Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 19:48

AFP
...

Jean-Marie Bockel déplore que sa ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie, ne sache pas "déléguer" et réclame des attributions ministérielles précises car "la situation ne peut pas s'éterniser", dans un reportage consacré aujourd'hui sur Canal+ au secrétaire d'Etat à la Justice.

A la question "Pourquoi vous n'avez pas été secrétaire d'Etat aux Prisons?", Jean-Marie Bockel, qui n'a pas de périmètre ministériel défini, répond dans l'émission Dimanche+: "ça n'est pas dû à moi". "Je pense que d'emblée la garde des Sceaux a considéré que toutes ces questions ne pouvaient être déléguées [...] donc nous avions là un désaccord de base", ajoute le transfuge du PS, actuellement leader de la Gauche moderne, formation alliée à l'UMP.

"La situation ne peut pas s'éterniser"


Interrogé sur le fait de savoir si Michèle Alliot-Marie "a du mal à déléguer", M. Bockel répond sans ambages: "je pense que ce n'est pas sa principale qualité". Avant d'ajouter: "mais elle en a beaucoup d'autres". Mais s'il "traverse un moment difficile et que les choses ne se passent pas comme [...] l'espérait", le secrétaire d'Etat affirme qu'il "rebondit, positive et, finalement, fait des choses passionnantes".

Pour autant, Jean-Marie Bockel prévient que "la situation actuelle, effectivement, telle qu'elle est, ne peut pas s'éterniser". "Je pense que la réponse est d'abord politique" avec "toute la question de la place de la Gauche moderne" dans la prochaine étape. "Tout le reste en découle finalement, donc wait and see", ajoute-t-il en mettant en garde contre une possible "droitisation de la droite", avec des réactions à l'UMP du genre "à quoi bon l'ouverture ?".

AFP

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elie Arié 24/02/2010 23:16


Article très vivement anti-sarkozyste, aujourd'hui:

http://www.lefigaro.fr/emploi/2010/02/24/01010-20100224ARTFIG00761-le-nombre-de-chomeurs-a-augmente-de-19500-en-janvier-.php

Qu'est-ce que ça veut dire?
Ça sent le sapin...


Marc d'Here 25/02/2010 08:45



Le Figaro publie couramment des articles critiques vis à vis du gouvernement. Celui-là ne l'est pas particulièrement.

Mais ta remarque, (erronée encore une fois!) permet de mettre en évidence la différence entre le Figaro (devenu  le premier quotidien de France) qui tout en étant plutôt
favorable à la majorité conserve toute sa capacité de critique et un journal militant comme le Monde ( qui perd  régulièrement de nombreux lecteurs ) qui est totalement
partial dans sa critique systématique du gouvernement et du Président...

Je conseille fortement de s'abonner au Figaro qui dispose d'ailleurs d'un service efficace de livraison à domicile qui permet de l'avoir chaque jour au petit-déjeuner!



cellobello 24/02/2010 15:47


Donner leur place aux religions en favorisant la connaissance basique mutuelle est cohérent avec la laïcité.
Elle est totalement adaptée à une ville où, de longue date, des porteurs de projets affichent leur appartenance religieuse tout en respectant totalement les institutions laïques et leurs règles de
fonctionnement.
De plus, le statut local engage les finances publiques: rémunération des pasteurs, prêtres et rabbins(c'étaient les seules religions présentes en 1918, lors du retour à la France), entretien des
edifices à la charge de la ville.
Les différentes communautés religieuses restent très présentes dans la vie culturelle, avec de nombreuses initiatives d'échanges pour mieux se connaître mutuellement.
Bockel connaît bien sa ville et est en phase avec ses habitants.


sergiozz 23/02/2010 22:07


Et il en fait quoi de la laicité Bockel ? C'est vraiment du n'importe quoi, je pense qu'il y a d'autres priorités à Mulhouse que de diffuser ce genre de truc.


Marc d'Here 24/02/2010 00:11


C'est important aussi, pour aller dans le sens de la cohésion sociale.


marc d'Héré 23/02/2010 18:14


Le secrétaire d'Etat à la Justice Jean-Marie Bockel a reçu les félicitations du président Nicolas Sarkozy pour le calendrier interreligieux de la ville de Mulhouse dont il est maire, a fait savoir
aujourd'hui le service de communication de la cité haut-rhinoise.

Dans un courrier daté du 1er février, le président Sarkozy écrit à l'adresse de son secrétaire d'Etat: "Je tiens à vous féliciter vivement, vous-même, les élus mulhousiens et les représentants des
religions" qui ont participé à cette initiative.

"Le calendrier interreligieux de la ville que avez eu l'amabilité de m'adresser m'est bien parvenu" et "cette approche originale de présentation des différentes communautés religieuses qui
co-existent en Alsace-Moselle est remarquable", indique le courrier présidentiel.

La publicité autour de cette lettre datée de début février intervient alors que M. Bockel a déploré dimanche que sa ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie, ne sache pas "déléguer". Il avait
réclamé des attributions ministérielles précises car "la situation ne peut pas s'éterniser", dans un reportage que lui a consacré dimanche Canal+ .

Transfuge du parti socialiste, le leader de la Gauche moderne, formation alliée à l'UMP, a prévenu dans le reportage que "la situation actuelle, effectivement, telle qu'elle est, ne peut pas
s'éterniser".

Mulhouse a publié en décembre dernier, son sixième édition "calendrier oecuménique" qui est "le résultat d'une forte volonté politique de Jean-Marie Bockel", selon un communiqué de la mairie.

Tiré à 6.000 exemplaires, il indique les dates des différentes fêtes bouddhistes, catholiques, juives, musulmanes, orthodoxes et protestantes qui ponctuent l'année.

Rédigé collectivement par un imam, deux pasteurs, un prêtre catholique, un prêtre orthodoxe, un rabbin et une révérende bouddhiste, il est diffusé par les différentes instances religieuses de la
ville et adressé par la ville aux directeurs d'écoles pour les classes de CM1/CM2, ainsi qu'aux collèges en direction des professeurs d'histoire-géographie.

AFP


CELLOBELLO 23/02/2010 13:20


La cohabitation est effectivement "voulue" sur le plan constitutionnel.
Elle a par contre été "mise en pratique" par Mitterand.
Dans un climat où on criait au scandale de toutes parts: le commandeur, créateur de la constitution, avait démissionné après un référendum qui avait blessé son orgueil.
Les médias en avaient fait une référence.

A propos de ré-industrialisation: l'intervention de l'Etat a, certes, des limites (cf. l'article d'Izraelewicz dans la Tribune de samedi).
Mais, au moins, le choix de maintenir l'industrie est présent chez Sarko.
Après des années d'intox anti-entreprise haineuse, largement relayée par les médias, alors qu'ils en vivent largement et en ont besoin au quotidien comme tout le monde.
J'ai encore en mémoire Chevènement vociférant sur Alsthom alors que leurs commandes dépendent du service public(en interne et en international); Huchon qui préfère Bombardier en ayant le culot
d'affirmer que les canadiens sont plus fiables en matière de sécurité!!!, Jupé qui considèrait que Alcatel aurait dû être comptant que des Coréens soient prêts à les racheter pour un franc
symbolique; etc, etc...


Elie Arié 23/02/2010 10:12


Non: Mitterrand l'a initiée, exactement comme Sarkozy, en 1988, en débauchant des Ministres centristes.


Marc d'Here 23/02/2010 10:26


Ne dis pas NON!
Que Mitterrand (en fait Rocard) ait pratiqué l'ouverture en 1988 c'est une évidence. Mais je confirme que l'ouverture est bien différente de la cohabitation, l'une est voulue l'autre est imposée.


cellobello 22/02/2010 18:13


A quoi bon l'ouverture?

A développer le fonctionnement démocratique permanent.
Mitterand l'a initié en faisant vivre les cohabitations.


Marc d'Here 23/02/2010 10:09


Cohabitation et ouverture ne sont pas identiques: l'une est voulue, l'autre imposée!


Elie Arié 22/02/2010 17:18


...ou inversement.


Marc d'Here 23/02/2010 10:08


Tout se vaut? Tu es de plus en plus abscons!


Elie Arié 22/02/2010 13:11


Et, pour aller au fond des choses:

http://tinyurl.com/ydua74k

"À trois semaines des élections régionales, le ciel reste décidément sombre pour Nicolas Sarkozy. Un gros tiers de satisfaits (36 %), presque deux tiers de mécontents (63 %) : le président de la
République enregistre, dans le dernier baromètre mensuel de l'IFOP, son plus mauvais résultat depuis deux ans. Ni le changement de ton présidentiel depuis le début de l'année - moins impatient,
plus à l'écoute -, ni le rôle accru donné au premier ministre n'ont, jusqu'à présent, permis de surmonter la défiance du pays à l'égard du chef de l'État (...)

L'on ne peut prôner une politique industrielle ambitieuse - et y consacrer un grand emprunt national - sans s'interroger sur les raisons qui expliquent la dégradation de l'industrie française, qui
ne représente plus que 16 % de la valeur ajoutée du PIB, contre 22 % dans la zone euro et 30 % en Allemagne. L'on ne peut laisser croire que l'on peut sauver des emplois quand on n'en a pas
véritablement les moyens.Bref, on ne peut convaincre quand l'écart est trop évident entre les mots et la réalité. "


Marc d'Here 23/02/2010 10:07


Et alors?....


Elie Arié 22/02/2010 11:54


"À quoi bon l'ouverture?", très bonne question...Certains se la posent depuis le ralliement de la Gauche Moderne à la majorité présidentielle, mais vieux tard que jamais, même si les ouvriers de la
11 ème heure ne sont pas toujours récompensés.


Marc d'Here 22/02/2010 16:57


L'ouverture est nécessaire, elle est une excellente stratégie.

Le Président a bien l'intention de la poursuivre. Mais il y a au sein de la majorité, une fraction de doite, chiraquienne et prétendument gaulliste qui y est opposée.  
Son  influence diminuera d'autant plus vite que la notre augmentera.