Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 15:10

Un billet d'humeur de Pierre Lehalle...


Tout le monde se dit : mais que s’est-il donc passé ? Pourquoi des banques et établissements financiers des plus solides s’effondrent-ils alors que leurs notes et classements étaient au plus haut moins d’un an avant ?

Pourquoi des entreprises de la plus grande puissance mondiale connaissent des difficultés d’une dimension que rien n’annonçait ? Qui pensait que l’automobile américaine allait s’effondrer il y a moins d’un an en  menaçant des centaines de milliers d’emplois ?

Pourquoi tous ceux dont le métier depuis vingt ans est de suivre, commenter prévoir l’activité économique mondiale n’ont-ils rien vu ?


Pourquoi a-t-on dit au début : c’est la crise du crédit immobilier américain, ce n’est pas grave ? Puis c’est la crise du système financier américain, c’est circonscrit !

Pourquoi a-t-on dit ensuite : ce sera une secousse violente et brève ; puis ce sera grave mais l’économie réelle ne sera pas durablement touchée ; puis c’est grave, mais ce n’est pas 29 !

 

Parce qu’il aurait fallu faire taire celui qui aurait dit : ils se rattrapent, ils se goinfrent ! Ils s’en mettent plein les poches tant que ça marche, parce qu’ils savent que ça ne marchera pas éternellement ; il aurait fallu faire taire celui qui aurait vendu la mèche au lieu de passer à table avec les copains !

 

C’est que pendant 70 ans, ils ont eu peur, les bougres !

Vous pensez, Monsieur, ces cons de pauvres sont capables de suivre un autre système !


Dans l’extraordinaire partie de poker menteur qui a duré 7O ans, il fallait empêcher que les ouvriers de l’ouest croient que la Révolution allait améliorer leur sort, pendant que les bolchéviques faisaient croire qu’ils rattrapaient l’Amérique ! Il a fallu lâcher sur le pouvoir d’achat et, pour maintenir des revenus suffisants, sous-payer les matières premières des pays pauvres avec la complicité tacites des élites ouvrières des pays riches. Mais ça n’a pas suffit !


A un moment, il aurait fallu une bonne guerre, mais avec les armes nucléaires ce n’était plus possible, alors il y a eu la première crise de 73 et l’inconvertibilité du dollar, et puis miracle, ceux d’en face mentaient encore plus et n’ont pas pu tenir la mise, ce fut le miracle de 89 et la victoire par KO du capitalisme sur le soviétisme !

Alors là, ils se sont dits : il faut rattraper, d’urgence, le temps et le pognon perdus ! Cela ne durera pas éternellement, alors profitons-en.


Dès 93, c’est le dé-bridage des règles du crédit, la performance annuelle de 15% sur les fonds propres, les délocalisations systématiques, les parachutes dorés, la belle vie quoi !


Au bout de dix ans, comme le pouvoir d’achat des travailleurs avait baissé et qu’il y avait de plus en plus de chômage, on a inventé l’endettement permanent car, même quand un riche claque du pognon, ça ne suffit pas pour faire tourner les usines ; il faut bien que les ouvriers de Ford achètent des Ford pour que l’usine tourne. Alors, on leur vend leur propre maison deux fois à crédit : une fois pour l’acheter et une autre fois pour continuer à consommer. Pendant ce temps la fête continue et comme il faut toujours plus d’argent pour que ça tourne, on fait monter le pétrole, on fait monter les matières premières, on dit que c‘est normal, que c’est comme ça que ça marche. Et puis un jour ça pète, même ça pète grave !  Et là, soudain, le Roi est nu ! Le système ne fonctionne plus, c’est la grande foirade !

Alors on se tourne vers les Etats, ces pelés, ces empêcheurs de gagner en rond, et on leur demande l’aumône, l’argent des pauvres !


Voilà où on en est aujourd’hui.

Maintenant, comment on fait ?
 
Pierre Lehalle

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Lehalle - dans Société
commenter cet article

commentaires

Jacobus 21/01/2009 12:28

Bravo.
La suite, dans Le Canard Enchainé de ce jour. La fin où ?

ascensi 21/01/2009 09:41

Très bon!
j'ai éclaté de rire au tournant de l'article sur l'après 89 ... " ils se sont dits : il faut rattraper, d’urgence, le temps et le pognon perdus !" Il y a quelque chose de vrai et la caricature est truculente.