protection des salariés.  C’est une pression fiscale qui, restant globalement au même niveau, sera  rééquilibrée,  par une taxation plus forte des revenus du patrimoine et une diminution des charges pesant sur les entreprises et les salariés. C’est une possibilité de sortir des 35 heures pour accroître le pouvoir d’achat des salariés  et la production des entreprises.  C’est une réponse à apporter à l’injustice dont sont victimes les classes moyennes, « trop pauvres pour vivre vraiment à l’aise et trop riches pour bénéficier des aides ». C’est un Etat modernisé et qui verra réduire ses dépenses de fonctionnement, tout en affirmant son autorité,  et des services publics plus autonomes pour un meilleur service, notamment en direction des plus fragiles et des plus vulnérables.

 

Oui il y a une autre façon d’être de gauche et d’agir à gauche. En  France aujourd’hui, c’est  La Gauche Moderne qui  représente cette autre voix de gauche, cette autre voie pour la gauche.  

 

Alors que le Parti socialiste, qui prétend vouloir la justice sociale, a abandonné toute idée de réforme qui en est pourtant la condition,   la Gauche Moderne, elle, parce que la France a besoin de réforme et que les Français ont besoin de justice,   a clairement choisi « la  réforme juste »  

 

Cette belle idée, cette ligne directrice de gauche,  doit  pouvoir s’exprimer fortement, dans tous les débats, et nous nous y attacherons.  Elle doit  aussi être présente   dans  toutes les   élections, des cantonales à la présidentielle.  Là encore, nous ferons en sorte de répondre présents…

 

Marc d’Héré

 

 

….A suivre….Troisième et dernier article le 20 janvier

 

Voir le premier article de cette série de 3: http://marcdhere.over-blog.com/article-la-gauche-moderne-une-nouvelle-voie-et-une-nouvelle-voix-pour-la-gauche-64410826.html 

 

Et toujours sur ce blog: "Bockel je ne serai  pas un sénateur en pré retraite": http://marcdhere.over-blog.com/article-bockel-je-ne-serai-pas-un-senateur-en-preretraite-63052177.html 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Réflexion politique
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 13/01/2011 21:30


Pierre Méhaignerie(UMP) juge que l'indemnisation du chômage est excessive en France, "ne favorise pas la reprise du travail" et propose "le redéploiement" d'une partie de ces moyens financiers vers
"les jeunes", "La France est le seul pays à offrir 23 mois sans dégressivité pour des cas jusqu'à 5.800 euros par mois, cela n'existe dans aucun pays. ".
"La France est championne des prestations sociales: 24 prestations entre la naissance et la mort".
"Je ne crois pas que la lutte contre les inégalités, c'est l'augmentation des prestations. La lutte contre les inégalités, c'est d'abord l'emploi, c'est-à-dire la compétitivité des entreprises",
explique-t-il.
"Et la solidarité, c'est la solidarité entre génération, c'est donc la réduction des déficits".
Pour le responsable UMP, la troisième priorité dans la lutte contre les inégalités, "c'est la réforme fiscale".