Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 12:28


Les auteurs, associés à cent cinquante autres signataires du monde de la création artistique, s'indignent de l'attitude du Parti socialiste dans le débat parlementaire sur la loi création et Internet.



Le Figaro 30 04 09

Par Jean-Jacques ANNAUD, Guy BEDOS, Sarah BIASINI, Alain CORNEAU, Gérard JUGNOT, Philippe LIORET, Jean-Paul RAPPENEAU, Jean ROCHEFORT, Danièle THOMPSON et Nadine TRINTIGNANT


Madame la Première Secrétaire,


Nous, réalisateurs, scénaristes, compositeurs, auteurs, artistes interprètes, techniciens, producteurs de cinéma ou de musique, éditeurs de musique, distributeurs de films, éditeurs, éditeurs vidéo, exploitants de salles de cinéma, agents artistiques, managers d'artistes et les organisations qui les représentent… sommes atterrés par les positions défendues par le Parti socialiste et voulons exprimer publiquement notre colère.

Nous avons le sentiment d'être les otages d'une bataille politique menée par les députés socialistes contre le projet de loi création et Internet, à laquelle sert d'instrument une «licence globale» rejetée il y a quatre ans et rebaptisée «contribution créative».


La «licence globale» ou «contribution créative» consiste à instituer un forfait obligatoire, qui devrait être versé par tous les abonnés à Internet, contre un droit d'utilisation sans limites et sans cadre de toutes les œuvres cinématographiques, musicales et bien d'autres encore. Une telle mesure irait à l'encontre de toute régulation de nos secteurs culturels, en particulier celui du cinéma, qui figurent parmi les plus dynamiques au monde mais sont également fragiles.

Cette régulation passe notamment par la chronologie des médias pour le cinéma, ainsi que par le respect des droits d'auteur, inventés par la France de Beaumarchais et qui ont, depuis, accompagné avec succès toutes les mutations techniques, industrielles et économiques.

Faut-il rappeler au Parti socialiste, dont les options culturelles ont si fréquemment été partagées et soutenues par beaucoup d'entre nous, que le développement de l'ère numérique ne peut se faire sans respect des droits de propriété littéraire et artistique ?



Aujourd'hui, le Parti socialiste à l'Assemblée n'a de cesse de prétendre que la propriété littéraire et artistique est accaparée par des groupes multinationaux et des privilégiés, mettant ainsi en cause la légitimité même du droit d'auteur.

Cette attitude ignore délibérément que l'économie de nos secteurs culturels s'appuie sur le fait que les œuvres plus exigeantes, moins grand public, bénéficient pour leur financement du succès que connaissent d'autres œuvres.

Chacun a pu constater que nous nous sommes prononcés de façon ultramajoritaire en faveur du projet de loi création et Internet.

Le «coup de théâtre» du 9 avril, qui pourrait engendrer de graves conséquences dans les relations entre le monde de la culture et le Parti socialiste, est très regrettable car cet acte a été accompli au mépris de la défense de la création, des droits d'auteur, de notre diversité culturelle.



Nous avons le sentiment que le Parti socialiste, celui-là même qui était porteur de la loi Lang du 3 juillet 1985 sur les droits d'auteur et les droits voisins, a décidé de tourner le dos au monde de la création et des industries culturelles.

Pour toutes les raisons ainsi exposées, les signataires de cette lettre ouverte souhaiteraient vous rencontrer, Madame la Première Secrétaire, en lien avec la reprise des débats.

Partager cet article

Repost 0
Published by Un groupe d'artistes et de créateurs - dans Culture - loisirs -Médias
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 06/10/2011 16:52


Hommage de Sarkozy à Steve Jobs:

«Je veux rendre hommage à Steve Jobs, qui fut un très grand entrepreneur, un grand innovateur et un acteur majeur de la révolution numérique que nous vivons.»

«Sa capacité à révolutionner des secteurs économiques entiers par le pouvoir de l’imagination et de la technologie, est une source d’inspiration pour les millions d’ingénieurs et d’entrepreneurs à
travers le monde. Ses efforts pour rendre les nouvelles technologies plus attractives et simples d’utilisation ont fait le succès d’entreprises qui ont changé le monde de la micro-informatique, de
la distribution de contenus culturels, des télécommunications ou encore du cinéma d’animation.»

«Aussi inspiré qu’inspirant, Steve Jobs restera comme l’une des grandes figures de notre temps, dont le courage dans la vie personnelle et professionnelle aura égalé l’imagination et la force de
travail, et dont l’incroyable popularité aura témoigné de la nécessité de reconnaître les grands inventeurs de l’économie de la connaissance.»


marc d'HERE 22/10/2009 19:04


Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, s'est félicité aujourd'hui de la validation par le Conseil
constitutionnel de la loi contre le téléchargement illégal dite Hadopi 2, indiquant que les premiers messages d'avertissement seraient envoyés aux internautes début 2010.

La décision du Conseil constitutionnel de valider l'essentiel de la loi "permet au législateur de parachever un dispositif innovant et pédagogique de prévention du piratage" des oeuvres culturelles
sur internet, souligne le ministre dans le communiqué. La mise en place de la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet, instituée par la loi dite Hadopi
1 et chargée du volet préventif de la lutte contre le piratage, "va se poursuivre selon le calendrier prévu", précise le communiqué. AFP