Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 10:05

Pour le Congrès fondateur de La Gauche Moderne les 29 et 30 novembre à Suresnes (92), un projet de motion a été adressé aux militants.

Ce projet sera discuté et amendé dans les sections et fédérations.

Il est publié  sur ce blog, en plusieurs fois...  
Vos remarques seront les bienvenues.

 

 .......

 

 

.....L’exigence de liberté individuelle et de responsabilité, entraîne la reconnaissance du même droit pour autrui ce qui induit refus des discriminations, démocratie, et pour tout dire égalité ou équité. Il est vain d’opposer l’exigence de liberté à celle d’égalité.
Donner toute sa place à la liberté, interdit d’en refuser l’exercice à d’autres. Vouloir la liberté, c’est la vouloir pour tous, ce qui passe par la recherche de l’égalité, ou, selon la belle expression de Monique Canto-Sperber, par la construction de « libertés égales ».

 

 

Alors, certes l’égalité absolue de situation est impossible, mais cette constatation ne contredit pas notre volonté de voir réduire les inégalités, car autant une société de « l’égalité parfaite » serait une société immobile et déjà « morte », autant les inégalités excessives déchirent les sociétés et peuvent les faire mourir.

Si toute inégalité n’est pas forcément une injustice, la suppression des inégalités injustifiées et la réduction des inégalités excessives constituent des exigences. Nous refusons la persistance des inégalités entre les hommes et les femmes, celles s’appuyant sur une origine sociale ou ethnique, celles liées à une orientation sexuelle ou une façon de vivre sa vie privée, celles encore résultant d’un statut ou d’une situation privilégiée prédéterminée.

Nous refusons les inégalités héritées. Nous refusons l’idée d’inégalités dont on ne pourrait pas sortir. L’égalité à laquelle nous aspirons, au-delà de l’égalité de droits, est l’égalité des chances ou, mieux, celle que le sociologue Eric Maurin appelle « l’égalité des possibles ». C’est la possibilité, quelle que soit sa situation, son handicap ou son origine, de s’insérer dans la vie sociale ou professionnelle, d’accéder aux biens collectifs - éducation, emploi, santé - et de pouvoir en tirer un même profit.
C’est l’égalité dans les opportunités offertes à chacun d’utiliser au mieux sa capacité d’autonomie, ses talents et sa volonté.
 

De même que notre « liberté pour agir » nous sépare de la liberté formelle, notre conception de l’égalité nous sépare de l’égalité globale et de principe qui anime nombre des politiques sociales traditionnelles. Est-ce l’égalité que de vouloir la même école et les mêmes moyens pour tous, alors que l’on sait que les possesseurs d’un patrimoine culturel et vivant dans un environnement privilégié seront ainsi avantagés ? Est-ce égalitaire de laisser chaque individu dans la même situation face à l’emploi quand un jeune d’origine immigrée a trois fois moins de chances d’être embauché qu’un Français « de souche » ? Est-ce égalitaire d’attribuer, pour aider à élever leurs enfants, davantage aux familles aisées qu’aux familles défavorisées, avec des allocations familiales également réparties, ajoutées à un quotient familial qui avantage les plus hauts revenus? N’est-il pas plus conforme au désir d’égalité, de construire des dispositifs qui aident vraiment certains individus à combler leur retard ? L’égalité formelle - facilement baptisée républicaine – pensée à travers le prisme de l’uniformité,  est en elle même porteuse d’inégalités et vouloir traiter de la même manière des situations différentes est porteur d’injustice. On ne peut poser le principe d’égalité en faisant comme si il n’y avait pas de différences au départ entre les individus, et que tous, passant dans le même moule, devaient en retirer le même profit. Quand une inégalité existe à l’origine, l’égalité de traitement est une manière de prolonger cette inégalité, alors qu’une forme d’inégalité compensatrice peut l’atténuer.  Il faut donner plus à ceux qui partent avec moins si l’on veut que tous aient des chances comparables de réussite et d’épanouissement. C’est le moyen de lutter contre l’exclusion sociale. C’est aussi la juste signification de la solidarité et la condition réelle de sa mise en oeuvre.

 

 Notre vision est celle d’un humanisme qui, refusant les discriminations de toutes sortes et faisant appel à la responsabilité de chacun, ouvre un large champ d’autonomie et d’épanouissement personnel, d’initiatives sociales et d’actions solidaires. Elle exprime une confiance dans l’homme et dans la société.


Nous voulons une politique adaptée à la société complexe d’aujourd’hui, attentive aux situations et aux devenirs individuels, ouverte aux initiatives, favorisant la cohésion sociale, plus soucieuse d’incitation que de volonté dirigiste. Une politique, et une méthode, réformistes, que nous mettrons en œuvre en sachant que toute réforme, même attendue, ne sera tolérée que si elle résulte d’un débat démocratique, mise en perspective, suffisamment expliquée pour en faire comprendre l’utilité, et si les efforts demandés apparaissent justement répartis.
Notre société a besoin de la réforme mais elle ressent d’abord le besoin de la justice.

Les citoyens, qui sont conscients que des transformations sont nécessaires, craignent l’insécurité qu’elles peuvent entraîner lorsque rien n’est dit ou fait pour les informer de ce qu’ils peuvent en attendre. Ils se replient sur l’existant – même peu satisfaisant – lorsqu’ils ignorent ce que leur apportera le changement. L’atomisation, l’apathie, qui « plombent » notre pays ne trouveront de remède que dans l’affirmation d’une ambition collective capable, parce qu’elle sera comprise, de rassembler les intelligences et les énergies.

 C’est lorsqu’on ne propose aucune perspective que se développe la crispation sur ce qui paraît acquis, c’est lorsqu’ils peuvent adhérer à une vision de l’avenir et partager une espérance, que les peuples s’impliquent et deviennent moteurs. Celui qui attend trop souvent qu’on le prenne en charge et qui réagit par la récrimination et la revendication, retrouvera le désir de construire parce qu’il en attendra son développement et son épanouissement. L’acceptation des efforts qui accompagnent toute transformation, l’énergie nécessaire à la construction de l’avenir ne seront possibles que si un projet est proposé, une voie indiquée, un débat ouvert pour la choisir, des moyens fournis pour s’y engager.

C’est ainsi que pourra se bâtir cette société, libérale et solidaire, rendant chacun conscient de ce que peut lui apporter l’avenir et, en conséquence, désireux et capable de devenir l’acteur responsable du changement. Une société de justice, de droits et de devoirs partagés, dans laquelle les destins ne se construisent plus de manière irréversible, mais où chacun d’où qu’il vienne, quels que soient son parcours et ses choix puisse se dire qu’il a sa chance, sa chance de réussir sa vie professionnelle et sociale, sa chance de vivre pleinement sa vie d’homme ou de femme.

C’est pour notre société le moyen de répondre aux dangers de délitement, de résignation ou de violence qui la menacent. Chacun doit retrouver confiance en l’avenir, avoir le sentiment que la société le reconnaît, pourra lui ouvrir des portes, valoriser son travail, récompenser ses efforts et ses talents, et si l’échec survenait, lui apporter son secours pour une nouvelle chance. C’est la condition de l’amélioration du sort de chacun, tout autant que celle du dynamisme social et du progrès collectif. C’est vouloir, à la fois, l’expression des libertés et l’exigence de justice.

Cette vision sera un objectif mais aussi un moteur car c’est pour s’en approcher que chacun trouvera la volonté de s’engager. Nous avons l’ambition de contribuer à donner forme à cette société dynamique et solidaire, qui aura retrouvé à la fois une espérance et une volonté d’agir, un but et des moyens d’y parvenir. Une liberté et une responsabilité.


La crise globale que nous allons vivre dans les mois et les années qui viennent, loin d’être le moment d’un repli, doit être le moment de s’élancer vers l’avenir, de le construire sur ces bases renouvelées.


...suite à venir...

Partager cet article

Repost 0
Published by La Gauche Moderne - dans Projet politique
commenter cet article

commentaires

Elie Arié 13/11/2008 01:05

Je t'expliquais qu'il avait fallu plusieurs années pour en arriver au précédent Bretton Woods, et qu'on est loin de savoir en quoi consistera le prochain, si jamais il voit le jour.

Marc d'Here 13/11/2008 07:55


C'est un argument qui ne justifie en rien ce que tu prétendais  à savoir qu'il faudrait de longues années pour "mettre en oeuvre" de nouvelles régulations. Ce qui ne repose sur
rien. 

D'abord parceque le fait qu'il ait fallu du temps pour parvenir aux accords de Bretton Woods, ne signifie en rien qu'il en faudra autant pour arriver à de nouveaux accords. Toujours cette
vision passéiste : ça a été comme ça dans le passé, ce sera donc encore comme ça dans le futur!

Et puis surtout parce que parvenir à de nouvelles régulations n'oblige pas à un "nouveau Bretton Woods". Cela serait la fin du processus, le résultat idéal, mais beaucoup de régulations peuvent
être décidées et mises en oeuvre avant...L'action de Sarkozy et de l'Europe peuvent permettre d'y parvenir relativement vite.


Elie Arié 13/11/2008 00:15

Mais oui: on parle (sans trop savoir ce qu'on entend par là) d'un "nouveau Bretton Woods": mais l'ancien Bretton Woods, on avait commencé à l'évoquer dès le New Deal, avant même la 2 ème guerre mondiale.

Et, pour l'instant, le moins qu'on puisse dire est que l'unanimité ne règne pas pour savoir de quoi le prochain sera fait...(aujourd'hui même, Paulson a changé son fusil d'épaule, renonçant à son plan de rachat d'actifs invendables des banques, et estimant qu'il était plus efficace d'investir directement dans le capital de ces établissements: de quoi donner des idées à Sarkozy?).

Marc d'Here 13/11/2008 00:36



Je ne comprends rien à ce que tu racontes, et je ne vois pas le rapport avec notre précédent échange ou l'article concerné...Tu est toujours aussi confus, mais ce n'est sans doute pas involontaire
cette fois-ci.

Enfumer est un moyen souvent utilisé quand on perd pied et que l'on manque d'argument.


Elie Arié 12/11/2008 20:43

"La crise globale que nous allons vivre dans les mois et les années qui viennent"

"Dans les années qui viennent"?
Si tu étais d'accord avec moi, pourquoi ne pas l'avoir dit d'emblée?

Marc d'Here 12/11/2008 22:34



Je n'ai jamais dit autre chose. J'ai toujours pensé que les effets de cette crise se feraient sentir un an ou deux...Même si elle s'adoucir sans doute

 Toi, tu écrivais qu'il faudrait des années (autour de 7 ou 10 si l'on te comprenait bien) pour METTRE EN OEUVRE des mesures de régulation!...Ce que je ne crois pas du tout.

Bien différent!