Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 17:28

Nouvelle publication d'un article d'Elie Arié
...

Ancien membre de la Commission-Santé du Parti Socialiste pendant plus de vingt ans, ancien Secrétaire National à la Santé du Mouvement Républicain et Citoyen de Jean-Pierre Chevènement pendant deux ans (2002-2004),  je crois aujourd’hui devoir dénoncer  la lourde responsabilité de la gauche dans  l’échec de ce qui aurait dû constituer son principal cheval de bataille, échec que j’ai trop longtemps vécu de l’intérieur :celui de la défense d’un système de soins public, égalitaire et de qualité, et d’en tirer les leçons avant qu’il ne soit trop tard.

 

En effet, au moment de la discussion, à l’ Assemblée, de la loi "Hôpital, Patients, Santé, Territoires", tout semble en place pour que nous revivions le scénario-catastrophe du plan Juppé de 1995.

 

Sans entrer dans les détails, rappelons que le plan Juppé était, économiquement, dans ses grandes lignes, d’inspiration étatiste et non libérale , et qu’il sauvegardait l’équilibre de l’ Assurance-Maladie sans un centime de privatisations (tout comme il sauvait le régime des retraites sans un centime de capitalisation) ; ayant, sans doute, trop chargé la barque en s’attaquant aussi aux régimes spéciaux des retraites (dont personne ne conteste plus, aujourd’hui, qu’il devait être réformé), il a dû être retiré sous la consternante conjonction, contre nature, de tous les conservatismes : celui des députés UMP ne voulant pas mécontenter le corporatisme de leur électorat médical, et celui du Parti Socialiste qui, tout en approuvant ce plan, a cru devoir s’y opposer parce que son électorat manifestait contre lui, et qu’il fallait bien qu’il suive ses troupes s’il voulait paraître en être le chef ; après quoi, parvenu au pouvoir en 1997, le gouvernement Jospin a évidemment mis en œuvre son volet santé ; j’ai eu malheureusement l’occasion de vivre, de l’intérieur, ce grand moment de victoire de l’électoralisme sur le courage politique, même si nous avons été quelques uns à manifester notre soutien à cette réforme dans une tribune parue dans « le Monde », et qui ne nous a d’ailleurs valu aucune sanction.

 

C’est aujourd’hui la même alliance que nous voyons se mettre en place entre les éléments les plus conservateurs du corps médical, qui s’apprêtent à manifester contre l’ « étatisation de la médecine », les députés UMP inquiets pour leur réélection, et un Parti Socialiste qui s’imagine, à nouveau, que le nec plus ultra de  la stratégie politique consiste à s’opposer à toute mesure du gouvernement dans l’espoir de lui succéder ainsi au pouvoir par le jeu de l’alternance automatique, pourtant déjà pris en défaut en 2007.

 

Mon propos n’est pas d’entrer, ici, dans le détail technique de ce texte de loi- même si c’est dans les détails que se niche le diable, ce qui devrait faire l’objet de dépôts d’amendements constructifs - mais dans l’absurdité du discours politique dans lequel se réfugie le Parti Socialiste pour justifier un vote négatif dont le principe semble acquis d’avance.

 

On l’entend, avec stupeur, dénoncer une « privatisation » de l’hôpital…comme si cette réforme, qui n’est pas encore votée, pouvait être rendue responsable de la répartition qui s’est faite, ces vingt dernières années, entre le rentable (chirurgie programmée)  au secteur privé et le déficitaire (urgences, médecine, gériatrie) au secteur public, répartition aujourd’hui pratiquement achevée, sous les auspices de la loi actuelle et que le Parti Socialiste n’a jamais tenté d’empêcher !
Et alors que la Fédération Hospitalière de France, regroupant l’ensemble des hôpitaux publics et présidée par l’ancien Ministre de la Santé socialiste Claude Evin, soutient les grandes lignes de cette réforme, et qu’à l’inverse, les médecins spécialistes libéraux travaillant dans les cliniques privées annoncent une journée de manifestation contre elle…ce sont ces derniers que le Parti Socialiste s’apprête à soutenir !

 

Sans craindre la contradiction, cette dénonciation de la « privatisation » de l’hôpital s’accompagne de celle de son … « étatisation » (mot qui ferait désormais peur à la gauche ?) , au prétexte que les futures  Agences Régionales de Santé, ayant pour mission d’harmoniser enfin la médecine hospitalière avec la médecine de ville, et dont la création figure pourtant au programme du Parti Socialiste depuis une dizaine d’années, seraient placées sous l’autorité d’un représentant de l’ Etat : on croit rêver !
Pour la gauche, l’organisation de la Santé ne figure-t-elle pas pourtant dans les missions fondamentales de l’ Etat, et de son bras armé, le Ministère de la Santé? Et qui donc devrait les présider : un syndicaliste, un chef d’entreprise, un conseiller régional ? Dans quelle République vivrions-nous, si un élu local avait plus de pouvoirs que le Gouvernement et le Parlement ?

 

Autres sujets d’étonnement, les critiques :

 

- du principe de la tarification à l’activité, dite T2A. Même si ses effets pervers doivent être corrigés, même si le montant et les modalités de fixation de son volet consacré aux missions spécifiques de l’hôpital public (MIGAC) doivent faire l’objet d’amendements, comment le Parti Socialiste peut-il feindre d’ignorer que, grâce au plan Juppé, c’est le Parlement qui vote le total des sommes allouées aux hôpitaux (l’ ONDAM), et que la T2A n’est qu’un outil de répartition de cette somme entre les différents établissements, remplaçant l’ancien système qui augmentait chaque année le budget de tous les hôpitaux d’un taux unique national, sans tenir compte de leur (in)activité réelle et de tous les changements démographiques qui avaient pu s’opérer depuis vingt ans ;

 

-du renforcement des pouvoirs des directeurs d’hôpitaux face à celui du corps médical, pour qui les objectifs de santé publique n’ont jamais constitué une préoccupation majeure ;

 

-de la limitation de la liberté totale d’installation des médecins, au mépris des besoins de la population ;

 

-le soutien si peu sincère mais tellement électoraliste du Parti Socialiste au maintien des hôpitaux dits « de proximité » en sous-activité et à risques, et qu’il tente pourtant, lui aussi, lorsqu’il est au pouvoir, de transformer en hôpitaux de long et moyen séjour.

 

Ce sont ces contradictions qui expliquent l’étonnant silence de la gauche, lors de toutes les campagnes électorales, sur ce sujet majeur de préoccupation des Français qu’est la santé, et sa tendance à se cantonner dans les slogans si peu crédibles :

 

-          du « toujours plus de moyens », alors que la France est maintenant au 3è rang mondial pour la part du PIB consacré au système de soins, et qu’on nous annonce un déficit de 15 milliards d’ Euros de l’ Assurance-Maladie,

 

-          et du spectre de la « médecine à deux vitesses », alors qu’une médecine à seulement deux vitesses constituerait un énorme progrès social dans un pays où coexistent ceux qui sont remboursés à 100% et ceux qui ne le sont pas ; ceux qui ont une bonne assurance complémentaire, ceux qui en ont une mauvaise, et ceux qui n’en ont aucune ; ceux qui vivent dans un désert médical et ceux qui vivent dans une ville où ils ont l’embarras du choix de leur médecin ;ceux qui vivent dans des villes où il n’existe plus, dans certaines spécialités, aucun médecin pratiquant les tarifs conventionnels, et ceux qui vivent dans des villes où il en existe encore ;ceux qui ont à leur disposition un choix de différents hôpitaux, et ceux qui n’en ont qu’un seul proche de chez eux ; ceux qui ont la chance que le seul hôpital proche de chez eux soit un bon hôpital, et ceux qui n’ont pas cette chance ;ceux qui ont les informations ou les relations pour savoir si tel médecin ou tel hôpital sont à recommander ou à éviter, et ceux qui ne les ont pas…

 

 

Tant que le Parti Socialiste n’utilisera la politique de santé que comme un argument électoraliste, se cantonnera à l’attitude protestataire et laissera à la droite le soin de réaliser des réformes nécessairement impopulaires, il ne faudra pas s’étonner de le voir perdre chaque jour davantage son identité et sa crédibilité de parti de gouvernement de gauche.

 

 

Elie Arié

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elie+Arié 26/04/2009 13:57

De: Pascal Beau, directeur d'"Espace Social Européen"
http://www.espace-social.com/article2065.html


"Le ministère de la Santé laisse entendre que, pour calmer le mécontentement de certains médecins bénéficiaires d’un secteur libéral à l’hôpital ou de droit à dépassements tarifaires dans les cliniques, l’amendement “Préel” (du nom du député du Nouveau centre) serait supprimé. Voté par l’Assemblée nationale, cet amendement obligerait ces médecins à pratiquer une partie de leur activité aux tarifs opposables de l’assurance maladie pour garantir l’accès aux soins de toute la population. En contrepartie de sa suppression, l’État demanderait aux caisses et aux syndicats de praticiens de négocier un dispositif équivalent, mais plus souple…

Ça commence fort ! On rend les armes avant d’avoir livré bataille… Si Roselyne Bachelot cède à tous les caprices corporatistes des médecins, le débat au Sénat et la réforme HPST sont mal partis. À qui fera-t-on croire qu’une énième discussion conventionnelle caisses/médecins servirait à quelque chose ? Renvoyer ainsi le “bébé” garantit sans nul doute son enterrement.

Ne doit-on pas craindre, en outre, que ce premier recul en annonce d’autres ? Cela semble le point de vue des directeurs de centres hospitaliers et de CHU qui ont adressé un courrier au Chef de l’État pour l’enjoindre de ne pas reculer sur la réforme du management des hôpitaux. Il s’agit ainsi de ne pas céder aux praticiens hospitaliers qui exigent (décidément !) de bénéficier d’un droit de veto sur tout ce qui touche au médical dans les établissements de santé, qui demandent, en fait, que rien ne change, une fois encore “au nom des grands principes de la médecine”. Un remake de poncifs qui illustre les blocages de toutes les réformes de santé depuis 50 ans…"

Marc d'Here 26/04/2009 17:36


Non...Il y a dialogue et c'est bien...Il y aura donc modifications qui plairont aux uns déplairont aux autres..C'est juste et c'est une excellente méthode.


Elie+Arie 26/04/2009 02:50

QQ remarques sur la lettre des quelques chefs de service, elle, beaucoup plus sérieuse et argumentée.

La ministre a eu une réaction assez peu constructive
vis-à-vis de ce groupe original de protestataires. Il semblerait que le dialogue social ne soit pas son point fort.
Ceci dit, il y a quelques inexactitudes dans le discours de nos grands professeurs, par ailleurs bien construit (je suis notamment bien d'accord avec le fait que c'est débile de réformer tous les deux ans sans rien évaluer) :

* l'inflation est maintenant de 0,3% !

* les suppressions de postes sont concentrées dans les établissements surdotés, on n'entend jamais parler des établissements gagnants à la T2A qui recrutent !

* La T2A évolue chaque année, et on s'aperçoit que plus on évolue, en prenant en compte la précarité, les gravités des situations cliniques, etc.,et plus c'est pareil : ce sont toujours les mêmes établissements qui sont en déficit, le problème n'est pas dans la finesse d'approche de la T2A

* la différence public/privé est en fait de 25%, chiffre ATIH qui compare bien les choses, en intégrant tout ce qu'il faut intégrer. Le fait par ailleurs que les cliniques soient spécialisées dans tel ou tel truc ne signifient pas qu'elles soient forcément plus rentables, ce n'est pas corrélé

* c'est amusant de voir que le secteur public croit que la loi HPST est une arme pro-privé, alors qu'objectivement, à sa lecture attentive, c'est plutôt l'inverse ; cette loi donne au secteur public des outils pour se renforcer
dans les schémas d'organisation des soins

Mais le débat ouvert est intéressant, on va voir ce qu'il en sortira !

Marc d'Here 26/04/2009 10:17


La ministre a laissé entendre qu'elle était prête à accepter des amendements au Sénat...On ne peut pas lui reprocher un manque d'ouverture au dialogue et à la concertation.


marc+d+HERE 24/04/2009 19:33

Comme d'habitude Bayrou est du même avis que le PS, il est contre la réforme...