Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:46

 

L’Express : Les évènements au sud de la Méditerranée inquiètent l’Europe : comment renforcer l’Union ?

Nicolas Sarkozy : Plus le temps passe, plus je me sens engagé dans l’idéal européen…J’ai appris qu’on ne peut pas faire les choses seul, quelle que soit la force de la France. La défense et la pérennité de notre modèle de société passe par le renforcement de l’Europe. Le principal danger pour l’Europe : l’immobilisme…Il faut poursuivre l’intégration économique  de la zone Euro. Le débat entre fédéral et confédéral n’a plus de sens, car il faut les deux : du fédéral dans la zone Euro, avec le gouvernement économique que nous avons mis en place ; du confédéral pour ceux qui ne sont pas dans la zone Euro, car plus nous serons nombreux en Europe, plus il faudra de la souplesse.

Et Schengen ?

Je crois en Schengen, mais le système doit évoluer, il est aujourd’hui en bout de course. Avec les perspectives démocratiques en Afrique du Nord, nous devons être prêts à former des étudiants, accueillir des hommes d’affaires ; mais accepter tout le monde, comme le disent les socialistes français, non, c’est tout l’équilibre de notre système social qui serait mis en cause…Qui gère Schengen à Bruxelles ? Personne.  Qui évalue Schengen aux frontières ? Personne. Qui évalue les bonnes pratiques dans Schengen ? Personne. Sangatte, en 2002, c’était comme Vintimille aujourd’hui : des Kurdes, des Irakiens, des Somaliens qui voulaient aller en Angleterre. Nous avons mis cinq ans à régler le problème. L’Europe doit aider l’Italie à faire de même avec les Tunisiens. La France, le pays le plus généreux en matière de droit d’asile, fera des propositions au Conseil européen de juin. Après les premières élections dans les nouvelles démocraties d’Afrique du Nord, il faudra des règles d’immigration concertées et un développement économique partagé. Si un pays ne peut garder ses frontières, la question de la suspension provisoire de Schengen doit être posée sans tabou.

La poussée du populisme en Europe est-elle la conséquence de cet immobilisme ?

Pourquoi dites-vous « en Europe » ? Que sont les Tea Parties ? Et Sarah Palin ? Et Hugo Chavez ? Plus le monde est un village, plus les peuples prennent conscience que leur sort dépend de ce qui se passe à l’autre bout du monde, et plus ils sont attachés viscéralement à leur territoire…L’un des plus grands intellectuels français du XXème siècle, Levi-Strauss a dit : "L’identité n’est pas une pathologie. " C’est la clef. Les citoyens du monde comprennent qu’ils sont interdépendants, mais ne veulent pas d’une culture aplatie. Or, l’interdépendance crée une identité, une culture moyenne, ce qui nourrit une crainte et donne des mouvements comme « les vrais Finlandais ». Plutôt que de dire "que c’est immoral, que c’est laid, le populisme ", confortablement installés dans le sentiment d’appartenance à une élite si arrogante, comprenons ces craintes et apportons des réponses concrètes : réforme de Schengen, régulation de la mondialisation, gouvernement économique, taxe sur les mouvements financiers…La réponse à la souffrance des peuples et aux peurs doit être concrète, pragmatique, en prise avec la réalité, en aucun cas moralisatrice et donneuse de leçons.

Une cure d’austérité attend-elle immanquablement la France dans les années à venir ?

Pourquoi le mot « austérité » ? Pourquoi ne faudrait-il choisir qu’entre l’austérité et le laxisme ? Et s’il fallait simplement suivre le chemin de la raison ? La France a créé 1 million de postes de fonctionnaires depuis le début des années 1990 : c’est déraisonnable. Nous en avons supprimé 150.000 depuis 2007 et il faudra poursuivre cette politique, parce que la France a un montant de dépenses publiques trop élevé. Le problème, notamment dans l’éducation, n’est plus la quantité de fonctionnaires, mais la qualité de leur  rémunération et de leur formation, ainsi que la redéfinition de leur mission : ce sera un beau débat pour la prochaine présidentielle…La France a 1590 milliards d’Euros de dette et paie 45 milliards d’euros d’intérêts par an. Si l’on n’avait pas fait la réforme des retraites et le « un sur deux » dans la fonction publique, la France ne serait plus notée « triple A », ce qui nous permet d’emprunter à 3,6% quand la Grèce emprunte, elle, à 16% à échéance de 10 ans. Ceux qui disent qu’ils reviendront sur la réforme des retraites mentent aux Français. Ceux qui disent qu’il faut embaucher des fonctionnaires et augmenter nos dépenses, mentent aux Français. Nous avons réduit cette année notre déficit de 14 milliards d’euros de plus que prévu : il faut continuer. Ce n’est pas de l’austérité, c’est de la raison. Et il est temps pour la France d’être raisonnable après trente- cinq années de budget présenté en déficit.

Avec le Premier ministre François Fillon, nous n’avons reculé sur aucune des réformes difficiles : service minimum, autonomie des universités, retraites…Même en matière de pouvoir d’achat, au risque de vous surprendre, les résultats sont encourageants : la France est  l’un des seuls pays du monde développé où, selon l’INSEE, il a progressé pendant la crise, y compris dans la fonction publique avec une hausse de 3,6% en 2009 et de 2% en 2010.

Etes-vous un Président « normal », pour reprendre le mot de François Hollande ?

C’est une fonction qui ne l’est pas. J’imagine que François Hollande a voulu être désagréable. C’est son droit. C’est le mien d’essayer d’élever le débat. Il y a tant de gens pour l’abaisser.

Nicolas Sarkozy

Interrogé par Christophe Barbier, Christian Makarian et Eric Mandonnet pour L’Express, du 4 mai 2011.

Voir aussi sur le blog: 4 ans d'action Mai 2007- Mai 2011: http://marcdhere.over-blog.com/article-quatre-ans-d-action-mai-2007--mai-2011-72304956.html

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Sarkozy, interrogé dans l'Express - dans Réflexion politique
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 10/05/2011 09:09


Sept membres présumés de milieux islamistes ont été interpellés ce matin à Paris et en Ile-de-France, dans le cadre la lutte contre les filières djihadistes, d'après des sources policières.

Ces interpellations ont eu lieu dans la capitale, mais aussi à Stains (Seine-Saint-Denis), où des perquisitions sont toujours en cours, et Garges-les-Gonesse (Val d'Oise).


Elie Arié 06/05/2011 10:57


@ Marc d'Héré

Je t'accorde volontiers que, dans l'impopularité actuelle de Sarkozy, il y a une part d'irrationnel, d'autant plus insurmontable qu'elle est, précisément, irrationnelle.

Les seules chances de réélection de Sarkozy dépendent

-d'une amélioration assez spectaculaire pour être perçue par l'opinion de la conjoncture économique et de son impact sur l'emploi,

-ou du fonctionnement de l'extraordinaire "machine à perdre" du PS, dont l'efficacité n'est plus à prouver.

Mais ces deux facteurs ont, en commun, la caractéristique de ne plus dépendre de lui.Sarkozy est désormais un spectateur passif de l'élection de 2012.


cellobello 06/05/2011 00:30


"Dans un livre à paraître le 11 mai, l'ancien ministre de la Défense du gouvernement Fillon (Hervé Morin) mène une charge violente contre le président de la République, qualifié de «brutal» et
comparé à un «petit garçon capricieux»."

C'est du niveau commères: incapables de décrypter les enjeux, elles passent leur temps à étiqueter les comportements des autres...dans leur miroir. Domenach est un habitué de ce genre de prose. Qui
malheureusement est très populaire.Ca dispense d'analyse politique.

Ca donne le niveau de ce que sera la campagne de Hervé Morin.
Est-il assuré que Marine lui restituera son ministère, pour l'aide qu'il lui apporte pour casser du Sarko?
A moins qu'il n'attende des promesses d'Aubry qui, en cas de victoire du candidat de la gauche(quel qu'il soit), est assurée d'être 1er ministre.

Ce qui est sûr, c'est que Morin manque de discernement et tient des propos de midinette.


Marc d'Here 06/05/2011 09:01



C'est un politicien minuscule...Qui ne peut faire parler de lui qu'en utilisant l'insulte ...Pas d'inquiétude ce livre et son auteur seront vite oubliés...



Elie Arié 05/05/2011 23:34


Quand les rats quittent le navire:

"Dans un livre à paraître le 11 mai, l'ancien ministre de la Défense du gouvernement Fillon (Hervé Morin) mène une charge violente contre le président de la République, qualifié de «brutal» et
comparé à un «petit garçon capricieux»."

http://tinyurl.com/3cg6wc9


Marc d'Here 05/05/2011 23:43



Il y a toujours parmi les anciens courtisans, celui qui donne "le coup de pied de l'âne"...Ca ne pouvait pas mieux tomber!



Elie Arié 05/05/2011 17:18


Pas mieux:

"Quatre ans presque jour pour jour après son arrivée à l'Elysée, la cote de confiance de Nicolas Sarkozy est tombée à son niveau le plus bas, 20 %, (soit 3 points de moins qu'au mois d'avril)"

http://tinyurl.com/6awr375

(je connais l'argument : "quand on est au fond de la piscine, on ne peut que remonter", mais certains, arrivés au fond, se débrouillent pour creuser...).


Elie Arié 05/05/2011 15:19


"Selon un sondage, 73 % des Français jugent le bilan de Nicolas Sarkozy mauvais"

http://tinyurl.com/64qsxxq

Tu auras beau leur expliquer qu'ils se trompent, ce sont eux qui votent...


Marc d'Here 05/05/2011 16:24



NON, qui voteront...


Penseront-ils la même chose dans un an?



Marc d'Here 05/05/2011 07:40


Après l'Élysée et l'UMP, le Premier ministre François Fillon monte au front jeudi pour promouvoir, lors d'un séminaire gouvernemental suivi d'une conférence de presse à Matignon, le bilan de la
majorité depuis 2007 et tracer les "lignes de force" d'ici 2012. À de rares exceptions près, l'ensemble des ministres et des secrétaires d'État participeront à ce séminaire qui se veut un lieu de
discussion et de rassemblement à l'entame de la dernière année de la législature, selon Matignon.


Marc d'Here 04/05/2011 20:03


Je vous conseille vivement de lire dans l'Express cet entretien, éclairant.


Marc d'Here 04/05/2011 17:48


La commission européenne valide la positon française sur Schengen:
"La Commission européenne répond aux préoccupations de la France quant aux pressions aux frontières extérieures communes de l'Union européenne. Il est urgent de rétablir la confiance de nos
concitoyens dans notre espace commun de libre circulation", s'est réjoui le Quai d'Orsay à l'annonce de plusieurs mesures phares, mercredi midi, pour "mieux gérer les migrations dans l'Union
européenne".

Les socialistes condamnaient, eux, la position française!