Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 16:40

Interview de Malek Boutih (PS), donné au Point.fr
.à la suite du discours de Nicolas Sarkozy et de la nomination de Yazid Sabegh comme Commissaire à la diversité...


Malek Boutih : "Yazid Sabeg a des capacités certaines, c'est le moins que l'on puisse dire, pour diriger des grands projets.
C'est un chef d'entreprise en pointe dans l'économie française. Son parcours plaide pour lui, je ne vois pas aujourd'hui ce qui peut l'empêcher d'agir d'autant moins que ce qui est important, c'est
le discours présidentiel sur lequel il va s'appuyer.

Il y a dans ce discours une volonté affirmée avec un calendrier et des objectifs extrêmement précis. Je suis certain que, de ce point de vue, Yazid Sabeg devrait pouvoir réussir sa mission. Il trouvera des obstacles, des lenteurs, des pesanteurs, mais je crois qu'il a l'appui du président de la République. Je souhaite bonne chance à ceux qui voudraient freiner le plan sur la diversité. Par contre, dans mon camp [le Parti socialiste, NDLR], il y a besoin d'avoir quelqu'un qui fasse aussi bouger les choses.

Les dirigeants du Parti socialiste viennent de recevoir, là, une leçon de la part du président de la République."

Malek Boutih (PS)

Partager cet article

Repost 0
Published by Malek Boutih, Le Point.fr - dans Société
commenter cet article

commentaires

marc d'Héré 23/03/2009 17:52

Yazid Sabeg, commissaire à l'Egalité des chances, a installé lundi le Comité pour la mesure de la diversité chargé de "doter la France des moyens d'observer l'état des discriminations".

Inaugurant la première séance de travail de ce comité présidé par le démographe François Héran qui devra rendre ses conclusions le 30 juin, Yazid Sabeg a salué cette "opportunité historique". "La République, une et indivisible, est prête à reconnaître sa diversité", a-t-il lancé devant les 27 membres de cette commission.

Le Comité pour la mesure et l'évaluation de la diversité et des discriminations (Comedd) comprend un éventail assez large de personnalités parmi lesquelles l'économiste Jean-Paul Fitoussi, Jean-Michel Belorgey, membre du Conseil d'Etat, Claude-Valentin Marie, vice-président de la Halde, plusieurs membres de la Cnil (Commission nationale informatique et liberté), René Sève, directeur du Centre d'analyse stratégique, le journaliste Rachid Arhab, le sociologue Michel Wieviorka.

"Après plusieurs années de cécité et de bricolage plus ou moins toléré, la volonté politique a été prise de mieux appréhender la diversité et les discriminations ethniques", a déclaré Yazid Sabeg. "Etablir un instrument de mesure n'est pas la clé de tous nos maux mais il doit nous donner les moyens d'agir en connaissance de cause", a ajouté M. Sabeg qui devrait rendre dans les prochains jours au président Sarkozy ses propositions pour lutter contre les discriminations.

Lepoint.fr

marc d Here 20/01/2009 23:25

Quelques jours après avoir pris en charge la politique de la Ville,le nouveau ministre du Travail, Brice Hortefeux, veut «accélérer» les mesures en faveur des banlieues et «passer à la vitesse supérieure».

A l'issue du Comité interministériel de la ville (CIV) qui a réuni, mardi à Matignon, plusieurs membres du gouvernement autour du Premier ministre François Fillon, Brice Hortefeux a rendu hommage à Fadela Amara, la secrétaire d'Etat à la politique de la Ville.

Il a souligné que «ce qu'elle a proposé est courageux et audacieux». Son rôle propre en la matière, a-t-il ajouté, sera celui de «facilitateur et d'accélérateur».

Le Parisien.fr

marc d Here 21/12/2008 17:22

Le socialiste Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme, a fait part de son intérêt pour la présidence de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), dans un entretien au Journal du Dimanche . Malek Boutih, qui a récemment été contacté pour entrer au gouvernement , souligne qu'il n'a pas refusé "par idéologie" mais réaffirme qu'il n'entend pas quitter le Parti socialiste dont il dit avoir "l'ambition de devenir un des principaux dirigeants".


Interrogé sur des rumeurs assurant qu'il aurait "demandé la présidence de la Halde au président" Nicolas Sarkozy, Boutih, membre du bureau national du PS, répond : "ça m'intéresse et je l'ai fait savoir. Le président veut des nominations à des postes importants. Je le prends au mot". La Halde, dont le président est nommé par le chef de l'Etat, est actuellement présidée par Louis Schweitzer, désigné en mars 2005 pour un mandat de cinq ans.


Malek Boutih, fils d'immigrés algériens, avait qualifié mercredi de "grand discours" l'intervention de Nicolas Sarkozy sur la diversité, alimentant les spéculations sur son avenir.
Le point.fr

henri 18/12/2008 04:52

Promotion de la diversité, suppression de la pub sur les chaines publiques, plan massif de relance, etc... Pas de doute, pour nous autres libéraux de gauche, Sarkozy c'est quand même mieux que quand les socialistes sont au pouvoir.

marc d Here 17/12/2008 23:02

Le socialiste Malek Boutih, contacté pour entrer dans le gouvernement Fillon, a qualifié aujourd'hui le discours de Nicolas Sarkozy en faveur de la diversité de "grand discours du quinquennat" qui marque "peut-être l'histoire de notre pays".

"Dans le discours présidentiel, plus que les mesures, ce que je retiendrai c'est la première partie, qui restera, à mon avis, un grand discours de quinquennat et peut-être quelque chose qui marquera l'histoire de notre pays", a affirmé sur Europe 1 M. Boutih, membre du Bureau national du PS.

"Il faut commencer par dire que c'est bien, il se passe quelque chose de bien qui ouvre des nouvelle voies", a ajouté M. Boutih à propos des propos du chef de l'Etat.

"On a un grand défaut en France, c'est qu'on critique tout, avant de commencer", s'est-il exclamé, jugeant qu'il fallait laisser "avancer" Yazid Sabeg, nommé commissaire à la diversité et à l'égalité des chances.

Estimant que la gauche avait non pas "un train" de retard mais "une ligne ferroviaire entière", M. Boutih a qualifié son parti de "machine devenue totalement enfermée sur elle".

Afp