Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 18:04

 

Alain de Vulpian, Le Club des Vigilants...

 

Le jeu naturel des processus sociaux va très probablement continuer à sélectionner positivement les entreprises qui trouveront à s’adapter à la société en transformation et négativement les autres. Mais ce processus peut être lent, douloureux et produire des déperditions considérables.

Les réseaux, les mouvances et les think tanks issus de la société des gens tels que Sol, le Club des Vigilants et bien d’autres  peuvent tenter de le faciliter et de l’accélérer. Une diversité de pistes d’intervention s’offrent à eux.

 

A. Alimenter les prises de conscience des dirigeants.

 

 L’intuition, fréquemment partagée par des dirigeants, que sa mutation culturelle est un défi vital pour leur entreprise peut être nourrie et leur intention de bouger peut être renforcée par une information abondante et l’animation de débats. Un vocabulaire commun, des mots pour évoquer les différents aspects de la mutation, doivent être imaginés et implantés. Une profusion d’exemples de types de cheminements et de modes d’organisation performante peut nourrir les imaginations et les plans d’action.

La croyance qu’il suffit que le dirigeant décide pour que change la réalité a la vie dure. Bon nombre de dirigeants croient encore qu’il suffit de prendre la décision de donner une priorité par exemple à la lutte contre le stress pour que cet objectif entre dans la sociologie réelle de l’entreprise. Pourrait-on combattre cette illusion en alertant systématiquement les dirigeants sur le rôle des agents de changement au sein de l’entreprise et sur le parti qu’ils peuvent en tirer pour que changent effectivement les réalités vivantes ?

 

Une compétition peut être organisée entre entreprises, centrées non pas sur la performance financière mais sur la performance vitale. L’idée de susciter une émulation entre entreprises en créant un prix ou une distinction a été envisagée à plusieurs reprises.

 

Au Club des Vigilants, le groupe de travail Bascule (réflexion et enquête auprès de dirigeants) a fait avancer la compréhension des effets pervers d’une focalisation sur la finance à court terme et du caractère spontané du basculement vers une autre socio-économie. Un rapport a eu une diffusion limitée dont quelques éléments ont été repris dans des blogs.

De son côté, SoL a publié un numéro spécial de sa revue semestrielle sur les résultats de sa recherche « Dix ans d’apprenance », mettant l’accent sur l’émergence d’une nouvelle socioculture d’entreprise.

Cette confluence a suscité un rapprochement qui a débouché sur le colloque du 14 avril à la Chambre de Commerce et d’industrie de Paris puis, sur l’ébauche d’un groupe de pilotage de la poursuite d’une action pour faciliter l’émergence d’une nouvelle socio-économie.

 

Un approfondissement de la réflexion sur ce que pourraient être une communication et une intervention visant à nourrir l’engagement des dirigeants dans un projet de transformation de la culture de leur entreprise est souhaitable.

 

 

 

  1. Protéger les entreprises d’une pression financière court-termiste.

 

Une des fondations de Clinton a pris l’initiative de réunir des entreprises, des banques, des fondations, des philanthropes, etc. pour fonder une finance responsable. Une quinzaine d’entreprises européennes se sont réunies pour fonder leur propre fond d’investissement. Des fonds d’investissement à objectifs sociaux et/ou centrés sur le long terme se créent. Ces initiatives sont-elles connectées entre elles ?

 

Le Club des Vigilants crée un groupe de réflexion, réunissant notamment des financiers, centré sur une nouvelle finance pour un nouveau modèle de croissance.

 

Un groupe de travail pourrait pousser l’étude des moyens pour une entreprise de se protéger d’une influence toxique de la finance ou de s’accorder avec une finance qui jouerait le jeu du développement dans la durée. Il produirait une sorte de manuel de l’autoprotection.

 

 

 

  1. Renforcer les agents de changement humanistes pragmatiques.

 

Les agents de changement, collaborateurs d’une entreprise ou consultants individuels, sont souvent seuls et confrontés à des résistances fortes. Ils ont besoin d’être confortés, de discuter avec des collègues des problèmes qu’ils rencontrent, de progresser dans leur compétence.

 

Sol est un espace où se rencontrent, se stimulent mutuellement et font réseau des agents de changement socioperceptifs humanistes et pragmatiques qui opèrent comme cadres ou dirigeants d’entreprises, comme consultants ou comme chercheurs.

Sol est pour eux un lieu d’apprentissage et de perfectionnement particulièrement centré sur la sensibilité et la pensée systémiques, les alternatives au commandement hiérarchique, l’intelligence collective, la vision  partagée, l’anticipation, le développement personnel. Elle est pleinement en phase avec le souci de faciliter l’émergence d’une socio-économie plus harmonieuse.

SoL organise plusieurs fois par an un séminaire inter-entreprises dit « FOA » (les fondamentaux de l’organisation apprenante).

Récemment, SoL a organisé des rencontres, séminaires, journées de discussion à l’usage d’agents de changement (membres ou pas de l’association) sur des sujets tels que le dialogue, le leadership, le sustainable development, les réseaux collaboratifs au sein des entreprises, le soft capital, la construction de scénarios d’avenir, etc.

D’une façon générale, le networking qu’opère Sol entre agents de changement pourrait être amplifié.

 

Si certains membres du Club des Vigilants sont des agents de changement, ils renforcent leur vigilance notamment politique, géopolitique, économique et sociétale en participant aux petits déjeuners et aux groupes de réflexion du club (cumul des menaces, Moyen-Orient, nouvelle socio-économie, avenir de la politique américaine, etc.).

 

Société Rêvée a formé un groupe de veille « Signaux faibles et tendances lourdes » qui réunit périodiquement des agents de changement qui repèrent et analysent ensemble des « faits de société » qui peuvent signaler des continuités, des émergences, des fluctuations ou des bifurcations sur les dynamiques d’évolution de nos sociétés. C’est, pour ces veilleurs, un exercice qui entretient et affine leur capacité de sentir les systèmes en devenir et qui les maintient au contact de certaines des grandes évolutions socioculturelles en cours. La lecture de la note périodique qu’ils diffusent est sensée orienter l’attention du lecteur sur les relations entre les événements présents et les tendances lourdes d’évolution et aiguiser ses capacités socioperceptives.

 

Diverses associations organisent des expériences et des séminaires de perfectionnement des compétences socioperceptives, par exemple de formation à l’empathie rogerienne ou à la pratique du coaching.

 

Comment donner plus d’ampleur à de telles initiatives ?

 

 ....A suivre....

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain de Vulpian - dans Entreprises - syndicats
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 17/12/2010 08:28


Nicolas Sarkozy a profité d'un déjeuner jeudi à l'Elysée avec huit entrepreneurs et blogueurs pour leur tendre la main, en annonçant un Conseil numérique et en promettant de se repencher sur
Hadopi.
"J'ai remarqué que les gens invités n'étaient pas forcément des supporteurs de la politique du gouvernement. Le discours était tout à fait clair. Je pense qu'on a été entendu", assure Jean-Baptiste
Descroix-Vernier, fondateur de Rentabiliweb, invité aux côtés, notamment, de deux "poids lourds" du web, Jacques-Antoine Granjon, président de vente-privée.com et, plus encore, Xavier Niel,
fondateur d'Iliad (Free).