Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 21:34



Deux textes, de nos amis Jean-Louis Caccomo et Christophe Chomant, avant le vote de jeudi

 

Il est pour le moins cocasse de voir les leaders socialistes, qui n’ont de cesse de décliner le refrain « des dégâts de l’individualisme et de la compétition effrénée qui sous-tend la logique capitaliste », s’étriper dans une compétition féroce pour prendre la direction du parti socialiste entretenant ce parti dans une crise permanente.

 Les partisans du tout-collectif et de la fraternité entre les hommes seraient-ils finalement comme quiconque habités par un égo incontournable les conduisant à mettre au second plan l’intérêt général de leur propre organisation, ou l’intérêt général tout court dont ils sont pourtant les ardents défenseurs (car il est dans l’intérêt général d’une démocratie saine d’avoir une opposition solide et organisée).

L’individualisme de fait des ténors de l’anti-individualisme ne surprendra pas un économiste si on admet l’idée que la politique constitue un marché. Et sur ce marché des idées et des projets politiques, il est sain qu’existe une concurrence entre différents porteurs de projets afin de faire émerger le meilleur candidat sachant que l’on ne connait jamais le meilleur par avance. C’est la fonction des primaires aux USA. Dans ce domaine aussi, le monopole serait la pire des choses puisqu’il signifierait la dictature.

Les socialistes seraient en tout cas les premiers à redouter un effondrement du capitalisme car ils n’existent que dans la critique de l’économie de marché. Mais pour peu que celle-ci s’effondre vraiment – ce que je ne crois nullement -, qu’auraient-ils à proposer comme alternative ? Oseraient-ils sérieusement nous dévoiler le commencement d’un projet d’une économie fondée sur les principes socialistes ? Il faudrait avoir le courage de présenter à l’opinion la réalité de ces principes car leur mise en application a toujours et partout produit les mêmes effets désastreux.

En tout état de cause, une économie socialiste n’aurait même pas le luxe d’entrer en crise car une économie socialiste n’a jamais fonctionné du tout. Pour entrer en crise, il faut d’abord exister ! La crise, comme la crise d’adolescence qui caractérise l’évolution et la mutation d’un individu, est la manifestation d’une évolution, ce qui est la caractéristique profonde des économies de marché (fondée sur l’innovation perpétuelle).

Par contre, l’innovation ne semble pas caractériser le discours socialiste figé dans des canons d’un autre âge. Or, le discours socialiste aura grandement besoin d’évoluer si le PS veut s’approcher un jour du parti travailliste britannique ou du parti démocrate américain dont le leader Obama, devenu président des Etats-Unis, a tant séduit les socialistes (et pas seulement les socialistes).

 Jean-Louis Caccomo

 

Ah, le beau spectacle ! Il faut dire qu’on a une sacrée équipe : entre
un premier secrétaire dont l’envergure intellectuelle se résume à
critiquer le moindre fait de N. Sarkozy ; une ex-épouse de premier
secrétaire qui s’échine à faire le grand écart entre ouverture
sociale-libérale et vieux boniments marxistes ; un maire de Paris qui se
prétend libéral… mais décide d’augmenter les impôts ; une maire de
grande ville favorable à une interdiction des licenciements… qui
provoquerait un doublement du chômage ; un ex-premier ministre ayant
rejeté l’Europe uniquement pour faire parler de lui ; un président de
FMI qui n’a jamais eu le courage de s’afficher clairement social-libéral ;
de jeunes loups dont les fausses colères n’ont d’autre ambition que de
servir leur propre carrière ; et des élus locaux qui n’en pensent pas
moins mais dont l’opinion est verrouillée par leur baron… Une belle
équipe, que nous envient les droites du monde entier !


Cette élite pensante qui, au 21ème siècle, n’a toujours pas compris que
l’économie de marché est celle qui fonctionne le moins mal ; que
l’entreprise est la première créatrice de biens, de richesse et
d’emplois ; que le chômage ne peut être combattu que par un allègement
des charges pesant sur l’entreprise ; que seule la maîtrise des dépenses
publiques permettra non seulement d’alléger ces charges mais également
d’insuffler une nouvelle politique sociale digne de ce nom ; que les
citoyens doivent être responsabilisés dans leurs dépenses de santé ; que
l’augmentation de l’espérance de vie imposera celle du temps de travail…

Qui n’a toujours pas compris que la prise en compte de ces contingences
n’empêche nullement d’être épris de justice sociale, d’équité et de
solidarité, en un mot d’être de « gauche ». Que l’engagement
progressiste n’interdit pas d’être lucide ou de responsabiliser les
citoyens, loin de là.


Et c’est ainsi que notre parti socialiste reste le dernier parti  européen à ne
pas s’affirmer clairement social-libéral, à demeurer embourbé jusqu’au
cou dans des refrains et démagogies marxistes hors d’âge.
Qui n’a pas compris… ou pire : qui fait semblant de ne pas comprendre.
Par électoralisme.

Mauvais calcul ! Car les citoyens, bien plus intelligents que ne le croient les apparatchiks, sanctionnent dans les urnes tout programme incohérent, médiocre, trompeur ou  
périmé, a fortiori les quatre à la fois comme ce fut le cas pour les dernières présidentielles.


Comment a-t-on pu en arriver là, vingt-cinq ans après Mitterrand ?
Prenez un zeste de militant soucieux de ne pas perdre de voix
communistes ; versez une dose de dirigeant plus égotiste que visionnaire ;
rajoutez un soupçon d’élu local dont l’opinion sincère est verrouillée
par des enjeux de carrière. Secouez énergiquement le tout, versez sur un
lit de glace pilée et rangez au congélateur.


Les vrais progressistes – Rocard, Allègre, Kouchner, Bockel, Besson…
Ils sont partis depuis longtemps ! Pour survivre intellectuellement,
pour rester progressistes. Ce qui fait qu’à présent, hormis quelque trop
rare Valls ici ou là, il ne reste plus au PS beaucoup de neurones qui  bougent.


Allez…! Bonne continuation sur le chemin de l’horizon radieux et de la
pensée zéro… et que le dernier éteigne derrière lui en sortant !


Christophe Chomant

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis Caccomo et Christophe Chomant - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires

marc d Here 23/11/2008 17:25

Jusqu'où oseront-ils aller ? Le match Ségolène Royal/Martine Aubry semble maintenant déboucher sur une série de règlements de compte. Dernier exemple en date ce dimanche. Le premier secrétaire de la fédération PS du Nord, Gilles Pargneaux, proche de Martine Aubry, a ainsi annoncé qu'il porterait plainte pour diffamation contre Manuel Valls, l'un des lieutenants de Ségolène Royal, après son annonce d'une plainte pour faux en écriture à propos d'un décompte de voix d'une section PS à Lille.....
Lefigao.fr

Il faut avouer que, vu de l'extérieur (heureusement!) le comportement de Royal et de Valls devient complètement irresponsable...

marc d Here 23/11/2008 13:51

Jean-Marie Bockel, ex-PS rallié à Nicolas Sarkozy, a vu dimanche dans la crise que traverse le Parti socialiste "l'aboutissement tragique d'un processus de désagrégation".

L'élection contestée du Premier secrétaire est "l'aboutissement tragique d'un processus de désagrégation que je vois venir depuis dix ans et qui m'a fait prendre mes distances avec ce parti", déclare le secrétaire d'Etat à la défense et aux Anciens combattants dans un entretien dimanche au quotidien régional L'Alsace.

Le PS est "durablement plombé aux yeux d'une partie de l'électorat de gauche, c'est-à-dire une gauche réaliste, pragmatique, qui se reconnaît dans la gauche européenne", estime le président de La Gauche Moderne, petit parti allié à l'UMP, qui doit tenir dans une semaine son congrès fondateur.

Le point.fr

marc d Here 23/11/2008 11:11

Benoît Hamon, candidat malheureux à la direction du PS et soutien de Martine Aubry, s'inquiète dimanche dans les colonnes de Sud Ouest dimanche pour "l'existence même" du Parti socialiste et demande aux royalistes de "respecter le vote des militants". "Je craignais effectivement que la situation dégénère, mais pas à ce point", s'alarme le leader de la gauche du parti, qui avait appelé à voter pour Martine Aubry. "La situation devient grave voire dangereuse (...) Aujourd'hui, l'unité du Parti socialiste est en cause. Et son existence même", estime Benoît Hamon.

"Je suis d'accord pour que l'on recompte et que l'on vérifie ce que l'on veut. Mais il existe des procédures, qu'il faut respecter", poursuit-il avant de s'interroger: "Comment pourront-ils (les royalistes) travailler avec ceux qu'ils viennent de qualifier de voleurs et de tricheurs ?". Il dénonce également "l'instrumentalisation des médias à des fins politiques" dont se rendrait selon lui coupable Ségolène Royal, jugeant qu'"on n'a pas le droit de casser le principal parti de France pour une ambition individuelle". Benoît Hamon appelle enfin les dirigeants royalistes à "changer de comportement" et à "cesser de dresser les socialistes les uns contre les autres".

Le point.fr

marc d Here 23/11/2008 10:53

Michel Rocard se refuse à commenter outre-mesure la situation au PS, en préférant, comme on le fait à l'hôpital, baisser "la voix", face à la "double maladie" dont souffre son parti: de leadership et de refus de la société de marché.

Dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France, l'ancien premier ministre assure que le PS "souffre d'une double maladie. Outre une crise de leadership, il n'admet pas, ou très mal, que la société de marché soit installée, qu'on soit dedans et qu'il faille la faire fonctionner".

"Donc, le PS est plutôt mal portant", poursuit l'eurodéputé. "Et comme je respecte les hôpitaux, je baisse la voix comme on doit le faire quand il y a un malade dans une pièce. Ne m'en demandez pas plus".
Source AFP

Il n'a pas parlé d'une autre maladie qui apparait au grand jour au vu de cette élection: le caractère non démocratique de ce parti, avec, dans tous les camps semble t-il, la fraude électorale.

marc d Here 22/11/2008 09:15

Il semble donc que Martine Aubry l'emporte avec 42 voix d'avance sur Ségolène Royal. Celle-ci conteste le résultat et les deux camps s'accusent de fraude (ce qui est sans doute vrai pour les deux)...Le PS, déchiré et sans projet sombre dans le ridicule et l'abject.

Elie Arié 19/11/2008 23:23

Quelle calomnie! Hollande et Royal ("ex-épouse") n'ont jamais été mariés!

Plus sérieusement: le démagogique "Delanoë augmente nos impôts" (depuis combien de temps n'avaient-ils pas été augmentés?), en oubliant qu'il municipalise la distribution d'eau.

Pour le reste de l'article " Tout ce qui est excessif est insignifiant" (Talleyrand)

Marc d'Here 19/11/2008 23:56


Oui, Delanoë augmente, beaucoup, les impôts ce qui n'est pas acceptable. Je ne vois pas en quoi la municipalisation de l'eau vient
compenser, justifier ou excuser cela. Delanoë a subi une grave défaite dans cette élection. On s'aperçoit, y compris au sein du PS, que c'est une "fausse valeur".