Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 15:28


Par JEAN LEONETTI Vice-président du groupe UMP à l’Assemblée
, dans Libération du 09 12...


Alors que les indices statistiques s’améliorent et que le pire semble être derrière nous, rien ne serait plus erroné que de croire que la crise n’aura été qu’une parenthèse bientôt refermée et sans conséquences durables. Certes notre pays, grâce à ses amortisseurs sociaux et à son épargne, a mieux encaissé le choc que beaucoup d’autres mais si tout devait recommencer comme avant, les mêmes causes risqueraient de produire les mêmes effets et rien ne protégerait notre pays d’un séisme économique d’une plus grande ampleur dans les mois ou les années à venir.


Nous ne devons pas nous tromper sur la nature de la crise financière, économique et sociale actuelle : c’est aussi une crise intellectuelle et morale qui s’inscrit dans un contexte d’épuisement des modèles économiques qui ont dominé le monde et qui avaient en commun de promettre le progrès, la domination de l’homme sur la nature et l’amélioration indéfinie de la condition humaine. Le marxisme est mort en 1989 avec la chute du mur de Berlin. Le capitalisme financier dominé par la spéculation a été ébranlé par la faillite de Lehman Brothers.
On peut espérer réguler le capitalisme sur le plan international pour lui donner un visage plus humain et éviter les dérives qui nous ont amenés à la catastrophe récente. Mais il nous faut aller plus loin et sortir de l’économie de rente et de spéculation.
Sinon, l’écart entre les pays pauvres et les pays riches ne va cesser de se creuser, le capitalisme le plus sauvage venant s’implanter dans des territoires de grande pauvreté, créant des inégalités insupportables et sur le terrain de la misère pousseront les totalitarismes et les fanatismes qui seront source de conflit pour l’avenir.
Sinon, nous ne pourrons pas relever le défi écologique: si l’Inde et la Chine consomment autant que les Etats-Unis, nos ressources seront rapidement épuisées et nos équilibres climatiques rompus.
Sinon, les citoyens des pays développés, confrontés aux délocalisations, aux dumpings, au chômage, à la pression excessive de la compétitivité, exigeront plus de protection et le protectionnisme reviendra avec la guerre économique et la guerre commerciale.


Quel est l’avenir de la France dans l’Europe dans ce contexte angoissant ? Peut-on imaginer un nouveau modèle de société, une France d’après-crise en rupture avec les erreurs du passé capable d’offrir un modèle nouveau de développement et de démocratie ? Pour ce faire, il faut d’abord accepter le fait que nous sommes dans une période de profonde et durable mutation, comme il en existe peu dans l’histoire. Au XVIe siècle, de grandes découvertes dans le domaine des sciences et de la culture sont venues bouleverser les mœurs issues du Moyen Age, elles annonçaient le siècle des Lumières. Cela s’appelait la Renaissance ! Au XVIIIe siècle, l’augmentation des inégalités, la faillite de l’Etat ont abouti à la Révolution. Comment nommerons-nous demain ce qui se déroule sous nos yeux ?


Certains voudront résister à cette évolution, d’autres l’accompagneront mollement en proposant des mesures ponctuelles destinées à atténuer les effets d’une situation subie, d’autres enfin chercheront vainement dans le passé de quoi résoudre les problèmes de l’avenir. Notre devoir est d’anticiper cette mutation. Un nouvel ordre économique mondial doit se mettre en place et affecter des dépenses d’avenir qui permettront à la France de demain d’être en avance dans les domaines de l’énergie, du développement durable, des biotechnologies ou des transports.


Il nous faut prendre aussi conscience que les habitudes et les modes de pensée évoluent plus rapidement que l’organisation de notre société et nos institutions déjà en partie dépassées. Il nous faut un mode de vie différent : l’habitat, les déplacements, les communications, les loisirs, la culture et l’éducation doivent sortir des schémas anciens. Il nous faut repenser nos villes, nos territoires, et réactualiser nos valeurs pour privilégier la réussite collective sur la compétition individuelle. Notre système démocratique a besoin d’un nouveau souffle pour être à la fois plus apaisé, plus exigeant et plus représentatif. Et comme nous y incite le rapport Stiglitz, dont la France a pris l’initiative, pour changer nos comportements nous devons changer la mesure de nos performances et nos représentations collectives.


Un monde nouveau est à construire, moins consommateur de temps et d’énergie, plus respectueux de l’humain et donc plus efficace car générateur d’espoir. Nous ne sortons pas de la crise, nous changeons d’époque, les pays qui ne le voient pas le feront payer très cher aux générations futures. Soyons réalistes, imaginons la France de demain. Le moment est venu de reparler de la politique de civilisation et de nous donner des moyens à la hauteur de cette ambition.

Jean Leonetti

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Leonetti - dans Réflexion politique
commenter cet article

commentaires

marc d'HERE 21/01/2010 21:24


François Fillon a annoncé aujourd'hui vouloir "appeler l’attention des hébergeurs sur les enjeux de lutte contre la propagation du racisme et de l’antisémitisme" sur internet, à l'occasion de la
remise d'un rapport sur la question à Matignon.

Le premier ministre entend notamment les inviter "à utiliser les outils développés pour la lutte anti-contrefaçon, de manière à éviter la réapparition de contenus racistes supprimés à la suite d’un
signalement", indiquent ses services dans un communiqué.

Dans un rapport intitulé "lutter contre le racisme sur internet", la conseillère d'Etat et présidente du Forum des droits sur l'internet souligne "que la présence du racisme" sur la Toile "est
indiscutable mais qu’il s’agit d’une réalité difficile à mesurer", souligne Matignon.

"La France dispose d’un arsenal répressif important mais qui doit être adapté aux spécificités techniques d’internet et davantage mobilisé", poursuit le texte, qui précise que l'auteure du rapport
"préconise un plan d’action collectif associant les différents acteurs". François Fillon "a chargé les ministres compétents de mettre en oeuvre les propositions qui les concernent et veillera à
coordonner leurs actions", avance encore le communiqué.
AFP


marc d'HERE 19/12/2009 12:22


Malgré les efforts des européens, Copenhague se termine sur un demi échec. La Chine et Obama en sont largement responsables!