Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 09:19

Claude Allègre, Le Figaro du 15 février
...

Ce n'est pas par provocation que j'ai intitulé mon livre l'imposture climatique. C'est un choix réfléchi, grave, fondé hélas. Dans cette affaire du global warming - le fameux réchauffement climatique, qui nous a été imposé par une camarilla commune évidence et qui s'est soldée à Copenhague par un échec retentissant que tout rendait prévisible - les impostures se sont en effet, au fil des mois, multipliées.


Imposture que d'affirmer - et sur quel ton! - qu'on peut prévoir, qu'on sait prévoir le climat qu'il fera dans un siècle. Idée sous-jacente: on aurait aujourd'hui démontré, et donc compris, les mécanismes de ce système ultra-complexe qu'on appelle “le climat”. Or,  à l'évidence, c'est faux. On sait, au contraire, que la méteo est imprévisible à plus de quatre jours et parfois moins. A fortiori, prétendre prévoir la météo moyenne sur dix ans relève de la pure illusion.

Imposture que d'affirmer que le changement climatique que l'on observe - sans savoir dans quel sens, finalement, il aura lieu - serait dû à un facteur unique: les teneurs en gaz carbonique de l'atmosphère.
Les arguments cités à l'appui de cette thèse se sont révélés, petit à petit, faux. Exemple: la fameuse courbe en “crosse de hockey”, fruit de l'incapacité de quelques chercheurs à maîtriser certaines méthodes statistiques. Quel est le facteur dominant dans le changement climatique? On n'en sait rien, même si beaucoup d'observations accréditent l'idée que le Soleil joue un rôle majeur.


Imposture encore que l'attitude des mouvement politiques dits “écologiques” dont les leaders ignorent tout de la science et qui s'emparent des à-peu-près de quelques “scientifiques” pour tenter de justifier le coeur de leur projet électoral: l'organisation de la “décroissance” au profit des plus riches, aux dépens des plus pauvres (citoyens comme pays). Et tout cela avec des méthodes que l'on croyait disparues et que Nicolas Hulot a trahies ingénument en se confiant à La voix du Nord en 2007: “les bons sentiments ne suffisent plus, nous devons aller vers le coercitif”.


Imposture que de prétendre que les conséquences d'une augmentation de la température moyenne du globe (notion qui est elle-même, on l'a dit, une imposture) vont faire monter le niveau de la mer au point que Manhattan ou la Floride seraient déjà engloutis. Déjà, on décrit à l'envi ces “réfugiés climatiques” des îles du Pacifique, de l'océan Indien ou du Bangladesh alors que tous les phénomènes observés là-bas sont, en réalité, d'origine géologique.


Imposture aussi, et la moins grave: avoir fait croire au monde entier que le possible réchauffement climatique (dans un siècle!), c'était l'urgence planétaire. Or, les vraies urgences sont ailleurs, mais personne n'en parle: la faim dans le monde (un enfant meurt de faim toutes les six secondes), le dossier de l'eau (10.000 personnes meurent chaque jour faute d'eau potable) et, bien sûr, la pauvreté et le chômage qui minent dramatiquement l'assise de nos sociétés. Avoir mobilisé - comme - à Copenhague - les ressources financières de la planète et l'énergie des chefs d'Etat sur le climat, c'est - quelque part - effrayant!

Ce n'est pas tout: comment peut-on tolérer autour de ce problème un business of climate change qui a permis, par exemple, à la fameuse banque Lehman Brothers, via les “droits à polluer” ou l'empreinte carbone, de s'enrichir de plusieurs centaines de millions de dollars ? Au premier rang des bénéficiaires : Al Gore. Il est temps que chacun mesure le degré de spéculation et le business lucratif auquel a donné lieu le sommet de Kyoto.


Dernière imposture: avoir voulu utiliser la peur qu'inspire la crainte d'un supposé réchauffement pour essayer de contrôler le développement des pays émergents. Sur le thème : “Chinois, Indiens, Brésiliens et Africains veulent se développer comme nous. Il faut les en empêcher. Sinon, ils vont polluer NOTRE planète”. Comprendre: la planète des pays riches. ACopenhague, le mot d'ordre était donc: “Inventez, Messieurs, un nouveau mode de développement”. On leur a proposé des quotas, des inspecteurs, des interdicitons. Naturellement, les pays émergents ont dit non [Sur ce point, lire la petite chronique de Willam Yeatman du Competitive Enterprise Institute sur le blog d'H.Lepage].


Il est temps que l'Europe se rende compte qu'elle n'est pas - ou plus - le phare de l'humanité. L'Europe a des entreprises de grande qualité et de grande valeur : arrêtons de les taxer unilatéralement. Que doit faire l'Europe? Tout simplement, être le moteur d'une écologie de progrès. Economiser l'énergie? Bien sûr, et cela veut dire oui au nucléaire de quatrième génération, oui au photovoltaïque, oui à la géothermie. Moins polluer la planète? Bien sûr, et cela veut dire oui à la séquestration du CO², oui aux OGM (pour éviter pesticides, insecticides et engrais), oui au recyclage des déchets, oui à la dépollution des océans, oui aux voitures électriques.
L'avenir - notre avenir - tient en deux mots-clés: adaptation, innovation. Arrêtons de nous raconter des histoires. Ayons confiance. Non au repli frileux, oui au progrès, oui à l'Homme.

Claude Allègre

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Allègre - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Alceste 03/03/2010 12:44


Pour éclairer le débat on peut lire l'article de Stéphane Foucart :

Le cent-fautes de Claude Allègre

dans Le Monde du 28 février/1er mars 2010.


Marc d'Here 03/03/2010 12:51


On peut le lire...Mais je doute que Stéphane Foucart éclaire beaucoup le débat!


cellobello 24/02/2010 20:58


Vivement que Claude Allègre sorte de cette situation de bouc émissaire de ceux qui surfent sur la peur. Bien qu'il ne fasse pas autant d'audimat qu'eux.
Il est vrai que pour faire des études géophysiques il faut de l'argent(public), alors que ceux qui jouent à faire peur en désignant des coupables gagnent des voix et du fric.
"Hier" Charpac était ridiculisé et agressé. Il a arrêté de s'exprimer publiquement. Et de rechercher des pédagogies permettant de rendre les études scientifiques attractives pour les enfants.
Pour être écouté par le grand nombre, il vaut mieux être footballeur ou animateur télé que prix Nobel scientifique (ou équivalent, je ne me souviens plus du prix de Claude Allègre).


sergiozz 24/02/2010 17:29


Allegre a toujours été mauvais sur tous les sujets. Comme vulcanologue, comme minsitre de l'éducation ou lorsqu'il critiquait les heures d'ouverture des bureaux de poste alors qu'ils sont ouverts
pratiquement 6 jours sur 7 (bcp plus que les banques privées).


Marc d'Here 24/02/2010 19:51


Si vous le dites!


Alceste 24/02/2010 11:30


10 ans après voire plus, je ne peux que le vérifier car un C.R.a été écrit.
Si je le retrouve, je vous le communique.


Marc d'Here 24/02/2010 12:40


OK. Volontiers.


Alceste 24/02/2010 10:31


"la faim dans le monde"
L'urgence des priorités peut être précisée. Il est évident que la faim dans le monde c'est hic et nunc, d'ici au plus éloigné et maintenant.
En ce qui concerne Claude Allègre, j'ai des difficultés à le prendre au sérieux. Il y a 10 ans, il s'était invité à une conférence où j'étais et avait défendu un point de vue totalement inverse à
ses actuelles réflexions.
Hic et nunc, certes, mais dans ce cas je vois surtout un "hic" comme incohérence, si je puis dire.


Marc d'Here 24/02/2010 10:38



Etes-vous sûr d'avoir bien compris ce qu'il avait dit à l'époque?


CARRE Didier 23/02/2010 11:41


Bonjour,
Je suis en train de lire "l'imposture climatique", je suis étonné que pour ce qui concerne la théorie du Chaos, Claude Allègre cite beaucoup de chercheurs mais ne mentionne pas René THOM ?
Didier