Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 11:37
Le congrès fondateur de La Gauche Moderne aura lieu les 29 et 30 novembre à Suresnes (92)...

Nous vivons l’époque de la globalisation de la production, de la consommation et de la communication. Cette mondialisation, qui s’impose à nous, fait de la terre le village global où les humains peuvent rêver de se comprendre mieux, mais elle échappe bien souvent à la volonté démocratique. Si nous devons nous protéger des menaces, corriger les dérives qu’elle provoque, comme la financiarisation extrême de l’économie, dont les excès sont sous nos yeux, nous devons savoir saisir les opportunités de développement qu’elle offre à la société, les possibilités d’épanouissement qu’elle apporte aux individus

Nous favoriserons toutes les coopérations internationales pour réduire les inégalités, protéger les ressources naturelles et faire vivre le développement durable. Ainsi nous nous protégerons des menaces et des dérives que la mondialisation véhicule.

Au plan national, nous voulons sortir la France des systèmes ankylosés, dont plus personne ne sait à quoi ni qui ils servent, mais dont tous ressentent combien ils coûtent. Pour cela, nous voulons réformer l’intervention et le fonctionnement d’un Etat, dont nous réaffirmons le rôle majeur mais qui doit se repositionner sur ses missions essentielles : éducation, sécurité, justice, santé, protection sociale, savoir prendre des initiatives dans les situations d’urgences.

 
L’éducation, parce qu’elle est à la fois la meilleure arme qui puisse être fournie aux individus dans le monde changeant d’aujourd’hui est la meilleure garantie de compétitivité de nos économies. Elle doit devenir plus égalitaire et plus performante, élever le niveau de tous, y compris des meilleurs, et s’affirmer comme le moyen le plus efficace de parvenir à une réelle égalité des chances.

La sécurité, qui est un droit pour chaque citoyen et qui exige politique de prévention, fermeté dans la sanction, aide à la réinsertion.

 
La protection sociale, qui doit bénéficier à tous, sans excéder les moyens disponibles, ce qui exigera rigueur de la gestion, responsabilisation des acteurs, et proportionnalité dans les contributions.

La puissance publique doit agir par l’incitation et le contrat, plus que par la réglementation et doit limiter ses dépenses de fonctionnement, pour réduire les déficits et retrouver ainsi des capacités d’action et d’investissement, notamment pour la recherche et dans le domaine social.

L’Etat doit tendre vers un allègement des prélèvements, avec la volonté de simplifier la fiscalité et de la rendre plus équitable en faisant en sorte que les plus aisés participent proportionnellement davantage qu’aujourd’hui à l’effort commun. Par souci de justice sociale nous avons la volonté de simplifier la fiscalité et de la rendre plus équitable, notamment par l’instauration d’une flax-tax.


Profondément décentralisateurs, nous voulons rationaliser les niveaux administratifs en répartissant les compétences de manière bien définie et en les dotant de ressources financières propres et suffisantes à leur autonomie. Au plus près des initiatives et des besoins, nous favoriserons l’intervention des acteurs locaux et associatifs.

 
La libération des énergies, l’initiative et la concurrence nous donneront les moyens de la solidarité et du progrès social. Nous voulons concilier liberté et solidarité : agir pour les plus fragiles, garantir à chacun le droit à un suivi professionnel, social et sanitaire, en refusant les mécanismes globaux d’assistance qui pénalisent trop souvent l’initiative et la compétitivité. Nous refusons les privilèges, les statuts rigides mais aussi l’égalitarisme formel où les systèmes de redistribution ratent leurs objectifs faute d’être ciblés.
Pour promouvoir l’égalité réelle et donner à chacun sa chance au départ, l’éducation et la formation, le soutien aux initiatives, l’incitation à l’emploi doivent faire vivre le principe d’équité et corriger les inégalités et les discriminations.


Nous nous engageons à promouvoir une économie réelle qui allie l’efficacité et la justice. Nous visons le plein emploi. Pour l’atteindre, au-delà d’une politique de croissance durable, nous privilégierons le soutien aux individus notamment par la formation tout au long de la vie, l’incitation à la responsabilité et à la mobilité professionnelle, la combinaison de la fluidité et de la sécurité, l’assouplissement négocié du droit du travail, la conditionnalité des aides et des prestations.

Pour un développement solidaire du monde, nous nous engageons à accompagner le développement pour l’union de la Méditérranée. Une politique de coopération libérée de toutes ses pesanteurs apparait comme indispensable.

La garantie des Droits de l’Homme sera érigée en exigence, de même qu’ une politique active de lutte contre le terrorisme et les fondamentalismes, une politique d’immigration concertée, pour un monde que nous voulons plus sûr.

Dans l’Union européenne nous mettons l’espoir qu’elle soit l’outil privilégié qui permettra de peser pour la réalisation d’une meilleure gouvernance mondiale et d’un développement équilibré.

Les orientations que nous venons de présenter, et qui peuvent être qualifiées de sociales libérales, ont largement été adoptés par la plupart des partis sociaux démocrates d’Europe. En les développant, nous pourrons utilement agir pour la rénovation de la gauche, mais aussi contribuer à la poursuite et à l’approfondissement d’une politique de réforme juste.

Elles figureront au cœur du projet que notre Congrès de Suresnes élaborera, les 29 et 30 novembre prochains en fondant officiellement et démocratiquement le Parti de La Gauche Moderne.

 

Appel établi lors des Rencontres nationales de Mulhouse  le 20 septembre 2008, et proposé au débat des militants.

La Gauche Moderne

Partager cet article

Repost 0
Published by La Gauche Moderne - dans La Gauche Moderne
commenter cet article

commentaires

marc d Here 23/10/2008 18:51

La Gauche Moderne, parti du secrétaire d'Etat Jean-Marie Bockel, a lancé hier sa fédération parisienne qui compte une centaine d'adhérents. Aujourd'hui doit être inaugurée la fédération du 92 (une trentaine de membres) avant celle du 94 la semaine prochaine."

20 minutes ( articles plus complets dans Le Figaro et le Parisien notamment...)

Les fédérations de La Gauche Moderne se constituent et préparent le Congrès fondateur de ce jeune parti de centre gauche, membre de la majorité présidentielle.

Elie Arié 06/10/2008 14:41

Ajoutons qu'avec cette proposition de flat-tax, la "gauche moderne" se positionne à l'extrême-droite de la majorité présidentielle, et peut être même en dehors d'elle et à sa droite, parce que j'imagine mal Sarkozy instituant une mesure aussi inéquitable, qu'il n'a d'ailleurs jamais évoquée.

Curieux itinéraire que celui de Jean-Marie Bockel, passé du CERES très marxiste de Chevènement au blairisme (jamais Blair n'a évoqué la flat-tax!) puis au sarkozysme, puis à la droite du sarkozysme, puis, avec cette flat-tax, plus à droite que le sarkozysme.

Elie Arié 06/10/2008 13:50

Et bien entièrement d'accord sur ces principes, mais c'est dans leur application qu'apparaîtront les divergences: par exemple, comme je l'ai déjà dit souvent, sur cette fixation pathologique sur la flat-tax, qui est certes "simple", mais tout sauf "équitable" (demander 10% de son revenu à un smicard ampute bien davantage son niveau de vie que de demander 10% de son revenu à un millardaire), et contredit donc la phrase qui la précède.