Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 16:44

 

Publié dans "La Croix" du 06 août 2010...

 

Jean-Marie Bockel approuve la fermeté affichée par Nicolas Sarkozy sur les questions de sécurité

La Croix : Le président de la République vous a confié, mercredi 4 août, une mission sur la prévention de la délinquance juvénile. Comment avez-vous accueilli cette initiative ?

Jean-Marie Bockel : Comme un geste fort. À charge pour moi, et j’y mettrai un point d’honneur, à ce qu’il y ait une suite sous forme de décisions concrètes. Le président de la République m’avait convié à l’accompagner en fin de semaine dernière à Grenoble, où il a fait ses dernières annonces en matière de sécurité. Puis je l’ai rencontré lundi pour un entretien politique, qui était prévu de longue date.

Lors de cette rencontre, nous avons abordé la question de la délinquance et je lui ai dit mon accord sur une politique de fermeté autant que sur les actions de prévention, comme elles ont déjà pu être engagées par une loi de 2007. Pour être efficace en la matière, la réponse doit être équilibrée.

Cette double approche répression-prévention m’a beaucoup mobilisé durant vingt ans comme maire de Mulhouse. La réponse doit être équilibrée, surtout en direction de la délinquance juvénile, qui a considérablement augmenté ces dernières années. Un jeune se construit par l’amour et par la loi.

Comme secrétaire d’État à la justice, je me suis saisi de cette réalité en confiant en 2009 au spécialiste Jean-Yves Ruetsch un rapport, dont les premières conclusions m’ont été remises en février dernier, et en projetant pour le 14 octobre prochain la tenue d’assises, dont le principe vient d’être aussi validé par le chef de l’État. Je rendrai mon rapport après ces assises.

Cela signifie-t-il, alors que vos anciens amis socialistes protestent, que vous êtes d’accord avec les dernières propositions de Nicolas Sarkozy, notamment avec la déchéance de la nationalité française pour les personnes d’origine étrangère ayant porté atteinte à la vie d’un policier ou gendarme ?
Je n’ai pas de problème avec ces propos de fermeté du président. Sur la déchéance de la nationalité, il se réfère à une législation qui existe déjà, et les critiques de la gauche sur ce point sont dérisoires par leur caractère excessif. J’ai d’autant moins de problème que, avec cette nouvelle mission sur la prévention de la délinquance juvénile, nous allons pouvoir apporter une réponse complète. La classe politique doit, sur la sécurité, dépasser le clivage gauche-droite et se rassembler.

Que faire pour prévenir la délinquance juvénile ?
Il ne s’agit pas de réinventer l’eau chaude, mais de partir des initiatives locales existantes, tant en France qu’à l’étranger. Dans les communes et les départements, des expériences très intéressantes sont menées et apportent des réponses en matière d’aide à l’exercice des responsabilités parentales, l’éducation à la citoyenneté, la réinsertion des jeunes exclus ou la professionnalisation des intervenants.

Sur le terrain, des élus de droite et de gauche font du bon travail. La première piste est de mieux connaître ces bonnes pratiques et de voir comment on peut les développer, voire les généraliser. Une seconde piste est de favoriser la coordination, d’une part, entre les différents niveaux territoriaux et, d’autre part, entre les divers acteurs, magistrats, policiers, enseignants, éducateurs….

Quelles bonnes pratiques ?
Concernant l’incitation à la responsabilité parentale, il existe par exemple des « écoles de parents ». Mais, là encore, pour que l’innovation marche, elle doit concilier l’aide et la fermeté, à savoir l’application d’une sanction si les stages parentaux ne sont pas effectués après avoir été décidés par l’autorité judiciaire.

Comment concevez-vous le rôle des éducateurs ?
Les éducateurs spécialisés ont fait un travail remarquable et difficile avec beaucoup d’engagement et de compétence. Dans certains quartiers, il n’y a plus d’éducateurs de rue depuis plusieurs années. Il faut qu’ils puissent retourner sur le terrain avec le soutien des autorités et avec des missions redéfinies.


Recueilli par Antoine FOUCHET

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Bockel dans "La Croix" - dans Justice - sécurité
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 01/09/2010 16:24


Martine Aubry, change d'avis et décide de ne plus demander l'expulsion de roms s'installant à Lille. On peut espérer que les roms seront nombreux à entendre ce message et à se diriger vers Lille où
ils sont assurés de pouvoir s'installer, où ils le désireront.


marc d'HERE 25/08/2010 17:50


Si l'on en croit les sondages la rentrée se traduit par une "cassure" nouvelle entre Sarkozy et l'opinion. Pourtant, la situation économique est plutôt en phase d'amélioration et les déclarations
de Sarkozy sur l'insécurité étaient fermes et justes et plutôt bien acceptées par les Français.

J' ai été surpris de cette "cassure" et après analyse il me semble y avoir à cette désaffection inattendue une raison conjoncturelle et une raison de fond.

Raison conjoncturelle: la surenchère à laquelle se sont livrés certains ministres comme Hortefeux et Estrosi, et des membres de la majorité comme Ciotti. Surenchère inutile et maladroite dont
l'effet s'est trouvé aggravé par les déclarations en sens contraire de certains membres, plutôt anti sarkozystes, de l'UMP commme Juppé, Boutin, Villepin ou Raffarin qui ont donné le sentiment
d'une division de la majorité.

A cette raison conjoncturelle s'ajoute une autre raison de fond. Je crois que la crise a fait évoluer la société française et donc l'électorat. Aujourd'hui celui-ci attend deux choses: la justice
sociale, ou ce qu'il considère comme la justice sociale et une certaine union nationale autour d'une politique favorable à tous...
Or les déclarations de Sarkozy et surtout la manière dont elles ont été commentées ont été ressenties comme s'attaquant aux pauvres et aux faibles, et tendant à diviser la société. Cela s'ajoutait
au sentiment déjà répandu et que j'ai souvent eu l'occasion de signaler, que les "gros" ne participaient pas suffisamment à l'effort commun, que seuls les "petits" ou les "moyens" trinquaient.
C'est très largement faux mais ce sentiment existe.
Aucune politique économique et sociale ne sera acceptée tant qu'un acte fort ne sera pas intervenu pour faire participer davantage financièrement les plus riches, et fait disparaître ce sentiment
que la France d'en haut s'éloigne de celle d'en bas pour parler comme Raffarin.

Il faut supprimer ou suspendre le bouclier fiscal, il faut faire participer davantage financièrement les hauts revenus à la réforme des retraites, il faut s'adresser à la nation toute entière en
montrant que la politique suivie va dans le sens de l'union nationale.

Mai 2012 est encore loin, mais c'est sûrement avant la fin de cette année que ces décisions doivent se prendre.


marc d'HERE 25/08/2010 09:49


Le Premier ministre François FILLON a réuni à Matignon, ce mardi 24 août Brice
HORTEFEUX, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales, Eric
BESSON, ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du
Développement solidaire, Pierre LELLOUCHE, secrétaire d’Etat chargé des Affaires
européennes ainsi que le directeur du cabinet du Garde des Sceaux, afin de coordonner les
actions engagées pour mettre fin aux occupations illégales de terrains et reconduire dans leur
pays d’origine les Roms en situation irrégulière ou souhaitant bénéficier d’une aide
humanitaire au retour.
François FILLON a insisté sur la nécessité d’agir avec fermeté, continuité et justice, sans
laxisme ni excès. La lutte contre l’immigration irrégulière ne doit pas être instrumentalisée de
part et d’autre. La tradition humaniste de la France va de pair avec le respect de ses lois par
tous ceux qui se trouvent sur son territoire. Il est du devoir de l’Etat d’assurer le respect de la
légalité républicaine.
François FILLON a rappelé que les actions entreprises cet été sont conformes à la législation
française et européenne. La très grande majorité des reconduites dans les pays d’origine sont
volontaires.
Le Premier ministre a insisté sur la nécessité d’approfondir le travail de coordination avec les
autorités roumaines et bulgares et d’accentuer les initiatives dans le cadre européen. A cet
effet, il saisira le Président de la Commission européenne, dès demain. Il a également insisté
sur l’attention qui devait être portée aux situations individuelles et familiales. Il a demandé au
ministre de l’Intérieur de lui rendre compte de ses échanges avec les autorités religieuses.


Elie Arié 25/08/2010 00:31


Un commentaire bien meilleur que celui de Fillon:

"La question de la sécurité publique est cruciale. Mais ce n'est pas la sécurité que le gouvernement améliore. Devant les problèmes du mois de juillet (affaire Bettencourt, chèque du bouclier
fiscal), il a cherché une diversion. Cela n'a pas marché et, comme ça arrive souvent, il a désormais deux problèmes sur les bras: ceux d'avant la diversion et ceux que pose la diversion elle-même",
déclare M. Bayrou.


Marc d'Here 25/08/2010 09:48



Bayrou attend toujours que les autres parlent, puis il fait son commentaire en fonction...Hélas pour lui, il est, en général, inaudible.



marc d'HERE 24/08/2010 22:33


Elie comprendra peut-être qu'il peut y avoir des roms en situation irrégulière!

Interrogé mardi sur Europe 1, Eric Besson a défendu la
politique française de reconduite à la frontière des ressortissants en situation irrégulière et des Roms en particulier. "Bien évidemment ça ne me fait pas plaisir", a-t-il déclaré, faisant part de
sa position éthique vis-à-vis des expulsions. "Je ne vois pas un pays au monde capable de donner des leçons" à la France sur le sujet, a-t-il toutefois observé. "En matière d’asile, nous sommes le
deuxième pays au monde derrière les Etats-Unis", a ajouté le ministre de l'Immigration. Aussi, selon ce dernier, "la France respecte sa tradition d’asile" et "est vertueuse". Eric Besson a par
ailleurs noté qu'aucun "objectif chiffré" n'avait été fixé pour l'expulsion de Roms. "On est autour de 635 reconduites en Roumanie" depuis la fin du mois de juillet (date de l'annonce de mesures
spéciales) et au total, fin août, "950" Roms auront été reconduits à la frontière.


Elie Arié 24/08/2010 22:12


Tiens, il y a des commentaires qui se perdent: Internet n'est vraiment pas fiable...

Où en es-tu, de ton bouquin à paraître en 2012 : "Les raisons de notre échec, une autocritique sans complaisance"? Je crois que ces dernières semaines t'ont donné matière à bien avancer.


Marc d'Here 25/08/2010 09:04



Quelle invention encore? Il est vrai que je prépare, lentement, un autre livre mais son titre et son objet seront bien différents!



Elie Arié 24/08/2010 20:17


""Sur la déchéance de la nationalité, il se réfère à une législation qui existe déjà"
"Toute législation existante peut évoluer..."

Donc: il ne se réfère pas à une législation qui existe déjà, mais à une législation à venir.
CQFD.

communiqué de Fillon "sur la sécurité, sur l'immigration clandestine et le respect que tous doivent à la loi": le rapport avec la choucroute? l'immigration des Roms membres de l'UE qu'on expulse
est une immigration légale.


Marc d'Here 24/08/2010 22:18



Mais non, Elie: une législation qui existe peut évoluer, ce n'est pas une nouvelle législation! Il existe une législation sur le divorce ou sur les successions...Cela n'empêche pas de faire de
nouvelles lois qui la feront évoluer mais la législation elle, existait déjà! Il me semble que même toi, qui c'est vrai manque un peu d'esprit de cohérence, peut comprendre cela. Peux-tu me
rassurer et me confirmer que tu l'as compris?


Quand au communiqué de Fillon et la choucroute j'ai du mal ...L'as-tu lu seulement?



Elie Arié 24/08/2010 18:53


"Sur la déchéance de la nationalité, il se réfère à une législation qui existe déjà"

Peut-être faudrait-il informer Jean-Marie Bockel qu'un débat est prévu à la chambre courant septembre pour élargir le champ, prévu par la loi Guigou de 1998, des cas auxquels la perte de la
nationalité pourrait être prononcée dans le délai de 10 ans de son acceptation.


Marc d'Here 24/08/2010 20:09



Toute législation existante peut évoluer...


Tiens, Fillon vient de publier un communiqué très intéressant et très responsable sur la sécurité, sur l'immigration clandestine et le respect que tous doivent à la loi...Certains le
disaient, qu'en catholique fervent il serait  en contradiction avec Sarkozy...encore un démenti!



Elie Arié 24/08/2010 18:48


Le sondage Vivavoice de Libé illustre assez bien comment Sarkozy se coule tout seul: "55 % des Français souhaitent une victoire de la gauche…mais 57 % pensent qu’elle ne ferait pas mieux que la
droite": il ne s'agit pas d'un "oui" à la gauche, mais bien d'un "non" à Sarkozy.


Marc d'Here 24/08/2010 20:05



Toujours tes obsessions présidentielles...Et ta manie de transformer des commentaires partisans à court terme en vérité  définitive...


Attendons de voir l'évolution de la popularité de Sarkozy à fin août, que je publierai début septembre, cela nous en dira un peu (très peu) plus.