Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 17:35

Par Jean-Louis Caccomo
...


Je ne sais pas si vous avez vu au cinéma « Truman Show » mais, si ce n’est pas le cas, faites-le - ne serait-ce que pour savourer la prestation de Jim Carrey - et vous me comprendrez mieux. Je reçois de nombreux commentaires qui convergent vers un même sentiment d’angoisse : le monde dans lequel nous avons vécu est en train de s’effondrer.

 

Il est dans la nature des choses de bouger. Je ne veux pas faire état de mes problèmes personnels car tel n’est pas le but de ma chronique même si l'écriture m'aide à franchir des caps. Mais comme le héros malheureux du Truman Show, la période que je vis en ce moment me donne le sentiment de découvrir enfin la réalité après avoir vécu dans un décor artificiel, entouré d’intrigues, de simulacres et de mensonges. A 45 ans, je me réveille à la vie, je sors d’un coma artificiel prolongé. Mieux vaut tard que jamais…

Il est dans la nature des choses de changer. Mais notre pays n’est-il pas le héros malheureux du même scénario diabolique ? La France a cru pouvoir vivre dans une bulle qui la protégerait du monde extérieur, comme si le danger venait nécessairement de l’extérieur. La France a cru vivre dans une bulle qui la protégerait du changement : on pensait maintenir nos habitudes et nos acquis, sans rien lâcher en échange, en demandant toujours plus aux autres mais en donnant toujours moins de nous-mêmes.

 

Et l’Etat, dans sa grande bienveillance et dans son absolue omniscience (ce qui est une double illusion), serait l’arbitre ultime de nos revendications corporatistes en tout genre, comme si l’Etat pouvait exister en dehors de nous-mêmes.

Mais, plus les français demandaient des moyens à l’Etat, plus l'Etat lâchait et plus les français s’appauvrissaient. Et, en plus, ils ne comprennent pas pourquoi puisque les gouvernants camouflent tous les mécanismes de prélèvements dans une complexité administrative dont ils perdent eux-mêmes le contrôle. C’est parce que nous nous sommes enfermés depuis les années 70 dans une pratique systématique de la relance sur fond de redistribution collective des revenus, que les gouvernements successifs de la France ont compromis gravement le potentiel de croissance du pays. Et dans la pénurie, les appétits s’aiguisent.


Quand les passagers prennent conscience que le Titanic coule vraiment, ils sont alors prêts à s’étriper pour avoir une place dans les embarcations de sauvetage.

 

Un individu ne peut pas vivre indéfiniment dans une illusion de vérité. Sinon, il se condamne à être toujours triste et malheureux, sentant bien qu’il vit au milieu de marionnettes. Mais une Nation ne peut pas indéfiniment se mentir à elle-même sauf à se condamner à l’effondrement.

 

Jean-Louis Caccomo

http://caccomo.blogspot.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis Caccomo - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

ascensi 05/03/2009 20:11

La question que je pose est : combien d'années faudrait-il à une économie administrée et étatique pour parvenir à détruire autant de valeur et d'emplois que le capitalisme financier ? La réponse n'existe pas puisque, pour détruire de la valeur, il faut, au préalable en avoir créé. Or, et c'est bien connu, les économies qui refusent le marché ne créent pas de richesse et finissent par crouler sous leur propre poids. Malgré cette leçon historique beaucoup de français n'aspirent qu'à se retirer du "grand jeu" capitaliste, entré lui-même dans une spirale destructrice. Le réflexe est identique à celui du pacifiste qui croit éviter la guerre en rendant les armes! Ceci étant dit, on peut comprendre que les rêves pacifistes ressurgissent au plus mauvais moment... au son des canons! Le film auquel nous assistons serait plutôt le "Harry Trumann show" ou l'histoire d'une bombe atomique balancée sur une économie mondiale florissante ! Dès lors, comment s'étonner qu'on ne rêve pas d'un autre monde ? Dusse t-il s'appeler Utopia.