Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 21:50


Suicides en prison: Jean-Marie Bockel propose la création d'un "numéro vert" pour les familles de détenus

AP | 21.08.2009

Le secrétaire d'Etat à la Justice Jean-Marie Bockel a proposé vendredi la création d'un "numéro vert" permettant aux familles de détenus d'alerter l'administration pénitentiaire à tout moment en cas de risque de suicide.

Evoquant les "problèmes de surpopulation carcérale" et "d'insuffisante prise en compte de toutes les situations individuelles", "je reconnais que -notamment au regard (...) de ce que font les pays voisins- (...) nous sommes au double de la moyenne européenne en termes de taux de suicide donc nous avons évidemment un gros travail à continuer à faire", a déclaré M. Bockel sur France-2.


"Pourquoi ne pas créer un numéro vert qui permette pour les familles, pour les gens qui à un moment donné ont un indice, de réagir tout de suite même la nuit?", a proposé le secrétaire d'Etat, après l'annonce mardi par la Garde des Sceaux d'une série de mesures destinées à lutter contre les suicides en prison.

Reprenant l'une des propositions de Michèle Alliot-Marie, M. Bockel s'est notamment dit favorable à "l'idée qu'il y ait un référent, un autre détenu -quelqu'un de solide, quelqu'un qui serait motivé , quelqu'un qui aurait cette capacité, qui serait encouragé à le faire et qui en quelque sorte viendrait en aide aux détenus fragile ayant des tentations suicidaires".


"Nous avons encore en France un taux d'activité qui est le tiers de certains pays", a-t-il souligné, évoquant l'activité sportive, le travail ou l'apprentissage. "Pourquoi ne pas rendre obligatoire pour les personnes illettrées l'apprentissage du lire et de l'écrire?", a-t-il envisagé.

"L'essentiel c'est que d'abord chaque personne -et notamment les personnes qui sont assez vite détectées comme plus fragiles, ou comme découragées, soit prises en compte", a résumé le secrétaire d'Etat.

AP

_____________________________________
La dépêche AFP


PARIS, 21 août 2009 (AFP) - Le secrétaire d'Etat à la Justice, Jean-Marie Bockel, a suggéré vendredi sur France 2 de rendre obligatoire le "lire et l'écrire" dans les prisons pour les détenus illettrés.

"Beaucoup de personnes, notamment des jeunes, arrivent illettrées en prison, pourquoi ne pas rendre obligatoire pour les personnes illettrées, l'apprentissage du lire et de l'écrire ?", a déclaré le secrétaire d'Etat.

Evoquant le problème de la santé des détenus, de leur fragilité et des suicides, M. Bockel s'est demandé "pourquoi ne pas créer un numéro vert, qui permette aux familles, aux personnes qui ont un indice, de réagir tout de suite?".


Face à l'augmentation des suicides en prison, la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie a annoncé mardi une série de mesures de prévention et de protection des détenus les plus vulnérables, promettant aussi davantage de transparence sur le nombre de prisonniers mettant fin à leurs jours.

Selon l'Administration pénitentiaire (AP), 81 détenus se sont suicidés depuis le début de l'année (115 pour toute l'année 2008). Selon l'association Ban public et l'Observatoire international des prisons (OIP), en réalité plus de 90 détenus se seraient donné la mort en 2009.


jag/ls/phi

Partager cet article

Repost 0
Published by Agences de Presse - dans Justice - sécurité
commenter cet article

commentaires

Alceste 22/08/2009 12:19

"alerter l'administration pénitentiaire à tout moment"C'est une bonne idée ; c'est une nécessité que d'instaurer des dispositifs pour que les détenus acquièrent des connaissances complémentaires qui leur parmettront de mieux comprendre leur environnement social, culturel, juridique etc.  .De telles initiatives ne doivent pas subir d'echec ou de "faux semblants". J'ai voulu tester le fonctionnement d'un N° d'appel destiné aux marginaux, clochards etc. Un samedi matin entre 9h. et 10 h. personne n'a décroché après 15 minutes d'attentes, seule la bande enrégistrée m'a diffusé son message rassurant mais cela n'aurait pas suffi à dissuader un désespéré de se jeter dans la Seine.La fiabilisation ne supporte pas l'echec, cette quasi tautologie doit être rappelée.