Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 09:15
Par François d'Orcival, Le Figaro Magazine du 06 09...

A court de projets, les socialistes ? Comment ne le seraient-ils pas ? Leur programme, ils l'ont mis en Suvre ; les sottises, ils les ont toutes faites. Ils en sont même si fiers que certains d'entre eux veulent rappeler Martine Aubry, la « Dame des 35 heures », qui non seulement ne renie rien de sa politique, mais la justifie quand tout est venu la démentir.

Il est vrai que les erreurs historiques avaient commencé avant elle. Lorsque François Mitterrand et Pierre Mauroy, ignorant tous les avertissements des démographes, instaurent dès 1983 la retraite à 60 ans. Alors que la durée de vie ne cesse de s'accroître, l'âge moyen du départ en retraite tombe à 57 ans. On passera bientôt plus de la moitié de sa vie entre l'école et la retraite ! Résultat, le financement de ces pensions et la compensation du travail non produit représenteront quelque 200 milliards dans notre endettement. Et toutes les réformes que devra voter la droite coûteront d'autant plus cher en cotisations et en impôts que le passé sera plus lourd à solder.

Quinze ans après, la gauche récidive dans la réduction du temps de travail avec les 35 heures, en négligeant le coup direct qu'elle porte à notre compétitivité en pleine mondialisation. « Le temps de travail ? Foutaise ! » maintient quand même Pierre Moscovici, candidat à prendre la tête du PS. Il a pourtant fallu le compenser, ce travail en moins : par 14 à 15 milliards d'&8364; de plus en allègements de charges des entreprises... Un empilement d'aides dont la droite ne sait pas comment se défaire et auquel elle vient d'ajouter 5 milliards d'exonérations pour les heures supplémentaires...

La même gauche qui fait le procès de la précarité et des bas salaires a triplé le nombre des salariés smicards au point qu'il atteint 15 % de la population active, le taux le plus élevé d'&8364;pe. Elle a voulu l'impôt de solidarité sur la fortune, faisant fuir les capitaux, et le travail qu'ils auraient créé, fabriquant aussi ces « trappes à pauvreté » qu'il a fallu soigner par le RMI puis par la prime pour l'emploi, dont l'échec produit maintenant le RSA.

Ce « modèle social » payé par l'impôt et la dette (impôt différé) s'est accompagné par le recrutement massif de fonctionnaires : 300 000 pour l'Etat, 450 000 pour les collectivités locales, ainsi que 200 000 dans les hôpitaux. Effectifs que la droite doit aujourd'hui gérer et réduire. Que pourrait donc faire la gauche si elle avait un projet ? Défaire ce qu'elle a fait et dont nous continuons à payer le prix.

François d'Orcival
Le Figaro Magazine    

Partager cet article

Repost 0
Published by François d'Orcival, Le Fig. Mag. - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

marc d Here 15/09/2008 11:07

Belle série électorale pour la majorité présidentielle, ce dimanche et défaites de la gauche "plurielle".

A Chartres, élection législative, l'UMP reprend un siège au PS! Un député de plus de la majorité.

A Sedan, cantonale, un DVD l'emporte et reprend le canton au PS...

A Calais, le candidat soutenu par l'UMP fait 65% des voix et l'emprte dans une ville qui vient d'être reprise au PC aux dernières municipales....

Intéressant....

marc d Here 13/09/2008 19:09

Daniel Cohn-Bendit a annoncé aujourd'hui devant les Verts à Paris qu'il était "candidat à l'une des deux têtes de listes en Ile-de-France" aux élections européennes de juin 2009.

AFP

Voilà qui va faire perdre des voix aux socialistes et à Bayrou.

marc d Here 11/09/2008 12:37

Les socialistes continuent à se ridiculiser. Delanoë se plaint qu'Aubry ne veuille pas lui parler...Il va sans doute se consoler (un peu, très peu) en lisant qu Michel Rocard abandonne Moscovici et se rallie curieusement à lui (il est vrai que Delanoë devrait faire plus de voix au Congrès que Moscovici) avec quelques apparatchiks. Quelle tristesse l'évolution de Rocard....

marc d Here 09/09/2008 12:00

On aurait pu penser qu'après leur catastrophique université de La Rochelle, les socialistes auraient réagi, auraient montré autre chose que leurs divisions, que leurs petites préoccupations...Rien, plus d'une semaine après, pas une proposition sérieuse, pas une idée étayée, pas une intervention sur ce qui intéresse les Français...Le titre de cet article se trouve de jour en jour plus justifié.

marc d Here 07/09/2008 15:00

Slogans...bien sûr c'est insuffisant, mais il faut une volonté farouche pour faire changer les choses, les forces du conservatisme sont si puissantes...Et les slogans expriment et font comprendre cette volonté.

Adonf2toi 07/09/2008 14:44

OK, je pense avoir compris votre pensée concernant les temps partiel. Pour ma part, je le redis, je ne privilégie pas le chômage sur le temps partiel. Je dis juste que faire un programme économique qui vise, en terme de politique du travail, a simplement transformer des chômeurs en employés précaires ne bénéficie (mais c'est récurant avec le gouvernement actuel) qu'à une infime proportion de la population.

Il faut donc compter tous les actifs pour avoir un temps de travail pertinent ? Parce que dans ce cas là on est plutôt sous les 32h hebdo aux USA... Faut-il compter les 1% de la population active qui y est en prison ?

Sur les 35h, bien sur que cela a entrainé un surcoût, mais pas pour les entreprises !! Elles ont touchées des compensations. C'est l'état qui "raque" (donc nous). Faire une réduction de charges sans l'assujettir à une condition d'embauche c'était vouer la mesure à avoir un résultat passable.

Une réduction massive du temps de travail est toujours possible. Je vous engage à lire la contribution "nouvelle gauche" (ou aller faire un tour sur son site) si vous souhaitez avoir des idées fortes (avec leur financement). Mais bon parler économie ça ne ce fait pas sérieusement avec quelques slogans lapidaires comme "il faut travailler plus pour gagner plus" ou encore "je vais aller chercher la croissance avec les dents"...

marc d Here 07/09/2008 10:29

Je "constate" que les pays pris en référence ont un taux plus fort de temps partiel que nous, et qu'en revanche nous avons (ça va mieux depuis 2 ans) un plus fort taux de chômeurs....Et donc que si on tient compte dans un cas des temps partiels sans tenir compte dans l'autre des chômeurs on fausse les statistiques sur le temps de travail réel! Voilà. C'est clair?

Cela dit, il me semble que vous préferez les chômeurs aux travailleurs à temp partiel (même aidés par le RSA), si ce n'est pas le cas dites-le, mais votre phrase est très ambigüe.

J'ai lu au moins l'essentiel de plusieurs contributions et je confirme qu'il n'y a rien....Donnez-moi quelques idées nouvelles et fortes (et, évidemment les moyens de les mettre en oeuvre) figurant dans ces contributions...

Oui, il y a une tendance lourde à la baisse du temps de travail, je ne le nie pas et j'en suis heureux, mais je vous ferais trois remarques:
Aucune tendance ne doit être considérée comme linéaire...Il y a, et c'est normal, selon les moments et les circonstances économiques ou sociales, des ralentissements, des suspensions, voire de brefs retours en arrière. La tendace à la baisse existe, vouloir qu'elle soit linéaire est irréaliste et dangereux.
Baisse, oui, mais l'erreur était de rendre cette baisse, trop importante et surtout obligatoire et générale.

Enfin cette baisse a entraîné un surcoût pour les entreprises, qui a été forcément compensé, par une stagnation du pouvoir d'achat, que l'on paye aujourd'hui, et par des dizaines de milliards d'Euros d'allègements de charge...d'où un coût énorme et totalement inutile pour l'Etat.

C'est pourquoi les 35 heures ont été une mauvaise décision sur le plan économique et, en conséquence, social.

Libéralisme débridé, ce n'est pa du tout ce que je souhaite et je ne pense pas que les résultats soient très bons...Encore faudrait-il examiner les résultats de Thatcher ou Reagan pour assurer qu'ils étaient catastrophiques...Je n'en suis pas certain (en fait, je ne le sais pas), mais de toutes façons ce n'est pas du tout le type de politique que je soutiens.

Voilà je crois avoir accepté le débat, et essayé de répondre par des arguments à vos affirmations, si peu étayées!

Adonf2toi 07/09/2008 09:46

Marc ne vous faites pas plus bête que vous n'êtes en me faisant dire ce que je n'ai pas dit ;) En aucun cas je n'ai prétendu préférer voir les gens au chômage plutôt qu'au boulot. Par contre vous avez dit que "l'avantage" des pays que vous prenez comme référence (en gros US, UK et All) était qu'ils avaient un fort taux de travailleurs à temps partiel. Moi je vous répond que cette solution n'en est pas une si elle n'a pour objectif que de faire reculer les chiffres du chômage (et accessoirement de permettre à un certain nombre d'entreprises d'avoir un réservoir de travailleurs dociles à disposition). Bien sur je ne parle pas de ceux qui désirent un emploi à temps partiel, il y en a... Si vous êtes honnête vous savez pertinemment que partout, absolument partout, le temps de travail est en baisse. Il ne fait que baisser, c'est un mouvement historique et inéluctable.

Le débat n'est donc pas de savoir si il faut réduire le temps de travail ou pas (comme on veut nous le faire croire) mais de savoir vers quelle baisse du temps de travail nous voulons aller. Celle qui à cours actuellement partout, c'est à dire avec une explosion des inégalités et du temps partiel subit ou vers une baisse accompagnée et régulée ? Il se trouve que les socialistes ont tellement mal mis en place la précédente que cela est devenu un tabou pour les dirigeants de ce parti. C'est pourtant, en y réfléchissant de manière posée et pragmatique, l'un des leviers à ne pas négliger (le plus important à mon avis !) pour résorber de manière importante le chômage de masse.

Vous prétendez que les contributions socialistes sont vides d'idées forte et de vision politique mais les avez vous lues ? Il y a clairement un problème de forme au PS, pour ça je suis du même avis que vous, mais il est faux et mensonger de dire que ce parti est vide de sens.
La droite libérale se complait à réclamer une opposition qui tienne la route mais dans le même temps refuse le débat idéologique en se contentant d'user d'argument éculés dès que la discussion s'engage. Au mieux on nous répond Mitterand, assez souvent Chine ou Corée du Nord et quasi systématiquement URSS !! Faudrait évoluer un peu et accepter le débat contradictoire. En commençant par répondre aux questions : y a t-il un seul pays au monde ou le libéralisme débridé (j'insiste !) que nous vivons à l'heure actuelle ait conduit un pays vers la réussite sociale ?

marc d Here 07/09/2008 08:00

Je m'aperçois d'une erreur plus haut/ Chevènement n'a pas été ministre de l'intérieur (Ministre de la défense, d'où il a démissionné refusant la 1ère guerre du golfe, car soutenant Saddam Hussein...). Pourtant me diras-tu qu'il ignorait les écoutes de Mitterand vis à vis des journalistes?

marc d Here 07/09/2008 07:43

Au fait, Elie, ta petite polémique a été lancée à propos de la défaite de l'équipe de France de foot (3-1) contre l'Autriche, classée 101ème équipe mondiale...C'est un vrai sujet...que tu as malheureusement choisi d'esquiver