Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 11:32
Ségolène Royal a fait l’autre soir au Zénith, à Paris, devant une salle pas tout à fait pleine, venue sans doute autant pour le concert que pour elle, ce que certains ont à juste titre, semble-t-il, appelé un « show ». Nouvelle coiffure, nouvelle tenue,  nouvelle gestuelle récemment répétée, éclairages savants, c’était une  soirée qui se revendiquait clairement  people, branchée, théatrale et médiatique....C’était même plus que cela, et il y avait vraiment un côté télévangéliste ou secte que certains peuvent juger inquiétant et que je pense seulement un peu ridicule.

Qui n’a pas vu, à la télévision au moins, Ségolène Royal à la fin de son « show », le regard illuminé, les bras tendus, dans un faisceau de lumière bleue, faire répéter, en détachant bien les syllabes, et en criant de plus en plus fort,  à une salle  en extase,  Fra-ter-ni-té,  Fra-ter-ni-té….s’est privé d’un spectacle de choix. Surtout venant après le déjà célèbre et déjà drôle « aimez-vous les uns les autres »….Mais pas d’inquiétude cela restera dans les archives et les chaînes devraient nous le repasser souvent.

Dans ce « show », il y a eu aussi, quelques passages politiques, passionnants à plus d’un titre. D’abord  elle ne cite plus le PS, n’y fait plus référence….Ensuite, et cela peut être une explication, elle marche hardiment sur les plate bandes de Besancenot, affirmant, elle qui voulait un temps s’allier à Bayrou, qu’il fallait radicalement changer le système capitaliste, appelant au soutien des luttes sociales voire à…la révolte….Impressionnant !


Mais il y a mieux et plus réjouissant. Elle a quasiment annoncé, du moins c’est ce que, avec d’autres, j’ai compris, qu’elle serait, envers et contre tout et tous, candidate à l’élection présidentielle de 2012, son obsession. Très bien. Comme il y a toutes chances que le PS ne la choisisse pas comme candidate officielle, on aura vraisemblablement deux candidats socialistes en 2012, le candidat désigné par le PS (Hollande, Delanoë ou Aubry) et la candidate auto désignée et « appelée », Royal.


C’est, on s’en doute, une excellente nouvelle pour la majorité et bien sûr pour Bayrou, qui, quoique en perte de vitesse, serait ainsi assuré de terminer à la  deuxième place,  au  premier tour….Il doit déjà se réjouir, et se voir déjà disputant le second tour face à Nicolas Sarkozy…Dans l’hypothèse, bien sûr où ce dernier n’aurait pas été élu au premier tour….Mais c’est une autre histoire, et on y reviendra…

 

Marc d’Héré

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires

marc d Here 06/10/2008 15:21

La fin de l'article de Michel Maffesoli, dans Le Figaro du 02 10, que nous conseillait Ascensi...


......En effet, qu'était l'essence du politique dont il a été question ? On définissait un programme rationnel, s'adressant à des individus rationnels, et c'est sur cette base que l'on obtenait une adhésion. La politique reposait sur une logique de conviction. Le show de Ségolène témoigne en paroxysme d'une tout autre logique : celle, je l'ai indiqué, qui ne sollicite pas le cerveau, mais le ventre. Ce sont les sens qui sont mus. La conviction laisse la place à la séduction. Tout est bon pour susciter et réveiller le pathos primordial. Ce qui dans une période dans laquelle les certitudes économiques rationnelles se sont écroulées et les paroles des experts, invalidées, peut prêter à tous les espoirs comme à toutes les inquiétudes.

À coup sûr, Ségo a su écouter les sociologues qui l'entourent. En tout cas, s'ils existent, les plus cultivés d'entre eux. Ils ont dû lui indiquer le rôle que Durkheim attribuait aux «rites piaculaires». C'est-à-dire la nécessité, lors des effervescences festives, de pleurer de joie, d'exaltation, de hargne. Ces pleurs collectifs confortant le sentiment qu'une communauté donnée a d'elle-même. Ils servent de liant (lien) social.

Voilà bien le message subliminal qu'a lancé S. R. non pas aux caciques du PS, mais bien, au-delà, à tous ceux qui sont mus par des passions communes. Au-delà du contrat rationnel, elle montre l'actualité du pacte émotionnel. Elle rappelle que le consensus, au plus près de son étymologie (Cum sensualis), a une forte charge affectuelle. Il met en jeu les affects multiples.

Quand la «fièvre du samedi soir» atteint les hommes et femmes publics on peut dire que la politique est transfigurée. Est-ce une bonne nouvelle ?

ascensi 06/10/2008 14:07

Je ne sais plus ce que j'écrivais sur Ségolène sinon qu'elle m'avait bien fait rire. Ses excentricités me semblaient relever d'un choix racoleur et populiste. Je vous conseillais à ce sujet un article de Maffesoli dans le Figaro du 1er octobre.

Elie Arié 05/10/2008 02:12

Je me demande si nous ne sous-estimons pas la popularité de Royal: tout article sur elle entraîne une avalanche de commentaires...même ici!
"Dites-en du bien, dites-en du mal, mais parlez-en" est le principe de toute publicité.

Le huron 04/10/2008 20:19

Les concurrents, adversaires et ennemis de Ségolène Royal ont manqué une occasion en or : celle de trouver son show excellent de tous les points de vue. Cela l'aurait encouragée à continuer dans la même veine ... et l'aurait définitivement coulée, sauf auprès de quelques groupies.

Elie Arié 04/10/2008 17:52

Les grands meetings politiques constituent toujours, en partie, une régression psychologique , qui confine à une forme de psychothérapie: à juste titre appelés "grandes-messes", où la personnalité (et ses problèmes...) de chacun se dissout dans l'illusion d'appartenir à une grande personnalité unique et commune


Il s'agt là, en réalité, d'une méthode thérapeuique, apparentée à la thérapie de groupe, dont les racines remontent à l'origine des sociétés humaines.

Classiquement, dans les sociétés anciennes à forte organisation collective, la maladie d’un individu était vécue comme une perturbation de l’harmonie générale et conçue comme un symptôme de dérèglement du corps social.


Ainsi, un malade était perçu comme possédé par de « mauvais esprits » qui menaçaient l’ensemble de la société, et le traitement consistait en des rites d’exorcisme auxquels participaient tous les membres de la collectivité, sous la direction du prêtre-sorcier-médecin, profession unique dont le rôle consistait beaucoup plus à protéger le groupe qu’à guérir un individu : à ses origines, la médecine était indissociable des croyances collectives, et la fonction de médecin de celle de prêtre-sorcier.


On retrouve évidemment une partie de cette fonction de thérapie de groupe dans les meetings politiques, mais tout particulièrement dans certains meetings de Ségolène Royal: celui de Charléty, mais, encore plus, celui du Zénith, avec son extraordinaire séquence du "Répétez avec moi: Fra-ter-ni-té; voilà, c'est bien, vous êtes guéris!"

Et, en effet, les commentaires de beaucoup de ceux qui y ont pris part sont ceux d'un malade guéri: "Je me sens regonflé à bloc! ".

Mais, comme l'a dit André Malraux, en réalité, "on ne communie que dans l'ambiguïté" : voilà pourquoi il était essentiel de ne pas y parler politique, ce qui aurait risqué de rompre le charme (au sens originel du mot: "formule incantatoire, puissance magique ainsi produite").

marc d HERE 04/10/2008 17:26

Vous avez raison, c'est bien tôtpour prévoir...Et dans mes prévisions entraient aussi, avec du raisonnement, beaucoup de souhaits. Dans ce cas précis,je prédis ce que j'espère...C'est souvent le cas, ne croyez-vous pas,

Emmanuelle Colombani 04/10/2008 16:33

Ouh la ... ça me paraît bien tôt pour dire que le PS n'a aucune chance de finir second à la présidentielle, même si Royal se présente ... il reste 3 ans et demi et bien des choses peuvent survenir d'ici là ... Que Royal s'améliore, ça, ça m'étonnerait véritablement ... ! mais d'autres peuvent prendre le relai, un peu mieux, se montrer plus fédérateurs ... je trouve qu'Aubry remonte bien et, en vieille routarde, elle est bien mieux structurée et manie bien mieux la dialectique ... quant à la droite, ma foi, bien malin qui peut prédire ce qu'elle va devenir ...

Elie Arié 04/10/2008 14:38

"Nicolas Sarkozy…Dans l’hypothèse, bien sûr où ce dernier n’aurait pas été élu au premier tour…"

Et même avant?

C'est bien, de terminer par un gag.

marc d HERE 04/10/2008 13:39

Eric Ascensi pourrait peut-être remettre sous cette nouvelle publication, les deux commentaires très judicieux qu'il a déposé sous l'ancien texte? En copié-collé ce ne doit pas être trop difficile; Merci.

marc d HERE 04/10/2008 13:36

Villepin et Marine Le Pen ont trouvé très bien ce show