Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESENTATION

 

 

Contact: marcdhere.mdh@gmail.com 

 RECONQUÊTE est un  mouvement en construction. Ce n'est pas un parti politique, mais un Cercle de Réflexion et d'Action, ouvert à tous ceux, à quelque parti qu'ils appartiennent, ou sans parti, qui se reconnaissent dans ses valeurs et  principes. La Responsabilité et l'équivalence entre droits et devoirs à tous les niveaux,  le libéralisme économique,  la solidarité,  le choix d'une évolution réaliste et progressive dans le social et le sociétal,  l'Europe... 

 

Recherche

14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 22:00

Président des Républicains, Nicolas Sarkozy peaufine avec Eric Woerth, Secrétaire général et l'ensemble de notre équipe dirigeante le projet politique de notre famille politique qui sera notre socle commun dans l'objectif de l'alternance de 2017.

Chaque semaine des réunions de travail et des conventions sont organisées à notre siège national, occasion pour Nicolas Sarkozy de présenter, thème par thème, nos propositions qui ne sont pas de fausses promesses électorales, comme François Hollande en a fait sa marque de fabrique depuis 2012 désespérant ainsi les Français, mais des mesures concrètes et pragmatiques pour redresser rapidement l'économie de notre pays, relancer l'emploi, faire baisser le chômage mais aussi repositionner la France en leadership tant au niveau européen qu'international.

Parce qu'il n'est plus possible aujourd'hui d'élaborer un projet politique pour notre pays sans comprendre l'évolution du monde, le président des Républicains effectue également très régulièrement des déplacements à l'étranger, l'occasion de rencontrer les dirigeants des pays et d'échanger avec nos ressortissants, comme il l'a fait très récemment en Russie, au Royaume-Uni, en Côte d'Ivoire...

« C'est important pour un parti politique et un responsable politique quel qu'il soit de s'ouvrir sur la réalité du monde. On ne peut pas voir l'avenir de la France en ignorant ce que vont devenir 1,3 milliard d'Indiens et autant de Chinois. Nous sommes dans une interdépendance complète », confiait Nicolas Sarkozy ce mercredi à New-Delhi à l'occasion d'un déplacement en Inde.

Accompagné d'Éric Woerth et de Luc Chatel, président du Conseil national et après s'être recueilli devant le monument Gandhi Smriti, où le Mahatma a été assassiné il y a 68 ans, Nicolas Sarkozy s'est entretenu avec Mammohan Singh puis Narenda Modi, respectivement ancien puis actuel Premier ministre de la République de l'Inde.

Il leur a fait part de la volonté de notre famille politique, dès l'alternance de 2017, d'approfondir encore le partenariat franco-indien, dans tous les domaines : dialogue politique ; coopérations économiques, y compris dans les domaines les plus sensibles comme la défense, l'espace ou l'énergie nucléaire civile ; mais aussi lutte contre le terrorisme, auquel l'Inde est elle-aussi régulièrement confrontée, comme l'ont rappelé les attentats de Pathankot en janvier dernier après ceux tragiques de Bombay en novembre 2008 (166 morts et plus de 300 blessés). « Le cancer du terrorisme est si profond que nous devons nous préparer à une guerre de plusieurs années » a rappelé Nicolas Sarkozy en plaidant pour une « coopération totale » entre nos deux pays dans ce domaine. « On ne combat pas les terroristes avec les méthodes des terroristes », mais « il va falloir mettre de côté certaines de nos préventions pour être plus efficaces contre le terrorisme » a-t-il ajouté.

En matière économique, s'exprimant devant des chefs d'entreprises indiens et français, Nicolas Sarkozy s'est félicité qu'un nombre croissant d'entreprises françaises, y compris de PME, fasse le choix d'investir en Inde ; un choix qui n'est « pas anecdotique » compte-tenu de « l'éloignement, la taille du marché, la différence de culture » a-t-il rappelé.

Il a formé le vœu que ces investissements français en Inde continuent de se développer, et que dans le même temps, les investissements indiens en France progressent également. Nicolas Sarkozy a enfin souligné que, pour développer les échanges entre nos deux pays, mieux valait privilégier des « accords concrets » qui donnent des résultats rapides et tangibles, plutôt que des « accords gigantesques et pharaoniques dont on parle pendant des années et qui ne débouchent jamais ».

Les Républicains

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Lucien H.
commenter cet article

commentaires