Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 17:44

Par Clément Daniez pour lepoint.fr...



"Notre réponse à la crise, c'est l'investissement." Le plan de relance que Nicolas Sarkozy a présenté jeudi depuis l'usine Renault du Douai veut faire la part belle à l'investissement, le leitmotiv de son discours, face à une crise mondiale "qui va tout changer". "C'est la seule manière de préparer les emplois de demain, est convaincu le chef de l'État. Car nous avons des retards d'investissements considérables depuis des décennies, car la France sacrifie depuis trop longtemps l'investissement au fonctionnement."

Il chiffre le montant de cette relance à "26 milliards d'euros sur deux ans", dont 15,5 milliards de dépenses supplémentaires en 2009. Revers de la médaille : le déficit public devrait atteindre 4 % du PIB pour l'année prochaine, contre 3,1 prévus. Selon l'Élysée, ce plan conduira à 0,6 % de croissance supplémentaire en 2009, alors que les prévisions de croissance du gouvernement s'établissent actuellement entre 0,2 % et 0,5 %. "Ce plan de relance aura un budget spécifique" avec un collectif budgétaire dès janvier 2009. Le plan de relance de l'économie sera piloté par un membre du gouvernement chargé spécifiquement "d'en suivre l'exécution".

LOGEMENT Coût total estimé pour 2009-2010 : 1,8 milliard d'euros.

- Doublement du prêt à taux zéro (PTZ) pour acheter un logement neuf, la quotité du PTZ va passer à 30 % du prix d'achat
Coût estimé : 600 millions d'euros
- Renforcement des programmes de rénovation urbaine
Coût estimé : 200 millions d'euros vont être alloués aux programmes de rénovation urbaine. Même chose pour l'amélioration des habitats insalubres.
- Construction de 70.000 logements sociaux (moitié logement social, moitié logement intermédiaire), en plus de l'acquisition de 30.000 annoncés fin octobre.
Coût estimé : 600 millions d'euros.
- les contraintes liées au droit de l'urbanisme "temporairement et considérablement assouplies" (coefficients de densité relevés de 20 % dans certaines communes, mitoyenneté autorisée sur certains terrains...)
Il a également proposé que "le temps laissé aux communes pour manifester leur intérêt pour des terrains publics mis en vente (soit) encadré".
- prorogation d'un an des permis de construire.

AUTOMOBILE
- "Prime à la casse" de 1.000 euros par véhicule ancien contre l'achat d'un véhicule particulier ou utilitaire léger émettant moins de 160g/km de CO2
Coût estimé : 220 millions d'euros.
- Création d'un fonds d'investissement pour aider les sous-traitants automobiles, très fragilisés, à se restructurer. "Les grands constructeurs mettront initialement 100 millions d'euros dans ce fonds, ainsi que le fonds stratégique d'investissement. Cette somme de 300 millions d'euros pourra être complétée par la participation d'autres acteurs privés, notamment les grands sous-traitants de premier rang", selon l'Élysée
- Soutien aux filiales bancaires des deux constructeurs automobiles français sous forme de deux prêts de 8 %
Coût estimé : deux fois 500 millions euros.

EMPLOI
- Les entreprises de moins de 10 salariés vont être exonérées de la totalité des charges patronales pour leurs embauches en 2009 de salariés payés jusqu'à hauteur de 1,6 fois le Smic
Coût estimé : 700 millions d'euros
- Rappel des mesures en faveur de l'emploi
annoncées à Valenciennes le 25 novembre, d'une part l'extension des contrats de transition professionnelle (CTP) de 7 à 25 bassins d'emploi en difficulté et d'autre part l'adoption pour les autres bassins d'un système s'inspirant du CTP
Coût estimé : 500 millions d'euros
Contrepartie : "Ne pas délocaliser".

MÉNAGES
- prime de 200 euros versée fin mars 2009 aux bénéficiaires potentiels du Revenu de solidarité active, soit quelque 3,8 millions de ménages
Coût estimé : 760 millions d'euros.

MARCHÉS PUBLICS
- Suppression du "seuil de publicité à 90.000 euros, propre au cadre des marchés publics"
- Relèvement de 4.000 à 20.000 euros du seuil en dessous duquel un marché public peut être conclu "sans aucune procédure"
- Relèvement de 206.000 à 5,15 millions d'euros du seuil au-delà duquel s'applique obligatoirement la procédure d'appel d'offres pour les marchés de travaux.

INVESTISSEMENTS PUBLICS
- accélération des programmes d'équipement : 4 lignes TGV construites simultanément entre 2010 et 2014, canal Seine Nord, rénovation des tribunaux, des infrastructures routières...
Coût estimé : 4 milliards de l'État, 4 milliards des grandes entreprises publiques (EDF, La Poste...) et 2,5 milliards des collectivités locales.

ENTREPRISES Coût estimé : 11,5 milliards d'euros
L'État va rembourser par anticipation ses dettes aux entreprises pour "abonder leur trésorerie".
- Le crédit d'impôt recherche sera remboursé par anticipation début 2009
- L'État remboursera immédiatement aux entreprises ce qu'il leur doit au titre de la perception de la TVA- Restitution plus rapide des excédents d'impôt sur les sociétés
- Remboursement immédiat des reports déficitaires d'impôt sur les sociétés
- L'État paiera ses factures en retard aux PME industrielles du secteur de la défense.

Clément Daniez, Lepoint.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Clément Daniez, Lepoint.fr - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

marc d Here 20/01/2009 23:29

Les patrons de banques renoncent à leur bonus. Voir Le Figaro.fr:


Aider les banques qui en ont besoin, oui, mais à condition que leurs patrons renoncent à la part variable de leurs rémunérations sur les résultats de 2008. C'est en substance le message qu'à martelé Nicolas Sarkozy aux dirigeants des banques françaises au cours d'une réunion à l'Elysée ce mardi, où la ministre de l'Economie Christine Lagarde était également conviée. Le chef de l'Etat a indiqué que le gouvernement était prêt à offrir une aide de 10,5 milliards d'euros à condition que cette condition soit respectée. Au terme de cette «longue» réunion, Georges Pauget, le président de la Fédération bancaire française, a ainsi souligné que les dirigeants des différents établissements avaient accepté de se plier à la volonté de l'Elysée. Les banques ont aussi accepté de réduire les dividendes versés à leurs actionnaires en donnant la «priorité» au renforcement de leur «solidité financière», a-t-il confirmé.

De son côté, le président de la République «a souligné l'importance de ces engagements», notamment en cette période de ralentissement économique, indique un communiqué de l'Elysée, La présidence a également souligné que le financement des banques s'était «amélioré depuis les difficultés extrêmes qui caractérisaient la période de septembre et octobre derniers», ce qui les met dans une «situation favorable par rapport à beaucoup de leurs concurrents européens».
Le Figaro.fr et AFP

marc d HERE 12/12/2008 16:09

Selon le Politoscope OpinionWay-Le Figaro-LCI, 66 % des personnes approuvent l'extension du travail dominical dans les commerces.

Nicolas Sarkozy est «très» déterminé à faire inscrire à l'ordre du jour de l'Assemblée avant Noël la proposition de loi de Richard Mallié (UMP) sur le travail du dimanche, qu'il juge «modérée». Il n'a jamais eu l'intention de généraliser le travail dominical, fait valoir son entourage, mais d'autoriser l'ouverture des magasins le dimanche «là où il y a une concurrence forte», notamment dans les zones touristiques et frontalières.
AFP

Cette mesure peut, elle aussi, favoriser la relance, en accroissant la consommation dans les zones touristiques, en créant des emplois et en augmentant le pouvoir d'achat des salariés qui seront payés double.

marc d Here 08/12/2008 15:08

La Commission européenne a annoncé avoir donné son feu vert lundi au plan français de recapitalisation des banques en difficultés après la crise financière, qui avait causé des frictions entre Paris et Bruxelles.
AFP

marc d Here 05/12/2008 09:52

La relance par l'investissement est un bon choix, c'est même le seul possible. Une relance de la consommation, dans la situation actuelle aurait comme effet principal, un accroissement des importations. Et son effet risquerait d'être vite annulé, par une progression du chômage et des faillites d'entreprises si dans le même temps rien n'était fait pour soutenir les entreprises et moderniser notre économie.
Cet ambitieux plan de relance, qui fait suite à des mesures récentes sur la taxe professionnelle et le soutien à l'emploi, et qui s'inscrit dans un mouvement général de relances européennes, et de baisse des taux, doit permettre aux Français de supporter sans trop de dommages, la crise internationale et à la France de se préparer, mieux que d'autres à la reprise.

marc d Here 05/12/2008 00:26

Directeur de l'Institut économique Coe-Rexecode, Denis Ferrand voit d'un bon oeil ce plan de relance : "C'est une politique pragmatique qui évite le pire sur le court terme - qui évite des disparitions d'entreprises et de compétences - et prépare le long terme. La constitution d'une offre sur des secteurs stratégiques".....Le Parisien

Elie Arié 05/12/2008 00:10

Je n'avais pas remarqué qu'il m'était déjà arrivé de "justifier Royal" jusqu'ici...

Mais il me semble que "manque d'ampleur" et "mesurettes" relèvent du même type de critiques.

Marc d'Here 05/12/2008 00:21


Et pourtant!....
La critique d'Elie Cohen est surprenante à plus d'un titre. Il confond les 26 milliards et les 15.... il semble regretter qu'il n'y ait pas une relance de la consommation, alors qu'avant hier
à "Cdans l'air" il expliquait qu'il n'était pas souhaitable de relancer la consommation car cela stimulerait les importations, ce qui est vrai...Et d'autres approximations surprenantes...Peut-être
a-t-il conseillé un autre plan à Sarkozy, et est-il un peu piqué de voir que ce n'est pas le sien qui a été retenu. C'est une supposition...En tous cas il ne parle évidemment pas de mesurettes
comme tu le prétends à tort dans ton premier commentaire. 







marc d Here 04/12/2008 23:58

Déclaration de Christine Lagarde au Figaro:

Ce plan, ajouté aux mesures récemment annoncées comme la suppression de la taxe professionnelle pour les nouveaux investissements et la mise en place de l'éco-prêt à taux zéro, devrait générer 0,8 point de croissance supplémentaire. Nos prévisions tablent pour 2009 sur une croissance comprise entre 0,2 % et 0,5 % : comme nous constatons une dégradation toujours plus profonde de la conjoncture internationale et la persistance de fortes incertitudes économiques, avec ce plan nous nous mettons en très bonne position pour atteindre nos objectifs de l'an prochain......

Elie Arié 04/12/2008 22:03

Il n'y a pas qu'elle: voir le point de vue de Elie Cohen, qui ne passe pas pour un économiste "de gauche":

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/opinions/interviews/20081204.OBS4018/ce_plan_est_loin_davoir_lampleur_quon_pouvait_esperer.html

"Ce plan est loin d'avoir l'ampleur qu'on pouvait espérer; On sent que c'est un plan fait rapidement. Il n'a rien de révolutionnaire et reprend des idées reçues, du déjà vu : balladurette, juppette, prêt à taux zéro".

Mais il faut lire toute l'interview, bien sûr.

Marc d'Here 05/12/2008 00:03


A la différence de ce que tu dis, il ne semble pas qu'Elie Cohen  dise, lui, que ce sont des mesurettes...Alors pourquoi commencer ton commentaire en le disant?

Toujours ce besoin de justifier Royal? Ou simplement d'exagérer dans la critique?


marc d Here 04/12/2008 18:49

Et Ségolène Royal parle de "mesurettes"!...