Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 21:56

7 - Vivre ensemble

 

            - Nous faisons le choix d’une démocratie élargie et renouvelée. En complément de la réforme de la constitution, trois mesures sont proposées :

Pour l’élection des députés, une dose de proportionnelle devrait être introduite, ce qui permettrait, sans remettre en cause la possibilité de constituer des majorités claires, de représenter au Parlement l’ensemble des courants de pensée qui ont une existence dans notre pays. Il n’est pas sain que les deux premiers partis, qui au premier tour ne représentent qu’un français sur deux, disposent de manière permanente de plus de 80% de la représentation nationale.

Limitation du nombre de mandats : seul un mandat municipal (non exécutif, pour les communes de plus de 10.000 habitants) pourra venir s’ajouter à un autre mandat électif. Une réflexion peut s’engager sur une limitation des mandats dans le temps.

Examen critique du rôle et de la composition du Sénat.  

            - Vivifier les relations sociales, rendre la démocratie plus participative et plus transparente correspond à une exigence centrale.

Dans notre pays, marqué par les principes de la révolution française, les rapports ont souvent été difficiles entre État et corps intermédiaires. A la différence des pays anglo-saxons on a, en France, regardé avec méfiance les acteurs collectifs, les considérant comme des écrans entre l’État et le citoyen, - donc préjudiciables à la démocratie - comme les défenseurs d’intérêts particuliers ou corporatistes – ce qu’ils sont parfois ou comme des relais utiles au seul politique, plutôt que comme des représentants d’une société diverse. Saura t-on admettre aujourd’hui que la recherche du bien commun et du progrès social ne sont plus le monopole de l’État et que la démocratisation de la société, comme son dynamisme passent par la multiplication des prises d’initiatives ? Nous voulons contribuer à accroître l’autonomie, la prise de responsabilité et la capacité de contrôle des acteurs de la société civile, car c’est dans ses composantes aussi que résident les acteurs de la régulation économique et sociale. Les médias, les syndicats, les associations, toutes formes de regroupements de citoyens, doivent s’affirmer comme des éléments moteurs de la société, et leur intervention démocratique sera encouragée. C’est de la liberté des acteurs, de leur responsabilité, de leurs initiatives, que naîtra une démocratie ouverte et vivante, que se créera une dynamique de progrès et de transformation sociale. Il faut faire confiance à la société. La réhabilitation du projet collectif passe par cette démocratie élargie, - « démocratie démultipliée » disait Pierre Mendés-France - permettant à la société civile de jouer tout son rôle par l’extension du débat et de la discussion publique, l’intervention facilitée du monde associatif et des citoyens, et la généralisation de la négociation sociale qui doit, aussi souvent que possible, être préférée à la réglementation centralisée.

Les mobilisations civiques, quelles que soient leurs formes, ou leurs objets, des regroupements d’habitants de quartiers ou de consommateurs aux ONG internationales organisées en réseaux, se multiplient. Capables de mobiliser, de créer des dynamiques, elles peuvent peser sur le législateur et contribuer fortement à l’évolution du droit (on peut en trouver un exemple, parmi d’autres dans ce qu’a été la lutte pour l’IVG…). Elles agissent et tirent leur légitimité non pas d’un statut ou d’une élection, mais de leur capacité d’action et de mobilisation collective, du témoignage social qu’elles portent, de leur volonté d’agir sur la société. Au politique de savoir faire le départ entre cette traduction du dynamisme social et ce qui ne serait que l’expression sclérosante de corporatismes. A lui de savoir entendre cette parole légitime quoique non autorisée, de comprendre cette prise de responsabilité et de favoriser cette forme de démocratie en l’articulant avec les formes de la démocratie représentative, pour ne pas risquer de la voir un jour s’opposer à celle-ci, alors qu’elle doit la compléter.

La forme associative est un mode de plus en plus répandu de participation politique, sociale et civique. Le rôle non lucratif qui est le leur ne peut être joué par le marché, les fonctions concrètes de proximité qu’elles remplissent ne peuvent être assumées par l’administration. Reposant surtout sur le volontariat, mobilisant un travail bénévole, elles traduisent une volonté d’initiative et d’engagement. Par l’exemple qu’elles donnent, par le rôle social qu’elles jouent, par l’aspect de formation civique qu’elles diffusent, les associations deviennent des constructeurs de citoyenneté, de cohésion sociale et de relations humaines. L’État ne peut tout faire, il est donc vital que les acteurs de terrain jouent un rôle décisif dans la transformation de nos sociétés, notamment en intervenant dans les domaines qui touchent à la solidarité. Cela ne doit pas être compris comme une défausse des pouvoirs publics mais comme la prise en charge par la responsabilité individuelle et collective des problèmes qui la concernent. Les associations ont su notamment être au premier plan dans l’accompagnement des parcours d’insertion des populations immigrées, même si leurs efforts, insuffisamment relayés, sont restés en deçà des besoins. L’économie sociale et solidaire, avec ses coopératives, ses mutuelles donnant une place singulière à la dimension humaine face à l’aspect financier, est une des expressions de cette intervention associative avec laquelle les collectivités locales doivent engager des partenariats.

Une politique de soutien et de promotion de la vie associative doit tendre à la modernisation de la loi de 1901, entériner le rôle économique capital ou de service public qu’incarnent nombre d’entre elles, stabiliser leurs situations financières – l’accès aux prêts bancaires sera facilité - leur permettre de recourir à des emplois aidés. Entre le salariat et le bénévolat peut s’inscrire un statut souple du volontariat, avec la possibilité donnée à des associations de passer des contrats de volontaires rémunérés ou défrayés, et dont l’activité serait qualifiante. Les déductions fiscales accordées pour des dons aux associations et particulièrement à celles dont le rôle social est reconnu seront augmentées. Et puis donnons sur un plan institutionnel une représentation aux associations, notamment en permettant aux Conseils Economiques et Sociaux, de leur faire, au niveau régional, national et Européen, la place que leur apport social justifierait.

En parallèle, car aux droits doivent répondre des obligations, les responsabilités des associations et de leurs dirigeants doivent être mieux définies. Elles doivent savoir évoluer et adapter leurs structures et leur fonctionnement au désir d’autonomie et de responsabilisation de ceux qui viennent leur apporter leur concours, se constituer en réseaux ouverts, utiliser les nouvelles technologies. Les associations et notamment celles qui bénéficient de subventions et de fonds publics doivent admettre une évaluation démocratique de l’application de leur mission, la transparence doit marquer leur fonctionnement et leur financement.

La démocratie participative s’exprime particulièrement dans un cadre de proximité et dans l’engagement dans la vie de la cité. Tout autant que sur un plan national, la décision doit revenir in fine aux élus même si une de leurs fonctions consiste à diffuser la démocratie, permettre la participation de tous aux choix et aux décisions qui les concernent et à la gestion de leur environnement. La démocratie participative ne doit pas être un moyen de développer une tendance à la fuite des responsabilités, mais une occasion d’exercer celles-ci de manière transparente et concertée. La démocratie locale, dans les communes ou les quartiers doit être multiforme, adaptée à la nature des problèmes et se situer au niveau le plus adéquat pour les aborder. La procédure du budget participatif, permettant de décider comment et à quoi affecter les sommes d’un budget défini, se développera à l’échelon communal, sur des sujets précis, en confrontant les avis et les intérêts divers, et en recherchant le consensus.

- La mondialisation qui se traduit par une circulation facilitée des marchandises ou des flux financiers ne peut éviter de concerner aussi les hommes et les femmes. L’émigration vers nos pays est une donnée compte tenu du déséquilibre en terme de démographie et de richesse entre le « sud » et le « nord ». Quelles que soient les politiques, il y aura toujours des millions de personnes prêtes à courir les plus grands risques pour échapper à la misère ou tenter leur chance. L’attraction de la richesse et de la liberté est irrépressible. Il y aura de plus en plus d’immigrés dans nos pays, c’est une réalité, que nous devons accepter. Mais pas plus qu’il y a 20 ans nous ne pouvons « accueillir toute la misère du monde ».

Même si nous affirmons notre vocation d’ouverture, même si nous savons à quel point nous avons et nous aurons besoin de l’immigration, de son travail, de sa diversité et de son dynamisme, nous devons envisager, en France et en Europe une claire politique de l’immigration et de l’asile doublée d’une politique d’intégration.

Une des premières exigences sera de lutter avec rigueur contre l’immigration clandestine, de sanctionner durement ceux qui l’organisent et ceux qui en profitent, de procéder aux expulsions et aux reconduites nécessaires. Les négociations avec les pays d’origine lieront certains aspects de la coopération avec l’engagement de lutter contre l’émigration clandestine et d’accepter le retour des expulsés. De même que tout signal de laxisme a pour effet de grossir l’afflux de candidats à l’immigration tout signal de rigueur contribuera à ralentir ce flux. Des régularisations auront lieu, mais les régularisations massives ou automatiques au bout de dix ans seraient des erreurs. Dans ce domaine aussi ce ne sont pas les mesures globales et générales qui doivent s’appliquer mais bien des mesures ciblées, adaptées au différents cas. Les autorisations, définitives ou temporaires, seront délivrées en prenant en compte, des raisons humanitaires, la volonté et la réalité de l’insertion économique, sociale, culturelle, familiale de l’intéressé. On doit se rapprocher d’une situation ou il n’ y aurait plus d’immigrés en situation « irrégulière tolérée » durable à qui on impose de manière hypocrite des conditions de vie impossibles et des moyens de subsister marginaux.

Parce que pour une large part l’immigration clandestine est une immigration de la misère, on doit agir en amont, en mettant en œuvre une politique de coopération et de développement, en travaillant à créer dans les pays d’origine les conditions permettant aux migrants potentiels d’y demeurer. Des partenariats tournés vers l’action concrète doivent être établis avec eux, passant par le financement de projets créateurs d’emploi, des formations sur place entreprises.

Nous devons choisir l’immigration que nous voulons et pouvons accepter, tenant compte des demandes émanant des pays sources comme des besoins et des capacités d’accueil de nos sociétés. Il s’agira d’une immigration concertée. On peut définir des critères professionnels et sociaux, en collaboration avec les pays d’origine, pour orienter les entrées vers les secteurs qui ont des capacités d’accueil et d’emploi. Dans ce cas, et dès avant leur arrivée, les futurs immigrants bénéficieront d’une première formation et d’une information sur les caractéristiques de notre vie collective et les principes de notre pacte républicain.

On peut s’accorder avec ces pays sur l’entrée de travailleurs venant se former et travailler en France, quitte à envisager des séjours temporaires permettant des retours vers le pays d’origine. Ce peut être le cas pour les migrants très qualifiés, ou pour les étudiants étrangers qui doivent pouvoir faire une partie de leur carrière chez nous avant de retourner dans leur pays pour aider à son développement. Des visas à entrées multiples, pourront être généralisés. Les retours vers le pays d’origine se feront d’autant plus volontiers que l’on saura pouvoir entrer à nouveau sans difficulté, si on le souhaite, dans le pays destinataire. Cette aide et les modalités de ces retours ou de ces allers-retours doivent être un élément de notre politique de coopération avec les pays d’émigration.

Une politique commune d’immigration doit être adoptée au niveau européen. La question du droit d’asile sera traitée de manière coordonnée, et elle ne sera efficace et humainement acceptable que si les délais d’étude de dossiers ne dépassent pas quelques semaines et si les personnes dont les dossiers sont en cours d’examen bénéficient de conditions de vie acceptables.

Toute politique d’immigration doit trouver une complémentarité dans une politique d’insertion et d’intégration. La politique d’intégration « à la française » est en panne. On a considéré que l’obtention de la nationalité française était suffisante pour assurer l’intégration des nouveaux citoyens qui étaient dès lors supposés communier dans le pacte républicain, laïque et égalitariste, selon lequel les origines ethniques ou religieuses des uns et des autres n’avaient plus cours. Ce système d’immersion dans la communauté française a donné des résultats jusqu’à la fin des années cinquante. L’origine européenne des populations concernées, l’existence d’institutions « intégrantes » comme l’école, les syndicats, le parti communiste, les églises ou la grande entreprise, la rapidité de la croissance et les possibilités de hausse du niveau de vie qu’elle entraînait, ont donné des résultats positifs. Mais aujourd’hui, les conditions socio économiques sont plus difficiles et l’intégration républicaine basée sur un principe d’égalité formelle ne suffit plus. D’autant que bien souvent le regroupement - opéré par facilité coupable - des populations à intégrer dans des quartiers ou des communes où elles finissent par être majoritaires, rend cette perspective d’intégration illusoire.

L’accueil concret des immigrés est une nécessité. Le minimum relatif à l’apprentissage de notre langue et des principes d’organisation de notre République, le suivi social, n’ont pas été réalisés ! Nous devons nous y attacher, avec l’aide d’associations. Abandonnée, ignorée, souvent méprisée, la population immigrée s’est repliée sur ses communautés et de la résignation des parents on est passé à la révolte des enfants contre l’ensemble de ce qu’ils identifient comme un système social hostile  et hypocrite. Comment leur parler de justice si on ne sait pas les accueillir, si on laisse dans une « inexistence légale » leurs frères ou leurs coreligionnaires sans papiers, parfois sur notre sol depuis des années ? Comment leur parler d’égalité alors que les différences de situations sont criantes et que tous pourront constater que les jeunes d’origine immigrée, y compris les diplômés ont trois fois plus de risque de chômage que les « Français de souche ». Comment leur parler de solidarité et d’insertion alors qu’ils ont vécu dans des cités devenues ghettos, coupés du reste de la société française et conduits à des modes de fonctionnement et des revendications communautaires qui représentent pour la cohésion sociale des risques inacceptables, même si l’existence de communautés, en tant que regroupement naturel des solidarités voire des cultures ou des nostalgies ne peut être nié ou contrarié. Faire comme s’il n’y avait pas de différences entre les individus, a donné des résultats désastreux, développant en réaction les formes de communautarisme que l’on voulait éviter. Non, l’inégalité de départ ne se combat pas par l’égalité mais par une sorte d’inégalité compensatrice. Oui il faut donner plus à ceux qui cumulent tous les handicaps et faire en sorte que la mixité sociale devienne une réalité concrète dans des domaines prioritaires : éducation, formation, logement, emploi. Les manifestations de racisme et les discriminations de toutes natures dans les comportements et dans les exclusions concrètes que l’on constate, doivent être sanctionnées.

Le refus des discriminations doit aller de pair avec une défense de la laïcité, qui refusant de fonder l’espace public sur des vérités révélées,  se veut le principe fondateur d’un espace de liberté, constitutif du lien politique. La laïcité permet l’émergence d’une identité humaniste commune dans l’acceptation et le dépassement des diversités. La mise à la portée du plus grand nombre, de la  connaissance, et de la pratique des diverses manifestations culturelles peut être à la fois une ouverture facilitant la compréhension de soi-même et de l’autre, tout comme un ciment qui aidera à la cohésion sociale.

- Dans les quartiers sensibles, où, vivent principalement les immigrés et les Français, issus de parents ou de grands parents immigrés, une politique d’intégration dans l’ensemble urbain et dans le tissu social, doit être entreprise : amélioration et réhabilitation des logements, urbanisme plus « humain », application de la loi SRU, développement des transports reliant physiquement la périphérie au centre ville et facilitant les contacts, présence de services publics de qualité et aux horaires d’ouverture élargis, comme d’activités culturelles et de loisir. Une véritable sécurité rendra possible des incitations fortes à l’installation d’entreprises, dont les charges seront réduites, d’autant plus qu’elles embaucheront des salariés vivant dans ces quartiers. Ce sera encore le soutien à toutes les  initiatives locales, associatives ou  économiques notamment par une politique de crédit, et de micro crédit, ambitieuse.  Enfin, doit être développée, plus encore qu’ailleurs, une démocratie locale de proximité, avec des conseils de quartiers dotés de responsabilités particulières, telles que certains budgets participatifs.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Gauche Moderne - dans Projet politique
commenter cet article

commentaires

marc d Here 30/11/2008 01:20

François Fillon a défendu aujourd'hui la poursuite de "l'ouverture" à gauche de la majorité présidentielle, face à un PS qui a échoué, selon lui, à se choisir une "ligne politique". "Tout milite pour que cette ouverture soit poursuivie, parce que le durcissement de l'opposition désarçonne beaucoup d'hommes et de femmes de gauche qui cherchent autre chose qu'un affrontement stérile, et c'est la raison pour laquelle nous devons rester ouverts et rassembleurs", a déclaré le premier ministre au congrès fondateur de Gauche moderne, parti allié de l'UMP créé par l'ex-socialiste Jean-Marie Bockel.

Pour M. Fillon, le PS ne vit pas aujourd'hui "seulement une bataille de personnes", mais "en réalité une bataille pour savoir quelle doit être la ligne politique".

Le chef du gouvernement a estimé devant M. Bockel, secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens combattants, que "l'ouverture" avait "mis un terme à toutes ces caricatures qui ont trop longtemps bridé la pensée française, divisé notre nation et freiné l'action". "Je souhaite que la Gauche moderne rassemble tous ces Français de gauche éloignés et las des querelles subalternes et dépassées", a déclaré de son côté le président Nicolas Sarkozy, dans un bref message d'encouragement lu aux quelques centaines de militants réunis à Suresnes (Hauts-de-Seine).
AFP