Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 22:19



Nouvelle publication. Article modifié...


Le premier semestre 2009 ne sera pas facile
. On sera alors au coeur de la crise internationale, financière et économique, qui risque de  se prolonger en  crise sociale . Certes, la situation particulière de notre pays, la politique du gouvernement et notamment le très ambitieux plan de relance qui sera sans doute  complété en mars, permettront à la France et aux Français de continuer à être mieux préservés que d’autres.  Malgré tout on ne pourra éviter un ralentissement de l’activité, une montée du chômage,  et peut-être une érosion du  pouvoir d’achat (qui pour l’instant se maintient grâce au ralentissement de la hausse des prix).

 

 Même moins atteints  que la plupart des  autres Européens, les Français traverseront durant les 5 ou 6 mois qui viennent, des moments difficiles, qui ne peuvent que favoriser  leur inquiétude et alimenter un mécontentement qui sera attisé par la gauche et particulièrement  par un parti socialiste, qui court après l’extrême gauche et veut faire oublier la persistance de ses divisions et  l’inexistence de ses propositions, en se lançant dans une opposition systématique et brutale. Cette opposition se traduit par  des critiques et des polémiques empreintes de démagogie et un soutien à toutes les grèves et toutes les manifestations, aussi violentes ou infondées soient-elles,  à commencer par celles des lycéens, bientôt suivies par celles des personnels du  « public » qui pourtant sont largement préservés des conséquences de la crise.  Toutes manifestations et grèves, qui loin d’amortir les effets de la crise, auront bien évidemment pour conséquence de les aggraver, particulièrement pour les plus faibles et les plus vulnérables.

 

En complément à cette action négative, les socialistes ont entrepris en fin d’année et reprendront certainement en janvier, soutenus comme il se doit  par Bayrou et la droite conservatrice chiraco-villepiniste, une obstruction systématique à l’Assemblée, visant à empêcher ou au moins retarder les réformes pourtant plus  nécessaires encore aujourd’hui, notamment pour accélérer la sortie de la crise et nous faire bénéficier le plus complètement possible des bienfaits de la reprise.

 

Oui, la situation sera difficile durant cette période et le soutien au gouvernement et au Président de la République sera donc   plus nécessaire que jamais.  Peut-être faudra-t-il aller au-delà du soutien habituel. Face aux blocages, face aux manifestations, aux grèves, aux violences  attisées par la gauche, peut-être sera-t-il nécessaire que notre soutien à la politique de « réforme juste » du Président de la République, s’exprime de manière plus concrète et plus active. Signer des  pétitions pour soutenir les projets ou les réformes en cours comme celle du lycée;   participer à des manifestations de rue pour montrer l’assentiment populaire à la politique suivie et rendre évident que les contestations diverses et bruyantes sont loin de représenter la majorité.

 

Sans doute devrons-nous nous préparer à intervenir de la sorte si cela était nécessaire et je souhaite que La Gauche Moderne soit capable de prendre à cette occasion toutes ses responsabilités.

 

Marc d’Héré

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Réformes
commenter cet article

commentaires

marc d Here 28/01/2009 09:52

Le moral des ménages a remonté de trois points en janvier mais reste à "un niveau très bas", l'indicateur qui le mesure s'établissant à -41 en données corrigées des variations saisonnières, a annoncé l'Insee mercredi. Le moral des ménages avait touché en octobre un plancher historique à -47 points. En janvier, quatre des cinq composantes de cet indicateur ont évolué favorablement, relève l'Institut national de la Statistique.
Les ménages français sont plus nombreux à penser que le niveau de vie en France s'est amélioré au cours des mois précédents même si leur sentiment sur les perspectives d'évolution du niveau de vie en France "reste stable à un niveau faible", indique l'Insee.
Leur opinion sur la situation financière passée continue de s'améliorer tandis que celle sur la situation financière future des ménages progresse un peu.
Ils sont plus nombreux à juger opportune la possibilité faire des achats importants.
En revanche, l'opinion des ménages concernant l'évolution du chômage se détériore de nouveau en décembre, de même que leur situation financière actuelle, en léger repli.
AFP

marc d Here 28/01/2009 09:00

"Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s'en aperçoit", avait déclaré Nicolas Sarkozy le 5 juillet dernier lors du Conseil national de l'UMP. "On va s'en apercevoir" pour celle de jeudi , a assuré Jean-François Copé mercredi matin sur RTL , prenant le contre-pied du président de la République. "J'entends beaucoup d'inquiétudes. Évidemment qu'il y a des gens qui sont en colère parce qu'ils pensent que leur pouvoir d'achat devrait continuer de pouvoir augmenter", a-t-il souligné.

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale a fait valoir que "de très nombreuses décisions ont été prises" et a rappelé que "le boulot qui est le nôtre, c'est pas simplement de dire vous voulez plus de revenus, on va vous donner plus de revenus. C'est plus comme ça que ça marche". Il a fustigé "cette idée qu'en France, beaucoup plus que dans d'autres pays, l'expression c'est d'abord des journées de grève où on fait un black-out complet". "C'est vrai qu'il y a des moments on se dit : 'Est-ce qu'on peut pas faire autrement pour exprimer ses interrogations, ses inquiétudes ?'", s'est-il interrogé.
Lepoint.fr

marc d Here 27/01/2009 17:40

François Fillon a accusé aujourd'hui le PS de "diviser" les Français dans cette période de crise par sa motion de censure "improvisée" contre son gouvernement.

"Je ne doute pas que la majorité repoussera cette motion improvisée par laquelle l'opposition cherche avant tout son salut", a répondu le Premier ministre au président du groupe socialiste Jean-Marc Ayrault.

"Cette motion de censure n'est qu'un pansement pour masquer les blessures du congrès de Reims. Elle n'est qu'un paravent pour dissimuler vos contradictions idéologiques. Elle laissera sur leur faim tout ceux qui espèrent une gauche plus moderne et moins systématique", a poursuivi M. Fillon.

Le Premier ministre a renouvelé son appel à l'unité nationale face à la crise. "Nous devons rassembler les Français et non les diviser. Nous avons besoin du civisme et du courage de tous", a-t-il dit.

A l'avant-veille d'une grande journée de mobilisation syndicale contre son gouvernement, il en a appelé au "bon sens, à la solidarité et au courage des Français". "Je n'ignore pas les doutes et parfois les colères qui traversent notre pays, mais je vois aussi son sens des responsabilités, sa fermeté tranquille", a-t-il affirmé.

François Fillon a jugé "dépassée" la politique proposée par le PS, qui "ne ferait qu'accentuer nos handicaps structurels et nos difficultés". "Cette motion de censure ne témoigne pas d'une ambition pour la France", a-t-il lancé.

Dénonçant une "motion de censure dont l'opportunité et le contenu devraient peu convaincre les Français", le Premier ministre a défendu la "réactivité" et le "pragmatisme" du gouvernement face à la crise économique et financière. "Nous agissons de manière rapide, ciblée, sans idéologie", a-t-il résumé.
A.P.

marc d Here 27/01/2009 14:18

Nicolas Sarkozy a indiqué mardi dans l'Indre, à deux jours de la journée nationale de grève et de manifestation, qu'il comprenait "l'inquiétude" des Français face à la crise, mais qu'il ne pouvait pas "arrêter les réformes". "Je comprends vos difficultés, je comprends les questions de pouvoir d'achat, les cotisations pour les retraites, l'école des gosses (...) mais je dois voir ça avec sang froid, avec calme, réfléchir, ne pas décider en fonction de qui est écrit dans le journal ou de ce que dit celui qui crie le plus fort", a déclaré Sarkozy devant les salariés d'une usine proche de Châteauroux.
"Dans une démocratie, c'est normal que les gens protestent, c'est normal qu'il y ait des débats (...) mais moi j'ai été élu pour conduire un pays de 65 millions d'habitants et je veux qu'on sorte de la crise plus forts qu'on n'y est entrés", a-t-il poursuivi.

AFP

marc d Here 27/01/2009 10:27

Jeudi la France va être bloquée. Cette journée de grèves et de manifestatons ne fera pa avancer les choses, bien au contraire. Elle ne favorisera ni l'emploi ni le pouvoir d'achat mais va au contraire tendre à aggraver la situation dans ces deux domaines en pesant sur l'activité économique du pays, et en pénalisant de nombreuses entreprises notamment les petites.

Elie Arié 07/01/2009 11:20

"Tes arguments sont donc bien destinés, maladroitement à " etc. : ne t'est-il vraiment pas possible de débattre sans procès d'intention, et d'admettre que les contre-arguments qu'on t'oppose (forcément stupides, comme tout ce qui n'est pas soutien inconditionnel à Sarkozy...) sont de bonne foi?

Marc d'Here 07/01/2009 11:40


Je constate seulement que tes arguments ne tiennent pas. D'ailleurs tu ne contestes pas mes réfutations.

J'en tire la conclusion que tu cherches seulement à camoufler une opposition que je sais (pour l'avoir maintes fois constaté) systématique.


marc d Here 07/01/2009 09:58

Ces arguments ne tiennent pas, Elie: Il y a bien contrôle de l'utilisation des crédits par les banques... Et de plus ce n'est pas sur le soutien aux banques que porte le plan de relance mais sur les 26 milliards annoncés recemment... Tes arguments sont donc bien destinés, maladroitement à camoufler une opposition systématique...tout comme les socialistes!

marc d Here 07/01/2009 09:31

Ces arguments ne tiennent pas, Elie:

Il y a bien contrôle de l'utilisation des crédits par les banques...
Et de plus ce n'est pas sur le soutien aux banques que porte le plan de relance mais sur les 26 milliards annoncés recemment...
Tes arguments sont donc bien destinés, maladroitement à camoufler une opposition systématique...tout comme les socialistes!

Elie Arié 07/01/2009 00:09

Il me semble qu'avant de décréter que le PS se livre à une "opposition systématique", il faudrait connaître les raisons de son vote contre le plan Sarkozy.

Contrairement au plan appliqué par Gordon Brown en Grande-Bretagne, le plan Sarkozy ne comporte pas d'entrée de l' Etat dans le capital des banques, mais une simple ligne de crédits

-sans véritable contrôle de son utilisation,

-ni véritable obligation de remboursement (alors que la prise de participation provisoire du capital permettrait une revente des actions lorsque leur valeur sera remontée et, en définitive, une opération favorable aux contribuables)

et cela peut justifier un vote d'opposition.

Elie Arié 06/01/2009 20:44

Si tous les militants de la "Gauche Moderne" descendent dans la rue, ne crains-tu pas des embouteillages monstres dans toutes les villes de France?

Marc d'Here 06/01/2009 21:40


S'il devait y avoir des manifestations de citoyens, contre les blocages et les oppositions systématiques aux réformes, elles seraient organisées vraisemblablement par de nombreux mouvements,
politiques, syndicaux, associatifs...La gauche Moderne devrait en faire partie et même faire partie de ceux qui proposeraient, et contribueraient à organiser ces manifestations. Que cela amène des
embouteillages monstres, c'est probable, car on serait sans doute assez nombreux.