Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 13:40

 

On a eu droit hier après-midi, à un titre volontairement alarmiste, en première page du quotidien « Le  Monde » : « la hausse des impôts, inévitable en France » sans point d’interrogation !

 

Cette affirmation en première page, peu étayée et bien édulcorée  dans l’article situé en page intérieure, (mais « Le Monde » qui perd régulièrement des lecteurs compte essentiellement  sur l’impact politique du titre),  peut être comprise comme   une intervention « militante » dans la vie politique française.

J’analyse ce titre péremptoire, comme la volonté,  plus nette et plus brutale que jamais,  du  « Monde » d’emboîter le pas de l’opposition socialiste, dans le but d’ajouter à l’inquiétude des Français,  mais aussi de justifier et de soutenir de manière indirecte le récent  « projet socialiste » qui se propose d’augmenter massivement les impôts, y compris ceux pesant sur les   classes moyennes.

 

Cette stratégie, consistant à faire croire à une prochaine augmentation d’impôts, n’est pas nouvelle même si elle devient de plus en plus impudemment affichée.

 

Souvenons-nous. Entre les deux tours des élections législatives de 2007, le parti socialiste, par la voix de Fabius, bien relayée par les médias et Le Monde en l’occurrence,  affirme que dès les élections passées le gouvernement de François Fillon augmentera les impôts, notamment  la TVA sous la forme d’une TVA sociale ! Bien entendu il n’en fut rien, mais cette fausse affirmation fera perdre une cinquantaine de sièges à la majorité…Le but était atteint et la leçon ne sera pas oubliée. Depuis, avant chaque élection, les socialistes, suivis par Le Monde affirment, pour inquiéter l’électeur,  que les impôts augmenteront après les élections. Cela fut dit avant les municipales et à nouveau démenti par les faits. Le gouvernement fidèle à sa ligne ne les a évidemment pas  augmentés !

 

Qu’à cela ne tienne.  Cette fable est répétée dès le début de la crise…toujours non confirmée par les faits…puis avant les européennes, puis avant les régionales, et toujours l’effet d’inquiétude joue contre la majorité, mais le gouvernement s’obstine à démentir, naturellement, dans la réalité, les déclarations socialistes amplifiées par Le Monde.

 

Voilà 3 ans que ce jeu malsain se poursuit.

Aujourd’hui Le Monde, sachant le gouvernement en difficulté,  veut donner une accélération à l’inquiétude et au désarroi des Français et passe à l’affirmation sans prudence : La hausse des impôts,  inévitable en France ! Ce titre est clair, il ne signifie pas qu’éventuellement l’une ou l’autre des taxes comme la CSG pourrait être légèrement réévaluée, que certains hauts revenus pourraient se voir taxer, ou que certains avantages fiscaux seraient supprimés ou limités, ce qui est envisageable. Non, il est très clair, et va plus loin que cela, voulant signifier que le plus grand nombre sera concerné :  il l'affirme,  la hausse DES IMPÔTS  va  forcément survenir et, on le devine, cela arrivera très prochainement !

 

Alors, bien sûr, tout laisse à penser qu’une fois de plus cette AFFIRMATION sera démentie par les faits, mais quelle importance pour ses auteurs ? L’inquiétude sera instillée, l’opposition au gouvernement sans doute   renforcée…L’affirmation, elle,  une fois de plus non suivie d’effets, sera  oubliée, jusqu’aux prochaines élections où elle sera réutilisée  à nouveau dans le même but !  Ce que l’on peut espérer, pour la démocratie,  c’est  qu’à la longue ce  triste procédé destiné à détourner les votes, perdra de son efficacité.

 

Marc d’Héré

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans démocratie
commenter cet article

commentaires

cellobello 09/06/2010 07:48


Ce qui est curieux c'est que l'annonce des hausses d'impôts marche, quand il s'agit de faire peur, alors que les actes -avoir augmenté les impôts, locaux par exemple, - est sans incidence sur les
résultats des scrutins.

Côté équité, la révision des niches fiscales est évidemment une façon très adaptée de faire rentrer de l'argent.
Il serait toutefois utile d'informer sur la nature multiforme des niches: si certaines sont conjoncturelles et/ou électoralistes à destination d'une catégorie de contribuables, d'autres sont liées
à des fonctionnements économiques.


Marc d'Here 09/06/2010 09:45



D'accord avec vous



Marc d'Here 08/06/2010 18:27


La différence entre recettes est dépenses s'est élevée à 56, 2 milliards d'euros à fin avril, contre 71,6 milliards un an plus tôt. Par ailleurs, la Banque de France a réaffirmé sa prévision de
croissance de 0,5% pour le deuxième trimestre.

Le trou des finances publiques se comble peu à peu. Le déficit budgétaire de l'Etat s'est fortement réduit sur un an, grâce à la hausse des recettes fiscales. Selon les dernières estimations du
ministère du Budget publiées mardi, il s'est élevé à 56,2 milliards d'euros fin avril contre 71,6 milliards un an plus tôt, au plus fort de la crise.

La hausse des recettes explique cette amélioration, à 81,6 milliards d'euros contre 70,2 milliards douze mois auparavant. Les seules recettes fiscales ont augmenté de 11,3 milliards. En revanche,
les dépenses ont légèrement augmenté, à 130,6 milliards d'euros fin avril contre 127 milliards un an auparavant.

Lefigaro.fr


Marc d'Here 04/06/2010 09:27


Fillon à Epinal....Fin d'un article de Bruno Jeudy dans Le Figaro:

S'il n'est pas question, selon lui [François Fillon], que la France se soumette aux «diktats des spéculateurs et des marchés», Fillon a averti qu'il serait «dangereux d'ignorer leurs
avertissements». «Car la vérité, a-t-il asséné, c'est que nous dépensons trop, depuis trop longtemps. Un État fort, c'est un État désendetté.» Et le premier ministre a appelé à «emprunter moins».
Un mois après avoir annoncé un gel des dépenses de l'État, il promet encore des lendemains difficiles. Rendant hommage au combat de Séguin en faveur de la souveraineté nationale, Fillon a repris à
son compte les avertissements du président de la Cour des comptes: «La souveraineté nationale, c'est de rester maître de ses finances publiques. Nous ne pouvons vivre éternellement à crédit et
vivre au-dessus de nos moyens.» Apôtre d'une gestion rigoureuse des deniers publics à Matignon, François Fillon s'est posé jeudi en héritier d'un séguinisme adapté en temps de disette
budgétaire.

Le Figaro

Pas question pour l'instant de "HAUSSE DES IMPÖTS"!que le Monde annonce comme certaine! A suivre...


Elie Arié 04/06/2010 00:49


Le Monde aurait dû titrer "des recettes fiscales", dont on sait que les augmentations seront inévitables et importantes; mais on peut, en effet, faire confiance à Sarkozy pour privilégier les
prélèvements basés sur la consommation ( TVA et autres taxes) plutôt que l'impôt sur le revenu, le plus juste parce que progressif, et pas seulement proportionnel.

Sur le blog de Jean-François Kahn:

"Confidence d’un important ministre très proche du président de la République : cela devient compliqué. Nous sommes pris dans une nasse ; la consommation intérieure est raplapla ; les plans
d’austérité européens en série ne permettent pas à nos exportations de prendre le relais ; nous ne réaliserons donc pas, et de loin, les taux de croissance que nous avions budgétisés. Dans ces
conditions, pour réduire les déficits, ou même les empêcher de se creuser, les hausses d’impôts deviennent absolument inévitables. Mais, s’il y a des hausses d’impôts – le minimum qu’exige la
situation étant de 3 % -, une fraction de l’électorat de droite nous lâchera et nous perdrons les élections. Il nous faut donc trouver – le président en est tout à fait conscient – des types
d’augmentations des prélèvements obligatoires dont on pourra affirmer que ce ne sont pas vraiment des hausses d’impôts. Ainsi, le rabotage des niches fiscales, des hausses de TVA, des taxations
spécifiques. "


Marc d'Here 04/06/2010 09:12



Il semble donc se confirmer que "Le Monde" ne dit pas la vérité ...