Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 08:46

Par Jean Guisnel Le Point.fr du 07 01 09
(EXTRAITS)


En terminant mardi soir en Égypte, à Charm el-Cheikh sur la mer Rouge, son marathon de deux jours et six étapes au Proche-Orient pour tenter de contribuer à une solution au conflit qui sévit à Gaza entre Palestiniens et Israéliens, Nicolas Sarkozy s'est félicité de l'avancée proposée par le président Hosni Moubarak. Le président égyptien a en effet invité le Premier ministre israélien Ehoud Olmert à venir discuter de la "sécurité des frontières", terme assez vague illustrant un problème essentiel aux yeux de ce dernier : le "couloir de Philadelphie".

Cette zone d'une quinzaine de kilomètres qui s'étend de part et d'autre de la frontière séparant l'Égypte de Gaza est truffée de tunnels par lesquels transitent les armes et les munitions destinées au Hamas, y compris les missiles Katiucha et Grad livrés par les régimes amis, dont l'Iran. Jusqu'à présent, Le Caire avait fermé les yeux. Mais il semble bien décidé à changer son fusil d'épaule. Dans l'entourage présidentiel, on indique que l'éventualité de ce geste avait été évoquée dès lundi soir entre Nicolas Sarkozy et le Premier ministre israélien Ehoud Olmert, ce dernier ayant répondu - expliquent les Français - que dans une telle hypothèse il ordonnerait un cessez-le-feu et annoncerait le principe d'un retrait.



Mercredi matin, les Israéliens ont seulement fait savoir qu'ils envisageaient d'ouvrir un couloir humanitaire permettant de faire entrer des secours à Gaza. Après une avancée israélienne significative, que l'on attend toujours, le plan franco-égyptien conduirait le locataire de l'Élysée, en tant de président pour un mois du Conseil de sécurité de l'ONU, à demander qu'aucune résolution ne soit votée tant que les parties négocient.....
 
...Nicolas Sarkozy entend mettre à profit ses bonnes relations avec le président syrien Bachar al-Assad, qui a, lui, le contact avec le Hamas et héberge à Damas son dirigeant Khaled Mechaal. Or il faut parler au Hamas, si on veut qu'il stoppe ses tirs de roquettes. Mais rien n'est simple : la communauté palestinienne elle-même est déchirée, tandis que Bachar al-Assad et Hosni Moubarak ne se parlent pas ! Et qui fait le lien entre ces deux hommes indispensables ? Nicolas Sarkozy ! Lequel s'est félicité mardi devant les militaires français de la Finul (Force intérimaire des Nations unies au Liban), d'avoir invité le président syrien en France en juillet dernier, malgré les critiques.

Un autre partenaire est entré dans la danse : la Turquie. Le chef de l'État français compte sur l'un des principaux clients de l'industrie de défense israélienne pour faire pression sur le gouvernement israélien afin, selon un mot qui lui est prêté, "de faire cesser le massacre". Nicolas Sarkozy est pressé. Il sait que dans cette affaire, tout le monde prend des risques, et d'abord Hosni Moubarak..... Il demandera donc qu'Israël fasse des gestes clairs en faveur des Gazaouis, dont la réouverture des passages permettant aux habitants de l'enclave d'en sortir. ....


Le président français se plaît à noter que la presse arabe le félicite pour son esprit d'équilibre, et entend bien continuer à jouer les Monsieur-bons-offices. Il est plus que jamais déterminé à mouiller sa chemise : "Quand on est un homme d'État digne de ce nom, on ne reste pas devant son poste de télévision en regardant les gens s'entretuer !"....

Jean Guisnel  Le Point .fr   (EXTRAITS)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marc d Here 09/01/2009 07:19

Les ministres des Affaires étrangères occidentaux et arabes sont parvenus ce soir à un accord sur les termes d'une résolution en vue d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza et vont passer au vote, selon le représentant permanent des Palestiniens à l'ONU, Riyad Mansour. «Il y a un accord, les amendements arabes ont été acceptés», déclare-t-il à des journalistes. Il fait allusion à un projet de résolution rédigé par la Grande-Bretagne, auquel les ministres arabes ont proposé des amendements. Selon des diplomates, la version amendée du texte «souligne la nécessité et appelle à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza».

source AFP

une ouverture? Une source d'espoir?

marc d Here 07/01/2009 13:47

Israël s'est dit aujourd'hui favorable à l'initiative de l'Egypte pour trouver des solutions visant à faire cesser les combats à Gaza, a indiqué un porte-parole de la présidence du Conseil.

Israël remercie le président égyptien (Hosni Moubarak) et le président français (Nicolas Sarkozy) pour leurs efforts en vue d'une solution pour la fin des activités terroristes de Gaza et la fin de la contrebande d'armes de l'Egypte vers Gaza", a indiqué le porte-parole, Mark Regev.

"Israël considère positivement le dialogue entre Egyptiens et Israéliens pour avancer dans ce domaine", a-t-il poursuivi.

Source AFP

marc d Here 07/01/2009 11:12

La visite de Nicolas Sarkozy au Proche-Orient a "permis à notre pays de créer les conditions d'un cessez-le-feu, voire d'un retrait, auquel plus personne ne croyait", a estimé aujourd'hui l'UMP.

Il y a "une opportunité nouvelle de désescalade dans le conflit opposant Israël et le Hamas", a déclaré dans un communiqué Frédéric Lefebvre, un des porte-parole de l'UMP. "Cette nouvelle étape, obtenue par l'action conjointe de la France et de l'Egypte" permet "à notre pays de créer les conditions d'un cessez-le-feu, voire d'un retrait, auquel plus personne ne croyait", a-t-il ajouté.

Selon M. Lefebvre, "amie d'Israël et amie des pays arabes, la France était attendue et espérée. Elle a été au rendez-vous" et "les mauvais joueurs comme François Bayrou (président du MoDem) ou ceux qui au PS dénonçaient des positions déséquilibrées en sont pour leur frais".

Source AFP