Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 22:41

Par jacques Marseille, Le Point du 14 05 09
...


90 % d'entre eux sont fiers de leur patrie et 34 % se déclarent très heureux.
Jamais peuple n'aura exprimé un tel sentiment d'appartenance à son pays et une telle joie de vivre. Ce peuple à nul autre pareil qui va tellement bien qu'on l'imagine facile à gouverner, c'est le peuple de France ! Un peuple qu'ausculte pour la quatrième fois depuis 1989 l'enquête Valeurs, mise en oeuvre par une équipe de sociologues et de politologues réunis dans l'Arval (Association pour la recherche sur les systèmes de valeurs).



« Fiers d'être français »

En 1981, 82 % des Françaises et des Français étaient très ou assez « fiers d'être français ». En 2008, ils sont 90 %, 89 % pour les hommes et 91 % pour les femmes. Un sentiment aussi fort chez les 18-29 ans (88 %) que chez les 45-59 ans (87 %), chez les non-diplômés (91 %) que chez les diplômés (87 %), légèrement moins fort à gauche (87 %) qu'à droite (95 %). Etrange paradoxe, à l'heure où de nombreux auteurs annoncent la fin des nationalismes et au moment où la repentance à l'égard des « crimes » commis en son nom gagne nos élites compassionnelles, de voir 90 % des Français se dire « fiers d'être français ». Les plus chagrins verront dans cette fierté la « béquille identitaire » de personnes déboussolées par la mondialisation et se raccrochant à la nation. Les plus lucides y verront la maturité d'individus pouvant s'affirmer fiers d'être français sans être immédiatement soupçonnés d'être nationalistes. Un jugement confirmé par le fait que, si 43 % des Français estiment que pour être français il « faut avoir des origines françaises », ils sont 98 % à penser qu'être français, c'est d'abord « respecter la loi et les institutions françaises » et 96 % à penser que c'est « d'être capable de parler le français ». Incroyables Français qui donnent le sentiment d'avoir lu et relu la conférence de Renan qui, en 1882, écrivait que la nation, « la plus haute réalité idéale que nous atteignons [...], s'exprime par le consentement clairement exprimé de continuer la vie commune ».



« Très heureux »

Encore plus étrange : 34 % des Français se déclarent en 2008 « très heureux » et 56 % « assez heureux ». Ils étaient 19 % en 1981 à se déclarer « très heureux » et 70 % à se déclarer « assez heureux ». Au total, donc, 90 % des Français sont « heureux », un score exceptionnel confirmé par le fait que, sur une échelle de 1 à 10, 24 % se disent « très satisfaits de la vie qu'ils mènent en ce moment » (9-10) et 51 % « assez satisfaits » (6-8). Seul un quart des Français est peu satisfait de la vie !

Autre surprise de l'enquête Valeurs, le fait d'être un homme ou une femme n'a aucun effet sur le sentiment de bonheur : les deux genres sont également épanouis. Mieux encore, le fait d'être Français d'origine ou d'avoir des racines étrangères n'introduit aucune différence : les personnes issues des immigrations successives apparaissent parfaitement intégrées, au moins à l'aune du sentiment de bonheur. Enfin, contrairement à l'image mythique du bonheur rural, ceux qui vivent à la campagne ne se sentent ni plus ni moins heureux que ceux qui vivent dans les grandes agglomérations, où la vie trépidante ne provoque aucun pessimisme particulier.

Unique bémol, mais il est de taille, à ce bonheur national brut, seuls 2 % (contre 4 % en 1989) des Français se disent « très satisfaits du fonctionnement de la démocratie dans le pays » et 37 % « assez satisfaits » (contre 41 % en 1981).

Un paradoxe qui peut s'énoncer en une seule formule, que ceux qui nous gouvernent doivent méditer : « Je vais très bien, mais la France va mal. »

Jacques Marseille
Le Point, 14 05 0ç

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Marseille, Le Point - dans Société
commenter cet article

commentaires