Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 08:15

 

 

Martine Aubry est premier secrétaire du parti socialiste. Dans des conditions confuses et vraisemblablement peu fiables, elle l’emporte de 102 voix, ce qui est très faible, mais pas tout à fait insignifiant. Cette « victoire », contestable (et qui sera peut-être contestée devant les tribunaux, voire annulée) était prévisible, comme l’était la défaite dès le début du Congrès de Bertrand Delanoë.   Je me permets de reprendre ici ce que j’écrivais le 1er septembre, au lendemain de l’université d’été de La Rochelle (voir sur ce blog l’article : les socialistes au lendemain de La Rochelle)

 

« Bertrand Delanoë d’abord, qui devait être le grand triomphateur de cette université, ne l’a manifestement pas été, et a donc subi un, relatif, revers. Dans le combat qu’il mène et qu’il a  officiellement annoncé, pour conquérir le parti, il a trouvé peu de soutiens et ceux qu’il semble avoir obtenu évoquent davantage l’archaïsme que la rénovation, le passé que l’avenir  (Jospin! Guigou, Hollande…).  Dépourvu de convictions, ne sachant trop quelle sera la meilleure ligne pour lui, il godille……

Ségolène Royal, elle, confirme qu’elle disparaît peu à peu du film. De passage à La Rochelle, elle a lancé à quelques militants en  extase un « Aimez-vous les uns les autres », particulièrement bien adapté à la situation, avant de disparaître pour éviter tout débat. Elle garde des groupies fanatiques, beaucoup même, mais ne bénéficie plus d’aucun soutien de poids dans le parti….

 

Echec du couple médiatique Delanoë-Royal, réussite de Martine Aubry. Sans y toucher, elle s’impose au centre du jeu (je me permets de rappeler que je l’avais annoncé le 11 juillet sur ce blog). Ses soutiens vont, semble t-il, de Mauroy à Fabius en passant par Cambadélis, Montebourg (qui ont du soir au lendemain abandonné Moscovici), les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais…Elle ne dit rien non plus, sinon que le PS doit se mettre au travail, mais elle le dit avec autorité. Et son prestige est toujours grand auprès des militants, qui lui sont reconnaissants (les militants PS sont des gens bizarres !) d’avoir imposé les 35 heures, responsables pour une grande part de leurs défaites. Aujourd’hui c’est sans doute elle la mieux placée pour devenir « Premier secrétaire », d’autant qu’elle pourrait bénéficier in fine, du soutien de la prétendue gauche du parti (Hamon, Emmanuelli, et peut-être même, ce qui fait rêver, Mélenchon et Lienneman….).

 

Si j’essaie de me projeter encore davantage dans l’avenir, en sachant que c’est bien risqué, je dirais que Martine Aubry sera Premier secrétaire. »

 

Voilà ce que j’écrivais le 1er septembre…La politique finalement est une chose assez logique et il suffit de regarder avec objectivité, quelles sont, dans une période donnée, les forces et les faiblesses des uns et des autres…

J’ajoutais, toujours dans ce même texte :  

 

 

« Elue difficilement et otage de la partie archaïque du parti (la gauche Emmanuelliste  et quelques sociaux démocrates version 1936), soumise au feu roulant des critiques, fraternelles, des autres leaders socialistes, Martine Aubry ne pourra pas rénover le parti. Rien d’important ni de courageux ne  se fera et c’est un parti toujours sans projet, et perclus de divisions, qui choisira en 2011 son candidat pour la Présidentielle ». …

 

Encore trop tôt pour dire si j’avais raison, mais je pense en tous cas toujours, que la situation du parti rend sa rénovation impossible. Je faisais enfin une dernière prévision, qui elle, paraît aujourd’hui bien audacieuse, mais sait-on jamais !

 

….. « Difficile de trouver le futur lauréat dans cet amas de  candidats qui diront  tous à peu près la même chose, et  ne défendront aucune idée nouvelle. J’avoue ne pas pouvoir me prononcer même si, connaissant l’habileté de Hollande (plus libre qu’en 2007) et le talent de communicateur de Delanoë, je ne serais pas surpris que cela se joue entre eux deux ! Tant pis, alors pour le socialisme et le PS….Mais je peux me tromper. »

 

Marc d’Héré

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article

commentaires

Elie Arié 27/11/2008 10:27

À propos de déformations, et pour que les choses soient claires pour tous: je n'ai pas parlé, comme tu me le fais dire (sans doute par inattention) du "Labour" d'autrefois, mais du "New Labour" d'aujourd'hui, qui intègre toujours en son sein un petit courant trotskiste, ce que notre gauche ne sait pas faire.

Marc d'Here 27/11/2008 11:40



Oui très bien. Je ne vois pas le problème. Que la gauche ne sache pas se comporter comme le New Labour, à divers points de vue, c'est une évidence.


Que les partis de type La Gauche Moderne n'aient rien à voir avec la 3ème république en est une autre.



Elie Arié 27/11/2008 02:26

Je ne vois pas pourquoi expliquer quelque chose par le rôle du "souvenir de", comme je le fais, est plus passéiste que de l'expliquer par le rôle "de l'histoire", comme tu le fais...Mais, bon, c'est ton blog, tu as droit au dernier mot.

Marc d'Here 27/11/2008 09:52



Tu te trompes encore volontairement et tu déformes comme à l'ordinaire.  


La mention de l'historique comme l'un des éléments à prendre en compte, (et comment le refuser!) n'a rien à voir avec ton assimilation d'une situation nouvelle à la troisième république par
exemple...Procédé que tu emploies hélas couramment et que je trouve archaïque. Mais tu n'es pas le seul à agir ainsi et c'est ton droit. Cela montre combien le changement est difficile dans
notre pays, ce qui légitime les efforts que nous faisons avec le Président de la République pour y parvenir.



Lahaye 26/11/2008 12:50

Salut Marc.
Il ne faut pas enterrer Royal trop vite !... Il est dans la nature des Madones de faire plus d'une apparition... Je m'étonne aussi, avec tes qualités incontestables de voyant, que tu ne nous signale pas voir apparaître dans ta boule celui qui est sans doute déjà le grand gagnant de toute cela : Strauss Kahn.
Bien à toi ! JPL

Marc d'Here 26/11/2008 13:03



Voyant...boule de cristal, non, mais analyse de la situation et ...un peu de chance!


DSK? Cela peut lui profiter...mais voudra-t-il et pourra-t-il se réinsérer dans la politique française dans 3 ans?


Et s'il le faisait est-on certain qu'il le ferait au PS? Et si l'ouverture de Sarkozy trouvait son point d'orgue ave DSK? Sur la crise ils semblent sur une position bien proche, et il arrive
assez souvent qu'ils disent du bien l'un de l'autre. Amitiés.



Elie Arié 26/11/2008 11:46

Comme ces petits partis sont obligés de s'intégrer dans un des deux grands ensembles de majorité/opposition de gouvernement, je dirais qu'en France nous transformons en partis ce qui, ailleurs, sont de simples courants: (le New Labour a toujours intégré une petite minorité trotskiste: l'ex-maire de Londres, etc.).

Peut-être le vieux souvenir du "parti-charnière" des III è et IV è Républiques, et la possibilité de peser davantage en tant que petit parti allié qu'en tant que petit courant minoritaire?

Marc d'Here 26/11/2008 12:05



Sans doute le fait de pouvoir peser davantage est une explication.


Mais surtout je crois que ces petits partis (et notamment La Gauche Moderne) ne peuvent pas être des courants de grands partis, car les différences sont trop marquées (historiques, 
idéologiques. stratégiques ou éthiques).


Pourquoi toujours essayer, Elie, de ramener quelque chose de neuf, que tu as du mal à comprendre, comme tu le dis toi-même,  à du déjà vu ( le Labour ou la IIIème République)...Essaie une
bonne fois de sortir de ton archaïsme...



Elie Arié 26/11/2008 11:01

Ce qui m'étonne, actuellement, c'est, malgré l'évolution vers le bipartisme induit par l'élection présidentielle à deux tours,et malgré l'échec de Chevènement, la multiplication de nouveaux micro-partis (Bockel, Mélenchon, Dupont-Aignan).

Marc d'Here 26/11/2008 11:06


Ces petits partis (certains deviendront grands) naissent d'une vision politique, d'un projet, d'une exigence de clarté et d'éthique que l'on ne retrouve pas dans les grands partis existants.


Elie Arié 26/11/2008 10:39

Oui, pas mal vu; mais tu es peut-être (hélas!) trop pessimiste sur l'avenir de Royal, car un de ses alliés, pas tombé de la dernière pluie, vend la mèche sur son vrai projet, qui représente peut-être effectivement l'avenir des partis politiques:

http://www.lepost.fr/article/2008/11/26/1337704_ll-faudra-unifier-le-ps-et-le-modem-pour-faire-un-parti-democrate.html

et moi aussi, je suis prophète, car j'écrivais 48 heures avant:

http://www.lepost.fr/article/2008/11/24/1336257_la-raison-profonde-du-tout-sauf-royal.html

Marc d'Here 26/11/2008 10:50


Rien n'est impossible...Et effectivement Royal manifeste une ambition personnelle et une obstination plus fortes encore que je ne le pensais.