Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 13:12



Le Parti socialiste a donné à La Rochelle un édifiant spectacle de divisions et de combines. Les observateurs soulignent très justement ce fait, je n’y reviendrai pas,  mais j’essaierai d’aller plus loin dans l’analyse et de décrire, telle qu’elle m’apparaît, la situation réelle des forces et des leaders au sein du parti, au lendemain de ce week-end.

 Bertrand Delanoë d’abord, qui devait être le grand triomphateur de cette université, ne l’a manifestement pas été, et a donc subi un, relatif, revers. Dans le combat qu’il mène et qu’il a  officiellement annoncé, pour conquérir le parti, il a trouvé peu de soutiens et ceux qu’il semble avoir obtenu évoquent davantage l’archaïsme que la rénovation, le passé que l’avenir  (Jospin! Guigou, Hollande…).  Dépourvu de convictions, ne sachant trop quelle sera la meilleure ligne pour lui, il godille, évoquant l’héritage de Mitterrand (toujours le modernisme !), la fidélité à l’Union de la Gauche (une idée neuve il y a 40 ans), le refus ambigu de l’alliance avec Bayrou, la défense d’un libéralisme qu’il définit mal, et nouveauté des nouveautés, l’écologie, ce qui doit éberluer les écologistes parisiens, qui savent le mal qu’ils ont à faire passer leurs idées à l’Hôtel de Ville….Hier soir, sur la 2, répondant aux questions particulièrement complaisantes de Marie Drucker, il a donné un bel exemple de langue de bois et de vide…

 Ségolène Royal, elle, confirme qu’elle disparaît peu à peu du film. De passage à La Rochelle, elle a lancé à quelques militants en  extase un « Aimez-vous les uns les autres », particulièrement bien adapté à la situation, avant de disparaître pour éviter tout débat. Elle garde des groupies fanatiques, beaucoup même, mais ne bénéficie plus d’aucun soutien de poids dans le parti. Peillon, Rebsamen et Bianco, qui aux dernières nouvelles la soutenaient encore plus ou moins, se font d’une discrétion inhabituelle…Pour le premier secrétariat, je crois qu’on peut l’affirmer, Royal c’est fini !

Echec du couple médiatique Delanoë-Royal, réussite de Martine Aubry. Sans y toucher, elle s’impose au centre du jeu (je me permets de rappeler que je l’avais annoncé le 11 juillet sur ce blog). Ses soutiens vont, semble t-il, de Mauroy à Fabius en passant par Cambadélis, Montebourg (qui ont du soir au lendemain abandonné Moscovici), les fédérations du Nord et du Pas-de Calais…Elle ne dit rien non plus, sinon que le PS doit se mettre au travail, mais elle le dit avec autorité. Et son prestige est toujours grand auprès des militants, qui lui sont reconnaissants (les militants PS sont des gens bizarres !) d’avoir imposé les 35 heures, responsables pour une grande part de leurs défaites. Aujourd’hui c’est sans doute elle la mieux placée pour devenir « Premier secrétaire », d’autant qu’elle pourrait bénéficier in fine, du soutien de la prétendue gauche du parti (Hamon, Emmanuelli, et peut-être même, ce qui fait rêver, Mélanchon et Lienneman….).

Pour les autres, si  Dray, est éliminé de la course, comme Le Branchu, Pierre  Moscovici, trahi par Cambadélis et Montebourg, mais bien entouré par le courant presque « social libéral »  du PS (Gérard Collomb, Valls, la fédé des Bouches du Rhône), garde une petite chance et pourra peut-être jouer les arbitres…

 

Si j’essaie de me projeter encore davantage dans l’avenir, en sachant que c’est bien risqué, je dirais que Martine Aubry sera Premier secrétaire. Elue difficilement et otage de la partie archaïque du parti (la gauche Emmanuelliste  et quelques sociaux démocrates version 36-45), soumise au feu roulant des critiques, fraternelles, de ses camarades et collègues dirigeants , elle ne pourra pas rénover le parti. Rien d’important ni de courageux ne  se fera et c’est un parti toujours sans projet, et perclus de divisions, qui choisira en 2011 son candidat pour la Présidentielle. Ils seront certainement plusieurs à vouloir tenter leur chance et à tout faire pour barrer la route des autres : Aubry, bien sûr, Royal ça va de soi, même si, déconsidérée elle ne sera plus vraiment dans la course, Delanoë qui continuera à chercher sa voie, en regardant dans les yeux, les Françaises et les Français, Hollande qui ne pense qu’à ça depuis 15 ans, Fabius, dans le même cas depuis 30, Moscovici que sa défaite pour le premier secrétariat aura délié de son serment de n’être pas candidat, peut-être aussi DSK, s’il revient de Washington, ce qui est peu probable mais pas impossible, et pourquoi pas un ou deux autres….

Difficile de trouver le futur lauréat dans cet amas de  candidats qui diront  tous à peu près la même chose, et  ne défendront aucune idée nouvelle. J’avoue ne pas pouvoir me prononcer même si, connaissant l’habileté de Hollande (plus libre qu’en 2007) et le talent de communicateur de Delanoë, je ne serais pas surpris que cela se joue entre eux deux ! Tant pis, alors pour le socialisme et le PS….Mais je peux me tromper.

 

Marc d’Héré

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc d'Here - dans Vie Politique
commenter cet article

commentaires

Patrick Joly 05/10/2008 14:50

La crise financière est en train de donner raison à votre pronostic. Le besoin de régulation, que tout le monde reconnait, va amener le PS à aller vers sa gauche, ce qui va favoriser Aubry au détriment de Delanoë.

Elie Arié 01/09/2008 22:08

Nous sommes donc d'accord (ça peut arriver!): il n'est malheureusement pas impossible que tu n'aies été un peu trop rapide en disant qu'elle est déjà sortie du film.

Je redoute fort une évolution à l'italienne de la gauche, avec une désignation de son chef par les sympathisants, et l'absence totale de toute ligne politique.

marc d Here 01/09/2008 22:00

Non, je ne pense pas qu'elle se trompe. Je crois que la société en général évolue bien comme elle dit...mais je ne suis pas sûr que les militants PS soient un reflet de la société. C'est pour cela qu'ils sont militants PS. Je crois que pour eux les courants, les fidélités aux combats passés ou aux écuries qui leur procureront des avantages en cas de victoire...ça compte encore. Mais je n'en suis pas sûr.

Elie Arié 01/09/2008 21:36

(pour parler sérieusement) Il me semble quand même qu'une grande (suffisante?) partie des militants en ont marre des courants, devenus illisibles; c'est en tous cas le pari de Royal, qui estime que nous avons changé d'époque, que nous sommes de moins en moins dans une société "verticale", où l'on obéit sans discuter aux ordres venus d'en haut.

Es-tu certain qu'elle se trompe?

marc d Here 01/09/2008 21:09

Tu auras peut-être à nouveau Chevènement...ça fera plaisir à Le Pen s'il se présente encore.

Et puis, comme tu le constates chaque jour, Sarkozy est certes de droite (réflexes, traditions, défauts de droite), mais il ne fait pas une politique de droite, ce qui explique que nous n'ayions aucun mal à le soutenir.

Oui, au PS ce sont les militants qui choisissent mais, sauf cas particulier, comme en 2007 avec l'irruption de la Royal,ils suivent dans une large mesure leurs chefs de courant.On peut donc penser que Royal c'est le passé...Delanoë ne serait pas trop mal non plus pour Sarkozy...

Elie Arié 01/09/2008 19:51

Une question, Marc: j'aimerais bien que tu aies raison sur Ségolène Royal en la déclarant finie, mais n'oublies-tu pas que ce sont les militants qui désignent le Premier Secrétaire du PS, et les mêmes militants (et peut-être même avec les sympathisants) qui désigneront le candidat PS aux Présidentielles?

Or, comme tu l'écris, elle reste populaire auprès des militants (dans quelles proportions, personne ne peut le savoir)

(évidemment,pour Sarkozy, Royal serait la meilleure candidate ...mais, moi, je serais bien embêté, entre deux candidats de droite).

BODIN 01/09/2008 17:13

Pas mal analysé.En résumé,la recherche du plus petit commun dénominateur.Claude bodin;

marc d Here 01/09/2008 16:11

Vincent Peillon se lâche...Et l'ambiance devient de plus en plus lourde...


Le député européen Vincent Peillon, proche de Ségolène Royal, a estimé aujourd'hui que le Parti socialiste devrait "sortir" de sa direction "une dizaine d'individus qui sont éternellement malfaisants".

"Il faut sortir une dizaine d'individus qui sont éternellement malfaisants, qu'on connaît, qui ont été de toutes les combines, qui sont assis au secrétariat national depuis 25 ans et qui sont généralement ceux qui font les constructions les plus compliquées dans les avant-congrès", a affirmé Peillon sur RMC.

Ils doivent "maintenant prendre gentiment leur retraite, ça fait 25 ans qu'ils pourrissent la situation, ça fait 25 ans qu'ils font des combinaisons, ça fait 25 ans qu'ils trahissent leurs propres amis, je pense qu'on peut faire sans eux", a-t-il insisté, sans donner de noms mais en estimant qu'"ils se reconnaîtront".

Interrogé sur quelques personnalités, il a jugé que le fabiusien Claude Bartolone est "sans doute un mécanicien qui devrait prendre un peu de repos". Quant à Laurent Fabius, il a jugé que l'ancien Premier ministre "devrait "arrêter maintenant de changer d'avis tous les deux ans" et de "fomenter des combinaisons invraisemblables".

Source AFP