Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 19:42


Claude Imbert dans Le Point du 26 mars 2009...


C'est un film français sobre, émouvant.
Dernier d'une flopée de même inspiration, « Welcome » fouaille la condition pitoyable des immigrés clandestins. Il s'agit, ici, de migrants concentrés à Calais pour passer en Angleterre et dont la condition est plus critique encore que celle des 500 000 à 600 000 sans-papiers que compte, paraît-il, la France.


Retenons seulement que, par le cinéma, la télé, les journaux ou le spectacle de la rue, les migrations nous apparaissent peu à peu pour ce qu'elles sont, un avatar primordial de la mondialisation, un bloc d'Histoire qui changera la face du monde. La France s'y trouve exposée, comme nulle autre, par son histoire et sa géographie. Elle en est remuée dans ses profondeurs. Tantôt par juste compassion. Tantôt par raison, lorsqu'elle résiste à voir la nation envahie par toute la misère du monde. Tantôt, enfin, par réflexion, lorsqu'elle s'avise que l'immigration inéluctable avive la mue pathétique de la nation.


Le bilan de la politique française d'immigration est désastreux.
La fatalité y a sa part : la porte cochère méditerranéenne, l'ancienneté de nos liens coloniaux avec l'Afrique blanche, noire et francophone conféraient d'emblée à la France le record peu envié de l'immigration non européenne. Mais une interminable incurie a laissé son déferlement ruiner l'intégration souhaitable comme un barrage rompu ruine l'irrigation. Souvenez-vous : Mitterrand escomptait encore de l'immigration africaine qu'elle s'intégrât benoîtement comme jadis l'espagnole, la portugaise, l'italienne... Passons ! Nous voici donc héritiers de ghettos, de zones de non-droit et parfois de « non-France », où la drogue a pignon sur rue, où l'école est gangrenée, l'ordre public défié.


Une réaction enfin volontariste, sous Sarkozy, a ralenti l'afflux. Une politique d'expulsion, cruelle et démonstrative, a restreint, moins qu'on ne prétend, le solde global des clandestins, mais a fait savoir urbi et orbi que la France n'était plus la « passoire » de jadis. Les flux s'en sont trouvés quelque peu disciplinés.

Reste, hélas, cette montagne d'échecs : l'intégration plus ou moins ratée des immigrés ou des fils d'immigrés du dernier demi-siècle. C'est à ce travail d'Hercule qu'Eric Besson, successeur d'Hortefeux, veut s'atteler.


Ce ne sera pas facile. Car toute l'affaire de l'immigration est devenue, au fil des ans, une décharge d'intentions avortées, un brouillon sans cesse raturé. Ainsi des cibles de l'immigration nécessaire, celle de l'immigration choisie. Ainsi du pacte européen indispensable mais encore bancal. Ainsi des « non-dits » qui rôdent dans l'attribution des visas entre les immigrés désirables et les non désirés. Ainsi des regroupements familiaux que les droits français et européen interdisent de proscrire, mais qui suscitent dans les consulats et préfectures des restrictions arbitraires et sournoises. Ainsi du marécage procédurier qui ne cesse de s'étendre.


Enfin, dernier lièvre levé dans ces fourrés impénétrables,
celui des enquêtes nécessaires pour « mesurer la diversité », comme en usent Américains et Anglais. En France, le comptage ethnique soulève un tollé chez les républicains, de gauche comme de droite, rétifs à tout ce qui fleure la distinction communautariste.
Yazid Sabeg ou, plus nuancée, Michèle Tribalat ont pourtant raison de vouloir mieux connaître, par la statistique, un paysage démographique marqué par l'origine des immigrés étrangers ou français : en France, on discourt de l'immigration sans savoir au juste ce qu'elle est et où elle est. Or une réalité, bon gré mal gré, « communautariste » se dessine. Elle inspire déjà, pour l'école par exemple, des mesures de discrimination positive. Il n'est pas sacrilège de mieux savoir où l'on met les pieds.


Nos républicains ne devraient pas grimper aux rideaux. Le modèle communautariste à l'américaine n'est pas près de gagner la France. Le ciment idéologique de la nation française l'interdit. Et d'ailleurs, il n'est même pas sûr que le communautarisme américain, survolté par l'élection d'Obama, transcendé par le patriotisme sans failles d'un grand pays dominateur, n'ait pas un jour à souffrir des nouvelles défaillances de l'Amérique. En France, un communautarisme reconnu, accepté, installé jetterait la France dans les gouffres. Déjà le patriotisme est, chez nous, en peau de chagrin. Et sans le « logiciel » républicain, comment maintenir unie une nation française si encline, depuis des siècles, à toutes sortes de divisions ?


De Gaulle a remis debout un pays plus meurtri qu'on le dit par les défaites humiliantes de 1940, d'Indochine et d'Algérie. Le gaullisme a repeint la façade, mais, à l'intérieur, le bâtiment reste délabré. Le travail de deuil d'une France révolue n'est pas achevé. Le temps et la réforme s'y emploient non sans peine. De même, c'est avec le temps-et beaucoup de soins-que l'immigration apparaîtra enfin pour ce qu'elle est : une chance pour la France.

Claude Imbert, Le Point

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Imbert, Le Point - dans Immigration - intégration
commenter cet article

commentaires

Marc d'Here 27/04/2010 08:45


Le Mouvement Populaire tient à exprimer sa plus vive indignation face au « mitraillage » dont a été victime la mosquée d’Istres ce week-end.

Ces exactions sont intolérables et l’UMP souhaite ardemment que les auteurs soient démasqués et poursuivis.

Le Mouvement Populaire adresse par ailleurs son soutien à l’ensemble de la communauté musulmane dont il partage l’émotion face à des comportements qui transgressent nos valeurs de tolérance et
d’humanisme.


Marc d'Here 27/04/2010 10:08



Nous approuvons totalement ce communiqué.