Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 16:31
Camille Peyrache (avec AFP)
18/09/2008 Le Figaro.fr
 
.

Le Président souhaite que le taux de mortalité de chaque hôpital soit publié et propose de mettre en place un intéressement pour le personnel hospitalier.

En visite à l'hôpital de Bletterans dans le Jura, Nicolas Sarkozy a présenté les «priorités» de sa politique de santé. Le chef de l'Etat demande d'abord à tous les acteurs, de l'hôpital aux assurances complémentaires, de travailler à rendre le système de santé plus économe et plus performant. Il a ainsi confirmé la vaste réorganisation de l'hôpital qu'il avait déjà annoncée. Elle devrait se traduire par la création de regroupements d'établissements. Les plus petits services de chirurgie ou de maternité devraient disparaître pour se consacrer à «la prise en charge du grand âge ou du handicap adulte».

 

Les franchises médicales assumées

 

Le Président français a vivement critiqué «ceux» qui s'opposent aux franchises médicales. «Ceux qui sont contre les franchises sont contre le financement du plan Alzheimer, contre l'ouverture de nouveaux lits de soins palliatifs, contre l'argent qu'on va donner au plan cancer, a affirmé le chef de l'Etat. C'est moi qui ai demandé [à Roselyne Bachelot] de les mettre en œuvre (…). Je n'ai fait qu'anticiper les besoins de demain : le cancer, la maladie d'Alzheimer, les soins palliatifs. Si on veut dépenser plus, il faut trouver des recettes.» La critique vise notamment les membres du « collectif contre les franchises médicales» qui regroupe 70 organisations (syndicats, associations, partis politiques).

 

Pénalités plancher

 

«J'invite l'Assurance maladie à intensifier la lutte contre les gaspillages, les abus et les fraudes», a exhorté Nicolas Sarkozy. Il souhaite ainsi que soient mis en place des «pénalités plancher» pour lutter contre les abus et les fraudes à l'assurance-maladie, dès 2009, «sur le modèle de celui en vigueur pour lutter contre le travail illégal».

 

Equilibre budgétaire pour 2011

 

Le chef de l'Etat donne trois ans à son gouvernement pour réussir à ramener les comptes de la Sécurité sociale dans le vert. «Assurer le financement des dépenses de santé, c'est un défi pour demain qui se joue aujourd'hui. C'est pourquoi je souhaite que l'assurance maladie revienne à l'équilibre en 2011», a précisé Nicolas Sarkozy. Le déficit de l'assurance maladie prévu en 2008 se monte à 4,1 milliards d'euros.

 

Taux de mortalité

 

Par ailleurs, le Président de la république souhaite que les causes des accidents soient identifiées au sein des hôpitaux. Pour cela «il faut que soient rendus publics, pour chaque établissement de santé, quelques indicateurs simples, comme le taux de mortalité ou le taux d'infections», a-t-il proposé. Nicolas Sarkozy souhaite également améliorer les incitations pour l'installation de médecin dans les zones rurales et dans les banlieues.

 

Maladies chroniques

 

Nicolas Sarkozy demande également que «des forfaits de prise en charge des personnes atteintes d'une maladie chronique soient expérimentés par l'assurance maladie et les complémentaires santé. Ces forfaits devront se substituer au paiement à l'acte. Socle d'une prise en charge attentive et régulière, ils seront un élément essentiel de qualité des soins», a poursuivi le chef de l'Etat.

 

Intéressement du personnel ?

 

Le Président Nicolas Sarkozy s'est prononcé en faveur d' «une politique d'intéressement du personnel médical et paramédical» dans les hôpitaux au budget équilibré. «La réforme doit aussi accompagner tous ceux qui s'engagent dans le changement. Pourquoi ne pas permettre aux hôpitaux qui sont à l'équilibre, grâce aux efforts de tous leurs personnels, de redistribuer une partie des excédents à leurs salariés au travers d'une politique d'intéressement ?», s'est interrogé M. Sarkozy, en plaidant pour «une politique d'intéressement du personnel médical et paramédical».

Camille Peyrache
Le Figaro.fr (avec AFP) 18 09 08

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille Peyrache, Le Figaro.fr - dans Santé - protection sociale
commenter cet article

commentaires

marc d Here 21/09/2008 15:26

J'ai répondu sur les franchises, et le fait que nous jouons notre rôle "social" dans la majorité( voir commentaires 11 et 12).

Une remarque, oui, niches fiscales plafonnées, et non pas supprimées....Je me demande bien qui pourrait demander (sérieusement et sans contreparties) la suppression de toutes les niches fiscales....

peaceonearth 21/09/2008 10:49

Lorsque le plus haut représentant de l'Etat appelle à faire des économies et à réaliser un budget à l'équilibre en 3 ans, je me demande quelle légitimité il peut avoir au vu des comptes de l'Etat.

Elie Arié 20/09/2008 01:10

@ Marc

"niches fiscales plafonnées" (mais non supprimées) "RSA": puis-je te rappeler que nous parlions des franchises médicales?

Il me semble qu'après ces annonces sur la santé (en espérant qu'il ne s'agit pas de simples effets d'annonce...)la "gauche moderne" est mieux armée pour critiquer les franchises, qui, seules, relèvent d'une logique différente du reste du plan: une logique d'exclusion comptable fondée sur les revenus, dans un plan qui annonce des réformes structurelles courageuses dans une logique d'efficacité et d'utilité médicales? elles constituent un vrai "corps étranger" conceptuel dans ce plan.

marc d Here 19/09/2008 14:27

Encore un détail, nous avons toujours soutenu le RSA de Martin Hirsh,quand beaucoup à l'UMP étaient (et sont encore) ...réticents....

marc d Here 19/09/2008 14:26

Tu insistes, mais tu continues à avoir tort. La Gauche Moderne a, par exemple, publiquement défendu le plafonnement des niches fiscales, ...je constate que ce système est adopté pour le financement du RSA. Je ne prétends pas que c'est parce qu'on l'a demandé que cela a été fait, mais plus simplement parce que c'était la meilleure solution ...En tous cas ce n'est pas l'UMP qui le voulait (sauf Méhaignerie qui en représent l'aile sociale).

J'ai l'impression aussi que pour les franchises, il n'est pas question de bouclier social, évidemment, je ne l'ai jamais dit, mais il me semble que certaines personnes aux revenus très faibles ou pour certains traitements de longue maladie, il n'y aura pas de franchise. Vérifie. Si ce n'est pas le cas, nous le souhaitons (encore une différence)

Elie Arié 19/09/2008 14:15

@ Marc

Non, le projet de "bouclier social" pour les franchises est officiellement abandonné, trop complexe à mettre en place.

Il ne s'agit nullement de responsabilisation, mais d'une dissuasion financière pour les revenus les plus faibles; elles n'auront aucun effet de responsabilisation sur les revenus élevés.

J'aurais cru que ce refus des franchises (contre lesquelles s'est beaucoup, vainement et publiquement battu Martin Hirsch) aurait pu constituer une façon de se singulariser pour "la gauhe moderne" à l'intérieur de la majorité présidentielle (tout comme le refus d'intégrer les cotisations sociales et le financement du RMI dans le bouclier fiscal): bref, je croyais que la "gauche moderne" avait un rôle à jouer de "correctif de gauche" à l'intérieur de la majorité présidentielle, tout en soutenant la politique de Sarkozy.

Mais je vois qu'il n'en est rien, et que Martin Hisch et bien seul...

marc d Here 19/09/2008 11:43

Tu ne peux définir une politique sur un élément, d'ailleurs secondaire.

Quelques remarques quand même:

1-les franchises supporteront des exceptions en terme de revenus, ou de pathologie, ce qui change radicalement les choses.
2- Tu te souviens comme moi que les franchises ont été proposées il y a 10 ans par Roger Godino, rocardien s'il en est, et par ailleurs iventeur du RMI...Il n'est certainement pas de droite.

3- les franchises, très faibles et pas généralisées, sont un appel à la responsabilité, ce qui n'est pasforcément de droite.

Elie Arié 19/09/2008 11:05

@ Marc:


Il faut faire BEAUCOUP de choses!


Tu noteras que le discours de Sarkozy d'hier reprend un thème majeur pour moi: l'introduction et la publication d'indicateurs de résultats: je ne peux que l'en féliciter.

Sa seule erreur est son obstination à s'attacher à cette fausse bonne idée des franchises, qui introduisent, dans un projet de régulation et de maîtrise des dépenses sur des critères d'efficacité et d'utilité médicales auquel j'adhère totalement, un critère d'une toute autre nature: l'exclusion des soins de tous ceux pour qui ces franchises sont financièrement dissuasives, quelle que soit la gravité de leur pathologie: c'est en ce sens que, quoique tu en dises, Sarkozy fait une politique de droite.


-soit

marc d Here 19/09/2008 07:28

J'avais lu ton article, repris par le courrier des lecteurs du Nouvel obs, que j'ai lu aussi, trop vite sans doute. En tous cas on est d'accord, il faut faire quelque chose.

Elie Arié 19/09/2008 01:12

@ Marc

Mais oui, mais oui, je l'ai dit -et écrit sur ton blog, que tu devrais lire: on y trouve de bons articles, de temps en temps...

Comme aussi sur le NouvelObs, un très bon courrier des lecteurs (en dépit de la limite imposée de 1750 caractères et espaces), le 2è à partir du haut sur ce lien, intitulé "L'hôpital et la gauche":

http://tinyurl.com/54ez8w